Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Lecture
Valkon courait d'un côté à l'autre, donnant ses directives et son avis. Le pauvre commençait à souffrir d'un puissant mal de tête, lorsque ses yeux se posèrent sur une silhouette qui n'avait rien à faire là.
    
     Occupée à piocher des dragées dans les grands saladiers, celle-ci ne s'intéressait aucunement à ce qui l'entourait.
    
     -Qu'est-ce qu'elle fait là, celle-là ? lui chuchota Mina.
    
     Partie pour changer de tenue, son amie venait à peine d'arriver qu'elle cernait déjà le problème.
    
     -Je ne sais pas, je viens de la voir.
    
     L'intéressée se tourna vers eux.
    
     -Qui a fait ses bonbons ? Je me le demande ! Sincèrement, ils ne présentent aucun intérêt !
    
     Valkon s'empara du saladier et l'éloigna.
    
     -Normalement, ils ne sont pas là pour être à votre goût mais à celui de notre Prince !
    
     L'autre fronça le nez.
    
     -Je ne vois vraiment pas comment il pourrait apprécier ces… choses.
    
     L'organisateur l'ignora et parti trouver une place aux friandises. Mina le rejoignit.
    
     -Il faut que je fasse abstraction de cette personne. Je n'ai pas envie de me mettre en colère pour l'anniversaire de notre Prince.
    
     Un bruit de verre brisé raisonna derrière eux. Ils tournèrent la tête.
    
     -Cette coupelle était vieillotte de toute façon, se justifia l'intéressée.
    
     Valkon prit une grande respiration.
    
     -Va t'habiller pour la fête, je vais m'occuper de Mayline, lui souffla son amie.
     -Mais…
     -Tu ne vas quand même pas venir dans cette tenue ?
    
     Il dû reconnaître qu'elle avait raison, mais l'idée de la laisser seule en compagnie de ce monstre, le gêné. Néanmoins, il tourna les talons et commença à quitter la pièce. La curiosité le rattrapa et Valkon se retourna pour assister à la scène.
    
     La différence entre les deux femmes était flagrante. Mina, plus petite, avait revêtu une simple robe noir. Des plies partants du côté gauche, mettaient sa taille en valeur. Des petites perles couleurs d'encre, ajoutait un effet travaillé à son bustier.
    
     Mayline, elle portait un vêtement de couleur crème, qui ne se marié pas avec son teint. L'abondance des couches de tissus, les rubans, les frous-frous et les bijoux donnaient une impression d'accumulation visant seulement à montrer la richesse de sa propriétaire.
    
     -Je vous signale que vous n'avez absolument rien à à faire ici !
     -Vous y êtes bien vous.
    
     A nouveau la riche héritière s'intéressa à ce qui garnissaient les tables. Elle tendit la main vers une des fleurs. Mina lui prit le poignet.
    
     -Je vous prit de laisser ses pauvres plantes, elles ne vous ont rien fait de mal.
     -Je voulais juste sentir leur parfum.
    
     Faisant preuve d'une autorité inattendue, la jeune femme tira Mayline vers elle pour l'éloigner du vase.
    
     -Je supervise l'organisation et en aucun cas, je n'ai besoin de votre aide.
     -Je voulais apporter ma touche personnelle, pour que tout soit parfait pour le Prince.
     -Je vous rassure tout sera parfait, et ce, même sans votre aide. Maintenant, si vous voulez bien rejoindre les autres dans le salon dédié, nous pourrons continuer notre travail.
    
     Mayline fit la moue.
    
     -Désolée de vous dire que vos goûts laissent à désirer. Surtout en ce qui concerne…
     -Plaignez-vous au Prince. Se sont ses choix.
     -J'ai dû mal à vous croire. Comment une personne aussi raffiné que lui pourrait en être à l'origine…
     -Je ne vous demande pas de me croire, juste t'attendre là où est votre place.
    
     La riche héritière la fixa faisant mine de ne pas comprendre.
    
     -Vous savez bien qui je suis. J'ai ma place partout, du fait de la position de ma famille.
    
     Avec un sourire elle ajouta :
    
     -Par contre, je me demande ce que vous, vous faites ici. Je n'ai jamais compris pourquoi le Prince avait accepté dans ses proches une femme handicapée par la nature… Peut-être vous voit-il comme une sorte d'animal savant… Un petit être qui l'amuse.
    
     Mina encaissa l'attaque. Elle n'attendait rien de bon venant de cette femme. Du reste, elle avait plus l'impression que celle-ci répétait les paroles d'un autres. Mayline manquait trop d'imagination pour penser une telle chose.
    
     -Je vous rassure mes relations avec le Prince, sont particulièrement bonne. Encore plus ces temps-ci d'ailleurs. Et si je l'amuse, j'avoue en être particulièrement fière, car tous ne sont pas à l'aise en sa présence. Son sérieux peut décontenancer au premier abord et il ne le perd que devant des personne de confiance et non des étrangers.
    
     Son interlocutrice perdit son sourire. Elle ne s'attendait sûrement pas à une réponse et encore moins de ce genre. Mais Mina n'était pas effrayé par la puissance de sa famille, contrairement à d'autres.
    
     La saisissant par le coude, elle la força à la suivre.
    
     -A présent, si vous voulez bien nous laisser. Ici nous avons à faire.
     -Lâchez-moi.
    
     Mayline fut surprise de voir qu'une si petite femme possédait autant de force. Encore plus, en sachant son état de santé.
    
     -Je ne pense pas que vous aimeriez que le Prince vienne à vous trouver ici, alors que vous n'y avait pas votre place.
     -Je ne fais rien de mal.
     -Ce n'est pas une question de bien ou de mal. C'est une question d'organisation. Le Prince aime les gens qui savent rester à leur place. Ceux qui se trouve là où ils devraient être. Encore plus dans l'éventualité, où il viendrait leur rendre visite avant que la fête ne commence. Soyez sûr qu'il ne parcourra pas le palais à leur recherche.
    
     Les yeux de Mayline s'écarquillèrent, à mesure qu'elle comprenait l'enjeu de ce qui venait d'être dit.
    
     -Le Prince veut me rendre visite ?
    
     Aussitôt, elle s'arracha à l’étreinte de sa geôlière, avant de partir en pressant le pas.
    
     Valkon la regarda passe prés de lui, en se dandinant et se sentit prit d'un fou rire. Le moins qu'on pouvait dire c'était que sa robe n'était pas la plus adapté à la course.
    
     Son regard se tourna vers Mina, elle souriait.
    
     -Tu devrais changer de tenue, lui rappela-t-elle.
     -Merci pour avoir géré ce contre-temps.
     -De rien. Je prend toujours plaisir à rappeler à mes détracteurs que je suis là.
    
     Le jeune homme hocha la tête.
    
     -Tu veux le pire ? lança-t-il. C'est que c'est avec elle qu'on a jugeait qu'il serait le plus judicieux que notre Prince ouvre le bal.
     -Je sais.
    
     Elle soupira à son tour.
    

Texte publié par Nascana, 28 juillet 2016 à 04h08
© tous droits réservés.
«
»
Lecture
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1297 histoires publiées
612 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Delenn Harper
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés