Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 69 « LXVIII - Un ultime espoir - quatrième mouvement » Tome 1, Chapitre 69
Quand, enfin, ils regagnèrent la surface, la brume se raréfiait déjà. En temps normal, le jeune ange aurait été ravi de voir réapparaître l'azur profond du ciel. Mais en la circonstance, cela signifiait surtout qu'il allait devoir faire vite.
    
    Pier était resté dans les soubassements de la forteresse, afin de rétablir le passage par-dessus le gouffre. D'après ce qu'il avait expliqué, il existait une passerelle de corde que l'on pouvait remonter en cas de besoin pour traverser le vide. Un second tunnel, qui débutait sur l'autre berge, aboutissait dans le sous-sol de la tour. Il n'avait pas été employé depuis une génération au moins, quand une tempête avait endommagé le pont entre la forteresse et l'angèlerie. Il fallait donc espérer qu'elle était toujours en état, ou bien rapatrier les chaînes de ce côté serait bien plus compliqué, avec deux khaïtes qu'Aïzie devait seul savoir chevaucher, en l'absence d'Ivara.
    
    Encore une fois, Angelus devait se fier à l'homme, quand bien même ses actions n'étaient pas si transparentes. En dépit de ses doutes, il restait convaincu que Pier s'était montré sincère et qu'il ferait tout pour aider les chaînes. Et après tout, il serait accompagné aussi Aïzie, Serafelle et Celestia, en qui il avait toute confiance.
    
    Tandis qu'il cheminait dans le long passage à côté d'un Arol muet, il ne put s'empêcher de songer à la façon dont il avait sauvé le seigneur. Il n'avait jamais pensé posséder cette force... L'avait-il toujours eue en lui ? Dans ce cas, pourquoi n'avait-il pas pu venir en aide à Solia, qui lui était pourtant tellement plus précieuse ?
    
    Parce que de la même façon que les Semeurs de tempêtes, il avait perdu conscience de ce qu'il était, à cause du joug dans lequel il était tenu par le seigneur de Cimes ?
    
    Que s'était-il passé pour qu'il manifeste cette capacité nouvelle ?
    
    Il avait repris son nom.
    
    Il avait renoncé à ce sobriquet sous lequel il s'était terré durant dix brèves, dix interminables années. Désormais, il redeviendrait pour de bon Luciellus...
    
    Il avait récupéré sa liberté, sa dignité, sa force profonde, en refusant l'adversité.
    
    Angelus pouvait sentir la présence de l'homme qui cheminait à côté de lui. Et celle de l'angelier qui s'activait au bord du gouffre. Et de toutes les existences qui peuplaient la forteresse, et plus loin... celle des chaînes, un peu plus ténue. Et celle, précieuse entre toutes... de Solia. Même si elle ne représentait qu'une étoile au milieu de centaines, de milliers d'autres, il ressentait une nouvelle sérénité qui adoucissait son chagrin.
    
    Quelque chose s'était passé...
    
    Quelque chose d'étrange et de merveilleux, dont il ne saisissait pas encore toute la portée. Même si les Cieux leur avaient refusé toute aide, peut-être qu'après tout, un peu de leur lumière était parvenu jusqu'à lui.
    
    

Texte publié par Beatrix, 5 septembre 2019 à 23h29
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 69 « LXVIII - Un ultime espoir - quatrième mouvement » Tome 1, Chapitre 69
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1366 histoires publiées
638 membres inscrits
Notre membre le plus récent est souricette35
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés