Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 5 « Dwight » Tome 1, Chapitre 5
- Et voilà autre chose, tiens, soupira Dwight en contemplant l’espace désespérément vide qui s’étendait devant lui.
    
    Cela faisait un moment que les anomalies n’avaient plus frappé Haven et là, comme pour compenser, on en avait droit à deux en une seule journée. Cela n’annonçait rien de bon pour la suite. Il sortit son portable et contacta Nathan qui était toujours près de l’hôpital désaffecté en train d’enquêter un peu dans le voisinage.
    
    - Du neuf de ton côté ?
    
    -J’ai interrogé pas mal de gens, répondit Nathan, mais personne n’a vu grand-chose. Je ne crois pas qu’on saura un jour ce qui s’est passé exactement, parti comme c’est. Mais au moins j’ai bon espoir qu’on arrivera facilement à enterrer cette histoire.
    
    Dwight aurait aimé partager l’optimisme souvent contagieux de son collègue et ami, mais ce qu’il avait sous les yeux l’obligea à se montrer un peu rabat-joie.
    
    -Celle-là peut-être bien qu’on l’enterrera sans trop de mal. Mais on a un autre souci à l’ancienne pâtisserie de Joe.
    
    -Je vais venir voir ça. Même topo qu’à l’hôpital ?
    
    -Ho , pas vraiment, non, fit Dwight avec une certaine emphase. Et tu peux venir jeter un oeil bien sûr, mais moi j’allais retourner au commissariat. Parce qu’en réalité, y’a plus rien à voir. L’immeuble s’est simplement volatilisé.
    
    -Comment ça, volatilisé ?
    
    - C’est marrant, j’ai posé exactement la même question quand on m’a appelé sur les lieux. D’après les passants, il s’est mis à devenir flou et scintiller bizarrement et tout à coup, pouf, il n’était plus là. Il n’en reste que les fondations, ou à peu près. Encore heureux que le magasin avait fermé, tu imagines s’il y avait eu des gens là-dedans ?
    
    A l’autre bout du fil, Nathan étouffa un juron.
    
    -Ill va falloir trouver une solution pour tenir ces charognes du gouvernement à distance. Avoir faussé leurs détecteurs ne va pas suffire à… Aïe ! Qu’est-ce que c’est que ça ?
    
    Dwight haussa un sourcil.
    
    -Ca va ?
    
    -Ouais, juste un… un caillou, on dirait. Il m’a heurté la tête, aucune idée d’où il est sorti. Bon, je te rejoins vite fait au commissariat alors. Vois avec Stan à ce qu’il tâche de contenir les curieux sur place. On va jouer serré sur ce coup-là. Il est hors de question que ça recommence comme l’autre fois, Dwight.
    
    -Bien d’accord avec toi, répondit simplement celui-ci.
    
    Puis il raccrocha. Comme souvent, il se sentit frappé par la situation paradoxale de cette ville. Ici, des évènements étranges se produisaient à intervalles réguliers depuis des centaines d'années et les habitants avaient tout fait pour les cacher, craignant que le monde extérieur les soupçonne de sorcellerie ou d’avoir été maudits ou un truc dans le genre.
    
    Mais depuis un peu plus de vingt ans maintenant, c’était quasiment la planète entière qui était le théâtre de phénomènes inexpliqués. Disparitions mystérieuses, catastrophes naturelles d'ampleur sans précédents... Même si les autorités avançaient dans la plupart des cas des explications scientifiques plus ou moins convaincantes et alambiquées , tout le monde savait que quelque chose se passait.
    
    Et malgré cela, Haven était si habituée à dissimuler ses secrets qu'elle continuait à tenter de les garder jalousement. Il y avait à cela une raison assez logique bien sûr. Ne plus être les seuls à subir ces phénomènes était une chose, mais que se passerait-il si les autorités prenaient conscience que cette ville avait sans doute été la première à les vivre ? Combien de temps faudrait-il avant que cet endroit ne devienne une curiosité scientifique, un repaire de chercheurs en tous genres et les habitants des cobayes à temps plein ? Personne ici n’avait envie de le savoir. Encore moins depuis l’anomalie qui avait eu lieu cinq mois plus tôt… Dwight, tout comme la majorité des gens d’ici, espérait que les deux évènements d’aujourd’hui n’allaient pas à nouveau attirer l’attention sur eux.
    
    C’était à tout cela qu’il réfléchissait alors qu’il montait les marches du commissariat. Il aperçut Nathan qui arrivait lui aussi et s’arrêta pour l’attendre.
    
    -Alors ? Vraiment rien récolté d’intéressant sur l’affaire de l’hôpital ?
    
    - Oui et non. Une vieille dame de cette rue a ressenti une secousse et a vu un type sortir en courant, et puis un autre quelques minutes plus tard, fit Nathan en fronçant les sourcils. Mais d’après elle, le premier ne portait qu’une de ces chemises ouvertes dans le dos qu’on met aux malades et il avait un bandage sur la tête.
    
    -De plus en plus bizarre. Elle aurait halluciné d’après toi ?
    
    Nathan haussa les épaules et pinça les lèvres en une mimique dubitative .
    
    - Difficile à dire mais en tous cas, j’ignore vraiment si son témoignage est fiable. Et de toutes manières, elle n’a pas pu me fournir de description utilisable de ces deux individus.
    
    Cette histoire loufoque de gars se sauvant en petite tenue d’un hôpital désaffecté fit néanmoins réfléchir Dwight.
    
    -Maintenant que j’y pense, dit-il pensivement, on nous a signalé une intrusion dans un jardin à quelques pâtés de maisons de là. Un homme qui aurait emmené avec lui des vêtements qui pendaient à une corde à linge. Sur le moment je me suis juste dit que c’était presque rassurant qu’il se produise encore des crimes normaux dans cette ville et je n’y ai pas prêté grande attention mais…
    
    -Tu crois que ce pourrait être ce mystérieux blessé qui cherchait de quoi s’habiller ? C’est possible après tout…
    
    A ce moment, un bip se fit entendre sur leurs portables à l’unisson. Ils consultèrent tous deux leurs messages.
    
    -Et maintenant un vol de voiture, fit Nathan en fronçant les sourcils. Toujours dans ce coin là. Le même gars qui cette fois aurait eu besoin d’un moyen de transport, tu crois ?
    
    - Je ne vois pas pourquoi il serait resté tout ce temps dans les environs de l’hôpital, fit Dwight. S’il avait l’air pressé de quitter les lieux quand il en est sorti…
    
    -C’est vrai. Mais bon, d’après mon témoin il y avait un second individu. Je me demande s’il pourchassait le premier ?
    
    -On n’en saura pas plus tant qu’on aura pas retrouvé au moins un des deux, en supposant qu’ils existent bel et bien, soupira Dwight. On peut toujours essayer de lancer un avis de recherche sur un type portant un bandage sur la tête.
    
    -Ouais, on peut essayer ça, répondit Nathan un peu évasivement.
    
    Dwight nota que son collègue semblait soudain perdu dans ses pensées. Ils entrèrent enfin dans le bâtiment et prirent la direction de leur bureau tout en continuant à discuter.
    
    -Ca va ? T’as l’air ailleurs, interrogea Dwight.
    
    -Oui, ça va. J’étais en train de me dire qu’il se passe vraiment un tas de choses dans ce quartier-là aujourd’hui. Figure-toi que pendant que je faisais le tour du voisinage… j’ai cru voir Duke.
    
    Dwight haussa les sourcils, vaguement inquiet.
    
    -Nathan, fit-il à mi-voix, tu sais comme moi où est Duke, pas vrai ?
    
    Son collègue tourna un visage étonné vers lui, puis son regard s’éclaira comme s’il réalisait seulement que sa formulation pouvait prêter à confusion.
    
    -Bien sûr que je sais où il est. Je.. Ho, je ne voulais pas dire que j’ai cru le voir, c’est juste que j’ai croisé un type qui lui ressemble énormément. Son demi-frère, apparemment. – Il haussa les épaules – C’était bizarre.
    
    Dwight ne trouva rien à répondre. La dernière fois que Haven avait été confrontée à un phénomène inexpliqué, cinq mois plus tôt, cela avait tourné au drame. Et pas à cause du phénomène en lui-même, d’ailleurs, mais plutôt à cause d’eux. Parce qu’ils n’avaient, pour une fois, pas réussi à garder les autorités gouvernementales à distance. Aujourd’hui, Dwight avait l’impression que l’ombre de ceux qui avaient été victimes de leurs erreurs planait sur eux. Comme si elles les hantaient pour les mettre au défi d’empêcher que cela recommence. Et il comprenait aussi que pour Nathan, c’était indiscutablement l’ombre de Duke qui planait plus que tout autre…
    
    -Je vais voir avec Vince Teagues ce qu’on peut essayer d’inventer pour cette affaire de bâtiment disparu, dit-il sans transition tout en ouvrant la porte de leur bureau commun.
    
    -Oui, acquiesça Nathan à mi-voix. Il va lui falloir de l’imagination, cette fois. Je parie qu’on ne va pas s’en tirer en disant que c’était…
    
    -… une fuite de gaz ?, l’interrompit une voix féminine. Vous pouvez certainement trouver mieux que ça.
    
    Dwight et Nathan se tournèrent à l’unisson vers le coin de la pièce d’où avait fusé cette remarque, pour y découvrir une jolie rouquine à l’allure sportive, en veste noire et pantalon kaki. Sans même attendre qu’ils posent une question, elle sortit un badge que Dwight reconnut malheureusement trop bien.
    
    -Agent Olivia Dunham , annonça-t-elle tranquillement. Fringe Division. Je crois que nous allons avoir beaucoup de choses à discuter, vous et moi.
    

Texte publié par Spacym, 13 juillet 2015 à 13h23
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Chapitre 5 « Dwight » Tome 1, Chapitre 5
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1036 histoires publiées
491 membres inscrits
Notre membre le plus récent est ACKERMANOlivia-chii
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés