Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 2, Chapitre 30 « L'Enfant qui Rêve » Tome 2, Chapitre 30
– Tu es l’enfant qui rêve !
    Un éclat de rire jaillit ; telle avait été la réponse.
    – Jareth ? Vous m’entendez ?
    Une voix s’insinuait dans son esprit, mais il ne la reconnaissait pas. Troublé, il tenta d’ouvrir les yeux, mais les referma aussitôt, blessés par une lumière crue. Des taches colorées dansaient sous ses paupières, alors que dans ses oreilles se répercutaient les échos d’une conversation lointaine.
    – De… depuis combien de temps suis-je, ici ? articula-t-il avec difficultés, comme il s’efforçait de remuer les membres.
    Mais la douleur était bien trop vive et il renonça bien vite.
    – Ne bougez pas, Jareth, lui ordonna la voix ferme de Nostria. Vous avez dormi presque trois jours. Grâce aux soins que vous a apportés Nyx, vous êtes encore en vie ; elle vous a découvert à demi mort alors que vous gisiez dans un marais dans le cœur de la forêt.
    Dans le fond du lit, l’homme soupira. Il avait presque tout oublié de ce qu’il s’était produit après qu’il eut quitté son refuge pour affronter ses deux adversaires. Il se souvenait encore de la fermeté de la chair du premier lorsque, de ses griffes acérées, il lui avait labouré l’abdomen et éventré. En revanche, il ignorait tout de ce qu’il était advenu du second. Comme si elle lisait dans ses pensées, Nostria lui murmura :
    – Hélas, bien que grièvement blessé, il s’en est retourné vers ses maîtres. J’aurais pu remonter sa piste et l’achever, mais je ne pouvais vous perdre, souffla quelqu’un à son oreille, dont le ton rogue masquait mal l’amertume dissimulée dans son propos.
    Jareth serra le poing, en même temps que des larmes perlaient au coin de ses yeux. Il n’avait pas failli, mais le poids n’en était pas moins lourd.
    Une main caressa son visage, douce ; elle avait la texture de la soie, puis elle se retira aussi vite qu’elle s’en était venue. Des lèvres effleurèrent les siennes. Hélas, ce n’était qu’un rêve, Jareth dormait.
    – L’enfant, murmurait-il à demi-mot dans son sommeil. L’enfant qui rêve.
    – Nyx ! De combien de temps disposons-nous avant que l’Ordre n’ordonne le déploiement de ses hommes et sa capture ?
    Un pli soucieux barra son front laiteux. Éminence grise de l’Ordre, elle l’avait manipulé de manière à remonter la piste de l’enfant et le voici qui lui échappait. Devait-elle y voir la marque de son frère ? Elle doutait qu’il en fût à l’origine, car les fanatiques étaient toujours prêts aux pires extrémités ; ils n’avaient nul besoin qu’on leur forçât la main.
    – Une semaine au plus.
    – Ce qui ne nous laisse plus que quatre jours pour retrouver l’enfant, l’élixir et les cacher, murmura Nostria, les yeux tournés vers le corps étendu.
    Elle n’appréciait guère la tournure des événements, maintenant que l’ordre de Styrr avançait ses propres pions. Mais une chose en entraînait toujours une autre.
    – Savez-vous où se terre l’enfant, Nostria ? l’interrogea Nyx, un regard appuyé sur l’homme endormi.
    
    La pierre flottait à quelques centimètres au-dessus de ses paumes et son visage était toujours empli de cette joie pure et enfantine. Il n’avait jamais bougé. Il était demeuré là où il l’avait quitté, assis sur une pierre grise et polie. Un vent léger ébouriffait ses cheveux.
    – Jareth ! s’exclama-t-il
    Le ton était posé, la voix douce et apaisée. Debout, il s’installa en tailleur face à lui et du bout de l’index pointa la pierre qui lévitait.
    – Que fais-tu ? le questionna, à brûle-pourpoint, l’enfant.
    – J’observe ! affirma-t-il.
    L’enfant sourit.
    – Que vois-tu ? rétorqua-t-il sans se départir de son sourire.
    – Le rêve ! souffla Jareth.
    – Peut-être, répondit l’enfant d’un ton mystérieux.
    Puis il se leva ; le fragment avait disparu, avalée par les ombres, des ombres qui grandissaient et qui menaçaient de l’engloutir. À cette vue, Jareth voulut se précipiter. Hélas son corps refusait de bouger, il était devenu pierre de sel. Debout, face à lui, l’enfant posa un doigt sur ses lèvres. Quelque chose dans son regard avait changé. Observe ! semblait-il lui intimer. Autour d’eux, les lourdes et épaisses volutes ne progressaient plus. La brume se condensait, se solidifiait, des mains invisibles la sculptait, comme si elle était de glaise ou de cire, et bientôt apparurent les traits de cet homme au regard si particulier. Il tendait devant lui des bras démesurés, deux immenses serres prêtes à se refermer sur leur proie.
    – C’est là ton rêve, n’est-ce pas ? souffla Jareth.
    L’enfant secoua la tête et poussa un cri muet qui se répercuta sur d’invisibles falaises. Jareth le dévisageait sans comprendre. Dans le lointain, l’écho se mourrait, tandis que l’enfant pointait un doigt en sa direction.
    – C’est le reflet de ton rêve, son écho ! murmura-t-il soudain.
    L’enfant acquiesça.
    – Mais pas seulement. Un rêve futur, possible, ajouta-t-il en même temps qu’il écartait les bras et embrasait le paysage.
    L’enfant s’exprimait toujours par énigme et chacune était une métaphore. La présence, l’homme en noir, l’écho, toutes ces choses dansaient dans sa tête et devenaient un maelström dans lequel il se noyait.
    – Pourquoi un rêve futur ? s’enquit, tout à coup, Jareth.
    Des doigts de l’enfant jaillit un arc-en-ciel aux nuances bien trop nombreuses dont les rayons divergèrent.
    – Voici l’arbre des possibles, rit l’enfant. Vous avez emprunté une route certaine et c’est ici qu’elle aboutira.
    Jareth ferma les yeux ; les chemins s’étrécissaient et le champ des possibles s’en trouvait réduit. L’apparition de l’homme en noir dans le rêve n’était qu’un indice supplémentaire. Aucune force ne serait suffisante pour renverser le cours inéluctable des événements ; l’araignée avait tissé sa toile et à présent elle se refermait. Il se remémora sa première rencontre avec lui : il le toisait. Étendu sur le sol, impuissant, il le voyait immense et l’écrasait de toute sa noirceur. Pourtant, il n’était qu’une illusion, une projection de l’homme véritable dans le rêve d’un mortel. Ensuite, il s’était ouvert la paume de la main et en avait extrait la pierre. Au fond de son esprit, le mantra de l’enfant résonnait, obsédant.
    – Rêve ! Observe !
    Derrière se répandait le rire sinistre du spectre alors qu’il dissimulait dans le rêve. Dans son rêve ? Son sang se glaça. Le souffle lui manqua. Cela ne se pouvait.
    – Rêve ! Observe !
    L’enfant riait. Mais ce n’était pas lui, il n’était qu’un reflet de l’autre.
    – Rêve ! Observe !
    L’enfant gonfla les joues et souffla sur la silhouette de ténèbres qui le surplombait. L’homme disparut et il ne demeura de lui seulement quelques volutes.
    – Jareth ! l’appela l’enfant. As-tu compris qui je suis ?
    Jareth esquissa un sourire empreint de tristesse.
    – Tu es l’enfant du Rêve ! L’enfant qui Rêve ! chuchota-t-il.
    – Peut-être, ajouta-t-il tandis que la brume l’engloutissait.
    – Pourquoi peut-être ? s’exclama Jareth.
    Mais il ne put achever sa phrase, l’enfant se métamorphosait. De nouveau, il était ce fauve au regard de braise si mélancolique. Il plongea une main dans son poitrail et en arracha une pierre, semblable à celle qu’avait dissimulée l’homme en noir.
    --Que… s’écria Jareth, stupéfait.
    L’enfant était réapparu, le monstre avait disparu et la pierre aussi. Jareth était perdu. Que signifiait cette apparition ? Cependant, il ne put ajouter un mot, car déjà le monde s’effaçait ; le rêve s’effondrait. La tête lui tournait et entre ses paupières entrouvertes, il apercevait des figures connues. Il ignorait si le commandant Giovani Ficini avait vécu le même rêve et il se promit de l’entretenir à ce sujet.
    – Enfin, il se réveille, chuchota une voix familière.
    Bien que perclus de douleurs, il se redressa sur sa couche pour mieux faire face aux deux femmes assises sur sa couche. Dans sa tête, les paroles de l’enfant le hantaient, de même que l’image rémanente de la pierre qui tournoyait dans les airs.

Texte publié par Diogene, 27 mai 2018 à 12h23
© tous droits réservés.
«
»
Tome 2, Chapitre 30 « L'Enfant qui Rêve » Tome 2, Chapitre 30
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1437 histoires publiées
661 membres inscrits
Notre membre le plus récent est AnaMilie
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés