Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 1 « L'Héritier des Ténèbres » Tome 1, Chapitre 1
-Avada Kedavra !
    
    Ça y est ... Il l'avait fait, il avait encore tué. C'est dans ces moments-là qu'il lui ressemblait le plus. Oui, ce petit moment, où ses yeux d'un vert émeraude unique, cédaient leur place à cet éclat rouge sang. Il avait les mêmes que Lui dans ces moments, et il en était fier. Ces mêmes yeux qui terrifiaient le monde sorcier depuis tant d'années. Ses yeux. Ils inspiraient chez tous la crainte, l'angoisse, la peur, la mort. Leur détenteur étant le plus grand mage noir de tous les temps, Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom. Cette pupille, connue de tous, annonçait l'arrivée du plus grand des fléaux que la terre n'ait jamais portée : Lord Voldemort. Ce regard rouge était la dernière chose que l'on pouvait voir avant que l'éclair vert ne vienne nous heurter. Et lui, ce gamin, comment pouvait-il avoir les mêmes que lui ? Et bien la réponse est simple : il est l'héritier, Son héritier. L'héritier de tout un empire, d'un pouvoir, de tout un monde plongé dans les ténèbres.
    
    -C'est bon Harry, tu peux Lui faire ton rapport.
    
    -Effectivement, nous avons obtenu ce que nous voulions.
    
    Severus regarda le jeune homme s'éloigner en direction de la salle du trône. Puis il déposa son regard sur le corps inerte de l'homme que l'adolescent venait de tuer. Il avait obtenu les renseignements que l'on essayé de lui extirper depuis plus de trois jours avec une facilité déconcertante. L'interrogatoire avait duré une heure tout au plus, alors que lui-même n'avait pas réussi à le faire parler en une dizaine d'heures. Il faut reconnaître qu'il était coriace celui-là, le maître des potions était pourtant un grand legilimens, mais il n'avait pas réussi à briser les défenses mentales de cet homme. Et à son plus grand étonnement, le garçon qui était son élève depuis tant d'années, l'avait surpassé ...
    
    -Alors ça y est, l'élève à dépasser le maître. Cela ne peut signifier qu'une chose, ta vie va changer Harry ...
    
    Harry se trouvait devant une grande porte noire. Il savait qu'Il attendait avec impatience, mais ces renseignements allaient-ils le satisfaire ? Avait-il réussi à obtenir tout ce que Le Seigneur voulait ? Allait-Il le punir pour avoir tué le membre de l'Ordre du Phénix sans son accord ? Il n'était sûr de rien, alors c'est avec une boule au ventre qu'il entra dans la salle. Il était seul, assis dans son immense trône en or, Il l'attendait.
    
    -Alors ?
    
    -Il s'appelait Sturgis Podmore, il était membre de l'Ordre du Phénix. D'après lui, l'ordre se réunira demain soir et Dumbledore sera présent.
    
    -Où ça ?
    
    -Au 214 Bermondsey Street, c'est un bar londonien.
    
    -En es-tu sûr Harry ?
    
    -Oui, père.
    
    -Alors dis-moi, en tant que conseiller, héritier et fils, qu'en penses-tu ? Devrais-je ordonner l'attaque, tout en sachant qu'ils compteront Le Vieux Fou dans leur rang ?
    
    -Je ne sais pas. Albus Dumbledore est très puissant, peut-être même aussi puissant que toi, puisqu'il semblerait que ce soit la seule personne que tu craignes dans ce monde.
    
    -Lord Voldemort ne craint personne, et surtout pas un vieux fou qui a fait son temps.
    
    -Si c'est là ce que tu penses réellement, je ne vois pas de raison pour ne pas réduire en cendres cette association d'abrutis qui se croient tout permis.
    
    -Tu as raison, il nous faut anéantir l'Ordre du Phénix.
    
    -Je pense qu'il est tant pour moi et mon groupe d'être sur le devant de la scène.
    
    -Non. Je préfère encore sacrifier tous mes hommes que de vous envoyer là-bas.
    
    -Nous ne sommes plus des gamins, tu sais ? Si tu continues à penser comme ça, je vais finir par croire que toi aussi, tu as fait ton temps.
    
    -Comment oses-tu ? s'exclama le Mage Noir.
    
    Il s'était dressé de tout son haut, laissant tomber son capuchon sur ses épaules, faisant apparaître son crâne, démunit de chevelure, sa bouche sans lèvres, ses deux fentes en guise de narines et sa peau blafarde, qui mettait en valeur ses yeux rouges. Ce visage écrasé, évoquant un serpent, aurait horrifié quiconque l'aurait regardé en face. Mais non, pas lui, pas Harry. Au contraire, il le dévisageait et on pouvait apercevoir dans son regard une lueur de défi.
    
    -Nous ne sommes plus des enfants que tu dois garder cacher. On doit y aller, il le faut.
    
    -Ah Harry... lâcha le Seigneur des Ténèbres dans un soupir. Je n'enverrais pas un groupe de gamins attaquer ceux que je tente d'anéantir depuis tant d'années.
    
    -Mais père ...
    
    -Il n'y a pas de « mais » Harry. Tu n'iras pas. Fin de la discussion.
    
    Le Seigneur des Ténèbres se dirigeait vers la sortie lorsqu'Harry s'interposa.
    
    -Tu ne peux pas nous mettre sur la touche sur ce coup-là. On s'est entraîné dur, ça serait injuste de...
    
    Il ne put finir sa phrase. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, Voldemort avait dégainé sa baguette et son sort venait de frapper Harry.
    
    -Doloris !
    
    Le fameux sortilège de torture. Celui qui vous glace le sang, qui pénètre dans votre esprit pour le détraquer jusqu'à vous rendre fou, celui qui vous fait tomber à terre sous la douleur... Mais Harry resta de marbre. Debout sur ses deux jambes, il ne bougeait plus, tête baissée. Puis, toujours sous l'effet du sortilège, il releva la tête. Il regarda son père dans les yeux, luttant contre la douleur. Voldemort, quant à lui, souriait devant la réaction de son héritier. Il le regarda encore une fois, puis abaissa sa baguette.
    
    -Tu as fait beaucoup de progrès Harry.
    
    -Je le sais. Alors laisse nous participer au combat.
    
    -Tu n'abandonnes donc jamais ? râla le Lord Noir.
    
    -Non, pas tant que je n'ai pas obtenu ce que je veux. Je ne te laisserai pas une seule seconde de paix tant que tu n'auras pas accepté.
    
    Voldemort observa le jeune homme. Il remarqua alors que ce n'était plus un enfant qui faisait un caprice qui se tenait devant lui, mais bien un jeune garçon déterminer à obtenir ce qu'il voulait.
    
    -Bien, céda-t-il. Je ne suis encore sûr de rien Harry, mais je viendrais assister à votre entrainement demain.
    
    -Tu as intérêt.
    
    Puis Harry disparut dans l'encadrement de la porte. Il traversa le hall et lorsqu'il fut hors de vue, s'effondra à terre. Il souffrait, son corps était traversé par des convulsions. La douleur était atroce. Il était resté fort et fier devant son père, il ne s'était pas démonté. *Plutôt crever que lui donner la satisfaction de voir une once de faiblesse en moi, pensa-t-il.* Il resta quelques minutes allongé puis se releva difficilement. Tous ses muscles étant congestionnés, il se déplaça avec beaucoup de peine. Plus il avançait, plus une voix retentissait à l'intérieur de son crâne. Elle résonnait dans sa tête une fois de plus, lui demandait quelque chose. Mais il ne céderait pas, pas maintenant, pas ici, pas encore. ~Pourquoi ? Pourquoi t'infliges-tu toute cette peine ? Laisse moi faire et tout ira bien, tu verras. Allez, libère moi.~ Le jeune homme prit une longue inspiration et se mit à courir dans les longs couloirs du manoir. Ses muscles le tiraillaient, à chaque pas, l'impression de se faire écorché vif s'intensifiait. Plus il avançait, plus il approchait de son objectif, plus la voix raisonnait. Sa vision se troublait, sa tête tournait. Il finit par se retrouver devant une porte, dans une aile reclus du manoir. C'était sa destination, son seul but : sa chambre. La voix se faisait déjà de moins en moins forte. Lorsqu'il entra, elle disparut complètement. La pièce était plongée dans la pénombre et la seule lumière qui y régnait était celle de la lune. Harry s'avança doucement, la respiration haletante. Avec le plus de précaution possible, il se déshabilla et se coucha dans son grand lit. Il tira les draps sur lui pour se couvrir, au détriment de la jeune fille déjà confortablement installée depuis quelques heures dans le lit. Elle grogna pour exprimer son mécontentement, ce qui eut pour effet de décrocher un large sourire au jeune homme. Il l'entoura de ses bras musculeux pour la calmer et s'excuser de la déranger. La jeune fille ravisa son grognement et se lova dans les bras de son petit ami. Ils s'endormirent ainsi.
    
    
-----

    
    -Severus, Severus ! Ecoute !
    
    Le mangemort venait de passer devant la salle de musique du manoir de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom. Il entra dans la grande pièce où trônait un immense piano à queue noir. Un magnifique enchaînement de notes en sortit pendant à peu près deux minutes et plus un bruit. Rogue applaudit le plus fort qu'il le put tandis qu'un grincement de recul et des petits pas se firent entendre. Caché derrière son piano, le petit Harry souriait.
    
    -Alors, c'était bien ? demanda-t-il timidement.
    
    -La plus belle mélodie que je n'ai jamais entendu ! s'exclama Severus.
    
    -C'est vrai ? fit le garçon, tout excité. Pourtant tu écoutes beaucoup beaucoup de musique !
    
    -Puisque je te le dis, c'est que c'est vrai, non ? Je ne te mentirais jamais, tu le sais ?
    
    -Bah oui, je sais, répondit-il en sautant dans les bras qu'il lui tendait.
    
    -Et tu sais pourquoi ?
    
    -Parce que si tu le fais, je te tuerais ?
    
    Le mangemort leva haussa un sourcil.
    
    -Toi ? Me tuer ? Laisse moi rire ! Tu ne fais pas le poids face à un grand maître tel que moi.
    
    -Pfff, c'est n'importe quoi ce que tu dis. Moi je suis super fort, tu veux que je te montre ?
    
    Le sorcier porta le petit garçon et sorti du manoir. Il parcourut quelques mètres et le déposa à terre. Le garçon le regarda perplexe. Le sorcier sorti sa baguette et ramassa une petite branche qu'il tendit à Harry en guise de baguette.
    
    -Tu sais comment se passe un duel sorcier ?
    
    -Bah bien sûr, c'est toi qui me l'as apprit.
    
    Ils levèrent leurs baguettes, firent volt-face ainsi que cinq pas et se retournèrent en position de combat.
    
    -Expelliarmus ! attaqua Severus.
    
    Le sort n'atteignit pas sa cible et s'évapora dans les airs.
    
    -Rictusempra ! lança le jeune garçon.
    
    Son sortilège s'écrasa contre le bouclier de Severus.
    
    Le combat continua encore, les sorts s'enchaînant.
    
    -Arrête d'esquiver Harry, protège toi !
    
    -Pour quoi faire ?
    
    -Tu ne pourras pas esquiver indéfiniment. Tu te fatigues vite et si tu es entouré, tes adversaires ne feront qu'une bouchée de toi !
    
    -Le Protégo aussi il me fatigue, alors c'est pas mieux.
    
    -Oui, sauf qu'avec un bouclier, tu ne te prendrais pas cette attaque ! Expelliarmus, cria-t-il à nouveau.
    
    Une traînée doré sortit de la baguette du professeur en direction du petit garçon, il esquiva au bon moment mais fut tout de même frappé par le sort. Il se releva doucement, sonné.
    
    -Tu vois ? Tu ne peux pas esquiver deux sorts en même temps. Il suffit que je t'en lance un, suivit d'un informulé et tu tombes, car tu te concentres trop sur le premier, sans même voir le deuxième.
    
    -On avait dit pas d'informulé.
    
    -Je sais mais...
    
    -Tu as triché ! s'emporta le petit Potter.
    
    -Calme toi Harry, je voulais simplement te montr...
    
    -Sectumsempra ! s'écria-t-il, les larmes aux yeux.
    
    Le sort fila à toute vitesse et Severus s'évapora dans des volutes de fumé noire. Le sortilège termina sa course contre un arbre non loin de là, au bord du lac. Son écorce se déchira dans tous les sens. Rogue atterrit à côté de son jeune élève, le regard sévère.
    
    -Où as-tu apprit ça ? Réponds moi tout de suite ! Et pas de mensonges.
    
    -Je ... J'ai trouvé un cahier dans ton armoire.
    
    -Un livre de potions ?
    
    -Oui, je voulais apprendre de nouvelles potions et c'est tout ce que j'ai trouvé.
    
    *Ah ... Bon sang ... Et voilà comment Harry Potter, six ans, apprends un sort qui aurait pu m'entailler jusqu'à la mort. Ne laisse plus jamais traîné tes affaires Severus, plus jamais* pensa le mangemort.
    
    
-----

    
    Lorsque les premiers rayons du soleil se levèrent, Harry était déjà réveillé. Il restait là, allongé dans son lit. Il ne voulait pas bouger de peur de réveiller la jeune fille à ses côtés. Elle avait la tête posée sur son torse. Du point de vue d'Harry, il ne pouvait voir que des cheveux blonds dépasser des couvertures. Les rayons du soleil commençaient à filtrer à travers les rideaux et venaient effleurer la peau de la jeune fille, ce qui la réveilla quelque peu. Elle essaya, en vain, de trouver une position cachée du soleil sous le regard amusé d'Harry.
    
    -Fais chier... lâcha-t-elle en renonçant aux bras de Morphé.
    
    -Aller, Ambre, faut se lever !
    
    -Non. J'ai pas envie, je suis trop bien là... dit-elle en se collant encore plus au jeune garçon.
    
    Il le repoussa et se positionna sur elle. Il commença à l'embrasser au niveau du nombril, là où se trouvait un joli piercing bleu. Il remonta doucement vers sa gorge, où il s'attarda. Tout en l'embrassant, il caressait ses longs cheveux blonds. Il finit par l'embrasser sur la bouche, puis releva son visage pour plonger ses yeux dans ceux d'une jolie couleur océan de la blonde.
    
    -Si tu pouvais me réveiller tous les matins comme ça...
    
    -Je le ferais si tu m'y obliges... dit-il, toujours au dessus d'elle. Tu as bien dormi ?
    
    -Bien sûr, avec toi toujours, répondit-elle en l'embrassant doucement?
    
    Sa réflexion décrocha un sourire au garçon.
    
    -Il faut vraiment qu'on se lève, tu sais. Je vais aller me doucher, ne te rendors pas.
    
    Harry se leva, ouvrit une grande armoire noire, en sortit un tee-shirt et un jean et entra dans la salle de bains. Après une douche brûlante, il s'habilla et libéra la pièce.
    
    -Je descends voir les autres. On t'attend en bas... lui dit-il en amorçant le pas vers la sortie.
    
    -Tu pars déjà ? J'aurais pensé qu'on passerait un peu plus de temps ensemble ce matin, vu le rythme auquel on s'entraîne. On n'a presque pas eu de moment que tous les deux ces derniers temps...
    
    -Je sais bien, mais si on veut pouvoir aller se battre aux côtés de mon père, il faut qu'on se surpasse, vu la difficulté de la prochaine mission.
    
    -Quelle prochaine mission ?
    
    -Hier soir, j'ai interrogé le gars qu'on a choppé la dernière fois. Il est de l'Ordre du Phénix et il m'a appris que l'Ordre se réunirait ce soir et que Dumbledore serait là.
    
    -Et Il veut faire quoi ? Il veut les attaquer ? On a un plan ? On part quand ? Qui vient ?
    
    -Wow ! Doucement, ne pose pas autant de questions. Surtout que je n'ai aucune réponse pour l'instant. C'est pour ça qu'il faut que j'y aille.
    
    Harry était décidé à obtenir les réponses à ces questions et pour cela, il fallait qu'il aille rejoindre les autres. Mais Ambre ne l'entendait pas comme ça. Elle voulait passer un moment avec son petit ami, et rien ne pourrait l'en empêcher, pas même le Seigneur des Ténèbres. Elle barra la route à Harry, qui se trouvait dans l'encadrement de la porte.
    
    -Vous n'irez nulle part ... Vous êtes à moi pour la matinée Mr Potter et pas la peine de discuter, vous savez que moi vivante vous ne sortirez pas de cette chambre avant que je l'aie décidé.
    
    -Alors je n'ai qu'à te tuer ? C'est bien ça ?
    
    -Très drôle, ironisa-t-elle, viens pars là.
    
    Elle le tira vers elle, se plaqua contre le mur et lui emprisonna les lèvres... Quand elle fut à bout de souffle, elle desserra son étreinte et plongea son regard bleu océan dans celui vert émeraude de l'Héritier des Ténèbres.
    
    -Alors ? Convaincu ? Ou tu as toujours envie de me tuer ?
    
    -Je te préviens, je ne me laisserai pas avoir par de simples baisers... Si tu veux que je reste, il va falloir m'en donner plus...
    
    -Tu n'as qu'à demander...
    
    Elle referma la porte et tira Harry avec elle sous les draps...
    
    Quand les deux jeunes gens sortir de la chambre, le soleil était déjà bien haut dans le ciel. Ils étaient heureux de s'être retrouvés le temps d'une matinée. Ils furent en moins de deux devant la salle d'entrainement. Cette salle était immense, les pans des murs étaient aux couleurs de Serpentard, le vert et argent s'alternaient dans une magnifique harmonie. Au centre se trouvait un groupe de personnes tous vêtu de noir et vert. Ils semblaient écouter les conseils d'un jeune homme aux cheveux d'un blond platine sans égal. Il était grand, vêtu d'un tee-shirt vert près du corps, d'un pantalon noir et de chaussures de ville noires. Quand il entendit les portes s'ouvrir derrière lui, il stoppa son discours et ordonna au petit groupe de continuer son entrainement.
    
    -Vous étiez passé où bordel ? lança Drago Malfoy au jeune couple.
    
    -Désolé, mais j'avais besoin de me reposer après l'interrogatoire d'hier soir... tenta Harry.
    
    -Ah ouai... Il parait que tu as réussi à faire parler ce crétin.
    
    -C'était pas bien compliqué, lâcha Harry.
    
    -Alors qu'est-ce que t'as réussi à en tirer ? lui demanda le blond.
    
    -Ce soir, l'Ordre du Phénix va se réunir dans un bar londonien et Dumbledore sera là.
    
    -Et qu'est-ce qu'on va faire ?
    
    -J'en sais rien Drago... Et s'Il fait quelque chose, je ne sais même pas si on sera de la partie...
    
    -À propos de ça... J'ai entendu dire qu'Il t'a torturé après l'interrogatoire.
    
    -Quoi ? Tu ne m'en as pas parlé ! De quel droit ose-t-Il te faire subir ça ? À toi, son propre fils ! s'indigna Ambre, à la fois choquée par cette révélation et blessée de ne pas avoir était mise au courant.
    
    -Tu sais Ambre, techniquement, Harry n'est pas son fils, se sentit obligé de rajouter Drago.
    
    -Je sais bien abruti, mais ...
    
    -Abruti ? Mais c'est toi l'abru...
    
    -Vous avez pas fini tous les deux ? s'exclama Harry. Vous êtes en train de me fatiguer. Je vous conseille plutôt d'aller vous entraîner avec les autres pendant que je vais essayer d'avoir des réponses.
    
    -Harry !
    
    Severus Rogue, professeur et ami du concerné venait d'entrer dans la salle.
    
    -Severus ! Qu'y a-t-il ?
    
    -Viens, j'ai à te parler.
    
    Harry partit en direction de son professeur en laissant là ses deux amis.
    
    Tout le monde s'était arrêté lorsque Drago avait parlé de ce qu'avait enduré leur ami la veille.
    
    -Ça ne peut pas continuer comme ça, il ne peut pas le torturer tous les jours, déclara tristement Pansy Parkinson.
    
    La jeune fille était ami avec Harry depuis maintenant quatre ans. Pansy était une vraie fille : maquillage, fan de mode, rêvant du prince charmant. A une époque, elle pensait l'avoir trouvé mais sans succès. Malgré ses apparences un peu fausses et hautaines, elle etait intelligente, maligne et impressionnante en combat sans compter sur le fait que c'était une gymnaste extraordinaire.
    
    -Malheureusement, on ne peut rien y faire Pansy, lui répondit Alexia.
    
    Alexia était brésilienne. Cependant, elle n'en avait pas l'air. Elle avait une peau blanche satinée, de magnifiques yeux marrons chocolats et de soyeux et longs cheveux châtains clair. C'était sans aucun doute une médicomage en devenir, vu que c'était elle, au sein du petit groupe, qui s'occupait de toutes les blessures de guerre. Sa gentillesse n'avait d'égal que sa force.
    
    -Je ne sais pas, il doit forcément y avoir un moyen pour que ça s'arrête, il va finir par devenir fou sinon, fit remarquer Jacob.
    
    Alias Jake ou Jay, ce jeune homme était très talentueux. Un peu petit mais rien de bien grave, sa musculature faisait oublier le moindre défaut. Il venait d'Amérique du Nord, de la petite ville de Forks. Après Drago, c'était lui le plus vieil ami de notre héros. Descendant des indiens d'Amérique, il vivait avec son clan dans la forêt. Ses cheveux étaient noirs et ses yeux marrons intimidaient énormément.
    
    -Euh ... Je pense qu'Harry est bien plus fort que ça, non ? demanda timidement Kim.
    
    Kimberly était une jeune londonienne rencontrée par le groupe il y a de cela deux ans, c'était la dernière à l'avoir intégré. Ils s'étaient rencontrés dans un centre de vacances en pleine forêt, dont le propriétaire était de la famille de Jacob. Kim était une jeune fille plutôt timide et introverti, mais elle restait la plus calme et la plus douce de toutes les filles qu'ils aient rencontré. Elle avait de jolis cheveux châtains foncés, des yeux verts en amande, de bonnes pommettes et une fine bouche rose.
    
    -Tu as raison Kim, surtout que j'ai l'impression qu'il lui tient de plus en plus tête, ajouta solennellement Drago.
    
    Dray Malefoy, ai-je vraiment besoin de le présenter ? Garçon arrogant et hériter d'une longue lignée de Sangs Purs, c'était un bad boy que tout le monde ou presque s'arrachait à Poudlard. Enfin, ce serait le cas s'il n'était pas à Serpentard, pour l'instant, il ne restait que le fantasme de tous les filles à papa de l'école de sorcellerie. Avec ses cheveux blond platine et son charme naturel, elles en étaient toutes dingues, mais seulement dans leurs rêves, et lui, ça le déprimait.
    
    -Pour une fois que je suis d'accord avec toi, il semblerait qu'il essaye de se défaire de son emprise, conclu Ambre.
    
    Ambre Carlton, petite amie actuelle du garçon à la cicatrice. D'origine portugaise, sa peau était parfaitement bronzé toute l'année, ce qui mettait ses yeux bleus en valeur. Quelques tâches de rousseurs parsemaient ses pommettes. Ces cheveux blonds complétant son allure de parfaite barbie malgré sa petite taille. C'était la première fille à avoir rejoins le petit groupe de mangemorts.
    
    
-----

    
    Harry le suivait sans rien dire. Severus avait quelque chose à lui dire, mais il n'avait aucun moyen de savoir de quoi il s'agissait.
    
    -Harry, je sais ce qu'Il t'a fait hier soir. Est-ce que ça va ? Tu n'as pas trop souffert ?
    
    -Non, ça va. Je commence à m'y faire, mais il n'y pas si longtemps de ça, on m'aurait entendu dans tout le château.
    
    -Il faut que ça cesse Harry, tu le sais ? Tout le monde commence à s'inquiéter, tu sais ...
    
    -Tout le monde ? Qui ça ?
    
    -Moi, tes amis et leurs familles ... Je pense que tu devrais faire profil bas pour le bien de tous, mais surtout le tien.
    
    -Faire profil bas ? Tu es sérieux là ? Je ne vais pas m'écraser face à lui, il ne m'impressionne plus tu sais.
    
    Quelques secondes passèrent dans un silence de plomb.
    
    -Depuis quand ? demanda soudainement Rogue.
    
    -Comment ça ? De quoi tu parles ?
    
    -Depuis quand tu ne le crains plus ?
    
    -Depuis l'année dernière.
    
    -Je vois ... Tu sais que ce n'est pas un hasard ?
    
    -Effectivement, ça ne m'étonnerait pas que ce soit lié. Mais pourquoi, ça, je ne sais pas.
    
    Le professeur de potion le regarda longuement.
    
    -Je suis fier de toi tu sais. Hier, malgré ce qu'il s'est passé après, tu m'as surprit pendant l'interrogatoire. Ah ... la legimancie, c'est l'un des derniers domaines où je te surpassait. Et maintenant, que me reste-t-il ? Les potions ?
    
    -Oui, les potions, mais plus pour longtemps.
    
    -Ah oui, tu crois ça ?
    
    Le jeune le regarda avec un sourire en coin.
    
    -Bien sûr. Je dépasserais le meilleur professeur de potion de tout le Royaume-Uni, peut-être même de l'Europe !
    
    -Seulement ? Et pourquoi pas du monde ? lui répondit-il gaiement.
    
    -Parce que je ne peux pas croire que bientôt je serais le meilleur du monde dans tous les domaines, le taquina le jeune garçon.
    
    -Enfoiré !
    
    -Surveille ton langage Severus, n'oublie pas à qui tu t'adresses, je suis Ton Seigneur ! dit il d'une voix magistrale.
    
    -Je ne l'oublie pas, Maître, lui répondit son ami, en se courbant en avant en guise de salut.
    
    -Arrêtes tes conneries, je déteste quand tu fais ça, tu le sais très bien, ça ne date pas d'hier. Bref, c'est tout ce que tu avais à me dire ?
    
    -Eh bien quoi ? Je ne peux pas parler tranquillement avec mon protégé ?
    
    -Si bien sûr, mais je doute que tu viennes me déranger pendant un entrainement seulement pour me parler de tout et de rien. Si c'est ce que tu voulais, n'hésite pas à passer le soir dans notre aile, il n'y a pas de soucis.
    
    -Tu es malin. Bon écoute, je pense que d'ici peu, les choses vont bouger.
    
    -Que veux-tu dire par là ? interrogea le jeune homme.
    
    -Je veux dire que l'étau se resserre de plus en plus. Tu n'ais pas sans savoir que j'ai infiltré l'Ordre du Phénix depuis quelques années et que l'on me fait de plus en plus confiance. J'ai donc accès à un certain nombre d'informations, et ces derniers temps, la principale occupation de Dumbledore, c'est toi.
    
    -Moi ? Pourquoi ?
    
    -Oui, toi. Mon petit Harry James Potter, tu es quelqu'un d'important pour le monde magique.
    
    -Pourquoi ce nom, Severus ?
    
    -Je ...
    
    -Rogue ! Le Maître te demande.
    
    Lucius Malfoy, le père de Drago venait d'apparaître à l'autre bout du couloir.
    
    -Bien, j'arrive.
    
    -Severus ! Pourquoi me cherche-t-il ? demanda Harry en interrompant le maître des potions dans sa marche.
    
    Il s'arrêta, puis après quelques secondes de réflexion murmura ceci.
    
    -N'en parle à personne Harry, à personne. Compris ?
    
    Il reprit sa marche et disparu à l'angle du couloir.
    
    *Albus Dumbledore me cherche moi ? Pourquoi ? Il ne peut pas savoir que je suis là. Et même s'il le savait, pourquoi voudrait-il me récupérer ?*
    
    Harry repris donc le chemin inverse de celui qu'il avait parcouru avec Rogue. Pendant ce temps, le maître des potions avait atteint la salle du trône, il entra et y trouva son Maître.
    
    -Severus, j'ai un problème. Comme tu dois t'en douter, Harry veut participer à l'attaque de ce soir mais pour des raisons évidentes, je ne peux le laisser aller combattre. Et si je lui interdis de venir, j'ai peur que cet imbécile me désobéisse et nous suive. Il faut donc que je trouve quelque chose pour le convaincre de ne pas venir.
    
    -Et à quoi pensez-vous ?
    
    -C'est là que tu interviens. Tu dois sûrement avoir une idée de ce qui pourrait dissuader Harry de participer à ce qui semble être l'attaque la plus importante à laquelle il n'ait jamais participé.
    
    -J'ai bien une idée qui pourrait marcher, mais je doute qu'elle vous plaise.
    
    -Parle, ne te fais pas prier.
    
    -Envoyer le à Poudlard. Il rêve depuis si longtemps de marcher sur vos pas, d'aller là où vous êtes allé, de faire ce que vous avez fait, de connaitre l'endroit où vous vous êtes senti chez vous, là où vous avez commencé à apprendre la magie noir, là où vous avez commis vos premiers méfaits... Il rêve d'entrer à Serpentard, de devenir l'élite de cette école mythique, de découvrir tous les secrets de Poudlard ... De trouver la chambre des secrets, d'aller dans la réserve pour assouvir sa soif de connaissance...
    
    -Je sais tout ça. Il m'en a tellement parlé, mais je ne peux pas l'envoyé si près d'Albus Dumbledore et de ses sbires.
    
    -Au contraire, il ne faut pas voir ce rapprochement comme un mauvais point. Vous pourriez utiliser Harry pour se renseigner sur l'Ordre du Phénix. Il y a des élèves dont les parents sont des membres de l'Ordre et le fait qu'Harry soit si près de Dumbledore le dissimulera encore mieux. Et puis beaucoup pensent que l'enfant des Potter est mort. D'autant plus qu'ils ne verront surement pas la ressemblance avec ses parents.
    
    -Ce n'est pas si idiot finalement. Mais la rentrer à Poudlard est dans plus d'un mois et je ne vois pas en quoi cela va l'empêcher de venir ce soir.
    
    -Vous n'avez qu'à faire un marché avec lui. S'il renonce à combattre avec vous ce soir, vous vous engagez à l'envoyer à Poudlard cette année lui et ses amis.
    
    L'idée parut plaire au Seigneur des Ténèbres.
    
    -C'est bien Severus, tu as su te montrer utile. Tu peux disposer.
    
    -Merci, Maître, dit-il en se courbant.
    
    Après ces paroles, le Maître et le serviteur quittèrent la pièce, Rogue se dirigea vers ses quartiers et Voldemort vers la salle d'entrainement. La pièce était totalement vide. Des cris et des rires lui parvinrent de l'extérieur. Il se dirigea donc vers la porte de sortie et trouva la bande d'adolescents au bord du lac. Ils étaient à eux sept plus efficaces que tous les mangemorts réunis. Ils étaient jeunes, impatients et inconscients. Mais ils étaient plus que tout unis et c'est ce qui faisait leur force. Il s'approcha des jeunes gens qui profitaient du soleil en ce beau mois de Juillet. Quand ils s'aperçurent que leur Maître approchait, ils se stoppèrent net sauf Harry qui continuait à rire après avoir poussé Jake dans le lac.
    
    -J'ai à vous parler, à vous tous. J'ai quelque chose à vous proposer.
    
    C'est ce moment-là que choisi Jake pour sortir de l'eau. Il se posa sur l'herbe avec ces amis tout en lançant un regard noir à Harry qui ne put s'empêcher de sourire.
    
    -De quoi s'agit-il ? demanda Harry.
    
    -Je vous propose, à vous tous, d'accompagner Drago et Pansy à Poudlard cette année.
    
    -Sérieusement ? demanda Harry à Voldemort. Tu nous autorises tous à y aller ?
    
    -Oui. Mais je vous préviens, si vous acceptez, vous vous engagez à ne pas venir combattre contre l'Ordre du Phénix et les aurors tant que je ne l'ordonnerai pas. Qui plus est, il vous sera interdit de me demander l'autorisation de lever cette condition. Alors, qu'en dîtes-vous ?
    
    -On accepte ! dirent six d'entre eux.
    
    -Attends, pourquoi Poudlard ? demanda Harry.
    
    -Que veux-tu dire ?
    
    -Je te demande pourquoi tu nous envoie à Poudlard. Pourquoi pas Beauxbatons ou Durmstrang ? Ou même, pourquoi est ce que tu nous renvoie du manoir ? Que veux-tu nous faire faire là-bas ?
    
    -Si tu préfères ces écoles si, ça peut s'arranger.
    
    -Ce n'est pas ce que j'ai dit, je me demande juste pourquoi, tu veux qu'on récolte des infos, c'est ça ?
    
    -Non, pas pour l'instant. Je ne vous inclus plus dans aucuns plans pour le moment vous en avez fait beaucoup pendant un an, il est tant que les mangemorts reprennent du services.
    
    -Hum, en gros tu nous écarte, pensa-t-il tout haut. Très bien. Dans ce cas, j'ai aussi une condition à ajouter, dit Harry tout en se levant et en avançant vers son père. Je veux que tu acceptes que tant que nous n'aurons pas enfreint tes deux conditions, nous pourrons retourner à Poudlard jusqu'à la fin de nos études.
    
    Après quelques secondes de réflexion, le Seigneur des Ténèbres accepta la condition de son héritier et les quitta.
    
    -Harry, je vais te tuer ! s'écria Jake avant d'entraîner Harry avec lui dans l'eau.
    
    -Mais ils vont pas arrêter de faire les cons deux secondes ces deux là ? demanda Alexia, exaspérée par l'attitude des deux garçons.
    
    Les garçons ressortirent la tête de l'eau en riant et loin de se douter que Drago s'était furtivement glissé derrière eux pour à nouveau les emmener visiter les profondeurs du lac.
    
    -Tu veux dire ces trois cons, non ? ajouta Ambre en rigolant.
    
    -Hé les filles, vous vous rendez compte qu'on va toutes aller à Poudlard cette année ! s'écria Pansy, euphorique.
    
    -Ouai, c'est trop génial ! ajouta Alexia.
    
    Ils continuèrent à parler et à s'amuser jusqu'à la tombée de la nuit.
    
    -Les gars, on rentre ? On commence un peu à avoir froid nous en maillots de bain. On veut se changer.
    
    -Mais non, il fait encore très bon les filles ! Ça sert à rien d'aller se changer, on est bien comme ça !
    
    -Parle pour toi Drago. Harry, vous venez ou pas ? demanda Ambre
    
    -Ouai, on arrive !
    
    Ils rentrèrent tous les sept au manoir. Après avoir retrouvé des vêtements un peu plus chauds, ils se rejoignirent dans leur salon personnel. Le premier sujet de conversation fut la prochaine rentrée à Poudlard.
    
    -Vous imaginez un peu, on va enfin pouvoir passer une année tous les huit à Poudlard ! C'est tout simplement génial !
    
    -Ouai, tu l'as dit ! Il y aura plus d'ambiance avec vous au château ! On va faire souffrir ces abrutis de Gryffondor !
    
    -Bien dit Drago ! On sera les maîtres de l'école ! Personne ne pourra nous empêcher de faire la loi ! On va restituer à la maison Serpentard toutes ses valeurs !
    
    -Ah ouai ? Et je peux savoir quelles sont les valeurs de Serpentard Pansy ? demanda Drago.
    
    -Bah je sais pas moi... Faire la misère aux autres, être les meilleurs, ne respecter aucunes règles et pleins d'autres trucs cools.
    
    -Ouai ça va être mortel ! surenchérit Ambre.
    
    Après de longues discussions sur comment Serpentard allait écraser "ces bouffons de Gryffondor" et plein d'autres noms toujours plus sympathique de la part de Drago, la faim commençait à se faire ressentir.
    
    -Bon les gars, je commence à avoir faim moi !
    
    -Ouai moi aussi. Dobby ! appela Malfoy.
    
    Un pop retentit immédiatement et un petit elfe de maison, vêtu d'une sorte de draps, troué et rapiécé, apparut devant eux.
    
    -Mr Malfoy a appelé Dobby ?
    
    -Oui, fait nous à manger.
    
    Sous le regard noir du jeune héritier, Drago rajouta un simple "s'il te plaît".
    
    -Bien sur tout de suite.
    
    Dix minutes plus tard, le repas était servi sur la table se trouvant au fond du salon.
    
    -Je voulais vous demander quelque chose : vous pensez qu'Il va vraiment nous laisser tranquille ? demanda Kim.
    
    Tout le groupe acquiesça. Ils ne pouvaient pas se le cacher, depuis quelque temps, le Lord Noir faisait de moins en moins appel à eux. Pourtant, ils ne s'étaient jamais autant entraînés, ils ne s'étaient jamais sentis aussi fort.
    
    -Je sais que c'est frustrant, et je suis le premier à me poser la question, vous le savez très bien, mais je pense que c'est un acte réfléchit. Je pense qu'Il essaye de nous préserver, qu'Il veut nous éloigner de quelque chose, ou de quelqu'un.
    
    -A quoi est-ce que tu penses ? demanda Jake.
    
    -Je pense qu'Il ne veut pas nous exposer, je pense qu'Il « craint » qu'on ne soit reconnu, surtout Pansy et Drago.
    
    -Pourquoi nous ? releva Pansy.
    
    -Parce que vous êtes à Poudlard, vous êtes limite dans la gueule du loup, c'est ça Harry ?
    
    -Exactement Jake. Les missions qu'Il lance sont de plus en plus périlleuses et ont de plus en plus souvent un rapport avec l'Ordre du Phénix. Si on réfléchit bien, nous ne sommes que des gamins et pourtant nous sommes bien plus fort que nos parents, donc on peut se douter que c'est la même chose de leur côté. Et effectivement, s'ils envoient leurs propres enfants combattre, il se pourrait que l'un d'entre eux vous reconnaisse. Mais moi, ce qui me gêne le plus, c'est d'être tenu à l'écart lors de mission aussi importante que celle de ce soir. Je bous d'impatience depuis plusieurs jours, je ne sais pas ce qu'Il fout mais je commence sérieusement à m'impatienter. Mais bon, s'il faut se tenir tranquille pour pouvoir aller à Poudlard avec vous, je ne peux que me retenir !
    
    -Ouai, t'as intérêt ! répliqua Drago. J'espère que vous irez tous à Serpentard, de toutes façons, ça ne peut pas en être autrement.
    
    -Tu parles, avec Jake le courageux et Alexia l'intello, on va tous être séparé, répondit Ambre.
    
    -Mais nan, ils sont plus malins qu'autre chose ! enchérit Drago.
    
    -Je ne pense pas, à mon avis, ...
    
    -Et voilà qu'ils repartent tous les deux, releva Jake.
    
    Les autres les ignorèrent et continuèrent leur discussion tandis que des insultes commençaient à fuser entre les deux blonds. Le repas se termina et chacun retourna dans sa chambre.
    
    -Ca va ? demanda Ambre à Harry, le voyant préoccupé.
    
    -Oui, ça va, répondit-il en s'approchant d'elle.
    
    -Tu es sûr ? Tu peux tout me dire tu sais, je suis là pour toi.
    
    -Je sais Ambre, je sais.
    
    -Tu as l'air préoccupé...
    
    -Qui ça, moi ? Nan. C'est juste que je pense à toi.
    
    -Ah oui ? Et tu penses à quoi ? Parce qu'étant donné que je suis là, en face de toi, tu dois forcément penser à quelque chose d'intéressant, lui dit-elle, pleine de sous entendus.
    
    Un sourire commençait à se dessiner sur ses lèvres lorsque la porte trembla.
    
    -Harry ! Il veut te voir !
    
    -Ok Bella, j'arrive tout de suite.
    
    Il s'excusa auprès d'Ambre, déposa un baiser sur son front et sortit de la pièce.
    
    -Je t'attendrais Harry, toute la nuit s'il le faut.
    
    Il sourit et passa la porte. L'héritier longea les longs couloirs du manoir jusqu'à la salle du trône. Voldemort l'attendait de pied ferme, il était sur le point de partir.
    
    -Harry, j'ai une mission à te confier pour cette nuit.

Texte publié par Kiid DarkyNess, 2 janvier 2016 à 04h34
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 1 « L'Héritier des Ténèbres » Tome 1, Chapitre 1
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1037 histoires publiées
494 membres inscrits
Notre membre le plus récent est JALCROEM
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés