Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 34 « Un moment de crise (deuxième partie) » Tome 1, Chapitre 34
Lukas avait fini par s'endormir, le visage enfoui dans son oreiller, comme s'il pouvait bloquer la réalité tout autour de lui. De nouveau, ce furent des coups à sa porte qui troublèrent sa torpeur : il choisit cette fois de les ignorer, se recroquevillant sur lui-même et tirant sur lui son couvre-lit.
    
    « Lukas. »
    
    La voix était forte, vigoureuse, parfaitement calme.
    
    « Il faut que je te voie, Lukas, et « non » n'est pas une réponse. »
    
    Il sentit un frisson parcourir ses épaules, en entendant la voix de la personne qu'il voulait le moins du monde avoir en face de lui.
    
    « Ouvre où j'emploie mon passe. Je déteste le faire, mais je n'hésiterai pas. Et tu ne seras pas le premier que je viendrai débusquer. »
    
    Il souleva à contrecœur une paupière un peu ensablée. Il savait qu'il n'avait pas le choix et qu'il ne pourrait pas discuter ; peut-être, enfin, pourrait-il avoir la vérité, non pas celle d'un acte officiel, mais celle qu'il aurait dû entendre dès le début. Le garçon repoussa le couvre-lit sous lequel il s'était glissé encore tout habillé et ordonna l'ouverture de la porte, en se manœuvrant – difficilement – dans une position assise. Il devait avoir une mine épouvantable ; le lien qui retenait ses cheveux s'était détaché et les mèches pendouillaient dans son cou comme de la broussaille châtaine. Il se frotta les joues, essayant vainement d'effacer les plis de l'oreille incrustés dans sa peau comme les traces de larmes séchées.
    
    L'expression de monsieur Sig – comment devait-il l'appeler à présent ? - était sévère, mais il ne vit aucune colère dans son œil unique. Il tira à lui la chaise du bureau pour s'asseoir, légèrement pensé en avant, en scrutant le visage du jeune homme :
    
    « Lukas. Tu vas m'écouter attentivement. »
    
    Le garçon craignait le pire, mais il jugea bon de ne rien dire. Il se pencha en avant, les coudes appuyés sur les genoux , attendant le sermon qui ne tarderait pas à suivre.
    
    « Shimmer m'a avoué ce qu'il avait fait. Le canal ouvert vers le réseau de Stellae. »
    
    Il sentit le sang se retirer de son visage : monsieur Sig avait-il pu tracer les recherches qu'il avait effectuées ?
    
    « Vous n'avez rien fait de mal, mais de toute évidence, ce n'était pas une bonne idée, vu ton état émotionnel. Je lui ai demandé de couper le canal tant que je n'estimerai pas que tu es en mesure de le supporter. »
    
    Lukas ne savait pas s'il devait se sentir rassuré ou humilié d'être traité en gamin. Mais au moins, monsieur Sig n'avait pas vérifié ce qu'il avait exploré... ou du moins, c'était ce qu'il espérait. Shimmer, par contre...
    
    « Je voulais aussi que tu saches que je désapprouve le comportement de Sila. Ce n'était pas à elle de venir te faire la leçon. »
    
    Lukas était heureux de l'entendre. Il se demanda si monsieur Sig était au courant de la gifle qu'elle lui avait asséné. Peut-être aurait-il dû en parler, mais il ne voulait surtout pas avoir l'air de trop se plaindre de ses collègues.
    
    « Mais d'un autre côté, poursuivit monsieur Sig, toujours aussi gravement, je souhaite que désormais tu viennes me trouver dès que tu ne te sens pas bien. Est-ce que c'est clair ? »
    
    Malgré lui, le garçon sentit un sourire ironique relever le coin de ses lèvres :
    
    « Oui, c'est clair. Mais ce n'est pas simple. J'ai toujours eu du mal à me confier aux étrangers... »
    
    Sur les traits du directeur apparut une expression aussi heurtée que si Lukas l'avait frappé en plein visage ; et cela revenait au même, en un sens. Il ferma les yeux et prit une longue inspiration : après tout, qu'y avait-il de si choquant dans ce qu'il venait de dire ? Il connaissait monsieur Sig depuis une poignée de jours seulement. À présent, il attendait la réponse de Siegfried Benz, l'ex-époux de Jada Pratz. Qui n'aurait pas dû être cet étranger à qui il refusait de se livrer.
    
    « Je comprends, répondit enfin le directeur après un long silence. Cependant, écoute-moi bien : nous avons reçu l'aval de la société LucidOre : elle va nous employer sur une durée de trois jours. Vodo pense que tu es prêt à prendre les commandes du drone, mais pour cela, tu dois apprendre à te contrôler et à maintenir des relations cordiales avec les autres membres de l'équipe. Tous les autres membres. C'est bien compris ? »
    
    Lukas esquissa une petite grimace, en songeant que les seules personnes avec qui il n'avait aucun différend, désormais, étaient Vodo et Varen.
    
    « Oui, se força-t-il à répondre. C'est bien compris. »
    
    Le visage du directeur se radoucit ; il posa une main, celle de chair et de sang, sur l'épaule du garçon :
    
    « Je sais que ce n'est pas facile. J'en suis bien conscient. Mais je voudrais que tu cesses de nous voir comme des étrangers, si c'est possible... »
    
    Le garçon réprima un rictus ironique, attendant la suite qui ne manquerait pas de venir : qu'il devait les considérer comme sa famille... Mais il savait déjà que monsieur Sig allait laisser passer sa chance de dire la vérité. Ou peut-être, par la dureté de ses propres paroles, l'avait-il privé de cette opportunité. Mais de toutes les manières, le directeur d'Armatis avait largement eu l'occasion de se révéler, et il ne l'avait pas saisie.
    
    Comme la suite supposée ne venait toujours pas, Lukas faillit déclarer qu'il ne voyait pas comment c'était possible, puisque Sig lui-même le traitait en étranger, mais il se retint. Tout cela pouvait attendre la fin de la mission.
    
    « Je vais m'y efforcer » , promit-il, non sans un petit accent sarcastique qui ne dut pas échapper à monsieur Sig, à son regard découragé.
    
    « Bien. Je voulais également te dire que... »
    
    Il hésita un peu, avant de poursuivre :
    
    « Ton programme scolaire a été constitué, tu peux commencer à le suivre quand tu voudras. Les liens vers l'espace d'étude doivent avoir été envoyés sur ta microstat personnelle. »
    
    Lukas murmura un merci hâtif, en se souvenant de la promesse qu'il avait faite à Shimmer : était-elle encore valable, puisque le blond avait vendu la mèche et qu'il n'avait plus accès à son réseau ? Et surtout, Shimmer accepterait-il de lui parler à nouveau après qu'il se soit conduit aussi rudement avec lui ?
    
    « Bien. Repense à tout ce que je t'ai dit... »
    
    Sans attendre, il pivota sur ses talons et sortit de la pièce, laissa le garçon seul avec ses réflexions.
    
    
* * *

    
    Lukas s'était résigné : le directeur n'avait aucune intention de se montrer franc, en dépit de tous ses discours moralisateurs. Avec un soupir, il se traîna vers sa microstat, afin de vérifier s'il pouvait trouver ses programmes d'étude sur son espace : il n'eut aucun mal à trouver l'icône en forme de livre de papier qui flottait devant ses yeux. Quand il l'activa, il trouva très exactement les programmes sur lesquels il avait travaillé à AltaRea, et se demanda par quel miracle ils avaient bien pu arriver là.
    
    Shimmer, très probablement... Etait-ce ainsi que monsieur Sig avait découvert le canal que le jeune garçon lui avait déjà installé vers Stellae ? Avec un long soupir, il parcourut les différents supports : son sentiment de nostalgie n'était pas moins intense que quand il s'était juste promené sur le réseau, mais au moins, il n'était pas forcé de demeurer passif. Il passa une main dans ses cheveux en regardant défiler les différents modules : il y avait un peu plus d'un mois qu'il avait quitté le lycée, mais il avait l'impression que cela faisait une éternité.
    
    En dépit de ses brillants résultats, il n'avait jamais pris les études autrement que comme un mal nécessaire et la clef d'un avenir confortable. Il se demanda quelles possibilités elles pouvaient lui offrir dans le monde extérieur. Est-ce que cela servait à quelque chose de ramasser les fragments de sa vie en miette ?
    
    Il s'écarta de l'écran de la station et frotta ses yeux ensablés... Mais soudain, il vit quelque chose apparaître au milieu de son écran. Une sorte de petit lézard vert avec des antennes et une double queue, dressé sur ses pattes de derrière, avec de grand yeux étrangement sérieux et une microstat en bandoulière.
    
    « Mais que... »
    
    Il secoua la tête en reconnaissant un avatar, mais ce qui était derrière ne devait pas être un simple programme. A Stella, chacun de ses amis en possédaient un mais, généralement, moins mignon et farfelu. Il avait, pour sa part, choisi un aigle au plumage vert et or. Pas une mignonne petite créature droit sortie d'un holo3D pour enfants...
    
    « Shimmer ? » hasarda-t-il.
    
    La créature croisa les bras, le fixant avec solennité :
    
    « C'est possible. Tu n'as rien à me dire ? »
    
    Lukas sourit malgré lui :
    
    « Que je suis désolé ? hasarda-t-il.
    
    - Déjà. »
    
    Il sentit son cœur battre plus vite :
    
    « Est-ce que tu as vu...
    
    - Ce que tu as été cherché sur les réseaux de Stellae ? Non, je ne suis pas indiscret. »
    
    Il marqua une pause avant d'ajouter :
    
    « ...Enfin, pas à ce point-là... Mais il ne faut pas être sorcier pour comprendre que c'est ce qui t'a mis dans cet état. »
    
    L'avatar marqua une pause avant de poursuivre :
    
    « Ça en valait la peine, au moins ? »
    
    Après un léger temps d'hésitation, Lukas acquiesça, supposant que la caméra de sa microstat diffusait son image :
    
    « En un sens, je pense... Je... »
    
    Il avala péniblement sa salive, avant d'ajouter :
    
    « Merci, Shimmer..
    
    - C'est naturel. Et n'oublie pas notre marché.
    
    - Bien sûr que non... Et... »
    
    L'avatar pencha la tête vers le côté :
    
    « Et quoi ? »
    
    Le garçon sentit un léger sourire se former sur ses lèvres :
    
    « Je voudrais bien un nouvel avatar, moi aussi ! »
    
    Le petit lézard le regarda comme s'il tombait de la lune... Mais Lukas était sûr que de l'autre côté de l'écran, Shimmer était en train de rire.
    
    

Texte publié par Beatrix, 11 février 2018 à 22h03
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 34 « Un moment de crise (deuxième partie) » Tome 1, Chapitre 34
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1028 histoires publiées
484 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Jonas
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés