Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 13 « L'Académie — Première partie » Tome 1, Chapitre 13
« Concentrez-vous un peu plus, Estrella ! »
    
    Le jeune fille fronça les sourcils ; une vague de lumière dorée joua sous sa peau, accompagnée de la chaleur et du léger picotement qui caratérisaient la manifestation de la magie. Posé sur la table devant elle, le flacon de verre devint un peu plus rugueux, avec un joli effet opalescent, mais refusa de prendre une autre forme que celle qu'il avait reçu à sa création.
    
    Les yeux bleu marine de maître Alleman la toisèrent sans aménité. Le professeur de l'Ecole jaune de Transfiguration était un homme grand et vigoureux, au visage noble et aquilin et à la longue chevelure roux sombre. Tout contribuait à le faire paraître très intimidant, ce qui n'aidait pas Estrella à prendre de l'assurance.
    
    Elle avait passé deux mois entiers à étudier les enseignements généraux avec dame Ledelian, aussi bien l'histoire de la magie que les théories fondamentales et les exercices de base. Mais ce dernier mois, elle avait été confiée au responsable de sa future école, pour apprendre à contrôler sa couleur principale. Elle ne savait même pas si elle pouvait en maîtriser une autre. Quand elle avait posé la question à Ledelian, cette dernière l'avait rassurée, en lui affirmant que ce serait déterminé « en temps voulu ».
    
    Le plus urgent pour elle était d'apprendre à garder sous contrôle un don de Transmutation qu'elle avait déjà utilisé spontanément par deux fois... C'était la raison pour laquelle, tandis que la date de la rentrée approchait, elle se retrouvait chaque jour, deux heures durant, dans le bureau privé de maître Alleman. C'était une vaste pièce aux murs couverts de boiseries et d'étagères portant des objets étranges, qu'elle n'avait jamais eu le loisir d’examiner de plus près
    
    « Eh bien, Estrella ? » reprit le baryton profond du professeur.
    
    Elle se mordit la lèvre et tâcha de se concentrer un peu mieux. La bouteille s'affaissa sur elle-même comme une outre dégonflée. Alleman laissa échapper un soupir agacé :
    
    « Aurean, montrez-lui. »
    
    Le Gardien, assis sur le rebord de la fenêtre, regardait distraitement au dehors ; il se leva et vint se placer à coté d'Estrella. Elle s'aperçut que le lien s'activait autour de son bras ; un fil doré se matérialisa entre leurs deux poignets.
    
    Elle eut la sensation que la Lumière affluait subitement, sans pouvoir discerner si c'était dans son corps ou dans celui d'Aurean. Le picotement était plus intense que jamais, mais pas désagréable pour autant... en même, en un sens, enivrant. La bouteille qu'elle avait involontairement transformée en œuvre d'art biscornue fut enveloppée d'énergie ; elle sentit la Lumière pénétrer la substance, s'insinuer dans les infimes interstices de la matière et la modifier subtilement. Lentement, le verre reprit sa forme originelle, se dissociant en milliers de grains de sables scintillants qui s’écoulèrent sur la table.
    
    Elle écarquilla les yeux :
    
    « C'est... moi qui ai fait ça ? Balbutia-t-elle.
    
    — Oui et non, répondit Aurean d'un ton dégagé. Disons que je me suis servi de ta Lumière pour le faire, pour que tu puisses en percevoir le mécanisme. 
    
    — Tu m'as... contrôlée ? »
    
    Profondément choquée, Estrella se recula brutalement.
    
    « Mais non, répondit hâtivement le Gardien. Pas vraiment... Disons que j'ai juste fusionné ma Lumière avec la tienne pour qu'elle puisse en suivre l’impulsion.
    
    — Ne te gêne pas, surtout ! »
    
    Le jeune fille fulminait littéralement ; elle cherchait quelle rétribution créative elle pourrait employer pour se venger de cette brèche dans son intimité.
    
    « Estrella ! »
    
    La voix autoritaire de maître Alleman stoppa net ses velléités de revanche.
    
    « Si vous continuez à vous conduire de façon aussi puérile, vous ne parviendrez jamais à exploiter les avantages de votre lien. Il est préférable que vous commenciez par contrôler votre propre Lumière, mais le moment venu, vous devrez mettre de côté votre fierté mal placée et accepter de travailler avec le Gardien Aurean. »
    
    Fierté mal placée ?
    
    La jeune fille sentit ses joues devenir brûlantes... S'obligeant à ravaler sa colère, elle joignit ses mains devant elle et s'inclina légèrement :
    
    « Oui, Professeur. »
    
    Elle jeta un rapide coup d’œil vers le Gardien, s'attendant à le voir jubiler, mais il semblait faire de son mieux pour se fondre avec le décor.
    
    « Vous n'êtes pas la personne que j'aurais choisie pour devenir son attache, reprit Alleman de Veritas, mais je suis conscient des circonstances pour le moins... singulières qui ont entraîné la création de ce lien contre nature. Nous devons faire avec, même si ce n'est aisé pour personne. »
    
    Elle acquiesça, mortifié.
    
    « Maître Alleman... intervint Aurean d'un ton calme. Peut-être qu'Estrella peut refaire l'exercice seule, à présent que le principe est plus clair pour elle ? Je suis sûre qu'elle y arrivera cette fois-ci. »
    
    Le regard de l'homme s'adoucit considérablement. Tout comme Ledelian, il semblait éprouver un grand respect, voire même une certaine affection pour le Gardien, ce que la jeune fille trouvait incompréhensible. Peut-être représentait-il l'idéal absolu du mage au regard de maître Alleman. La Lumière d'or de la Transfiguration résidait au cœur même de son être.
    
    Après un temps d'hésitation, le professeur accepta ; il sortit du placard derrière lui une seconde bouteille et la posa devant Estrella. La jeune fille se mordit la lèvre, tandis qu'elle s'efforçait de retrouver les étapes que lui avait montrées le garçon. Le flacon semblait la narguer ; elle le voyait presque se dandiner devant elle d'un air moqueur. Elle prit une grand inspiration et serra les poings avec résolution.
    
    Elle guida sa Lumière pour qu'elle s'insinue au cœur même du verre, visualisant la structure de la matière. Elle intensifia son action, dissociant la structure pour la pousser à reprendra la forme dont elle gardait la mémoire profonde. Elle sourit triomphalement en sentant la magie faire son oeuvre... Le goulot de la bouteille, puis son col commencèrent à se déliter, rependant une fine poussière de mica. Elle se sentait tellement fière qu'elle en oublia un moment de maintenir sa concentration... La Lumière échappa à son contrôle ; au lieu de se pulvériser, le bas de la bouteille se mit à fondre comme du beurre au soleil.
    
    Déçue et frustrée, la jeune fille contempla avec découragement le résultat mitigé de l'opération. Elle n'osait pas lever les yeux vers le professeur, dont le silence en disait long. Aurean se pencha pour examiner le désastre, puis tourna vers elle un large sourire :
    
    « Tu sais, ce n'est pas mal du tout pour une première fois ! Ce n'est pas une opération des plus simple... Je suis sûr que la plupart de tes camarades de l'académie ne seront pas plus avancés !
    
    — Arrêt de te moquer de moi ! rétorqua-t-elle, les larmes aux yeux.
    
    — Il ne se moque pas de vous. »
    
    Surprise, elle se tourna vers maître Alleman, qui poursuivit :
    
    « Ce qu'a dit le gardien Aurean est tout à fait vrai. Le but de cet exercice n'était pas tant de vous apprendre à contrôler une transmutation difficile, que de vous encourager à vous fier à votre Gardien. »
    
    Elle fixa, bouche-bée, le visage aux traits puissants d'Alleman de Veritas.
    
    « Mais... pourquoi ?
    
    — Parce que votre vie à tous les deux peut en dépendre. Votre gardien est la seule personne à qui vous pourrez intégralement vous fier. Et la réciproque est vraie. »
    
    Un léger sourire, pour le moins inattendu, apparut sur ses lèvres minces :
    
    « Et ne pensez pas pour autant que vous n'aurez rien à faire à l'académie. Maintenant que vous avez manifesté un contrôle satisfaisant de la couleur Jaune, vous avez encore six autres Couleurs à découvrir. »
    
    Estrella ne sut que répondre : qu'entendait-il par cela ? Qu'elle devait apprendre ce que les autres mages pouvaient faire avec leur Couleur... ou bien... ?
    
    L'alternative était si incroyable, si inconcevable pour quelqu'un qui, quelques mois plus tôt, était encore considérée comme une Incolore, qu'elle n'osait même pas se permettre d'y penser...
    
    « Oui, Estrella, reprit Alleman de Veritas. Vous supposez juste. Vous avez le pouvoir de maîtriser les Sept Couleurs de Magie. »
    
    
    
ƸӜƷ

    
    
    Le grand jour approchait. Estrella se contempla dans le miroir, observant la façon dont l'uniforme de l'école tombait sur sa fine silhouette. Il se composait d'une longue jupe évasée qui descendait à mi-mollets en plis harmonieux, sur un jupon bordé de dentelle. Par-dessus un corsage à col haut, agrémenté d'un nœud de la couleur de son école, elle portait une courte veste à pans arrondis. Le tout était plutôt seyant ‒ à part, bien sûr, cette couleur jaune. Elle s'était cependant attendue à pire : la teinte, qui tirait vers le doré, était assez soutenu pour former un contraste harmonieux avec le corsage blanc.
    
    Durant ces derniers mois, elle avait beaucoup progressé sous la férule de dame Ledelian puis de maître Alleman. Elle avait fini par se faire à l'idée qu'elle possédait bel et bien les mêmes pouvoirs que les autres membres des Hautes Lignées... Voire même, de pouvoirs largement supérieurs, puisqu'elle maîtrisait les Sept Couleurs de Magie.
    
    Comme Bastian...
    
    Elle fronça les sourcils : était-ce la raison pour laquelle sa Lumière avaient été scellée ? Pour empêcher qu'elle ne subisse le sort de Bastian ? Pourquoi avait-on choisi de sceller ses siens, et pas ceux du garçon ? Était-ce la décision de son père ? Elle secoua la tête, tentant de dissiper ces réflexions : à part Francis d'Outremont, les deux professeurs et Azura, personne ne connaissait la véritable histoire de ce qui s'était passé dans la propriété des Trente : pour le reste du monde, Aurean avait été plongé dans une stase magique dont Estrella l'avait éveillé ; sa famille adoptive l'avait repoussé uniquement parce qu'il avait survécu, alors que leur fils biologique avait trouvé la mort. Ce qui n'était pas techniquement faux, même si les origines réelles du garçon avaient été occultées. De la même façon, sa maîtrise potentielle des Sept Couleurs de Magie était restée secrète : elle intégrait l'Académie en tant que simple élève de l’École Jaune de Transfiguration.
    
    Elle se posait, inévitablement, des milliers de questions : comme tous les enfants des Hautes Lignées avant leurs treize ans, elle avait étudié auprès de précepteur, et n'avait aucune idée de la façon dont pouvait se dérouler une classe. La perspective de se retrouver au milieu de dizaines d'autres jeunes gens ne l'avait pas effrayée à l'époque, mais à présent, les circonstances étaient très différentes. Pourrait-elle à s'adapter à la vie de l'Académie ? Y reverrait-elle Kristi et Lexa ? Parviendrait-elle à se faire de nouveaux amis ?
    
    Elle n'avait pas particulièrement apprécié sa solitude, mais elle avait fini par s'habituer à la vie calme et simple qu'elle menait à Gallantide. Dans l'hôtel particulier des Outremont à Reylissane, où elle avait pourtant grandi, elle se sentait à présent comme une étrangère. Elle ne trouvait plus sa place dans la vaste bâtisse de pierre blanche sillonnée de veines bleues translucides, à la façade ornée de pilastres et de corniches, aux pièces décorées de riches boiseries et de luxueuses tentures. D'autant moins que tout le monde – à part son père, cela allait de soi – tentait de se conduire comme si ces trois dernières années n'avaient jamais existé. Mais pour Estrella, elles étaient bien réelles, gravées à vie dans le livre de son existence.
    
    Quelques coups discrets résonnèrent à sa porte : s'arrachant au reflet qu'elle ne voyait même plus, elle alla ouvrir, découvrant Aurean, revêtu de la version masculine de l'uniforme qu'elle portait : la jupe était remplacée par un pantalon long, le corsage par une chemise à jabot discret, mais la couleur était la même. L'effet était cependant très différent : avec ses cheveux blonds et ses yeux dorés, la couleur lui allait à merveille.
    
    Le Gardien avait reçu le meilleur des accueils chez les Outremont : autant en raison de son physique avenant et ses manières agréables qu'en réaction au traitement épouvantable qu'il avait reçu de la part d'Eveas de Trente. Sa mère et Alicia semblaient s'être pris d'une affection débordante pour le bel adolescent aux longs cheveux blonds... et il recevait leurs attentions avec une bonne grâce scandaleuse.
    
    « Tu es prête, Estrella ? La voiture nous attend ! »
    
    Elle hocha la tête, attrapa son manteau et suivit le Gardien vers le hall de la demeure. Elle faillit faire demi-tour en voyant sa famille et madame Maysie réunis dans le couloir. Son père arborait une expression réservée, où elle pouvait lire cependant de la fierté et un peu de tristesse... Sa mère se rua vers elle avec enthousiasme et la prit par les épaules :
    
    « Estrella ! Je suis si fière de toi... Si on m'avait dit que ce jour arriverait, je n'y aurais pas cru ! »
    
    Elle considéra sa fille avec un large sourire :
    
    «Tu es absolument ravissante ! Bien sûr, c'est un peu dommage que tu n'aies pas intégré la même école qu'Alicia et moi... Le bleu serait tellement plus seyant... »
    
    Estrella afficha un sourire stoïque :
    
    « Merci, Mère... Je suis très touchée... »
    
    Amée d'Outremont avisa Aurean derrière son épaule ; elle lâcha aussitôt Estrella pour se diriger vers le garçon :
    
    « Tu es magnifique, toi aussi ! »
    
    La jeune fille se demanda comment sa mère réagirait si elle apprenait que celui qu'elle prenait pour un jeune garçon était en fait une créature inhumaine qui existait depuis les début d'Erastria... voire même avant. Ou Alicia, par la même occasion.
    
    Sa sœur arborait fièrement depuis sa sortie de l'académie le badge des services de contrôle de la Haute Chambre, et se trouverait certainement dans le pire des dilemmes si elle apprenait que l'invité permanent de leur maison était en fait une créature interdite de séjour à Erastria. La jeune femme souriait avec un petit air satisfait, sans doute heureuse de ne plus avoir à supporter la honte d'une sœur incolore. Estrella s'admonesta : Alicia était sans doute sincèrement heureuse pour elle. Aussi.
    
    Une fois les embrassades terminées et quelques larmes versées, le deux jeunes gens se dirigèrent vers la voiture qui les attendait à la porte de la demeure. Estrella sentit son cœur faire un bond : d’ici quelques minutes, elle serait en route vers l'Académie des Sept Couleurs, sans avoir la possibilité de faire demi-tour.

Texte publié par Beatrix, 9 novembre 2013 à 00h08
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 13 « L'Académie — Première partie » Tome 1, Chapitre 13
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1265 histoires publiées
593 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Erval
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés