Pourquoi vous inscrire ?
«
»
tome 1, Chapitre 20 « Révélation » tome 1, Chapitre 20

Jayden se figea et son cœur se serra. Ces paroles éveillaient un écho désagréable en lui. Des souvenirs qu'il avait enfoui au fond de lui menaçaient de refaire surface. Il s’efforça de maintenir un visage impassible, mais à son sourire, il sut que Valronn avait remarqué son trouble.

— Je vois que tu te rappelles de lui. J’ai aussi eu accès à ses carnets, dans lesquels il parle d’un enfant très intéressant. Il enquêtait aussi sur une espèce qui avait vécu pendant des millénaires et disparu il y a des centaines d’années. Ils avaient la capacité, d’après ces écrits, de lire la musique de l’univers.

— Quel rapport cela a-t-il avec moi ?

— J’ai toujours trouvé tes phrases horripilantes ; elles n’avaient aucun sens pour moi ; c’était une manifestation de ton arrogance envers moi et ma fille. Mais maintenant je sais que tu n’as fait que dire la vérité.

Il tourna soudain le livre et présenta la page sur laquelle il s’était arrêté. Jayden ne put détourner son regard de la créature qui y était représentée : un humanoïde, au corps entièrement recouvert d’écailles ; ses bras étaient assez longs et au bout de ses doigts, des griffes effilées brillaient. Son crâne ovale était recouvert de cheveux longs tressés. Il avait un visage bestial, comme celui d’un lézard. Ses yeux sans pupilles et sans sourcils, ni cils semblaient briller d’une grand intelligence. Les pigments étaient un peu passés, mais il discernait des teintes bleuâtres et ses yeux paraissaient jaunes.

— Je vois que tu reconnais cette image, d’une certaine manière. C’est une représentation assez parcellaire, j’imagine.

Valronn posa le livre sur la table et se pencha vers Jayden. Celui-ci retint son souffle et se tendit. D’un geste presque paternel, le trafiquant repoussa ses cheveux pour libérer son oreille mutilée. Il paraissait incapable de déplacer son regard de ses cicatrices.

-- J’ai mis un peu de temps à faire le lien. Je me suis toujours demandé d’où venait tes cicatrices. Alors, en les reliant à tes paroles et à ce que j’ai découvert dans les écrits de Fleurdys, une hypothèse s’est formée dans mon esprit.

— Et vous m’avez traqué pour une hypothèse ? siffla Jayden.

Valronn allait répondre, mais un mouvement dans son dos l’interrompit. Sylf pénétra dans la tente. Le regard qu’il posa sur Jayden sembla exprimer du soulagement.

Sélyna apparut ensuite ; avec un rictus, elle bouscula Isobel qui trébucha vers lui. Lorsqu’elle posa ses yeux sur lui, il put sentir tout son soulagement. Il avait du mal à se concentrer sur les mélodies, tant son esprit était en désarroi. Mais la voir en bonne santé lui mit du baume au cœur.

Une autre personne entra alors : une femme, d’âge mûr, aux yeux éteints, au visage émacié et pâle, vêtue d’une robe simple et emmitouflée dans une cape. Elle s’immobilisa dans un coin, en silence, les yeux rivés sur le sol.

— Oui, c’est une hypothèse, qu’il faut que je vérifie.

Jayden resta silencieux et continua à fixer son regard inébranlable sur lui. Pourtant, au fond de lui, la terreur prenait de la puissance.

— Voyons voir si mon hypothèse est juste, murmura-t-il.

Il fit un geste vers la femme, qui s’empressa d’approcher.

— Soigne les cicatrices de mon ami.

Le prisonnier se raidit lorsque les mains tordues de la femme les effleurèrent. Elles tremblaient.

— Non, souffla-t-il.

Isobel avait fait un pas vers lui, mais elle fut retenue par la poigne de fer de Sélyna. Jayden serra les dents et se plaqua contre le dossier de la chaise. Il lutta contre ses liens, en vain. Grégoire recula d’un pas et l’observa d’un air victorieux. La femme murmura quelques paroles ; une douce chaleur s’enfla sous ses doigts et Jayden sentit avec horreur ses chairs se modifier. Il réprima un sanglot. Il ne voulait pas qu’Isobel voit son apparence réelle ; il préférait les cicatrices, horribles, mais banales, humaines. Ce qu’il y avait dessous était bien plus hideux.

La magie de la guérisseuse pénétra son visage, suivant les cicatrices sur tout son côté gauche, effaçant les dégâts qu’il y avait fait. Il sentit son oreille droite reprendre sa forme effilée originale. Lorsqu’elle eut fini, elle recula d’un pas. Sa brusque inspiration montra son choc au jeune homme qui gardait les yeux baissés. Il devinait le regard épouvanté de cette femme. La main froide et brutale de Valronn le força à redresser la tête sans douceur. Il le fixait avec un regard brillant.

— J’avais raison, jubila-t-il. Tu n’es pas humain, pas entièrement.

Sélyna s’approcha, le fixant avec horreur, mais il ne le remarqua pas. Jayden aurait voulu remettre ce masque qu’il avait abandonné et soustraire son visage à Isobel, dont il n’arrivait pas à distinguer la réaction. La fille de Valronn se détourna alors vers la guerrière, une expression victorieuse sur le visage.

Mais, très vite, elle pâlit et la rage déforma ses traits. Isobel ne manifestait aucun dégout, aucune horreur. Son regard clair était incapable de se détacher de son magnifique visage. Elle était fascinée par les écailles mordorées qui recouvraient le côté gauche de son visage et par son oreille, un peu plus haute que l’autre, plus effilée, de la même couleur que ses écailles. Pourquoi avait-il été jusqu’à se mutiler ainsi ? Il était parfait. Les yeux de son bien-aimé s’accrochèrent aux siens, comme s’ils étaient son seul recours et la terreur disparut, enveloppé par sa mélodie, qui était toujours aussi douce, aimante, confiante.

Quant à Sélyna, son si beau visage était entièrement déformé par sa haine et son aigreur. Valronn examina avec intérêt les écailles légèrement scintillantes sous la lumière des bougies. Il écarta le col de la cape, puis sa chemise, pour découvrir celles qui s’étendaient sur une partie de son cou et de sa poitrine.

— Fascinant, murmura-t-il, indifférent au dégoût que manifestait son prisonnier.

Il finit par se redresser et se retourner vers le groupe.

— Bien, nous allons pouvoir commencer l’exploration.

— L’exploration de quoi ? intervint Isobel. Qu’est-ce que vous nous voulez ?

— A vous rien, très chère, fit-il d’une voix calme. Vous n’êtes ici que comme un gage de son bon comportement. S’il dit vrai quant à ses capacités, ce que je crois, nous allons pouvoir pénétrer dans le sanctuaire caché dans la montagne.

— Et si je refuse de vous aider ? fit soudain Jayden.

— Alors ta bien-aimée meurt. Et je finirai bien par te briser, souffla Valronn, d’un ton glacial.


Texte publié par Feydra, 4 août 2023 à 16h50
© tous droits réservés.
«
»
tome 1, Chapitre 20 « Révélation » tome 1, Chapitre 20
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2658 histoires publiées
1199 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Edouard_def
LeConteur.fr 2013-2024 © Tous droits réservés