Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 46 « La Lumière de Lucid - Deuxième partie » Tome 1, Chapitre 46
Au-dessus du cimetière, le Prétorien flottait dans les airs, ses larges ailes palpitant à peine ; il obstruait une partie des astres nocturnes telle une immense et dangereuse phalène. Entre ses mains, un globe d'obscurité pure grossissait lentement. Son absence de regard demeurait rivée sur Aurean ; son ébauche de traits portait une expression empreinte de mépris et d'ironie.
    
    Le Gardien d'Or ferma à demi les yeux, considérant son ennemi avec circonspection. Avant même que l'Ombre puisse laisser cours à ses pulsions de mort, il se glissa sur le côté, matérialisant le bâton de lumière qui constituait son arme de prédilection. Surpris par ce mouvement, son adversaire reporta toute son attention sur Aurean, relâchant sa concentration sur son sortilège ; la boule de pénombre quitta ses mains un peu trop vite. Le Gardien profita de la vulnérabilité temporaire du Prétorien pour lancer sur son flanc découvert une attaque, qui fut également esquivée.
    
    « Tu sembles avoir récupéré un peu de tes capacités, grinça l'être ténébreux. J'ai presque peine à croire que tu aies pu être aussi aisément piégé... »
    
    D'un battement d'ailes, il s'éleva légèrement, afin de gagner une position plus avantageuse par rapport au Gardien.
    
    « … mais tu restes faible... Aussi faible que l'enfant que tu prétends être ! »
    
    Il échappa une nouvelle fois au bâton de lumière, demeurant hors de portée des coups d'Aurean.
    
    « Un enfant qui n'a pu protéger sa propre attache de la mort. Qui n'a même pas pu se protéger lui-même ! »
    
    Le Gardien serra les dents et recula légèrement pour adopter une posture de garde ; il se retenait visiblement de répondre aux provocations de la créature. Réalisant qu'il n'avait pas réussi à déstabiliser son adversaire, l'Ombre fonça vers lui, feintant sur sa gauche pour changer au dernier moment de trajectoire et lancer de longs tentacules d'obscurité vers le côté droit non protégé d'Aurean. Le Gardien parvint juste à temps à les repousser d’un moulinet de son bâton, avant de monter en vrille pour passer dans le dos de l'ennemi.
    
    Dans un mouvement d'une rapidité inouïe, la ténébreuse créature reprit place en face d'Aurean. Dans le ciel de nuit, les deux êtres d'ombre et de lumière se toisèrent, plus que jamais résolues à en découdre.
    
    
ƸӜƷ

    
    Estrella sentait son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine ; elle devait se faire violence pour ne pas laisser son attention être accaparée par l'affrontement entre Aurean et le Prétorien. Azura demeurait aux prises avec quatre des Ombres mineures, qui la harcelaient de tous côtés. Même si leur puissance semblait bien inférieure à celle de la Gardienne, il se révélait douloureusement clair qu'elle n'avait pas d'inclination naturelle pour le combat. Cependant, elle faisait de son mieux pour les tenir à l'écart d'elle-même comme d'Aurean. De ses doigts délicats se déroulaient de gracieux fils de lumière qui tissaient d'étranges arabesques avec les tentacules sombres des créatures, tandis que les êtres ailés dansaient les uns autour des autres au-dessus de leur tête.
    
    Au niveau du sol, dame Ledelian et Yllias, qui ne possédaient pas de pouvoirs offensifs, s'étaient repliés auprès de Kaeli et de Segara ; la mage Indigo semblait avoir récupéré l'essentiel son énergie. Fontain avait pris place aux côtés d'Estrella ; Francis et maître Alleman les encadraient, surveillant le reste des ennemis : ceux-ci, suspendues presque au-dessus d'eux, cherchaient visiblement le meilleur angle d'attaque. Au moins, Estrella n'avait plus à se préoccuper de la sécurité d'Eymeri, même si elle demeurait profondément inquiète pour le garçon.
    
    Fontain se tourna vers elle :
    
    « Estrella... Je peux créer un cercle à partir des branches mortes et des herbes tout autour de nous ! Si nous l'enflammons, nous aurons assez de lumière pour la diriger vers ces créatures...
    
    - C'est une bonne idée, remarqua pensivement Alleman, mais il faudra aussi contraindre ce feu, pour qu'il ne puisse pas brûler l'ensemble du parc. Mais... c'est une chose que je peux faire, si nécessaire ! Estrella, vous vous êtes déjà battue contre ces créatures, d'après ce que je sais... Si vous accordez vos talents avec la puissance offensive de votre père, vous pourrez sans doute en venir à bout ! »
    
    La jeune fille lança un coup d’œil incertain en direction de son professeur. Déjà, les créatures tentaient leur chance en fonçant de concert non vers eux, mais vers leurs camarades plus vulnérables. Francis se retourna brusquement, la main parcourue de vagues rouges : l'onde de choc qu'il fit résonner au-dessus de leurs amis écarta les Ombres mineures, disséminant quelques écharpes ténébreuses.
    
    « Fontain, vite ! Yllias, aidez-le ! » ordonna maître Alleman.
    
    Le mage de l’École Verte, soulagé de pouvoir se montrer enfin utile, libéra sa Lumière, qui s'insinua dans les broussailles qui les entouraient. Comme d'elles même, elles commencèrent à pousser puis s'entrelacer pour tisser une palissade tout autour d'eux, de plus en plus haute et épaisse, leur cachant progressivement le reste de la propriété.
    
    Estrella s'aperçut soudain que Kina était demeurée en dehors de ce cercle... L'Ombre, prostrée, était tombée à genoux au pied du mur du cimetière.
    
    
ƸӜƷ

    
    Mikhail d'Arral avait levé les yeux, observant d'un air désinvolte la confrontation entre le Prétorien et le Gardien d'Or. Ses mains croisées devant lui se moiraient de filigranes d'ombres, tandis qu'il bougeait légèrement les doigts, semblable à un marionnettiste dirigeant d'invisibles figurines. Ses pupilles argentées étaient devenues d'un noir fumée, comme si l'obscurité enfouie au fond de lui remontait telle une tache d'huile à la surface de l'eau. Quand Rufus atterrit en face de lui, étincelant de lumière écarlate, il ne lui accorda qu'un regard désinvolte. Lizbet gardait la tête baissée, le visage dissimulé par ses longs cheveux argent. Des torrents d'arabesques ténébreuses formaient une cage impalpable autour de son corps mince, qui vacillait comme une herbe dans la brise.
    
    Mikhail esquissa un geste ; quatre nouvelles Ombres apparurent et se lancèrent simultanément sur Rufus. Une grande épée flamboyante se matérialisa entre les mains du Gardien, qui la brandit d'un mouvement puissant. Il eut tôt fait de disperser les créatures de quelques revers de sa lame étincelante. Mais cette attaque avait laissé assez de temps aux deux mages obscurss pour que le mur sinueux qui entourait Lizbet s'étende également autour de son père. Leur image se brouilla, comme si elle était soudain devenue étrangement lointaine. Rufus asséna un grand coup sur la cage, sans parvenir à l'entamer ; sa lame se teinta d'une sombre craquelure. Le Gardien la lâcha, la laissant s'évanouir dans un bref miroitement...
    
    
ƸӜƷ

    
    Le Prétorien déploya totalement ses ailes ; elles s'effilochèrent d’éclairs noirs qui semblaient crépiter tout autour de lui. Même dans cet horrible visage qui n'en était pas un, on devinait un sourire moqueur. Dans chacune de ses mains, l'énergie obscure afflua. Aurean laissa son bâton se dissoudre et appela à son tour à toute la Lumière de Lucid ; son corps s’embrasa d'une brillance plus intense, tandis que ses ailes palpitaient comme des flammes vivantes.
    
    « Ta Lumière contre mon Ombre... déclara l'être d'obscurité avec un rire qui sonnait comme une râpe sur du métal. Cela manque de subtilité, mais après tout, n'as-tu pas l'esprit d'un enfant ? »
    
    Le visage d'Aurean se crispa en une grimace agacée.
    
    « Quelque chose ne va pas, Gardien ? Peut-être... que tu ne te rappelles plus qui tu es ? Ou plutôt... ce que tu es ? »
    
    Cette fois, la provocation porta : le flot de lumière jaillit et frôla l'Ombre qui s'était écartée de justesse.
    
    « Tu devrais interroger à l'occasion ta bien aimée Reine... Mais il est vrai que tu n'as pas été très présent à Lucid ces dernières années ? »
    
    Le Gardien tremblait de fureur, mais il était visible à son attitude indécise que le doute commençait à s'insinuer en lui.
    
    « Tu te demandes sans doute comment j'en sais autant... Gardien Aurean ? Je ne te ferai pas le plaisir de te le dire. Et je suppose que cela t'irrite au plus haut point ? »
    
    Il baissa légèrement ses mains ténébreuses... fixant l'être de lumière face à lui.
    
    « Ne me dis pas que tu as tellement envie de savoir que tu hésites à me détruire ? C’est dommage… parce que de mon côté, je n’ai aucun scrupule ! »
    
    Il joignit les mains pour les relever aussitôt, laissant échapper un orbe d’ombre qui s’épanouit en une immense étoile tourbillonnante, hérissée de pointes et de barbelures. Cette fois, le gardien n’eut pas le temps d'esquiver la forme qui se ruait vers lui. Il leva ses bras croisés, faisant naître un vaste bouclier de lumière qui absorba l'essentiel de l'attaque. Le choc le précipita vers l'arrière, l'envoyant tournoyer comme un papillon dans une bourrasque. Une épine de pénombre avait accroché le bord d'une de ses ailes, laissant une déchirure noirâtre. Les dégâts n’étaient malgré tout pas assez graves pour affecter sa capacité à se maintenir dans les airs. Il rétablit son équilibre et s’éleva au-dessus du Prétorien.
    
    La créature ne s'était visiblement pas attendue à ce que le Gardien résiste aussi bien à son attaque.
    
    Et certainement pas à ce qu'il redirige dans vers lui toute la puissance de son bouclier improvisé...
    
    
ƸӜƷ

    
    La première flamme venait de naître sur la gauche d'Estrella ; avant que le feu ne la cernent complètement, la jeune fille sauta par-dessus les branchages devant elle pour se précipiter vers Kina. Quand l'une des ombres mineures en profita pour lancer une attaque contre elle, aussitôt repoussée contre le mur du cimetière par une salve de son père, elle le remarqua à peine.
    
    Elle glissa son bras autour des épaules de leur alliée, l'entraînant avec elle vers l'enceinte de broussaille que les flammes avaient presque totalement gagnée. Elle l'escalada de justesse à un endroit encore sûr, qui s’embrasa juste après leur passage. Elle ramena Kina vers la sécurité du cercle, auprès de ses amis. L'Ombre était tremblante et glacée dans son étreinte.
    
    « Kina, est-ce que tout va bien ? »
    
    La jeune fille aux cheveux argentés tourna vers elle un visage où les yeux n’étaient plus que des puits d’ombre ; sa peau se marbrait de taches noirâtres qui semblaient la dévorer de l’intérieur. Elle baissa le regard vers son poignet, où le bracelet d'obscurité était en train de s'effacer :
    
    « Lizbet... est en train de rompre le lien ! » balbutia-t-elle.
    
    
ƸӜƷ

    
    Derrière les barres de la cage immatérielle, Mikhail releva la tête et toisa Rufus d'un air goguenard :
    
    « Et dire que les Gardiens sont censés être les êtres les plus puissants de Lucid... Et te voilà bloqué par un simple Mage des Ombres. »
    
    Le Lucidien darda sur lui le regard meurtrier de ses prunelles rouges... mais presque aussitôt, un sourire apparut sur ses traits vigoureux :
    
    « Je pense que quoi que tu en dises, tu t'épuises, d'Arral ! Et il viendra un moment où tu n'auras plus assez d'énergie pour me contrer. Je n'ai plus si longtemps à attendre… »
    
    D'un geste presque désinvolte, il fit surgir du sol des piques de lumière tout autour de la cage d'ombre d'Arral. ; elles s'élevèrent pour former une seconde grille d'un écarlate flamboyant autour de celle qui protégeait le mage aux cheveux d'argent et sa fille.
    
    « Tu vois, moi aussi je suis capable de jouer à ce petit jeu, déclara-t-il avec un accent de triomphe ; toutes les Ombres que tu invoqueras seront piégées derrière mes barreaux. Je suppose que c'est à celui de nous deux qui tiendra le plus longtemps ! Et je ne parierai pas sur toi, même avec l'aide de ta fille. »
    
    Lizbet releva les yeux pour le dévisager entre ses mèches éparses :
    
    « Un jour, Gardien, siffla-t-elle, votre monde sera le nôtre. Un monde où Lucid aura sombré dans le néant ! »
    
    Rufus lui répondit par un sourire confiant :
    
    « Je ne crois pas que vous soyez une mage de l’École Indigo du temps, mademoiselle Lizbet. Ni que vous possédiez l'exclusivité du futur. »
    
    La jeune fille esquissa un rictus méprisant :
    
    « Mais qui te parle... du futur ? Que sais-tu de l'ailleurs ?
    
    - Lizbet ! intervint sévèrement son père. Tais-toi... »
    
    Il reporta son attention sur Rufus :
    
    « Je ne peux peut-être plus invoquer de nouvelles Ombres, mais rien ne m'empêche de diriger et renforcer celles qui se trouvent déjà ici. Pendant que tu contrôles cette grille, tu ne peux pas aider tes amis !
    
    En dépit de ses menaces, le gardien conserva toute son assurance :
    
    « J'ai confiance en eux et en leur capacité de venir à bout de tes sbires. »
    
    
ƸӜƷ

    
    Le Prétorien vira pour éviter la Lumière du Gardien. Mais cette fois, Aurean l'avait projetée en milliers de particules, comme un gigantesque essaim de lucioles. Elles criblèrent son côté droit d'impacts étincelants qui laissèrent échapper des fumerolles ténébreuses. Affaiblie, la créature tourbillonna lentement sur elle-même, s'enveloppant dans un cocon d’ombre arrachée à la nuit, avant de réapparaître, guérie de ses blessures. Malgré tout, il semblait avoir de la peine à rester dans les airs, tout autant que la Gardin doré en raison de son aile abîmée.
    
    « Cette lutte n'a pas de sens, déclara Aurean d'une voix amère et haletante. Tu peux encore repartir dans ton monde, en donnant l'assurance que tu ne nous nuiras plus. Ce sera plus simple pur tout le monde.
    
    - Tu es incroyablement naïf... crissa le Prétorien.
    
    - Pas autant que tu le crois. Vous êtes si désespérés de nous tuer, Estrella et moi, que cela ne peut vouloir dire qu'une seule chose. Si nous vivons... vous n'existerez pas, n'est-ce pas ? »
    
    L'être frémit sous l'effet de la stupeur... Le bâton était réapparu entre les mains d'Aurean, plus long que précédemment. Avant que la créature ne puisse se remettre de sa surprise, l'arme tourbillonna, comme dotée d'une vie propre... 
    
    
ƸӜƷ

    
    Estrella ne savait que faire pour aider Kina. Autour d'elle, la barricade était dévorée de flammes... Et leur alliée se délitait entre ses bras, le regard noyé de terreur à l'idée de ce qui l'attendait de l'autre côté.
    
    D'une violente explosion d'énergie Rouge, son père écarta les deux Ombres mineures qui avaient tenté d'en finir avec les deux jeunes filles. Fontain se tourne vers la Mage des Spet Couleurs, les yeux largement écarquillés dans le clair-obscur.
    
    « Il faut que tu interviennes… Nous avons fait tout ce que nous pouvions ! »
    
    Estrella se mit à tousser sous l'effet de la fumée qui lui piquait la gorge, elle essuya ses yeux larmoyants, sans oser lâcher Kina. Quelqu'un toucha son épaule, la faisant sursauter :
    
    « Nous ne l’abandonnerons pas, je te le promets ! »
    
    Elle se tourna pour découvrir Segara, qui la regardait d'un air grave. La Compagnonne, passa un bras sous les épaules de l'Ombre pour l'entraîner en arrière, avec un sourire rassurant à l'attention de son amie.
    
    Estrella contempla les flammes qui montaient de plus en plus haut autour d'eux, sous le contrôle serré de Fontain et de maître Alleman. Il était temps d'agir : les attaques de son père ne tiendraient pas éternellement leurs ennemis à l'écart, pas plus que les défenses d'Azura.
    
    Elle s'avança vers la paroi embrasée et ferma les yeux, invoquant la lumière du plus profond d'elle-même...
    

Texte publié par Beatrix, 28 mai 2017 à 20h18
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 46 « La Lumière de Lucid - Deuxième partie » Tome 1, Chapitre 46
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1226 histoires publiées
580 membres inscrits
Notre membre le plus récent est D-F Aubert
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés