Pourquoi vous inscrire ?
Le monde d'Ilnolia - Le voyage d'Elwyn
icone Fiche icone Fils de discussion icone Lecture icone 0 commentaire 0
«
»
tome 1, Chapitre 7 « C'est quoi aimer ? » tome 1, Chapitre 7

Les jours, les semaines, les mois passèrent et je remarquai que le ventre de mère-Ophélia avait commencé à prendre de plus en plus de volume et avec cela, je la voyais aussi faire de moins en moins de déplacements au fil du temps qui passait.

Alors un jour, quand elle était allongée sur le canapé avec un livre en main, je voulus savoir ce qu’elle ne m’avait pas encore dit, en espérant que le « bon moment » soit arrivé.

— Mère-Ophélia ?

La jeune femme aux courts cheveux cendrés reconnut la voix d’Elwyn et posa donc son livre contre sa poitrine, se redressa doucement, puis tourna la tête vers le petit garçon en arborant un grand sourire.

— Oui, mon chéri, qui a-t-il ?

Le petit garçon à la courte chevelure bleu aile de corbeau se tenait droit face à la jeune femme et son visage arborait un air assez sérieux.

— Mère-Ophélia, est-ce que je pourrais savoir ce qu’il t’arrive depuis quelque temps maintenant ?

Ophélia regarda alors le petit garçon avec un air légèrement confus. En même temps, cette dernière n’avait pas directement compris le sens de la question.

Mais une fois qu’elle comprit, après quelques secondes de réflexion et un certain regard insistant sur son ventre, elle prit un air amusé.

En effet, il était rare pour Elwyn d’afficher un air si sérieux sur son visage et le fait qu’il s’inquiète pour elle, malgré son très jeune âge, lui fit aussi très plaisir.

— Oh ! Elwyn, tu t’inquiètes pour moi ?

Elwyn hocha alors positivement la tête en guise de réponse.

Ophélia prit alors le livre posé sur sa poitrine et le déposa sur la table basse, puis elle s’installa confortablement dans le canapé, avant de faire signe à Elwyn de s’installer juste à côté d’elle.

Le petit garçon s'exécuta alors et s'installa juste à sa gauche, puis la jeune femme commença son explication.

— Tu sais Elwyn, quand un homme et une femme s’aiment très fort, il arrive qu’ils décident d’avoir un enfant.

Le petit garçon regarda alors Ophélia avec un air perplexe.

— Alors… tu vas avoir… un bébé ?

La jeune femme acquiesça avec un grand sourire et prit ensuite, avec délicatesse, la main du petit garçon pour la poser délicatement contre son ventre.

— Tu vois, pour le moment, le bébé se trouve ici, dans mon ventre. Il est au chaud et en sécurité, comme tu l’as un jour été.

Le petit garçon caressa doucement le ventre d’Ophélia en faisant de petits cercles avec la main.

— Est-ce qu’il va bien ?

— Pour le moment, oui, et j’espère qu’il le restera jusqu’à la fin.

Le petit garçon s’arrêta de caresser le ventre d’Ophélia et se mit ensuite à le regarder fixement.

— Est-ce que tu sais quand il arrivera chez nous ?

La jeune femme se mit à réfléchir quelques instants avant de donner une réponse qui lui semblait la plus juste.

— Oh… je dirais qu’il lui reste au moins une bonne demi-année à passer dans mon ventre avant de venir au monde.

À cette réponse, Elwyn écarquilla les yeux de surprise.

— Tant de temps que ça ?

— Eh oui, il faut qu’il prenne son temps pour pouvoir se développer et grandir correctement.

— Je vois… Est-ce que tu sais déjà si ce sera un garçon ou une fille ?

— Oh non, pas encore. Et puis, j’aimerais garder la surprise pour le grand jour, répondit-elle avec un grand sourire.

— Je vois…

Le petit garçon commença alors à se perdre dans ses pensées pendant quelques instants, avant d’être interrompu par une question d’Ophélia.

— Mais sinon, toi, tu préférerais avoir quoi ? Un petit frère ou une petite sœur ?

Elwyn se mit alors à regarder fixement le ventre de la jeune femme pendant quelques secondes avant de répondre le plus honnêtement possible.

— Je ne sais pas. Je crois que… je n’ai pas de préférence…

À ces mots, le silence retomba dans la pièce durant de longues secondes, avant d’être balayé par une question qui taraudait le petit garçon depuis le début de la conversation.

— Mère-Ophélia, puis-je te poser une question ?

— Bien sûr mon chéri, vas-y.

— Tu as dit que quand un homme et une femme s’aimaient, ils peuvent décider d’avoir un enfant.

Ophélia prit alors un air intrigué, car elle ne voyait vraiment pas où le petit garçon voulait en venir.

— Oui, j’ai bien dit cela. Quel est le problème ?

Elwyn leva alors ses yeux directement vers ceux d’Ophélia et la fixa longuement.

— Ça veut dire quoi “aimer“ ?

À cette question inattendue, le visage de la jeune femme se décomposa petit à petit.

En même temps, Elwyn lui avait posé cette question les yeux dans les yeux, et Ophélia avait pu voir que ces mots sortis de sa bouche étaient sincères.

Cependant, cette question de sa part était à prévoir un jour, car les Entités sont connues pour avoir de très grandes difficultés à comprendre les sentiments des autres et à exprimer leurs propres sentiments. Et cela est plus flagrant chez ceux dont le Domaine régissant leur pouvoir n’était pas directement lié à un sentiment.

Voyant que le visage d’Ophélia changea de manière drastique, Elwyn commença à s’inquiéter.

— Mère-Ophélia ? J’ai dit… quelque chose de mal ?

La jeune femme se ressaisit aussitôt et se cacha derrière un sourire, afin de rassurer le petit garçon.

— Non. Tu n’as rien dit de mal. C’est juste que… je ne m’attendais pas à une question aussi difficile.

Le regard d’Elwyn devint alors interrogateur.

— Difficile ?

Ophélia acquiesça de la tête.

— Oui, il est très difficile de décrire précisément ce qu’est “l’amour“ à quelqu’un.

Le petit garçon regarda Ophélia avec perplexité.

— “Amour“ et “aimer“ veulent dire la même chose ?

Cette question estomaqua à nouveau la jeune femme, mais cette dernière réussit à rester le plus imperturbable possible.

— Oui. Enfin, en quelque sorte. Ce sont tous les deux des mots pour définir le même sentiment, mais pas à la même force…

Le regard d’Elwyn resta interrogateur.

— … On utilise “aimer“ quand on veut dire que l’on est attaché à quelque chose, par exemple, les fleurs. J’aime les fleurs. Alors que, on utilise “amour“ pour dire que l’on est très attaché à quelqu’un. Par exemple, je suis amoureuse de Volden.

Cette explication créa un court silence de réflexion de la part du petit garçon.

— Mère-Ophélia, je suis désolé, mais je ne comprends toujours pas.

Ces mots pleins de vérité faillirent faire pleurer la jeune femme, qui réussit quand même à contenir ses larmes, mais pas son expression faciale.

— Mère-Ophélia, tu vas bien ?

La jeune femme acquiesça de la tête, tout en essayant d’effacer cette expression de tristesse de son visage.

— Je vais bien… c’est juste que … c’est très difficile de faire comprendre avec des mots un sentiment que l’on ressent au plus profond de soi…

— Pourquoi c’est si difficile ?

— Parce que l’amour est un sentiment qui se vit. Quand on est amoureux, le ressenti est différent en fonction de chaque personne. Si tu veux, on peut dire que chacun aime à sa propre manière.

Cette réponse rendit Elwyn plus perplexe qu’avant.

Voyant cela, la jeune femme fit un sourire tendre au petit garçon, avant de le prendre dans ses bras et de le serrer fort contre elle, afin de le rassurer et de se rassurer.

— Tu sais Elwyn, je suis sûre qu’un jour tu comprendras ce qu’est “l’amour“. J’en suis persuadée.

— Je l’espère aussi…

Cette petite discussion permit au petit garçon de se rendre compte qu’il n’était pas encore suffisamment mature pour comprendre certaines choses de la vie et qu’il possédait des lacunes sur des sujets qu’il devrait déjà connaître ou bien comprendre…


Texte publié par Galadrel, 3 février 2024 à 12h09
© tous droits réservés.
«
»
tome 1, Chapitre 7 « C'est quoi aimer ? » tome 1, Chapitre 7
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2620 histoires publiées
1170 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Eli
LeConteur.fr 2013-2024 © Tous droits réservés