Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 24 « Projets d'expédition » Tome 1, Chapitre 24
Petit à petit, les choses se mettent en place sur l’Agathos. J’en apprends chaque jour un peu plus sur ce vaste univers qui est le nôtre ; je comprends à quel point j’ai vécu coupée de la réalité à Strata. La surface n’est pas aussi sauvage et désolée qu’on a pu nous le laisser croire. Des clans en sillonnent encore l'étendue, composés de ceux qui n’ont pas accepté de joindre les Profondeurs avec les mages abscura, mais qui n'ont pas voulu pour autant abandonner derrière eux tous ceux dont le potentiel paraissait dangereux pour les citoyens d’Ether.
    
    Leur vie n’est pas facile – très loin de là. Les espèces de la surface ont bien souvent muté de façon effrayante, mais ils ont appris au fil du temps à s’en préserver, en créant de véritables fortins dans les ruines de l’ancienne civilisation. Ils aiment le confort, les couleurs gaies et les bons moments passés ensemble – d’autant qu’ils ne savent jamais s'il ne seront pas les derniers.
    
    Grâce à ses récits, je comprends mieux Atina ; c’est une personne vraiment très gentille et chaleureuse. Je me demande comment elle en est venue à rejoindre l’Agathos et aider une population qui la rejetterait si elle connaissait ses pouvoirs. Je suis encore trop intimidée pour lui poser la question.
    
    Les entraînements avec Cipher ont repris, dès que j'ai suffisamment récupéré ; mes progrès sont minimes, mais je ne désespère pas. Après tout, Strata ne s’est pas construite en un jour. Quand, deux semaines plus tard, une nouvelle déchirure apparaît dans les environs de Nimbé, l’opération se répète quasiment à l’identique. Je suis toujours aussi impressionnée par les conjurations d’Eïdo. Nos relations se sont un peu détendues, même si je n'en sais pas plus sur lui.
    
    Ni sur personne d'autre, sauf peut-être Atina. Tant de questions se bousculent dans ma tête.
    
    Qu’est devenu l’équipage de l’Agathos, jadis si nombreux, et la famille d’Elwen ?
    
    Comment Tiri a-t-elle perdu son bras ?
    
    Faïn a-t-il servi toute sa vie sur le croiseur ?
    
    Cipher a-t-elle aussi employé un foudre sur un démon ?
    
    Pourquoi Izel porte-t-il des lunettes archaïques ?
    
    Pourquoi Atina a-t-elle quitté les siens pour l’Agathos ?
    
    D’où viennent les pouvoirs d’Eïdo ?
    
    À défaut d’avoir des réponses, je m’invente les théories les plus folles. Après tout, l’essentiel est que je parvienne à travailler avec eux. Le reste importe peu, finalement.
    
    
***

    
    Cela va faire à présent un mois et demi que je suis arrivée sur le croiseur. Les choses sont plutôt calmes – il n’y a eu aucune mission depuis quinze jours et le Conseil se divise entre une certaine décontraction et une impatience de plus en plus visible. Au repas du soir, Elwen se lève pour prendre la parole :
    
    « Que diriez-vous d’une escale ?
    
    — Une relâche dans une cité etherienne ? demande Eïdo, visiblement méfiant. Tu sais comment ça a fini, la dernière fois ? »
    
    J’interroge du regard Atina, qui est assise juste à côté de moi. Elle se penche dans ma direction :
    
    « Les gens d’Ether sont très méfiants avec ceux qui n’ont pas leur type physique. Ils ont cru à une invasion des Profondeurs. »
    
    Elle traite cet incident par la dérision, mais je devine que cette attitude l’a blessée. Et cela me semble d'autant plus injuste que ni Eïdo ni elle ne feraient de mal à un innocent, bien au contraire. Mais je ne peux m’empêcher de penser que deux mois plus tôt, je me serai sans doute conduite aussi bêtement, par ignorance plus que par malice.
    
    « Cela arrive à chaque fois ?
    
    — Non, pas à chaque fois... Mais nous sommes obligés d'exhiber notre passe gouvernemental, comme si nous avions fait quelque chose de mal. »
    
    Maintenant que j’y pense, c’est vrai que nous ne voyons jamais de personnes aussi sombres de cheveux et mates de peau qu’Atina à Ether. On raconte que par le passé, les types physiques étaient bien plus variés, mais que l’iridescence a modifié les gens qui vivent dans les villes aériennes. Les radiants en particulier, comme mes parents et moi-même, possèdent tous un teint très clair, les yeux et les cheveux pastel, comme si la lumière nous illuminait de l’intérieur.
    
    Quant à Eïdo… sa peau est aussi pâle que celle d’un radiant, ce qui forme un contraste assez surprenant avec sa chevelure de jais. Je ne sais que faire de ses prunelles pourpres et des deux mèches de couleur de part et d’autre de son visage. Au départ, je pensais qu’il devait s’agir d’une fantaisie, mais il n'est visiblement pas du genre à se soucier de son apparence – du moins pas de cette façon. Quant à ses yeux, j’ai fini par m’accoutumer à leur nuance et même par la trouver esthétique, d’une certaine façon.
    
    Une foi qu’on s’est habitué à ces côtés surprenants, Eïdo se révèle plutôt bel homme, avec son visage ovale, ses traits réguliers et ses yeux longs et étroits. Sa physionomie me paraît assez singulière pour attirer l’attention, mais pas au point de trop diverger des canons classiques de la beauté masculine.
    
    Quand il s’aperçoit que je le regarde, il hausse un sourcil interrogateur ; je sens la confusion me gagner.
    
    « Je trouve que c’est… vraiment injuste. Ont-ils seulement de bonnes raisons d’agir ainsi ? »
    
    Elwen, qui m’a entendue, tourne vers moi son doux regard argenté :
    
    « La peur, tout simplement. Même les meilleurs peuvent en devenir la proie.
    
    — Mais est-ce que c’est déjà arrivé ? Je veux dire… Est-ce que des gens des Profondeurs sont déjà arrivés dans les cités d’Ether ?
    
    — Pas à ma connaissance. Les Profondeurs préfèrent lancer des démons vers les Cités du ciel. D’ailleurs, je pense que si c’était le cas, ils ne feraient pas l’erreur d’envoyer quelqu’un de trop visible. Certains abscura sont aussi clairs de teint, d’yeux et de cheveux que moi. Et bien des gens aussi sombres, voire plus encore qu’Atina n’ont pas l’ombre d’un pouvoir maléfique. »
    
    Je comprends leur agacement. Je trouve dommage que des personnes aussi dévouées à la protection d’Ether ne puissent même pas obtenir un peu de reconnaissance.
    
    Faïn repousse son assiette vide et se tourne vers l’Aïrin, en lui demandant d’une voix posée :
    
    « Je suppose que tu planifies une visite à la Surface ? »
    
    Un léger sourire apparaît sur le visage d'Elwen :
    
    « Tu devines juste. Atina, cela te plairait de revoir ton clan ? »
    
    La mage sourit largement :
    
    « Très volontiers ! »
    
    Je reste saisie d’étonnement ; la Surface ? Ce monde dangereux, inconnu… et terriblement mystérieux ?
    
    J’espère pouvoir les y accompagner !
    
    

    
    Vous aussi, vous avez envie de savoir à quoi ressemble la Surface d'Almaïa ? C'est pour bientôt... Oups, je crois que je suis en train de spoiler !
    
    

Texte publié par Beatrix, 8 juin 2018 à 00h02
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 24 « Projets d'expédition » Tome 1, Chapitre 24
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1058 histoires publiées
505 membres inscrits
Notre membre le plus récent est St Seb
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés