Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 2 « La proposition » Tome 1, Chapitre 2
Dans le train qui les ramenait, Ashley et elle, d'une mission dans le Dorset, Hadria regardait le paysage défiler : malgré les scènes pittoresques de cottages poudrés de blanc, elle demeurait sombre et silencieuse. Elle aurait dû se douter que son humeur n'échapperait pas aux yeux aiguisés de son partenaire. Elle entendit vaguement le bruit d'un livre qui se refermait, puis un discret raclement de gorge avant que la voix distinguée ne vienne rompre totalement sa bulle de mutisme :
    
    « Miss Forbes ? Veuillez pardonner mon indiscrétion, mais… êtes-vous sûre que tout va bien ? »
    
    La jeune femme frémit : habituellement, son partenaire, bien que perceptif, gardait ses réflexions pour lui. Qu'avait-il donc fait de sa discrétion et de sa réserve proverbiales ? Malgré tout, Hadria n'arrivait pas à lui reprocher cet intérêt pour son bien-être – elle le trouvait plutôt agréable, pour être parfaitement honnête. Se débarrassant cavalièrement de ce petit cas de conscience, elle décida d'être franche avec lui :
    
    « La saison des fêtes me rend un peu mélancolique. Londres est magnifique à cette époque de l'année… mais c'est la première fois que je passe Noël loin de mon père et de mes amis... »
    
    Ashley laissa passer un temps de silence, avant de répondre d'un ton prudent :
    
    « Je peux concevoir que cela vous soit pénible. Si cela peut distraire votre mélancolie, sachez que Spiritus Mundi tient tous les ans un bal de bienfaisance au soir du solstice. Certains de nos membres se rendent à la messe dans la soirée du 24 décembre. Je ne pense pas qu'ils verront la moindre objection à ce que vous vous joigniez à eux. »
    
    Hadria força un petit sourire :
    
    « Je vous remercie, mister Ashley, mais je ne me sens pas spécialement attirée par ces occasions sociales. J'en suis navré. Peut-être que je changerai d'avis d'ici là ?
    
    - Je le souhaite… À mon souvenir, le bal de Yule (1) est une fête splendide. Elle se tient dans la grande salle de la fondation, qui est décorée de houx, de gui, de couronnes de branches de sapin… Pour l'occasion, la pièce n'est éclairée que par des chandelles. C'est une ambiance très particulière, qu'on pourrait qualifier… d'intemporelle. »
    
    La jeune femme imaginait une véritable scène de contes de fées ; elle pourrait en profiter pour faire plus ample connaissance avec ses autres collègues, que d'ordinaire elle ne croisait juste entre deux enquêtes. Mais se retrouver mêlée à autant de personnes, presque tous étrangers de surcroît, à l'occasion d'une fête qu'elle avait toujours célébrée avec ses proches ne l'enthousiasmait guère.
    
    « Et vous ? Est-ce que vous allez vous rendre au bal ? demanda-t-elle avec curiosité.
    
    - Hum… non. »
    
    Même si tout ce qu'Hadia possédait de bon sens lui soufflait de ne surtout pas insister et de respecter l'intimité de son partenaire, la curiosité fut la plus puissante – renforcée par la crainte diffuse d'apprendre qu'une fois encore, il fuyait la société des hommes et s'enfermait avec la seule compagnie de ses livres.
    
    « Vous avez d'autres projets ? »
    
    Sitôt ces paroles prononcées, Hadria se dit qu'elle aurait dû se mordre la langue… Mais à sa grande surprise, Ashley esquissa un sourire serein :
    
    « J'ai effectivement d'autres projets… ou plutôt, une petite tradition que je respecte depuis quelques années. Elle a son importance, d'une certaine manière. »
    
    Il détourna légèrement la tête, comme pour réfléchir à la suite de ses paroles, avant de poursuivre :
    
    « Comme vous le savez peut-être, les solstices – comme à Yule – ont pour effet de rapprocher les plans d'existence. Ou même les frontières traditionnelles entre les différents mondes qui se côtoient dans notre réalité. C'est le moment où jamais de communier avec ces êtres dont, le reste du temps, nous nous efforçons de nier la présence. »
    
    La jeune Américaine en resta bouche bée ; jamais elle n'aurait imaginé qu'Ashley donnait dans les traditions les plus anciennes et obscures de ce pays. Elle réalisa qu'elle le voyait bien souvent sous son jour le plus exotique – mais il demeurait à demi anglais et intimement lié, par cette moitié de sang comme par son éducation, à ces terres.
    
    « Vous semblez surprise…
    
    - N… Non, bafouilla-t-elle. C'est juste que je ne vous imaginais pas…
    
    - Vous êtes surprise.
    
    - Oui, finit-elle par admettre avec une petite moue, je l'avoue. »
    
    Une nouvelle période de silence s'ensuivit, juste troublée par le claquement des roues du train sur les rails.
    
    « Cela vous dirait de m'accompagner ? »
    
    Hadria demeura interdite : avait-elle bien entendu ? Après tout, il ne l’avait pas vraiment regardé en prononçant ces mots. Peut-être les avait-elle mal interprétés. Elle l'observa attentivement, attendant une confirmation.
    
    « Pardonnez-moi, reprit le normaliste en fronçant légèrement les sourcils. Formulé ainsi, cela n'a rien de très convenable… d'autant que je ne vous ai pas informée des conditions exactes. »
    
    Il frotta ses mains l'une contre l'autre, comme toujours dans les rares occurrences où il se trouvait gêné ou pris en défaut :
    
    « Il s'agit de passer une partie de la nuit de Yule dans une forêt très particulière… Je pourrais comprendre que cela ne vous tente guère. »
    
    La jeune femme devait avouer que la perspective de se retrouver en pleine nature, dans le froid et l'obscurité, ne lui disait pas grand-chose. Moins encore que de faire tapisserie dans une salle de bal. Mais à son propre étonnement, elle hésitait à refuser… sans doute parce qu'elle se sentait autant flattée que touchée par cette proposition.
    
    « Quand avez-vous besoin d'une réponse ?
    
    - Ce n'est pas pressé ! la rassura-t-il hâtivement. Vous pouvez même m'informer de votre décision le jour même .
    
    - Je vous remercie. Je vais y réfléchir. »
    
    Il prit acte de sa réponse d'un petit hochement de tête avant de se replonger dans sa lecture.
    
    

    
    (1) Nom traditionnel du solstice d’hiver – et par extension de la période de Noël – en Angleterre.

Texte publié par Beatrix, 22 décembre 2016 à 23h22
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 2 « La proposition » Tome 1, Chapitre 2
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1280 histoires publiées
607 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Marmotte76
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés