Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Epilogue Tome 1, Epilogue
Mongolie extérieure, 15 avril 1921
    
    Je suppose que vous avez déjà eu toute l’histoire par les rapports du détachement de Gladius Irae. Cependant, je tiens à vous donner ma version des faits.
    
    Cette dernière heure dans Skellet a été l’une des plus terribles de ma vie. Je me trouvais devant les portes souterraines de la ville quand elle a été brusquement tirée hors de sa poche de réalité. Au départ, il était difficile de concevoir l’impact de ce qui venait d'arriver, car nous étions isolés de l'extérieur par d’épaisses parois métalliques ; cependant, j’ai vu l’étrange miroitement qui brillait devant les issues, en témoignage de l’existence de passages entre les réalités, disparaître d'un coup.
    
    Plus encore que le reste de la ville, ce lieu était chargé d’une force de suggestion qui empêchait tout être, vivants ou mort, de le franchir, auquel même Malvin et Anha se sont révélés sensibles. Et soudain, il y a eu comme un choc très brusque, puis un terrible silence. Aussitôt, nous avons vu une brume se lever autour de nous, comme aspirée au-dehors : il s’agissait d’une partie des esprits libérés par Swan et Vesper, qui se précipitaient instinctivement vers le chemin qu’on n’aurait jamais dû leur couper. Ils tourbillonnaient autour de nous, mais Anha a réussi à les repousser – comme elle a l’étrange faculté de le faire. Le passage était enfin accessible !
    
    Quelques vivants traînaient dans le coin, des ouvriers, des Capteurs ou des Régulateurs, plongés dans la confusion la plus totale. Nous les avons réunis pour leur expliquer qu’ils devaient rassembler le plus de gens possible et les inviter à quitter la ville. Nous craignions qu’elle ne s’effondre sur elle-même, sans le pouvoir de Céos pour la maintenir. Après avoir consulté mes alliés, je suis partie prévenir le détachement de Gladius Irae, tandis qu’Anha retournait dans la chambre de cristaux pour y chercher Swan et Vesper. Elle ne les a pas trouvés, mais elle nous a confirmé avoir vu le cadavre de Céos, tué d’une balle en pleine poitrine. Cependant, il n’en reste pas moins un éveillé majeur, et je ne serais pas surprise qu’il ait migré dans un autre corps pour fuir et ruminer une quelconque revanche.
    
    En émergeant dans la steppe, j’ai aussitôt fait jouer mes sens pour repérer le détachement, mais c’est mon frère et Vesper que j’ai découverts ; les blessures du jeune Ashley avaient été aggravées, mais pas de façon dramatique. L’état de Swan, par contre, était clairement critique : la perte de sang l’avait plongé en état de choc. Je ne sais pas comment il a pu tenir aussi longtemps, même avec sa résistance accrue. J’ai fait ce que j’ai pu pour le stabiliser avant d’aller chercher du renfort.
    
    Ce n’est que lorsque j’ai été sûre qu’ils étaient pris en charge que je suis retournée vers Skellet. Et je l’ai vue, pour la première fois, devant mes yeux : un énorme torse de métal, surmonté d’un embryon de tête, avec des attaches prévues pour des bras et des jambes. C’était tellement évident, à présent que le géant était revenu dans notre univers… Il était posé dans une cuvette pratiquée dans un immense monticule de terre, à travers lequel ouvraient des rampes souterraines dont les entrées se situaient un peu plus loin, au débouché de pistes dont la fréquentation avait été notre premier indice.
    
    Il y avait sous ce cône une grande caverne où, en secret, se préparait l’édification des jambes. Sans doute auraient-elles rejoint le torse tôt ou tard dans ce « non-monde ». Il y a encore tant de choses que nous ne savons pas…
    
    Les habitants de Skellet, débarrassés de la chape de perpétuelle suggestion, commencent à regagner leurs souvenirs et de leur libre arbitre. Ils hésitent cependant à quitter Skellet, qui a l’avantage de leur fournir un logement décent. Certains restent affaiblis après que la libération des fantômes les ait drainés d’une partie de leurs forces. Il y a encore assez de vivres et d’eau à Skellet pour les maintenir, mais cela ne durera qu’un temps. Il va nous falloir beaucoup de monde sur place pour les prendre en charge et décider de leur sort.
    
    Le second problème est celui des esprits. Ceux qui ont reconstitué un tant soit peu leur énergie ont pu, pour l’essentiel, poursuivre leur chemin, mais un certain nombre d’entre eux tournent toujours autour de Skellet ; certains même nous ont suivi jusqu’au village où nous avons établi le détachement. Nous pouvons nous en protéger, mais il va falloir trouver un moyen de les aider à Passer. Seule, je ne peux pas gérer toute la situation et Swan n’est pas en état de le faire. C’est pour cela que votre présence est indispensable : je suis certaine que vous, Père, pourrez apporter une solution. Et votre oncle aurait un avis éclairé à donner sur la question.
    
    Swan et Vesper se remettent rapidement, mais mon frère m’inquiète un peu. Cette aventure a éveillé en lui des souvenirs douloureux. Son regard est peuplé de fantômes ; il se montre encore plus irritant qu’à l’accoutumée, encore plus assoiffé d’attention… Mais comme sa blessure les justifie, autant que ses actes héroïques d’ailleurs, cela ne me gêne pas de lui céder un peu… Il n'est pas souhaitable pas, malgré tout, que cela devienne une habitude.
    
    Quant à Vesper, il serait bon de le laisser redécouvrir sa propre histoire, avant de prévenir Erasmus Dolovian puis ses parents. Je tenais, cela dit, à préciser qu’ils ne pourront qu’être fiers de l’homme qu’il est à présent. Mais il leur faudra du temps, à lui comme à eux, pour accepter son retour.
    
    Anha n’a pas encore recouvré la moindre parcelle de souvenirs, contrairement aux autres. Ce détail, tout comme ces étranges facultés, la rend plus intrigante que jamais. Même si nous ne savons rien d’elle, ses actes parlent d’eux-mêmes : si elle choisit de rester en ce monde – mais elle n’a pas l’air de vouloir prendre une autre route – je propose de la garder à Gladius Irae. De même que Malvin, dont les talents mécaniques nous seront précieux. Sa résistance à la suggestion de Skellet le désigne comme un esprit fort et une personnalité solide. Il y a également cette vieille femme, Phyra. Je ne sais trop quoi en penser, mais comme elle a pris soin elle aussi de Vesper, Dolovian ou les Ashley seront favorablement disposés à son égard.
    
    En attendant votre réponse, je vous envoie mes salutations les plus affectueuses.
    
    Angelia.
    
    

Texte publié par Beatrix, 3 novembre 2017 à 01h02
© tous droits réservés.
Commentaire & partage
Consulter les commentaires
Pour réagir â ce chapitre et poster une review, veuillez vous identifier ou vous inscrire !
«
»
Tome 1, Epilogue Tome 1, Epilogue
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1039 histoires publiées
496 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Lardon anthropomorphe bleu cie
LeConteur.fr 2013-2018 © Tous droits réservés