Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 7 « Olivia » Tome 1, Chapitre 7
-Tu as un créneau ?, demanda la voix de Lincoln dans l’oreillette.
    
    Dissimulée derrière un arbre à proximité de la station service isolée où sa cible se terrait, Olivia épaula son arme et évalua la situation.
    
    -Oui et non. J’ai Archer en visuel , mais c’est à travers une fenêtre qui n’a sûrement plus vu un chiffon de nettoyage depuis des années. Il est très nerveux. Il n’arrête pas de bouger, je ne peux pas prendre le risque. Il finira bien par sortir.
    
    -C’est quand même dingue, commenta Lincoln qui, garé environ cinq cents mètres plus loin, surveillait les allées et venues sur la route principale. Ca ne me plait pas trop qu’on ne nous en ait pas dit plus sur cette mission.
    
    Olivia était parfaitement d’accord avec lui mais ne répondit pas. Bien sûr, devoir faire un job sans en connaitre les tenants et les aboutissants, sans poser de questions, ce n’était pas rare pour elle. Mais elle n’aimait pas ce genre de situation, c’était peu de le dire.
    
    Le dossier qu'on leur avait fourni avant de les envoyer à Haven ne contenait que le strict minimum. Une photo : celle de l'individu à récupérer vivant, un certain Rob Archer ; ainsi qu'un document explicitant en termes nébuleux que ce Monsieur possédait une capacité particulière lui permettant de fuir le danger. Par conséquent, leur mission était donc de le capturer sans qu'il n'ait le temps de prendre peur, sans quoi il jouerait les filles de l’air en moins de deux.
    
    A part ça, aucune indication de comment cet homme avait acquis un tel pouvoir, ni pourquoi le gouvernement le voulait à tout prix. Bien que sur ce dernier point, Olivia avait tout de même une vague idée de la réponse. Quelle Division spéciale ne voudrait pas analyser un type ayant des facultés surnaturelles ? Donc la vraie question, c’était plutôt : comment avaient-ils eu connaissance de l’existence de ce type. Là-dessus, mystère complet.
    
    L'autre chose qu'on avait bien voulu expliquer à Olivia, c'était la raison pour laquelle elle avait été choisie : ses capacités en matière de tir de précision, qui lui avaient d’ailleurs valu en son temps quelques médailles. C’est que mettre ce Archer hors d'état de s'enfuir tout en restant assez éloignée de lui pour ne pas l'effrayer, et en le touchant du premier coup, ce ne serait pas forcément à la portée de tout le monde.
    
    Et ce peu d’informations qu’elle avait reçues, elle ne pouvait même pas le partager avec la police locale. Laquelle, il fallait bien le dire, ne semblait pas du genre à collaborer pleinement non plus.
    Du coup, la discussion qu’elle avait eue un peu plus tôt avec les lieutenants Wuornos et Hendrickson avait assez mal démarré.
    
    -Vous me voyez désolée, avait-elle avancé. Mais tout ce que j’ai le droit de vous révéler, c’est que j’ai besoin de votre appui pour localiser quelqu’un.
    
    -Quelqu’un qui a quelque chose à voir avec les évènements… disons… inhabituels qui se sont produits aujourd’hui ?, avait demandé le lieutenant Wuornos avec une grimace dubitative.
    
    -Je ne suis pas autorisée à vous donner les détails. Mais oui, cette personne est sans doute liée à l’incident qui s’est produit dans l’ancien hôpital de votre ville ce matin.
    
    Les deux hommes avaient échangé un regard incertain.
    
    -Quelqu’un de dangereux, dans ce cas, avait alors commenté le lieutenant Wuornos. Il ne le semble pourtant pas sur cette photo. Et on vous envoie seule ici pour le trouver?
    
    -Mon équipier est déjà en train d’enquêter en ville. C’est d’ailleurs lui qui a remarqué un attroupement et qui m’a mis au courant que vous sembliez faire face à un second incident.
    
    Les deux hommes avaient alors pris instinctivement un air plus détendu, tâchant au mieux de donner l’impression qu’ils maitrisaient la situation.
    
    -Ce n’est rien, avait fait le lieutenant Wuornos en croisant les bras et en haussant les épaules. Aucune victime, aucun risque de diffusion du phénomène. C’était un truc.. tout à fait anodin.
    
    En fait de truc anodin, Olivia savait très bien qu’un bâtiment entier avait disparu comme par enchantement. Mais il était fort possible que le lieutenant dise néanmoins la vérité. Parfois, la chance veillait au grain et les conséquences d’une anomalie s’avéraient effectivement restreintes. D’ordinaire Olivia aurait fait jouer l’autorité de la Division Fringe et aurait exigé la pleine collaboration de ces deux flics sans discussion, mais ses supérieurs lui avaient bien fait comprendre que sa mission était quelque peu hors limites des attributions habituelles de la Division. Au plus elle serait discrète et diplomate, au mieux.
    
    -Ecoutez, je ne suis pas ici pour cet incident, avait-elle alors affirmé en se fendant d’un sourire compréhensif. Je sais que votre ville a été touchée par un phénomène dramatique il y a quelques mois et que voir la Division ici à nouveau ne vous réjouit pas.
    
    Le lieutenant Wuornos s’était frotté le menton pensivement, avait pincé les lèvres puis avait demandé innocemment :
    
    -Vous… ne rapporterez pas cet incident si on vous aide à trouver ce Rob Archer ?
    
    -Je vérifierai la gravité de l’affaire et j’aviserai. J’évaluerai aussi la nécessité d’enquêter sur le fait que les détecteurs d’anomalies de la Division ne l’ont pas repéré, avait-elle ajouté doucement.
    
    
    C’était ainsi que quelques heures plus tard à peine, après une collaboration efficace avec la police locale, Olivia se trouvait derrière cet arbre, l’arme à la main, prête à endormir sa cible d’un tir paralysant bien placé . En espérant que soit il mettrait bientôt le nez dehors, ou qu’il finirait au moins par cesser de faire les cent pas dans sa cachette.
    
    - Ce type a sûrement des raisons d’être nerveux, reprit Lincoln. J’ai l’impression que quelqu’un d’autre que nous le cherche.
    
    -Qui ça ?, interrogea Olivia tout en commençant à balayer les alentours du regard.
    
    -Tu devrais pouvoir le repérer de là où tu es, il arrive dans ton champ de vision sur ta gauche. Cheveux noirs qui n’ont plus vu de peigne depuis belle lurette, chemise rouge, gilet gris qui pourrait servir de serpillère. J’ai l’impression qu’il s’intéresse au même bâtiment que nous. J’ai bien envie de l’intercepter et lui demander ce qu’il fabrique.
    
    Olivia hésita un instant. Lincoln avait raison, il y avait là quelque chose de louche. L’espace d’une seconde, elle se demanda si la Division pouvait avoir mis une seconde équipe sur le coup, mais il n’y avait aucune chance que ce gugusse ait quelque chose à voir avec une unité d’élite. A moins que dans certaines sections on pratique le déguisement en épouvantail en guise de camouflage.
    
    -Je le vois. Laisse-le tranquille pour le moment. On ne sait jamais, il pourrait faire des histoires quand tu l’intercepterais, cela pourrait alerter Archer et on ne doit pas l’effrayer, souviens-toi.
    
    Ce fut une décision qu’elle regretta par la suite, lorsqu’après avoir hésité longuement, tourné et retourné dans les environs, « l’épouvantail » prit l’initiative de s’approcher de la cachette de Archer et de toquer à la porte.
    
    -J’interviens ?, demanda Lincoln avec impatience.
    
    -Attends. Si Archer vient lui ouvrir je pourrais avoir un créneau.
    
    Mais au lieu de s’approcher de la porte, Archer vérifia par la fenêtre qui venait ainsi l’importuner. Olivia crut qu’elle allait pouvoir enfin tirer et le mit en joue, sauf que l’ individu mal peigné s’approcha lui aussi de cette fenêtre, cherchant à engager la conversation avec l’occupant des lieux. Sa gestuelle était claire. Pour une raison ou une autre, Archer avait peur de cet homme et ce dernier tentait de le convaincre qu’il ne représentait pas de danger pour lui.
    
    Olivia étouffa un juron. A l’intérieur du bâtiment, un genre de lumière venait d’apparaitre, comme un scintillement flou. Au lieu de s’en étonner ou d’être effrayé, l’inconnu retourna à la porte de la station service et s’acharna de plus belle à entrer à l’intérieur. Une fraction de seconde, Olivia eut enfin une vision dégagée de sa cible et, consciente qu’il allait lui échapper, elle saisit sa chance. Derrière la fenêtre, la silhouette d’Archer s’effondra d’un coup. Touché.
    
    Olivia traversa la rue en courant, et déboula dans le petit immeuble son arme de poing à la main, suivant de près l’inconnu qui avait finalement réussi à forcer la porte.
    
    -Plus un geste !
    
    Avec étonnement, elle constata qu’autour d’eux, tout était figé. Toutes sortes d’objets flottaient bizarrement dans les airs. Olivia avait été prévenue du pouvoir de celui qui était sa cible mais voir cette scène restait tout de même sidérante. Elle la balaya rapidement du regard mais revint vite fixer son attention sur celui qu’elle tenait en joue.
    
    -Ca va ?, demanda Lincoln dans l’oreillette. Je te rejoins tout de suite.
    
    -Mission accomplie. Appelle Broyles, dis-lui qu’on a notre gars. Et continue à surveiller les alentours, qu’on ne soit pas dérangés maintenant.
    
    Devant elle, l’homme qui s’était penché sur le corps inanimé d’Archer se releva lentement et se retourna pour lui faire face.
    
    - Voilà que ça recommence. Et évidemment, ça devait être elle, marmonna-t-il d’une voix si basse qu’Olivia n’était pas sûre d’avoir bien compris.
    
    Il mit les mains en l’air sans y avoir vraiment été invité, comme par habitude. Il arborait une mine plutôt désespérée . Puis il détailla Olivia des pieds à la tête à la manière dont on évalue du regard une vieille connaissance qu’on n’a plus vue depuis longtemps. Il la regardait tellement comme s’il la connaissait, en fait, qu’Olivia fit un effort de mémoire, tâchant de se rappeler si elle l’avait déjà rencontré auparavant. Mais non, elle était pratiquement certaine que ce n’était pas le cas.
    
    Enfin, l’homme soupira et leva les yeux au ciel, maugréant de toute évidence intérieurement contre quelqu’un là-haut qui s’amusait à ses dépens.
    
    -Agent Dunham, Fringe Division, annonça Olivia pour la bonne forme. Qui êtes vous et que faites-vous ici?
    
    L’homme agita la tête avec un sourire désabusé.
    
    -Je ne sais pas si c’est une bonne idée que je vous le dise.
    
    -C’est toujours une bonne idée de répondre à un agent de la Division qui vous pose une question, se contenta-t-elle de répondre.
    
    Il eut une grimace de dépit.
    
    -C’est que, vous voyez, je sais ce qui va se passer après.
    
    -Vous avez un don de prédiction de l’avenir ?, plaisanta Olivia.
    
    Elle se fendit d’un franc sourire qui parut beaucoup étonner l’autre. Une étincelle de malice s’alluma dans ses yeux et il sourit à son tour.
    
    -Non, ça ne fait pas partie de mes dons… Mais je sais que je vais commencer à vous expliquer que je n’y suis pour rien dans tout ça (il esquissa un mouvement circulaire pour désigner tout ce qui flottait autour de lui) et que vous ne me croirez pas.
    
    Cette fois Olivia commençait à comprendre à quel genre de gars elle avait affaire.
    
    -Parce que vous êtes souvent accusé à tort, c’est ça ? , fit-elle ironiquement.
    
    La mimique innocente qu’il tenta d’arborer amusa beaucoup la jeune femme.
    
    -Exactement ! Voilà, vous avez tout compris, fit-il avec un clin d’œil. L’univers s’acharne sur moi.
    
    -Alors je suis désolée de ne pas vous donner une occasion de vous plaindre, mais je ne vais pas vous accuser d’avoir causé cela car je sais parfaitement que ce n’est pas vous. Par contre il faut me dire votre nom et ce que vous faites là, j’insiste. Monsieur… ?
    
    Il plissa les yeux, encore hésitant, puis finit par se lancer.
    
    -Crocker. Vraiment vous ne me soupçonnez pas d’avoir causé cela ? Genre abracadabra et…
    
    A ce moment précis, tous les objets aux alentours retombèrent avec fracas et le « suspect » d’Olivia ferma les yeux et serra les poings comme s’il se retenait de laisser échapper une bordée de jurons.
    
    -Je dois reconnaitre que vous avez l’air d’être maudit, sourit Olivia.
    
    -Vous n’avez pas idée, soupira-t-il.
    
    - Je vais tout de même être obligée de vous emmener au poste et vous interroger.
    
    Sans qu’elle ait à ajouter quoique ce soit, il lui tendit les poignets d’un air fataliste, attendant les menottes.
    
    -Vous n’allez pas me faire examiner par quelqu’un, aussi ?, interrogea-t-il d’un air soupçonneux et plein d’espoir à la fois.
    
    -Vous souhaitez voir un médecin ?
    
    -Je ne sais pas… je pensais juste…
    
    Il s’interrompit comme si répondre oui ou non à cette simple question était d’une importance cruciale. A ce moment, Lincoln entra dans la pièce.
    
    -Tout est en ordre pour faire transporter notre client en lieu sûr, annonça-t-il.
    
    -Parfait.
    
    -Pas de Peter, murmura le suspect.
    
    Lincoln haussa les sourcils et interrogea du regard sa partenaire, qui ne comprenait pas non plus.
    
    -Non, moi c’est Lincoln. Lincoln Lee.
    
    Olivia s’entretint quelques minutes avec lui de la suite des opérations, tout en embarquant Mr Crocker dans la voiture. Des petites divergences, mon œil, l’entendit-elle marmonner en sourdine. Légèrement inquiète, elle plissa les yeux. A priori, le pouvoir de Mr Archer n’avait pas d’effets collatéraux sur les personnes se trouvant à proximité mais elle se demanda si son suspect se sentait bien. Peut-être qu’elle allait tout de même le faire examiner, après tout.

Texte publié par Spacym, 27 juillet 2015 à 10h50
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 7 « Olivia » Tome 1, Chapitre 7
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1036 histoires publiées
491 membres inscrits
Notre membre le plus récent est ACKERMANOlivia-chii
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés