Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 37 « Premières armes (première partie) » Tome 1, Chapitre 37
Le retour sur la barge se fit dans un silence excessivement lourd : l'air semblait crépiter autour de monsieur Sig et d'Ayrith ; Vodo et Varen n'osaient prononcer une parole, de crainte d'envenimer la situation. Cette ambiance rendait Lukas plus nerveux encore.
    
    Shimmer et Sila les attendaient sur le pont supérieur, avec une impatience visible : dès leur arrivée, ils accoururent au-devant d'eux, pour s'arrêter, hésitants, devant leur mise fermée. La jeune plongeuse croisa les bras et fronça les sourcils :
    
    « Ne me dites pas que nous avons perdu le contrat ! »
    
    Monsieur Sig porta sur elle un regard sévère :
    
    « Il aurait mieux valu », déclara-t-il sèchement.
    
    La jeune fille laissa retomber ses bras le long de son corps et dévisagea le directeur avec perplexité :
    
    « Comment pouvez-vous dire cela ? »
    
    Varen posa une main sur son épaule en passant à côté d'elle et chuchota discrètement quelques mots à son oreille. Le teint sombre de la jeune fille vira au grisâtre :
    
    « Mais comment ce crétin a-t-il pu faire une chose aussi stupide ? grommela-t-elle juste assez fort pour que Lukas entende chaque parole.
    
    Le géant vérifia que les intéressés s'étaient suffisamment éloignée, avant de lui répondre, d'un ton calme :
    
    « Comment, je ne sais pas... Mais pourquoi, c'est assez facile à comprendre. Par fierté excessive... c'est certain. Mais aussi pour que monsieur Sig ne finisse pas le mois avec trop de dettes. Pour que Vodo puisse bénéficier du matériel dont il a besoin. Pour qu'aucun d'entre nous ne doive se passer de son salaire en attendant que ça aille mieux, et que tu puisses envoyer de l'argent à tes parents, Sila ! »
    
    Elle se dégagea et recula de quelques pas, secouant la tête :
    
    « Mais est-ce qu'il ne comprend pas que s'il lui arrive quoi que ce soit, il ne peut pas compter sur l'argent des assurances ? C'est pour de bon que nous devrons nous vider les poches...
    
    — Sauf que jamais il n'y consentira. Tu le connais si mal ? »
    
    La jeune fille serra les poings :
    
    « J'aurais dû plonger à sa place !
    
    — La décision ne nous appartenait pas, de toute façon.
    
    — Tu vas prendre soin de lui, dis ? C'est avec moi qu'il a l'habitude de faire équipe !
    
    — Je travaillais déjà avec lui bien avant que tu arrives, Sila, rappela-t-il en souriant. Et de toute façon, Sig et Vodo le supervisent, et ils vont être doublement vigilants. »
    
    Il s'approcha de nouveau et passa un bras autour des épaules minces de la plongeuse :
    
    « Ne t'inquiète pas, il ne lui arrivera rien. »
    
    Elle hocha la tête, les yeux baissés et les lèvres serrées en une fine ligne.
    
    « Ce n'est pas la question », marmonna-t-elle, mais Lukas pouvait lire une inquiétude profonde dans ses prunelles dorées. Il se détourna avec résignation : jamais il ne parviendrait à comprendre cette fille.
    
    « Je veux superviser avec vous ! déclara-t-elle. Puisque je ne peux pas plonger, autant que je serve à quelque chose ! »
    
    Shimmer, qui s'était montré discret jusqu'à présent renchérit :
    
    « Est-ce que tu crois que Vodo acceptera que je vienne dans la salle de commande du drone avec Lukas ?
    
    — Je ne pense pas que ça posera le moindre problème », répondit sereinement le grand plongeur, un sourire plissant le tatouage sur sa joue.
    
    Lukas aurait préféré que sa future responsabilité ne lui soit pas aussi brutalement rappelée. Mais, après tout, ce n'était pas comme s'il allait remplir un rôle actif. Et il aurait l'occasion d'assister aux premières loges à un spectacle titanesque, qui lui ferait oublier ses problèmes de famille. Même s'il commettait une erreur, il n'y aurait pas mort d'homme ! À la réflexion, ce n'était pas tout à fait vrai : certes, Vodo pourrait toujours faire des diagnostics depuis la barge, mais il serait chargé de repérer des dommages potentiels avant qu'ils ne s'aggravent.
    
    Le garçon serra les poings, luttant pour ne pas scruter sa montre relais. Il aperçut Ayrith, qui était ressorti des bâtiments pour se rendre au hangar en compagnie de Vodo et de Varen. Il gardait la tête baissée et la crispation de sa mâchoire montrait qu'il n'avait pas éliminé toute sa frustration.
    
    « Eh, espèce de linotte ! lui lança Sila, tâche de faire attention à toi ! »
    
    Les traits du plongeur se détendirent légèrement tandis qu'il saluait la jeune fille avec deux doigts, un sourire accroché aux lèvres. Quand Shimmer s'approcha pour lui souhaiter bonne chance à son tour, Ayrith lui ébouriffa les cheveux avec affection, suscitant du garçon blond, habituellement si calme, quelques cris de protestation. Lorsque les yeux argentés se posèrent sur lui, Lukas se contenta d'un petit signe de tête. Il avait du mal à regarder Ayrith en face : un curieux mélange de honte et d'impatience avait remplacé sa jalousie et son hostilité, sans réellement les effacer. Après tout, monsieur Sig devait penser qu'Ayrith avait bien plus besoin de lui... et quelle place Lukas pouvait espérer tenir auprès d'eux ? Sa mère, toute à sa vie de travail et de loisir, ne lui avait jamais donné la priorité, pourquoi fallait-il qu'il vive la même chose avec son second parent, pour qui il constituait une quantité superflue après sa firme et ses employés ?
    
    À son profond soulagement, monsieur Sig n'avait pas réapparu : sans doute se trouvait-il déjà dans la salle de contrôle. L'apprenti plongeur se tourna vers lui ses yeux graves, à demi dissimulés sous sa frange blonde. Il se tenait immobile, les bras croisés, sa mince présence avalée par son T-shirt trop grand et son pantalon trop large, dans lesquels on aurait pu glisser au moins quatre Shimmer.
    
    « Et si nous allions dans la salle de commande du drone ? »
    
    Il acquiesça machinalement :
    
    « D'accord. »
    
    Il hésita un moment, avant de déclarer :
    
    « Tu sais, Shimmer... Ce n'est pas la peine de te forcer à être agréable avec moi.
    
    — Pourquoi est-ce que tu dis ça ? demanda le jeune blond avec perplexité. Tu es la seule personne avec qui je ne me sens pas...
    
    — Loin derrière ? Qui ne se force pas à être gentil par pitié ?
    
    — C'est ce que tu ressens, aussi ? »
    
    Shimmer haussa les épaules :
    
    « Un peu, c'est vrai. Mais c'est difficile pour moi de me sentir proche des autres. J'aime bien Sila et Ayrith, mais ils sont un peu trop brillants et bizarres, et... »
    
    Il secoua la tête :
    
    « En dépit des apparences, ils sont extrêmement proches l'un de l'autre. Les autres sont agréables aussi, mais un peu trop...
    
    — Adultes ? »
    
    Shimmer esquissa un petit sourire :
    
    « On peut dire cela. Alors je ne suis pas ami avec toi par pitié, mais parce que j'ai peut-être enfin la chance d'avoir un ami. Même si tu as mauvais caractère, que tu en veux à monsieur Sig, que tu n'apprécies pas Ayrith et que tu ne peux pas t'empêcher de mater Sila... »
    
    Lukas se sentit rougir violemment.
    
    « Oh, ne t'en fais pas, poursuivit Shimmer sur le ton de la conversation, c'est assez normal, non ? Le souci, c'est que la personne dont elle souhaite attirer l'attention ne la regarde pas... enfin, pas comme elle voudrait. Ça lui fait mal, c'est aussi pour cela qu'elle est comme ça... »
    
    Il regarda autour de lui, un peu nerveusement, avant d'ajouter :
    
    « Dis... Tu ne lui répéteras pas que je t'ai dit ça, hein ? »
    
    Lukas secoua négativement la tête, perplexe : de qui Shimmer voulait-elle parler ? D'Ayrith ? Ça semblait peu vraisemblable, vu la façon dont le traitait Sila. Varen ? Il était trop âgé pour elle, et même si c'était l'une des rares personnes envers qui elle manifestait un certain respect, il n'y croyait pas trop. Monsieur Sig et Vodo ? C'était totalement hors de question. Alors de qui le plongeur blond pouvait bien parler ?
    
    Lukas avait bien d'autre souci que la vie sentimentale calamiteuse de la jeune fille. Il avait vite compris qu'il avait peu, voire pas de chance auprès d'elle. Il doutait même qu'ils puissent un jour devenir amis. Voir Shimmer se rapprocher de lui avait été une bonne surprise ; le garçon réalisait avec un peu de honte qu'il n'aurait pas fait particulièrement attention au petit blond, s'il l'avait croisé à Stellae : il l'aurait jugé trop réservé, trop délicat. En fait, il ne l'aurait sans doute pas remarqué. Pourtant, le jeune plongeur manifestait bien plus de courage qu'il n'en avait jamais eu. Comme tout le monde à Armatis, d'ailleurs.
    
    Il secoua la tête et décida de filer vers la salle de commande du drone, Shimmer sur ses talons. Mais au moment où les deux garçons allaient entrer dans le bâtiment pour rejoindre le pont inférieur, il entendit une rumeur qui enflait progressivement. Il se tourna vers la plate-forme, pour s'apercevoir qu'entre les pontons où les barges étaient amarrées, d'énormes structures se déboîtaient lentement, comme de gigantesques tiroirs ; puis, dans les grondements et le grincement des vérins, elles se redressèrent ; la partie supérieure coulissa, dévoilant leur contenu secret : les Paladions de LucidOre.
    
    Lukas demeura bouche bée : il n'avait jamais imaginé qu'une machine pouvait être si immense. Ces robots devaient bien faire le double de la taille du Kobol. Lentement, ils furent amenés en station verticale, formant un rang redoutable tout autour de la plate-forme.
    
    Tous semblaient être, à peu de choses près, du même modèle : pas vraiment différents du Colossus, mais plus lisses et aérodynamiques, peints en jaune avec des bandes argentées, les couleurs de Lucid Ore. Une fois que les Paladions, en position, les passerelles se rétractèrent dans le socle de la base.
    
    Lukas avait du mal à croire qu'un pilote humain pouvait contrôler ces choses ; pourtant, c'était bien le cas. Il n'arrivait pas à détacher son regard des terribles machines, tandis que des pensées folles lui traversaient la tête : est-ce que qu'elles pouvaient se relever quand elles tombaient ? N'étaient-elles pas trop lourdes pour parvenir à bouger aisément ?
    
    Shimmer posa une main sur son épaule :
    
    « Il faut qu'on y aille, Lukas », dit-il avec une légère insistance.
    
    Le garçon détourna les yeux des énormes engins qui attendaient, dans le fluide de Margarita jusqu'au torse, que le forage débute. Il avait hâte de les voir en action, mais son devoir l'appelait. À contrecœur, il s'arracha à la vision des Titans et suivit le jeune plongeur.
    
    

Texte publié par Beatrix, 20 février 2018 à 21h56
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 37 « Premières armes (première partie) » Tome 1, Chapitre 37
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1051 histoires publiées
501 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Akodostef
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés