Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 3, Chapitre 4 « Un étrange livret » Tome 3, Chapitre 4
Enfin, je m'y remets !
    Un nouveau petit défi avec les mots suivants :
    
    Objet/chose « carte routière »
    Émotion/état « indifférence »
    Couleur « crème »
    

    
    Une des pensionnaires se mit à crier, et se réfugia dans les bras de son soupirant. Hadria, quant à elle, y vit une double opportunité : celle d’avoir enfin pu assister à l’un des phénomènes étranges qui se déroulaient dans l’établissement, et celle de se débarrasser de son prétendant trop collant. Norma semblait surtout horripilée par cet incident, mais elle plaqua très vite un sourire un peu tremblant sur son visage fardé :
    
    « Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Ça doit être encore une maladresse de cette petite idiote. Elle l’a heurté en passant, et ça a fini par tomber... »
    
    Une chose était sûre, Norma n’était pas la personne la plus amène ni la plus généreuse. Hadria voulait bien croire que son existence n’était pas aussi rutilante qu’elle le paraissait, mais était-ce une raison pour houspiller plus misérable que soi ?
    
    Hadria se demanda si la femme ne cherchait pas délibérément à nuire à la petite servante, pour une offense réelle ou supposée. Elle pouvait avoir orchestré tout cela avec des moyens tout à fait pragmatiques… ce ne serait pas la première fois qu’Ashley et elle-même se trouveraient en face d’une supercherie. Elle décida qu’il était temps de faire le point avec son partenaire et madame Peggy.
    
    La jeune Américaine s’éclipsa de la pièce pour retrouver le salon qui leur tenait lieu de quartier général et tira sur le cordon pour actionner la clochette selon le code établi : deux coups, puis un silence, et enfin le troisième. Elle n’eut pas longtemps à attendre pour voir réapparaître une certaine redingote sombre…
    
    Elle raconta rapidement à Ashley la scène à laquelle elle venait d'assister. Le normaliste l'écouta attentivement, avant de déclarer :
    
    « Vous avez tout à fait raison, miss Forbes. Nous devons éviter de tirer des conclusions trop hâtives. Je vais demander à madame Peggy de faire évacuer le salon, afin que nous puissions mener l'enquête. Pouvez-vous vous charger de fouiller le salon pendant que j'interroge les jeunes femmes qui se trouvaient là ?
    
    - Cela me paraît tout à fait logique. Il est préférable que je conserve ma couverture, autant que possible. »
    
    Voilà qui ne plairait pas à Norma, songea-t-elle avec une pointe de perfidie. L'arrogante maîtresse du salon hivernal avait besoin d'apprendre l'humilité. Quitter son antre pour tomber sous le feu des questions d'Ashley, sur lequel ni ses tentatives de charmes ni sa langue de vipère n'auraient de prise, le ferait choir de son piédestal.
    
    Le normaliste informa la propriétaire des lieux, qui ne fit aucune difficulté pour honorer leur demande. Dix minutes plus tard, Hadria se glissa dans le salon abandonné. La jeune femme trouvait le décor encore plus criard à présent que la pièce était déserte. Les débris de la boule à neige brillaient toujours sur le sol, au milieu d'une petite flaque d'eau. Elle préféra s'intéresser à la console sur laquelle elle avait été posée. Il s'agissait d'une structure de fer forgé plutôt élégante qui supportait une plaque de marbre blanc, qui rutilait comme un miroir. Dans la lumière crue, elle remarqua d'étranges reflets irisés.
    
    Hadria ôta l'un de ses gants et passa le doigt sur la surface : quelqu'un y avait appliqué une sorte d'encaustique qui laissait une couche huileuse et glissante. La jeune femme fronça les sourcils et baissa les yeux vers le bas de la consule. L'un des pieds arrière reposait sur un mince ouvrage de papier crème qui servait de cale.
    
    Hadria s'accroupit péniblement, en maudissant ce corset de malheur et cette robe qui entravait tous ses mouvements. Elle parvint malgré tout à dégager le livret, un fascicule pour le moins surprenant : une carte routière vélocipédique française... Elle savait que ce moyen de transport s'était popularisé durant ces dernières années et rassemblait de plus en plus d'adeptes, mais elle ne s'attendait pas à en trouver un ici ! Peut-être l'un des messieurs de passage l'avait-il perdu ?
    
    Même sans la cale, la console restait parfaitement stable, ce qui prouvait que quelqu'un avait voulu faire croire à des événements surnaturels. Hadria éprouva un peu de déception, mais ce n'était pas la première fois qu'ils repéraient un canular.
    
    La jeune femme se releva, épousseta sa jupe et alla rejoindre son partenaire, la carte toujours en main. Elle s'apprêtait à sortir quand quelqu'un fit irruption dans la pièce. Elle eut à peine le temps de dissimuler le livret  dans les replis de sa robe. Elle réprima sa surprise en reconnaissant Bella, la titulaire du salon romantique.
    
    « Oh, il n'y a plus personne, ici ?
    
    - Juste moi, répondit Hadria en haussant les épaules. Je suis venu récupérer une boucle d'oreille qui s'était détachée. Savez-vous où sont les autres ?
    
    - Aucune idée... »
    
    Malgré l'indifférence qu'elle affichait, la jeune femme brune montrait une nervosité subtile. Elle lançait des coups d'oeil inquiets vers la représentante de Spiritus Mundi. Même si ces signes restaient discrets, Hadria avait peaufiné son sens de l'observation au service de la fondation. Elle sourit à Bella et fit mine d'examiner le fascicule qu'elle tenait à la main :
    
    « J'ai trouvé cela. Savez-vous à qui cela pourrait être ? »
    
    Une rougeur subite monta aux joues de Bella. Son regard affilé fit sourire Hadria :
    
    « Cette carte vous appartient, n'est-ce pas ? C'est vous qui avez fait en sorte que cette boule se casse ? »
    
    Norma se serait redressée comme un serpent, lui aurait craché son venin à la figure, mais son interlocutrice baissa la tête, embarrassée. La jeune Américaine soupira ; d'après ce qu'elle avait vu de Bella à travers ses pouvoirs, elle n'avait pas dû agir par malveillance.
    
    « Venez, nous allons discuter ! » proposa-t-elle d'une voix douce.
    
    

Texte publié par Beatrix, 2 août 2019 à 14h29
© tous droits réservés.
«
»
Tome 3, Chapitre 4 « Un étrange livret » Tome 3, Chapitre 4
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1280 histoires publiées
607 membres inscrits
Notre membre le plus récent est plumeconteur87
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés