Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 2, Chapitre 17 « Les adultes savent rien... » Tome 2, Chapitre 17
Pauline est toute essoufflée mais elle a plus qu'à se laisser glisser à travers la grille et, hop, elle est rentrée. Elle saute de sa chaise, saute du bureau et... Aaah ! Odette est assise sur le lit de Pauline ! Comment Lucile a fait pour rapporter aussi vite ? Pauline est bien embêtée, elle va sacrément se faire gronder, c'est sûr ! Mais Odette, ça la fait sourire...
    
    - Ne fais pas cette tête, ma petite. Tu n'es pas la première Veilleuse à faire le mur pour prendre l'air. Ce n'est pas facile de se retrouver enfermée d'un coup. Mais il faut pas que ça devienne une habitude.
    
    Hein ? C'est tout ? Pauline les trouvait ennuyeux, les Veilleurs, mais en fait ils sont plutôt cool ! Sa punition, c'est de se faire ébouriffer les cheveux et de retourner travailler... Trop bien !
    
    Pauline a déjà préparé trois contrats quand quelqu'un frappe à la porte. C'est tellement rare que ça surprend tout le monde ! Finalement, c'est Odette qui va ouvrir. C'est le méchant monsieur ! Avec un peu de chance, il vient dire à Pauline qu'elle peut revenir chez les Emissaires ! Mais non, vu sa tête c'est raté. Il a l'air vraiment pas content jusqu'à ce qu'il voit Pauline. Pour le coup, il a l'air surpris. Il se tourne vers Odette.
    
    - La Veilleuse Morel n'a pas bougé d'ici ?
    
    Odette a l'air un peu surprise mais elle fait un clin d'œil à Pauline.
    
    - Vous savez bien qu'on ne sort jamais d'ici... Et notre petite Pauline est une Veilleuse des plus prometteuses.
    
    Le méchant monsieur a pas l'air convaincu mais comme Pauline lui fait son plus beau sourire et qu'elle est justement en train de travailler... Il se contente de hausser les épaules. Pauline se dit que c'est peut-être pas le bon moment pour lui demander de la faire sortir d'ici...
    
    - Gardez-la à l'œil. On vient de me rapporter qu'elle aurait été vue en train de mettre en garde un Eveillé avant de le laisser filer. Cela lui ressemblerait bien...
    
    Odette fait les gros yeux à Pauline mais elle sourit au méchant monsieur. Oups, en fait quand Odette a grondé Pauline tout à l'heure, en vérité elle savait pas. Pauline se disait bien aussi qu'elle était drôlement gentille...
    
    - Je la surveillerai de près, si ça peut vous rassurer.
    
    Ça doit le rassurer, oui, puisqu'il repart sans gronder Pauline. Finalement, elle s'en sort sacrément bien !
    
    - Viens avec moi, il faut qu'on parle.
    
    Ah ben voilà, Pauline avait raison, c'était trop facile... Odette va dans la chambre de Pauline et elle attend qu'elle y soit aussi pour refermer la porte. Odette va s'asseoir sur le lit et elle tapote la couverture pour que Pauline fasse pareil.
    
    - Ecoute ma puce, je sais que c'est tentant de modifier certaines choses. Certains contrats sont vraiment durs à écrire. Et c'est pour ça qu'il est important qu'on reste ici. Les choses doivent se passer comme on les voit. Nous ne sommes pas là pour les modifier mais pour faire en sorte qu'elles se passent comme il faut.
    
    Pauline, elle est pas d'accord. Le grand garçon, il devait pas se faire faucher, c'était pas lui le contrat. Mais Lucile l'aurait signalé et il aurait été fauché quand même. En plus, c'est rien qu'une cafteuse, Lucile.
    
    - Ne fais pas cette tête, ma chérie, ce n'est pas si grave. Tu sais, on a tous essayé d'intervenir à nos débuts mais ça ne sert à rien, tu peux me croire. Les contrats que tu évites finissent toujours par se réaliser. Dans le meilleur des cas, il est juste différé et quelqu'un d'autre peut le voir et le planifier. Mais dans le pire des cas, le contrat arrive quand même et il n'y a personne pour s'en occuper. Et ça, c'est très triste, tu le sais, n'est-ce pas ?
    
    Pauline hoche la tête, même si elle a envie de pleurer.
    
    - Parce que sinon on se fait gronder...
    
    Ça fait rire Odette. Est-ce qu'elle se moque de Pauline ?
    
    - Non, c'est triste parce que les âmes qui ne sont pas fauchées ne peuvent pas renaître. Alors c'est très important que quelqu'un soit là pour s'en occuper. C'est comme pour les Eveillés. Ce sont des âmes qui sont fatiguées de revivre alors ça leur rend service de nous rejoindre. Mais je suis sûre qu'on te l'a déjà expliqué tout ça...
    
    Mouais... Peut-être... Mais Pauline est pas convaincue du tout. Nicolas, il aimait beaucoup sa maman et son école et faire des photos et jouer avec Pauline et... et... et tout plein de choses encore ! Pauline, elle est sûre qu'il voulait pas être un Faucheur. Et la petite Mia ? Pourquoi elle voudrait être une Faucheuse d'abord ? Odette, elle sait rien à rester enfermée ici. Pauline, elle les connaît elle ! Alors les Veilleurs peuvent dire ce qu'ils veulent, Pauline continuera à protéger les Eveillés !
    

Texte publié par Serenya, 30 septembre 2017 à 10h58
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 2, Chapitre 17 « Les adultes savent rien... » Tome 2, Chapitre 17
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1050 histoires publiées
502 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Akodostef
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés