Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 34 « L’Éternel combat - Deuxième partie » Tome 1, Chapitre 34
Estrella éprouvait un terrible sentiment de solitude et de mélancolie, seule avec Kina dans cette chambre abonnée. Elle n’avait pas peur de l’Ombre, elle était prête même à lui faire confiance – après tout, ne l’avait-elle pas libérée ? En cas de problème, son père, dame Ledelian et la gardienne Azura n'étaient pas très loin. Mais elle était plus que jamais consciente du poids énorme qui pesait sur ses épaules : elle était la seule à pouvoir persuader Kina de les aider à déterminer où se trouvaient les Arral et quel était leur objectif.
    
    Elle avait tiré une chaise à côté du lit et s’était assise au chevet de la Penumbrienne, en essayant d’ignorer la légère sensation de malaise qu’elle ressentait à sa proximité.
    
    « Kina, murmura-t-elle. Je suis là. Je suis prête à t’écouter. Je te promets que personne ne te fera de mal.
    
    — Vous êtes les alliés des Gardiens, murmura Kina tristement. Une créature comme moi n’a rien à faire en ce monde.
    
    — Je ne vois pas pourquoi, du moment que tu ne nous veux aucun mal ! »
    
    Seul le silence lui répondit.
    
    « Kina, tu n’as pas à t’inquiéter ! Ce n’est pas toi qui as invoqué le Prétorien. Tu n’as vraiment rien à te reprocher. Personne ne t’en veut, pas même Aurean.
    
    — Je ne voulais pas lui faire de mal. Ni à lui… ni à Bastian. »
    
    Estrella sentit son cœur manquer un battement en entendant prononcer le nom du jeune Trente. Elle brûlait de demander à Kina ce qui s’était exactement passé, afin de pouvoir le rapporter à Aurean, mais le moment n’était pas approprié. Elle resta silencieuse quelques minutes, cherchant des questions pertinentes ; elle décida finalement de commencer par le début :
    
    « Kina, depuis quand vis-tu ici, sur Erastria ? »
    
    L’Ombre tourna la tête vers elle, la fixant de ses étranges yeux noirs :
    
    « Depuis que les Arral sont arrivés à Reyliss.
    
    — Tu veux dire, quand ils sont rentrés de l’étranger ?
    
    — Non… Ils n’y avaient jamais vécu auparavant. Ils viennent… d’ailleurs. »
    
    Estrella fronça les sourcils :
    
    « Tu veux dire… d’un autre pays que Reyliss ?
    
    — Ils ont fait croire que leur famille avait longtemps vécu à Nirondis, mais en fait, ils n’appartiennent même pas aux Hautes Lignées… Je ne sais pas si la lignée des Arral a disparu ou s’ils vivent toujours loin de Raylissane, mais Mikhail et Lizbet ont pris ce nom pour être acceptés par les autres mages. En réalité, ils viennent d’un monde envahi par les Ombres…
    
    — Penumbra ? »
    
    Kina secoua négativement la tête :
    
    « Non. Aucun humain ne pourrait vivre à Penumbra, pas plus qu’à Lucid. »
    
    Estrella la regarda, bouche bée :
    
    « Mais toi… tu viens de là, aussi ? Tu es… l’équivalent d’un Gardien ? »
    
    La jeune fille aux cheveux argentés sourit tristement :
    
    « Non, pas exactement. Je suis une Ombre tout ce qu’il y a de plus ordinaire. J’ai été invoquée dans cet autre monde, où la porte vers Penumbra est ouverte. Mais je n’ai pas choisi de me lier à Lizbet : j’y ai été forcée… Mais quand ce genre de chose arrive… »
    
    Une sorte de sanglot remonta du fond de sa gorge :
    
    «… Penumbra nous rejette. Nous sommes considérés comme… pervertis… »
    
    La mage sentit sa gorge se nouer face à la détresse de Kina. Mais elle devait poursuivre l’interrogatoire :
    
    « Et… le Prétorien ? »
    
    L’Ombre sourit avec amertume !:
    
    « Lui, par contre, se rapproche des Gardiens, par la puissance du moins. Il a délibérément choisi de se détourner de Penumbra pour devenir un des Gardes du Roi.
    
    — Quel Roi ? demanda Estrella avec perplexité. Un roi… humain ? »
    
    L’Ombre acquiesça :
    
    « Oui, c’est bien un humain. Sa lignée règne sur ce monde depuis cinq cents ans ; elle est parvenue à s’allier avec une partie des Penumbriens. Le Roi de Penumbra, Umbra Rex s’y opposait totalement, mais certains de ses suivants ont choisi de le trahir, pour obtenir une puissance qu'il refusait de leur accorder. »
    
    Estrella se sentit comme prise de vertige : comment cela était-ce possible ? Un monde autre qu'Erastria, Penumbra et Lucid ? Un monde qui avait formé une alliance avec des Ombres dissidentes ?
    
    « Est-ce que le Prétorien est lié à Arral ? demanda-t-elle en frissonnant légèrement. Je veux dire… à celui qui a pris son nom ?
    
    — Non… Pour exister en dehors de son univers d’origine, il tire ses forces des autres Ombres présentes autour de lui, qui sont invoquées ou liées à des humains. Des Ombres… comme moi… »
    
    La jeune fille serra les poings, sentant la rage monter au plus profond d’elle-même. Ces Arral – quels que soient leur véritable nom et leurs origines – étaient tout simplement des monstres.
    
    « Mais… pourquoi venir nous attaquer ici, à Erastria ? demanda-t-elle. Est-ce qu’ils préparent l’invasion de notre monde ?
    
    — Ils ne m’en ont rien dit. Tout ce que je sais, c’est qu’ils ont été envoyés ici pour préparer le terrain en prévision d’un événement bien particulier. En attendant, ils cherchent à éliminer tous ceux qui pourraient se dresser contre eux… ou simplement leur faire obstacle. Mais je n’ai pas la moindre idée de ce dont il peut bien s’agir. »
    
    Estrella hocha la tête : c’était assez logique, au fond. Détruire d’éventuels opposants avant qu’ils ne développent pleinement leurs capacités, cela tenait d’un effroyable bon sens. Bastian en avait été la victime – et par la même occasion Aurean. Elle comprenait mieux pourquoi son père avait estimé qu'il fallait la protéger par n’importe quel moyen… et pourquoi le fameux Soveregne avait fait en sorte de mettre à l’abri son potentiel.
    
    Elle se demanda si Kina avait entendu parler du mystérieux mage qui avait été le mentor de son père, mais sur lequel il s’était pourtant tu pendant toutes ces années. Cependant, elle jugea plus prudent de garder le silence à ce sujet. Elle regarda autour d’elle et sourit tristement :
    
    « Kina… fit-elle d’un ton d’excuse, je suis désolée que tu doives rester dans cet endroit… Si nous te retenons ici, c’est par sécurité, au cas où les Arral tenteraient une nouvelle fois de se servir de tes pouvoirs.
    
    Elle baissa la tête, avec un sentiment de honte qu’elle ne pouvait dénier. Elle s’en voulait de ne pas avoir été directement franche avec l’Ombre… Après tout, cette dernière ne devait être ni aussi naïve, ni aussi jeune que son apparence et sa timidité pouvaient le laisser croire.
    
    « Je vous comprends… déclara Kina d’un ton serein. Après tout, vous ne savez rien de moi. Vous n’avez pas la moindre preuve de ma bonne volonté… et je suis toujours liée à Lizbet. »
    
    Les yeux d’un noir absolu tombèrent sur le bracelet de pénombre sur la peau pâle de son poignet.
    « Je me doute bien que dame Ledelian et la Gardienne Azura ont dû placer des protections pour empêcher les Arral de me repérer… Probablement une aura de confusion.
    
    — Mais… s’ils savent que tu es entre nos mains, pourquoi n’ont-ils pas tout simplement coupé le lien ?
    
    — Parce que c’est la seule et unique façon pour eux d’employer la magie des Ombres. C’est un peu compliqué à expliquer, mais… dans le monde d’où nous venons, la plupart des mages accueillent en eux l’Obscurité… et non la Lumière. Les Arral – ou plutôt ceux qui se dissimulent sous ce nom – sont parmi les rares lignées qui peuvent encore manier la magie des Sept Couleurs… même si… »
    
    Elle hésita un peu avant de poursuivre, comme si elle avait du mal à trouver ses mots.
    
    « Même si, chez nous, Lucid a été détruit. Tous les gardiens, ainsi que la reine Lucida ont été éliminés…
    
    - Détruite… chez vous ? Répéta Estrella, interloquée. Je ne comprends pas… Il n'y a qu'une seule Lucid et elle existe bel et bien… Tout comme les Gardiens ! À moins que... »
    
    A moins qu'il s'agisse d'un autre Lucid…
    
    Elle porta une main à son front, prise d'un léger vertige cette pensée. Il y avait donc deux versions de chaque monde, plus peut-être ? Avec des habitants si semblables que les Arral pouvaient arpenter Rayliss sans y paraître étrangers et même se faire passer pour des membres des Hautes Lignées ? Cela semblait tellement insensé…
    
    « Ici, la porte avec Penumbra est fermée, poursuivit Kina, le lien avec une Ombre est le seul moyen pour eux d'utiliser leur Obscurité.
    
    — Mais comment est-il possible s’ils possèdent toujours en eux… la Lumière de Lucid ? »
    Kina grimaça légèrement :
    
    « Je sais que nos luttes incessantes peuvent vous faire penser le contraire… mais en fait, Obscurité et Lumière savent cohabiter l’une avec l’autre. Si certaines précautions sont observées… »
    
    Estrella fronça les sourcils, un peu perplexe :
    
    « Je ne peux pas dire que je comprends vraiment… mais je veux bien te faire confiance sur ce point. Mais que se passerait-il si le lien entre Lizbet et toi était rompu ? »
    
    L’Ombre esquissa un sourire d’une infinie tristesse :
    
    « Je retournerais aussitôt dans le monde d’où je viens… vers le Penumbra d'où je viens. Mais conformément à nos lois, je ne pourrais plus y exister telle que je suis. Je perdrais la personnalité que je possède actuellement… Je renaîtrais sous une autre forme… mais… mais même à ce prix, je serais toujours considérée comme un être inférieur, au plus bas des castes du royaume. »
    
    Elle sombra un instant dans un silence peiné avant de reprendre :
    
    « Mais après tout, ce n’est peut-être pas pire que d’être soumise à la volonté de personnes malveillantes et de se trouver obligée de faire du mal à ceux qu’on a fini par apprécier… et qui n’ont jamais mérité qu’il leur arrive des choses aussi cruelles… »
    
    Elle ferma les yeux, se laissant mollement retomber sur les oreillers du lit. Elle paraissait si désespérée qu’Estrella fut envahie d’un intense sentiment d’impuissance. Elle ne doutait plus du fait que Kina était bien une victime, mais comment l’aider ? Elle ne savait pas par où commencer.
    
    « Estrella… souffla l’Ombre. Ne vous souciez pas de moi. Trouvez Lizbet et son père. Empêchez-les de mettre leurs desseins à exécution. Rien de bon ne pourra en sortir. Je vous en supplie… Trouvez-les, mettez-les hors d’état de nuire… avant qu’il ne soit trop tard ! »
    
    
    
ƸӜƷ

    
    
    « Comment savez-vous que vous pouvez lui faire confiance ? »
    
    La voix de dame Ledelian était tendue ; la jeune fille ne pouvait la blâmer d’éprouver de la méfiance. Cependant, le professeur se serait sans doute montrée plus objective sans l’hostilité manifeste de sa Gardienne ; Azura, habituellement si réservée et discrète, prouvait à présent qu’elle était de très loin la plus entêtée du duo. Même Rufus n’aurait pas fait grand poids devant une telle résolution.
    
    « C’est une Ombre, répéta sèchement la femme aux cheveux bleus. Elle nous voit forcément comme ses ennemis ! Combien de blessés… voire de morts faudra-t-il pour vous en persuader ?
    
    — Avons-nous réellement le choix ? plaida Estrella. Peut-être qu’elle cherche effectivement à nous piéger, mais quoi qu’il arrive, nous devrons affronter les Arral. Il faut que cette fois, toutes les forces soient de notre côté. »
    
    Francis regardait par la fenêtre crasseuse, mais la jeune fille vit ses épaules se crisper :
    
    « Estrella n’a pas tort, déclara-t-il d’une voix sourde. Soit Kina nous tend volontairement un piège, et les Arral nous attendront avec un comité d’accueil particulièrement renforcé… Soit ils savent qu’elle est entre nos mains et ils nous ont préparé ce même de comité d’accueil. Dans tous les cas, la bataille que nous devrons livrer s’annonce rude ! »
    
    Assez rude pour qu’elle en soit écartée…
    
    Estrella savait qu’il s’agissait d’une décision de pur bon sens. Qu’on ne pouvait risquer sur un champ de bataille la seule mage des Sept Couleurs encore en vie à Reylissane. Elle en ignorait la raison, mais c’était assez important pour avoir causé la mort de Bastian.
    
    « Qu’est-ce que vous comptez faire, alors ? » s’enquit la jeune fille.
    
    Dame Ledelian tourna les yeux vers Francis, attendant sa réponse, tout comme Azura. De toute évidence, elles le considéraient comme leur supérieur : était-ce en raison de ses compétences, de son charisme ou pour sa qualité de pupille de Soveregne ? Elle ressentait une profonde frustration en pensant au mystérieux mage… Qui était réellement cet homme ? Pourquoi agissait-il si étrangement, par l’entremise de ce groupe trié sur le volet ? Pourquoi n’avait-il jamais pris la peine de la rencontrer ? Parce qu’elle n’était qu’un pion ? Ou la jugeait-il indigne de son intérêt ?
    
    « Une action précipitée serait pire que tout, murmura Francis. Je propose que nous attendions au moins un jour ou deux avant de tenter quoi que ce soit. Conserver le Prétorien sur le plan d’Esratria doit leur demander beaucoup d’énergie. Plus le temps passera, plus il aura du mal à demeurer loin du monde dont il est issu. »
    
    Dame Ledelian tourna vers lui un regard grave et las, mais empli d’une approbation tacite. Seule Azura demeurait inflexible.
    
    « Vous ne m’ôterez pas de l’idée que cette… créature cherche à nous tromper. »
    
    Estrella sentit le fauteuil craquer sous son poids léger ; le meuble avait dû être superbe par le passé, avec son velours framboise et son bois doré, avant de se transformer en antiquité fragile et défraîchie. Tout comme le décor délicat d’arabesques florales vertes et rouges sur fond blanc, qu’on devinait sur les lambeaux de la tapisserie.
    
    « Gardienne Azura ? » appela-t-elle d’une voix douce.
    
    La Lucidienne tourna le regard dans sa direction, des yeux d’un bleu étonnement dur dans son visage pâle. Lorsque la jeune fille avait rapporté ce que lui avait confié Kina sur son étrange origine, elle avait manifesté un trouble profond. Qu’est-ce qu’elle n’osait pas dire et qu’elle craignait autant ?
    
    « Vous pensez que notre monde peut connaître le sort de celui dont viennent les Arral et Kina ? »
    
    Azura se contenta de baisser la tête vers ses mains jointes, le visage sombre. Dame Ledelian regarda la femme aux cheveux bleus avec surprise et curiosité :
    
    « Je peux comprendre tes craintes… mais n’est-ce pas une raison de plus pour agir contre les Arral ?
    
    — La Magie des Sept Couleurs existe là d'où elle vient et, pourtant, je peux vous assurer que nous n’avons offert notre alliance à un autre monde qu’Esrastria. Ce qui peut vouloir dire que c'est un autre Lucid… Mais je n'y crois pas. »
    
    Elle releva un regard angoissé vers ses interlocuteurs :
    
    « Si ces mages peuvent employer la Lumière autant que l'Obscurité, il doit encore exister des Mages Indigo… Peut-être ont-ils trouvé le moyen de les faire voyager dans le temps. »
    
    Francis se retourna d’un bloc :
    
    « Que voulez-vous dire, Gardienne Azura ? » demanda-t-il, la voix chargée d’appréhension à peine voilée.
    Estrella écarquilla les yeux, comprenant soudain les implications suggérées par la Lucidienne :
    
    « Je crois que ce que la Gardienne Azura veut dire… C’est que ce monde que Kina m’a décrit, ce monde dans lequel elle a été invoquée, où les Gardiens n’existent plus, où Lucid a été anéanti… Ce monde… est le futur d’Erastria. »
    

Texte publié par Beatrix, 1er mai 2015 à 19h48
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 34 « L’Éternel combat - Deuxième partie » Tome 1, Chapitre 34
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1280 histoires publiées
606 membres inscrits
Notre membre le plus récent est plumeconteur87
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés