Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 2 Tome 1, Chapitre 2
Immédiatement, Mace fut auprès d’elle. Lyn leva le regard vers lui, terrifiée. Elle n’eut cependant pas le temps de parler que le Maître lui intimait :
    
    « Barricade ton esprit. Rends-toi invisible. Maintenant. »
    
    Surprise par le ton sec du jedi, Lyn obéit. Elle ferma les yeux et elle laissa la Force envahir ses sens. Moins d’une seconde plus tard, elle disparaissait. La Force formait un bouclier entre elle et le reste du monde, un bouclier qui suivait sa peau et lui donnait l’impression d’être… différente. Plus fade. Avant qu’elle n’ait pu demander des explications à Mace, une force l’oppressa. Quelque chose. Cette chose la prit à la gorge et lui donna l’impression d’étouffer.
    
    « Garde le contrôle. Fais-lui croire que tu es humaine. »
    
    Lyn serra les poings et poussa un gémissement de douleur en se recroquevillant sur elle-même. Qu’est ce qu’il s’était passé ? Qu’est-ce qui était en train de se passer ? Une voix emplit son esprit et elle poussa un cri. De terreur ? De souffrance ? Probablement des deux à la fois.
    
    « Où es-tu », gronda une voix chargée de noirceur. « Montre-toi… »
    
    Lyn sentit les larmes lui monter aux yeux. Elle ferma ses poings le plus fort possible, ses articulations devenant blanches. Ses ongles entamèrent la chair tendre de ses mains. Lyn sentait sa poitrine oppressée par la puissance qui rôdait dans la pièce, elle n’arrivait plus à inspirer et à chaque expiration, elle sentait la créature prendre un peu plus ses aises.
    
    La main fantomatique de Mace se posa sur l’épaule de l’enfant. Elle devait tenir. Elle devait survivre. Elle leva les yeux vers Mace et plongea dans son regard comme pour s’accrocher à une bouée.
    
    Elle ne saurait pas dire si la présence de l’Empereur n’était restée avec elle que quelques minutes ou bien s’il l’avait écrasé de son pouvoir durant plusieurs heures. Mais, il finit par disparaitre. Par la laisser tranquille, sans avoir trouvé ce qu’il voulait, visiblement.
    
    Lyn était essoufflée, comme si elle venait de courir sur des kilomètres d’affilés. Elle resta à trembler pendant un long moment, Mace à côté d’elle.
    
    « Qu’est-ce qu’il s’est passé », finit-elle par demander, perdue.
    « Tu viens de rencontrer l’Empereur. »
    
    La phrase laconique lui donna l’impression d’avoir pris un coup de massue. Elle tourna lentement la tête sur le côté. Son corps lui faisait mal. Elle déplia ses mains avec douleur secoua la tête.
    
    « Il est… Maléfique. »
    « Puissant, surtout, » répondit Mace, laconique.
    
    La porte de la cellule s’ouvrit alors, interrompant l’échange. Lyn se redressa pour faire face à l’officier qui venait d’entrer. L’homme l’observa un instant de haut en bas. En pyjama, échevelée, le sang qui coulait de ses mains… elle ne devait pas faire bonne impression…
    
    Étrangement, ça lui importait peu.
    
    « Debout. »
    
    Elle obéit avec difficultés. Son corps était encore épuisé du passage de l’Empereur. Elle sentit ses jambes faiblir sous son poids, mais elle tint bon. Son menton se redressa et elle fit face à l’officier, un regard féroce sur son visage encore mangé par les larmes.
    
    « Suis-moi. »
    
    Encore un ordre. Lyn jeta un coup d’œil sur le fantôme à ses côtés et, sur un hochement de tête de Mace, elle obéit. L’inconnu la conduisit jusqu’à l’entrée du vaisseau et elle en descendit, curieuse. Visiblement, la « visite » de l’Empereur avait duré suffisamment longtemps pour que le vaisseau arrive à bon port. Elle sentit ses sourcils se froncer. Elle avait sa question du jour. Si jamais elle réussissait à trouver un moment pour la poser à Maître Windu.
    
    Le spatioport était simple, sans décorations. De grands halls les uns derrière les autres, certains emplis de gens d’autres quasiment vides. Lyn suivit l’homme sans un mot. De temps à autre, elle jetait un regard à Mace, mais celui-ci lui faisait signe de ne pas s’attarder sur lui à chaque fois.
    
    « Il ne faut pas qu’ils sachent que je suis là », dit-il dans un hall presque vide.
    
    Lyn se concentra donc sur le dos de l’homme devant lui, détaillant son uniforme impérial. C’était la toute première fois qu’elle en voyait un : le pantalon droit et noir, la veste s’attachant sur le côté gauche… Les épaulettes en cordelette blanche, les galons sur les avant-bras… L’homme marchait au pat martial et Lyn était presque obligée de courir pour suivre la cadence.
    
    Finalement, il s’arrêta à la sortie du spatioport et fit grimper la gamine dans un speeder. Elle aurait été bien en peine de dire quel modèle il s’agissait, puisque c’était la toute première fois qu’elle en voyait un. L’inconnu monta au volant et mit le contact.
    
    Le Speeder s’envola et s’éloigna à pleine vitesse dans les rues de la ville. Une ville. C’était la première fois aussi qu’elle en voyait une. En dix ans, sa mère ne l’avait jamais emmenée en ville. Elle n’avait jamais rien vu d’autre que les champs à perte de vue et le lac qui semblait aller jusqu’à l’horizon. Si elle n’avait pas attiré l’attention de l’Empereur, elle en aurait probablement profité. Elle aurait détaillé chaque building et probablement demandé sur quelle planète elle était. Avait-elle quitté Naboo ? Le voyage lui semblait trop court pour ça. Mais, combien de temps avaient réellement passé dans cette cellule, à tenter de respirer sous le joug de l’Empereur ?
    
    Elle releva le regard vers l’homme qui conduisait, silencieuse. Elle détailla son visage. Un humain, comme elle. Elle savait qu’il existait d’autres races, mais… encore une fois elle n’en avait jamais vu. Elle ne savait ce à quoi ils ressemblaient que grâce aux descriptions de son Maître.
    
    La peau de l’officier était bronzée, comme s’il avait passé de longues années à la gorger de soleil. Ses cheveux couleur miel étaient coupés court. Il semblait plus jeune que ce qu’elle avait cru au départ. Probablement à peine plus vieux que sa mère. Lyn s’attarda un instant sur la barbe qui poussait sur ses joues et sur ses yeux couleur de ciel d’orage avant de baisser les siens vers ses mains. Les demi-lunes sur ses paumes ne saignaient plus.
    
    « On te soignera à l’académie, » dit l’officier.
    « Qui êtes-vous ? »
    « Colonel Melva. Je serais ton instructeur à l’académie. »
    « Est-ce qu’on est toujours sur Naboo ? »
    « Oui. »
    « Est-ce que je reverrais ma m… Tante un jour ? »
    « Non. »
    
    Le cœur de Lyn se brisa à ses mots. Elle serra les doigts sur son pantalon de pyjama avant d’inspirer un grand coup.
    
    « Qu’est-ce qu’il va lui arriver ? »
    « Elle a caché ton existence et t’as empêché d’aller étudier à l’académie. Elle sera traduite en justice et probablement emprisonnée à vie. »
    
    Voilà qui n’augurait rien de bon. Mais, Lyn n’eut pas le temps d’y réfléchir plus en profondeur : le speeder ralentit et elle fut introduite à l’intérieur du vaisseau. On l’installa dans une cellule, où elle fut rejointe par son Maître.
    
    « Maître », demanda-t-elle, dès que la porte se fut refermée. « Qu’est ce qu’il va m’arriver maintenant ? »
    « Tu vas devoir étudier avec les soldats de l’Empereur », répondit Mace. « Et cacher qui tu es, à chaque seconde de ta vie pour éviter d’être assassinée. »
    
    Toute couleur disparut du visage de Lyn, alors qu’elle ouvrait de grands yeux surpris. Elle n’avait pas vu les choses de cette façon. En fait, elle n’avait pas vu quoi que ce soit. La jeune fille avait été malmenée par les évènements, et elle n’avait pas compris ce qu’il lui arrivait.
    
    « Mais Maître… »
    « Tu dois être prudente, Lyn. Les Jedis ont tous été exterminés par l’Empereur. Tu es la dernière des Jedis. La seule qui a été épargnée. Si l’Empereur t’avait trouvée à la naissance, il t’aurait égorgée comme tous les autres. Tu ne dois ta survie qu’à la fuite de ta mère et à sa solitude. »
    
    L’avertissement raisonna à l’intérieur de l’enfant qui ferma les yeux. Lyn laissa sa tête frapper le mur et elle relâcha l’air qu’elle n’avait pas eu l’impression de retenir jusque là. Elle resta assise là alors que, par la lucarne, le ciel se teintait de rouge, puis la nuit prenait ses quartiers. Roulée en boule dans un coin de la pièce, des larmes coulant sur ses joues, Lyn prenait conscience de l’erreur qu’elle avait faite, et des conséquences qui allaient devoir la suivre jusqu’à la fin de sa vie.
    

Texte publié par Blue Raven., 2 avril 2018 à 20h51
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 2 Tome 1, Chapitre 2
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1306 histoires publiées
622 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Mytae
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés