Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Prologue « Le masque brisé » Tome 1, Prologue
« Encore trois à contrôler, deux à huiler et quatre à remonter... »
    
    Du dos de la main, Cinder repoussa une mèche rebelle de son visage couvert de taches de graisse. Il sourit à la rangée d'automates en face de lui : Socrate, le vieux sage barbu et grognon qui répondait à toutes les questions par une maxime écrite sur un carton de couleur ; Lola, la danseuse, avec son doux sourire et sa jupe de fer blanc dont les lames se soulevaient quand elle tournait ; Loustic, le petit voyou à la casquette trop large, qui faisait les poches et nouait les lacets des spectateurs trop naïfs... Et ce n'était là que les plus remarquables : il y en avait bien une cinquantaine, tous amoureusement assemblés par sa mère, chacun avec sa personnalité, ses rouages grippés, ses pointes d'oxydation, ses petits défauts d'animation...
    
    Il finit de graisser le genou récalcitrant de Lola puis s'occupa de la main gauche de Socrate, dont l'annulaire coinçait. Une fois ce travail achevé, il devrait encore ranger et nettoyer tout l'atelier. Il leva les yeux vers la pendule suspendue au-dessus la porte : onze heures déjà... Il devait être debout dès six heures le lendemain, pour conduire les automates chez les clients qui désiraient les louer, puis rentrer à temps pour porter leur repas à son beau-père et ses deux fils, qui tenaient un étal à la foire universelle de Svenne.
    
    Sa mère, Annet Kloze, avait été l'une des ingénieures les plus estimées du Matriarcat, pour son talent à imaginer des automates aux fonctions plus complexes les unes que les autres. Veuve très tôt, elle avait dû élever seule son fils unique tout en dirigeant l'atelier. Quand elle avait rencontré Viktor Ash, un veuf père de deux garçons, elle avait jugé leur union avantageuse. Viktor était un bel homme, réservé et aimable, dont les cheveux noirs grisonnaient élégamment aux tempes. Ses talents d'orfèvre avaient contribué à améliorer l'apparence des productions de l'atelier.
    
    Cinder ne s'était jamais entendu avec ses deux beaux-frères, Ludvik et Piter : un peu plus âgés que lui, ils n'avaient aucun goût pour la mécanique, préférant aller se pavaner en ville dans leurs beaux habits pendant que le garçon travaillait dur sous l'apprentissage de sa mère. Après la mort précoce d'Annet, Viktor avait révélé sa vraie nature : avide et ivre de reconnaissance, il avait tant raboté les salaires que tous les employés avaient fui l'atelier. Il aurait sans doute vendu tous les automates s'il ne s'était pas soudain avisé qu'il n'avait plus personne pour en construire - à part Cinder, qui n'avait même pas pu achever son apprentissage.
    
    Les trois Ash traitaient le jeune Kloze, qui venait d'avoir seize ans, pire qu'un domestique. Viktor avait même décrété que puisqu'il semblait plus à l'aise avec les automates qu'avec les humains, il ne coucherait plus dans la maison au-dessus de la boutique, mais dans l'atelier. Cinder savait qu'en théorie, l'affaire lui appartenait pour moitié : mais en tant que garçon mineur, il lui était difficile de faire valoir son bon droit auprès du Matriarcat.
    
    Il était deux heures du matin quand il eut enfin achevé toutes ses tâches ; il s'effondra sur sa maigre couche, le visage tourné vers la haute verrière à travers laquelle il entrevoyait quelques étoiles froides et scintillantes et, parfois, un rayon de lune.

Texte publié par Beatrix, 20 mars 2016 à 00h31
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Prologue « Le masque brisé » Tome 1, Prologue
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1297 histoires publiées
612 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Delenn Harper
LeConteur.fr 2013-2019 © Tous droits réservés