Pourquoi vous inscrire ?
«
»
volume 1, Chapitre 11 « Le fantôme du théâtre - Arrêt dans une auberge » volume 1, Chapitre 11

Ceci est une scène du Fantôme du Théâtre, écrit pour un Défi du Chaudron (Mots : démon/remords/vert bouteille) et pour répondre à une quête qui m'a été donnée pendant le Camp d'écriture La baie de Tortuga.

* * * * * *

Les mains serrées autour de sa tasse fumante, Isobel profitait de la chaleur de la pièce : la salle de l’auberge était décorée simplement et propre. Jayden et elle étaient installé près de l’immense cheminée. La chaleur des flammes réchauffait leurs corps transis par ces nuits passées dans la forêt. L’automne était froid dans les régions nordiques du Duché.

Ils avaient longtemps hésité avant de pénétrer dans le village : la semaine qu’ils avaient passée dans la forêt avait été épuisante, mais aussi paisible : ils y étaient en sécurité, loin du danger posé par Valronn et ses hommes. Mais leurs ressources commençaient à être limitées et il leur fallait des montures, s’il voulait atteindre le Bastion du Verre avant le début de la Saison des Glaces.

Le bourg, situé sur la berge d’un torrent qui prenait sa source dans les montagnes, était assez grand. Son économie bénéficiait de son emplacement, puisque la route principale du Duché passait non loin. On y trouvait donc une belle auberge, qui servait aussi de relais pour les voyageurs et les messagers du Duché. Ombrepierre était à une cinquantaine de kilomètres.

Lorsqu’ils étaient entrés dans la salle, en fin de journée, elle était suffisamment comble pour qu’ils passent inaperçus. Ils s’étaient installés à une table calée contre un mur, dans un coin en partie caché des regards par l’immense cheminée en pierre. Elle avait senti la tension augmenter de seconde en seconde chez Jayden, alors qu’ils entraient dans le village, en se glissant entre les jardins potagers qui remplissaient l’espace derrière les petites maisons. Il lui avait fallu un long moment d’observation intense pour qu’il se détende un peu.

Quelques yeux curieux avaient observé son masque, mais Isobel n’avait pas senti d’hostilité. Après avoir commandé, Jayden et Isobel avaient sombré dans le silence, profitant de la chaleur et du confort relatif de l’endroit, leurs mains enlacées sur la table. La salle embrumée par les vapeurs des boissons chaudes et le fumet des plats que les serveurs apportaient était pleine maintenant. La vacarme des rires et des conversations avaient un côté rassurant pour eux qui étaient en fuite.

— Ce cheval est un démon ! entendirent-ils soudain.

Isobel tourna son attention vers les deux hommes installés non loin d’eux. L’homme qui venait de prononcer ces paroles portait une veste en cuir vert bouteille, par-dessus un pantalon en cuir. Son crâne chauve brillait sous la lueur des chandelles allumées un peu partout. Sa stature était massive et Isobel put discerner des cicatrices sur son visage et ses mains. Il prit une lampée de sa bière et vacilla légèrement, en la posant sur la table. Son geste, un peu trop puissant, fit glisser quelques gouttes du breuvage sur la table. Cela ne devait pas être sa première.

— Arrête ! rétorqua son compagnon. Ce n’est pas la faute de cette pauvre bête s’il t’a plaqué.

Il essuya sa barbe humide et prit une gorgée de sa propre boisson. Sa tenue similaire à celle de son collègue fit comprendre à Isobel qu’il devait s’agir d’artisans. Sa silhouette plus gracile et ses cheveux longs emmêlés contrastaient avec le physique plus robuste et sauvage de l’autre.

— Ouais. Il aime mieux son canasson que moi, ça s’est certain, balbutia le premier.

Soudain, son regard vitreux se posa sur la chaise vide à sa droite. Il écarquilla les yeux et un sourire béat apparut sur son visage. Son compagnon le regarda, interdit.

— Eddard ! fit-il soudain, en caressant le dossier en bois. Tu es là ? Je … je ne t’avais pas vu… S’il te plait, j’suis désolé. Si tu savais comme j’ai des remords ! Je t’aime, tu sais… Et je serais prêt à supporter ton diable de canasson… si … si tu me pardonnais.

Horrifié, son ami le regarda se pencher vers la chaise vide, la bouche en cœur et les yeux fermés. Isobel sentit un sourire se dessiner sur son visage, alors que Jayden paraissait effaré. L’homme continua à se pencher, puis sa main plaquée sur le dossier glissa et il s’affala sur la chaise vide, qui craqua sous son poids. Un silence consterné s’étendit autour de leur coin de la salle. Isobel se tendit soudain. Ces idiots allaient attirer l’attention sur eux ! Quelques rires éclatèrent, au milieu de quelques regards courroucés, mais les gens semblaient avoir l’habitude de ce genre de scènes.

Avec un regard désolé, l’homme barbu se leva et s’empressa d’aider son ami ivre à sortir de l’entrelacs de bois, essayant de ne pas entendre les bruits étranges qui émanaient de lui.

— Allez, viens. Il est temps de rentrer.

Il parvint à le soulever et à lui passer un bras par-dessus son épaule afin de maintenir son corps chancelant. L’homme chauve se laissa faire en murmurant des paroles inintelligibles. Isobel les regarda s’éloigner. Soudain elle croisa le regard scrutateur d’un homme installé au comptoir. Il était rivé sur Jayden. Un frisson glacial grimpa le long de sa colonne vertébrale lorsqu’il quitta soudain sa place et sortit de l’auberge.


Texte publié par Feydra, 15 juillet 2023 à 15h09
© tous droits réservés.
«
»
volume 1, Chapitre 11 « Le fantôme du théâtre - Arrêt dans une auberge » volume 1, Chapitre 11
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2599 histoires publiées
1158 membres inscrits
Notre membre le plus récent est GMB32250@
LeConteur.fr 2013-2024 © Tous droits réservés