Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 9 « Pouick » Tome 1, Chapitre 9
Pauline est installée dans sa chambre. Allongée sur le ventre, sur le tapis tout doux, elle lit. Enfin... elle regarde les images. Enfin... elle tourne les pages. Elle s'ennuie ! Aujourd'hui aussi, elle est toute seule à la maison. Papa travaille encore loin, Maman est allée voir une amie. Mais cette amie, c'est la maman de Marlène alors Pauline, elle a préféré rester ici. Hors de question que Lucile et Marlène sachent qu'elle est punie ! Mais c'est ennuyant de rester toute seule à la maison.
    
    Aujourd'hui est un jour particulier mais ça, Pauline, elle ne le sait pas encore. Elle joue à entortiller les poils du tapis autour de ses doigts -ce qui n'est pas très amusant- quand un craquement se fait entendre. Elle se redresse d'un coup. Qu'est-ce que c'était ? Pas la porte d'entrée, pas le parquet non plus, encore moins l'escalier.
    
    Crac !
    
    Le son revient. Pauline cherche. Ça vient de sa chambre, elle en est sûre ! Elle dirait même que ça vient de son bureau.
    
    Crac !
    
    Oui, ça vient bien du bureau ! Accrochée au dossier de sa chaise, sa besace gigote. L'œuf ! L'œuf de squeeze que Papa lui a rapporté pour son premier contrat ! Elle ouvre grand le sac et attrape doucement l'œuf qui s'agite pour le poser au chaud sur le tapis tout doux.
    
    Crac !
    
    Cette fois il y a une grande fissure qui apparaît et Pauline croit voir quelque chose bouger dans la fente.
    
    Patatrac !
    
    L'œuf roule sur le côté et éclate en plein de morceaux ! Reste une boule toute noire et brillante. Pauline approche un doigt pour la caresser. C'est tout chaud et... tout collant. C'est bizarre ! Pauline sourit et avance à nouveau son doigt, en appuyant un peu plus cette fois.
    
    - Couiic !
    
    La boule noire proteste et s'agite mais son couinement fait rire Pauline : son cri aussi est bizarre !
    
    Doucement, deux ailes de chauve-souris se décollent et s'agitent et la boule noire s'envole. Elle tressaute un peu dans tous les sens et Pauline la regarde faire, curieuse. Les squeezes sont tous ronds et noirs mais la couleur de leur œil est presque unique ! Qu'il soit bleu, faites qu'il soit bleu ! C'est la couleur préférée de Pauline après tout. Ce serait super qu'il soit azur, comme sa robe préférée. Après tout, elle ne peut pas la mettre pour aller au travail alors qu'elle pourra emmener son squeeze avec elle ! Oui, bleu ce serait parfait !
    
    La boule volante s'agite, se secoue, et doucement la paupière se dessine et s'entrouvre. Gris... Son œil est gris presque blanc... Pauline est déçue mais très vite elle se souvient que la couleur du squeeze n'apparaît que quelques instants après avoir ouvert l'œil. Pauline trépigne, croise les doigts. Pourvu qu'il soit joli ! Déjà des nuances se dessinent, dansent. Pauline croit voir des ombres bouger sur le gros globe qui la fixe avec curiosité. Il fonce, tire sur le vert, vibre sur une teinte étrange qui fait penser à l'eau de la mare aux canards du parc... Et finalement... Oui, il semblerait qu'il se soit décidé... Pauline en tremble d'excitation. Qu'il ne bouge plus... Il est parfait comme ça ! Oui, c'est clair à présent : son squeeze a un gros œil curieux et... aussi bleu que l'océan des cartes postales ! Il est parfait ! Pauline saute de joie dans sa chambre. Papa est le meilleur des papas, il lui a rapporté un squeeze bleu ! Et pendant qu'elle sautille et couine de ravissement, l'œil ailé fait de même autour d'elle et ils se lancent dans une danse gazouillée des plus amusantes. Oui, aujourd'hui est une journée pas si ennuyeuse que ça finalement !
    
    Quand Pauline entend la porte de l'entrée s'ouvrir, elle se précipite pour montrer son nouveau compagnon à celui de ses parents qui vient de rentrer. Et comme c'est une journée parfaite, Papa et Maman sont tous les deux dans l'entrée, rangeant manteaux et chaussures.
    
    - Papa, Maman !
    
    Papa est le premier à remarquer la boule noire qui volette autour de Pauline.
    
    - Mais que vois-je... Notre petite Paulinette a fait éclore son squeeze ! Et en plus il est d'un joli bleu ! J'en connais une qui doit être ravie...
    
    Pauline rigole devant les mimiques de Papa. Oh oui, pour être contente, elle est contente ! Mais quand Papa se penche pour attraper Pauline et la hisser dans ses bras, la petite boule ailée se glisse entre eux deux en regardant méchamment Papa. Mais Papa, lui, ça le fait rire...
    
    - Et bien, notre Paulinette s'est trouvée un farouche protecteur ! Tu pourras aller travailler en toute tranquillité avec lui, il ne manque pas de courage ! Et comment l'as-tu appelé ?
    
    Mince ! Pauline a joué avec son nouveau compagnon mais elle n'a pas pensé à lui donner de nom...
    
    - Il n'a pas froid aux yeux... enfin à l'œil... Tu pourrais lui donner un nom digne de son courage... Que penses-tu de Témérité ?
    
    Pffffff, Pauline elle pense que Papa est rigolo mais Ténéri... Téméni... Témé-truc c'est trop compliqué... Alors Pauline a une idée, une super idée ! Son nouveau copain, il dit toujours la même chose quand elle le regarde...
    
    - Pouick ! Il s'appelle Pouick !
    

Texte publié par Serenya, 15 octobre 2016 à 00h31
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 9 « Pouick » Tome 1, Chapitre 9
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1050 histoires publiées
502 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Akodostef
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés