Pourquoi vous inscrire ?
«
»
tome 1, Chapitre 21 « Visite d'une mine infernale » tome 1, Chapitre 21

Debout dans la cour rocheuse située à l'entrée de son palais, Midona contemplait les cieux crépusculaires de son monde. Un petit sourire étirait ses lèvres alors qu'elle profitait du calme pour se laisser bercer par ses rêveries. Une fois de plus, elle se tenait debout là où se trouvait autrefois le portail lumineux reliant les deux royaume. Ce passage était toujours absent en ce jour, mais la twili aimait se rendre à cet emplacement particulier pour se remémorer ce qu'elle avait vécu à Hyrule. À chaque fois, elle se demandait comment se portait l'hylien ayant voyagé à ses côtés.

« Si ça se trouve, il doit bien s'ennuyer sans ma présence ! » se dit-elle en retenant un petit rire devant l'absurdité de sa pensée. Si quelqu'un s'ennuyait, c'était plutôt elle. Pourtant, ses journées étaient plutôt occupées durant ces six derniers mois. Mais parcourir les contrées d'Hyrule avec Link lui manquait.

« Je ne pensais pas que passer à autre chose serait aussi compliqué. »

Seulement, ce n'était pas en restant aussi nostalgique que les choses s'arrangeraient. La jeune femme était pourtant consciente qu'elle se faisait du mal en agissant ainsi. Mais elle ne pouvait pas s'empêcher d'avoir une pensée pour Link, pour Zelda, pour ce royaume de lumière qu'elle avait appris à apprécier...

« N'empêche, je me demande bien comment se porte tout ce petit monde en ce moment. »

Alors que son sourire réapparaissait, elle quitta cette place pour se diriger vers le château. Cependant, elle eut un sursaut de stupeur et se retourna brusquement. Une petite lueur apparaissait à l'emplacement du feu portail, et grossissait au fil des secondes en prenant une forme circulaire.

« Qu'est-ce que... ?! Non ! C'est impossible ! »

Ses yeux s'écarquillèrent de stupéfaction alors que le passage enchanté reliant Hyrule au Crépuscule semblait se reformer pour une raison obscure.

*

Loin de là, tout n'était que roche, métal et lave en fusion à l'intérieur de la mine dans laquelle venaient d'accéder Link, Epon et Iria. La terre tremblait à intervalles de temps irréguliers, faisant tomber quelques pierres du plafond. La température environnante était si élevée qu'elle donnait au trio l'horrible sensation de cuire sur place. Cette chaleur était d'autant plus désagréable pour la demi-zora qui haletait alors qu'elle suivait ses deux compagnons avec difficulté. Link connaissait plutôt bien les lieux, étant déjà venu une première fois. C'était donc lui qui guidait les deux jeunes filles en sa compagnie. Iria observait la lave en fusion avec une certaine peur. Elle était à la fois impressionnée par cet océan de feu et par les cascades de lave qui l'alimentaient, et effrayée à l'idée de tomber dedans si elle ne faisait pas attention.

« Restez sur vous gardes, conseilla Link. La dernière fois que je suis venu ici, ça grouillait de monstres. Avec la présence de nos ennemis dans les parages, ça ne m'étonnerait pas d'en croiser encore plus. »

Le jeune homme avait raison. Ils devaient tous redoubler de prudence s'ils voulaient revenir de cette aventure en vie. Une question vint alors à l'esprit d'Epon :

« Link... Est-ce que tu as une idée... d'où pourrait se cacher Gilgamesh... ? » demanda-t-elle d'une voix trop haletante au goût des deux Toaliens qui s'arrêtèrent et se tournèrent vers elle, inquiets. La princesse semblait déjà épuisée.

« Ça va aller ? demanda Iria en se rapprochant d'elle.

— Hum... fit Link en croisant les bras. Ton hybridité fait que tu n'es pas résistante à une chaleur aussi élevée à l'instar d'un zora, pas vrai ?

— Je vais bien... tenta de rassurer la bleue en fermant les yeux pour essayer de calmer sa respiration.

— Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de te laisser continuer, insista le blond. Tu devrais retourner auprès des aînés Gorons et nous attendre. Avec Iria, nous pourrons nous débrouill... »

Avant qu'il n'ait eu le temps d'achever sa phrase, Epon s'était avancé pour poser sa main sur l'épaule du garçon en lui adressant un léger sourire.

« Je vais bien. Ne vous en faites pas pour moi. Par contre... Tu n'as pas répondu à ma question... »

Link demeura silencieux quelques secondes. Il n'était pas enchanté de laisser Epon s'aventurer plus loin dans cette mine. Il échangea un regard avec Iria mais celle-ci haussa les épaules, ne sachant pas quoi dire pour dissuader la demi-zora de continuer. Après avoir poussé un léger soupir, l'hylien se décida à répondre :

« Je n'ai pas d'idée précise, malheureusement. Il peut être n'importe où dans cette mine, tout comme Morock.

— J'espère que Morock va bien et qu'on ne le retrouvera pas trop tard comme ça a été le cas pour...

— Iria ! » l'interrompit Link pour la faire taire. Selon lui, ils ne devaient pas penser à cette éventualité. Morock était le chef des Gorons. Le groupe ne pouvait pas le laisser se faire tuer par leurs ennemis au même titre que le yéti et Matornia. L'adolescente baissa la tête en murmurant un « désolée », tandis qu'Epon observa les deux d'un air sérieux avant de reprendre la marche.

« Ne perdons pas de temps... Il faut arrêter Gilgamesh et vite.

— Epon, attend ! » l'interpella Link. Mais la concernée continua de marcher en lui rétorquant :

« Arrête de t'en faire, Link... S'il faut s'inquiéter pour quelqu'un, ce n'est pas pour moi... »

En y réfléchissant, le jeune homme se rendit compte qu'elle n'avait pas tort. Après tout, ils ne savaient pas comment allait Morock, et ignoraient si Gray était encore en vie suite à sa grave blessure. De plus, ce volcan mettait le peuple des Gorons, le village Cocorico et probablement toute la région d'Ordinn en danger de mort. Finalement, face à cet argument et surtout devant l'entêtement de l'élue de Nayru, Link se résigna à la suivre avec Iria.

Plusieurs longues minutes passèrent, pendant lesquelles les trois amis parcouraient une petite partie de cette immense mine. Il avaient croisé de rares monstres tels que des chauves-souris enflammées ou des sortes de limaces en feu, qui se retrouvaient rapidement éliminés. Sachant que leurs véritables ennemis se terraient ici, le trio trouvait étrange de ne croiser que des créatures pas très dangereuses pour le moment.

Après avoir franchi une porte de pierre que Link avait soulevée, les trois jeunes gens accédèrent à une zone particulière de la mine. Ce n'était pas une grande salle mais plutôt l'intérieur d'un cratère, au fond duquel bouillonnait un gigantesque bassin de lave. On pouvait voir le ciel depuis ce lieu, mais ce n'était pas pour autant qu'il y faisait plus frais. Debout sur une énorme plate-forme en fer et en pierre, Link, Iria et Epon avaient la désagréable sensation d'être dans un four.

« C'est pas une mine ici, c'est carrément l'enfer... » murmura la châtaine en passant le dos de sa main sur son front transpirant. L'homme en vert, après avoir repéré une autre porte en contrebas de leur position, s'apprêta à avancer. Mais la demi-zora l'arrêta, à la surprise générale.

« Je ressens une puissante présence par ici... » leur informa la bleue en mettant ses sens en alerte. Sachant qu'il fallait s'attendre à tout et à n'importe quoi de la part de leurs opposants, ses compagnons se mirent aussi en garde. Soudain, Link remarqua une ombre au sol à proximité d'eux, qui grossissait au fil des secondes. Il leva alors vivement la tête et vit une silhouette leur foncer dessus.

« Attention ! » cria-t-il en attrapant Iria et Epon par leurs poignets et en courant vers l'avant avec elles. Avant que les filles n'aient eu le temps de comprendre quoi que ce soit, un gros bruit métallique se fit entendre et une violente secousse sismique s'ensuivit, manquant de les faire tous tomber. Les trois amis se retournèrent et le virent : cet homme imposant à la peau foncée et à la tunique encapuchonnée blanche et verte, armé d'une gigantesque faux.

« Gilgamesh... » grogna Epon en s'armant de ses tonfas en même temps que Link, qui avait dégainé son épée. L'élu de Lato, après avoir atterri en posant un genou au sol, se releva et leur adressa un léger sourire.

« Comme on se retrouve, Epon et Link ! Je vois que vous avez accepté mon invitation. »

Les deux concernés ne répondirent pas et demeurèrent sur leurs gardes, à l'instar d'Iria qui s'était réfugiée derrière eux. Toutefois, une seconde secousse, moins violente mais plus longue que la précédente, se fit ressentir. Tous constatèrent avec effroi que la plate-forme qu'ils foulaient s'enfonçait peu à peu dans la lave en fusion.

« Bon sang, qu'est-ce qui se passe encore ?! râla Link.

— Il faut croire que Gilgamesh a eu une bonne raison d'apparaître comme il l'a fait... » en déduisit Epon sans lâcher le faucheur du regard.

« Au vu de notre position par rapport à cet océan de feu, déclara ce dernier, j'en déduis qu'il ne vous reste que deux minutes pour trouver un moyen de vous en sortir.

— Sale ordure ! » hurla le hylien en sortant son boomerang pour l'envoyer vers Gilgamesh. L'arme, qui avait invoqué une petite tornade en dessous d'elle, fonça vers lui dans le but de le prendre par surprise. Mais un sourire sournois se dessina sur les lèvres du faucheur, avant qu'il ne disparaisse sous un nuage de poussière au moment où le projectile l'avait touché.

« Merde, ce n'était qu'un autre clone de lui-même ! grogna Epon de frustration pendant que Link réceptionnait son boomerang envoûté.

— Pourquoi ne vient-il donc pas nous affronter en face ? demande Iria qui parvenait de moins en moins à cerner cet individu.

— Je ne sais pas ce qu'il cherche à faire mais il ne s'en tirera pas comme ça, répondit Link. Dépêchons-nous d'atteindre la porte en bas, avant que cette fondation ne s'enfonce totalement dans la lave avec nous. »

Le trio se mit donc à courir. La plate-forme s'étendait sur quelques niveaux inférieurs accessibles en empruntant des pentes descendantes, un peu à la manière d'un escalier. Link, Epon et Iria n'avaient pas beaucoup de temps et devaient vite atteindre cette fichue porte. Malheureusement, une petite dizaine d'agents du Crépuscule apparut sur leur chemin, bien décidé à les ralentir.

« C'est pas le moment de nous emmerder, là ! » s'écria Epon en fonçant vers l'une des créatures afin de lui asséner une multitude de coups avec ses dagues, le mettant rapidement hors d'état de nuire. Link, de son côté, prit d'assaut un second agent sur le point de se jeter sur la princesse. À l'aide de son bouclier, il para un coup de griffe du monstre, avant de passer à sa gauche et d'enfoncer son épée dans son flanc, le blessant mortellement.

« On n'aura pas le temps de tous se les faire ! constata-t-il en voyant que la fondation était presque totalement engloutie par la lave. Courez en les évitant ! »

Face à une telle situation critique, Epon et Iria écoutèrent et suivirent Link. Certains agents du Crépuscule les poursuivaient, pendant que d'autres essayaient de les attaquer lorsque les trois passaient devant eux. Mais poussé par une folle envie de survivre, le groupe parvint à les éviter tant bien que mal et à atteindre la fameuse porte. Link ouvrit précipitamment cette dernière, et tous accédèrent à une autre section de la mine au moment où la plate-forme sombrait dans le bassin de roches en fusion.

Plusieurs minutes s'écoulèrent durant lesquelles les trois jeunes gens reprirent leur souffle. Tous trois haletaient suite à cette course effrénée. Link s'était appuyé contre un mur, le regard rivé sur ce dernier. Iria s'était assise, les yeux fermés. Epon, elle, s'était carrément allongée au sol sur le dos.

« C'est la première... et la dernière fois que je mets les pieds ici... parvint à formuler Iria entre deux respirations.

— J'approuve complètement... enrichit l'élue de Nayru, indisposée à se relever pour le moment.

— Si on survit à tout ça... parla à son tour Link, je ne suis pas contre un bon bain après...

— J'approuve aussi... » répliqua Epon, le regard posé sur le plafond de cette nouvelle zone. Il faisait toujours aussi chaud. Néanmoins, elle avait l'impression que la température n'était pas aussi élevée dans cette section de la mine. Iria observa alors les environs et se releva tout à coup, semblant agréablement surprise.

« Pour le bain, on n'aura pas à attendre longtemps. » informa-t-elle à l'étonnement des autres qui s'étaient retournés ou redressés pour observer à leur tour. Contrairement aux autres parties du volcan qu'ils avaient visitées, il n'y avait pas de lave en fusion dans cette grande salle. À l'inverse, le trio se retrouvait face à un immense bassin d'eau assez profond.

« J'avais complètement oublié qu'il y avait des coins comme ça dans cette mine ! » admit Link dont un certain soulagement pouvait se lire sur le visage, tant il ressentait un besoin vital de se rafraîchir. De son côté, Epon n'hésita pas : après s'être relevée, elle se précipita vers l'étendue d'eau et y plongea la tête la première. Le contact avec l'eau lui faisait un bien fou. Elle se sentait revivre grâce à elle. Au bout d'une dizaine de secondes, l'hybride refit surface et invita le duo Toalien à la rejoindre, chose que celui-ci fit immédiatement.

« C'est trop bon ! s'exclama Iria qui paraissait revigorée.

— Remercions les déesses d'avoir mis cette salle sur notre chemin ! » proposa le héros d'Hyrule en souriant. Hélas, ce moment de répit fut de courte durée. En effet, deux étranges créatures, pouvant prendre appui sur la surface de l'eau, sautillaient en leur direction comme des grenouilles. Toutes deux de couleur bleue, elles possédaient chacune un œil et étaient pourvues de quatre pattes repliées. Elles ressemblaient à des araignées.

« C'est quoi ces trucs ? demanda Epon en invoquant un jet d'eau sur l'un eux pour l'éloigner.

— Des tektites... grogna Link en nageant vers la rive opposée à celle où ils se trouvaient quelques secondes plus tôt. Des monstres plutôt énervants. Tes jets d'eau ne leur feront rien, Epon. Le mieux à faire est de les combattre directement. »

Comprenant qu'ils ne pouvaient rien accomplir tant qu'ils baignaient dans l'eau, les trois amis nagèrent aussi vite qu'ils pouvaient pour atteindre la terre ferme avant que ces tektites ne les rattrapent. Link fut le premier à y parvenir et à sortir du bassin. Epon et Iria devaient encore parcourir quelques mètres pour y arriver à leur tour. Mais tout à coup, quelque chose attrapa l'adolescente par la cheville et l'entraîna brusquement vers le fond de l'eau.

« Iria ?! » cria le blond face à cela, tandis qu'Epon s'était arrêtée de nager pour chercher la Toalienne du regard. Sauf que quelque chose la happa par la taille et la plongea sous l'eau de la même manière. Link s'apprêtait à sauter dans la mare pour aider les deux jeunes filles. Mais les tektites bondirent dans sa direction pour l'attaquer. Le jeune homme esquiva en sautant en arrière avant de dégainer son épée. Il remarqua à cet instant que trois autres créatures identiques étaient sur le point de l'attaquer par-derrière.

« Bon sang ! Vous ne pouvez pas nous laisser tranquille ?! » pesta-t-il avant de tournoyer sur lui-même en frappant avec son épée afin de toucher simultanément les deux tektites les plus proches. L'attaque était si puissante qu'elle les avait tranchés net à l'horizontale. Une autre de ces créatures sauta vers l'hylien, mais celui-ci l'évita en bondissant sur le côté. Une quatrième l'attaqua de la même manière, mais Link parvint à la bloquer avec sa lame. Néanmoins, malgré ses esquives et ses parades, les tektites, incroyablement rapides, ne lui laissaient pas le temps de contre-attaquer.

Entre-temps, le héros jeta un coup d'œil à l'étendue aqueuse, espérant revoir Epon et Iria refaire surface. Mais elles demeuraient encore sous l'eau, probablement en train de se débattre de la chose qui les avait entraînées au fond du bassin. Link comprit qu'il devait en finir au plus vite avec les tektites afin d'aller aider ses amies. Effectuant un salto arrière pour s'éloigner un peu plus des trois créatures et tenant toujours son épée d'une main, il sortit son grappin et visa l'une d'elles avec.

« Puisque vous voulez m'atteindre, venez donc ! » s'écria-t-il en enclenchant le mécanisme de son gadget. Le grappin, déployant derrière elle une longue chaîne, alla se planter dans la créature. Puis, la chaîne se rétracta très rapidement, entraînant ainsi le monstre jusqu'à Link qui planta ensuite son épée dans son corps. Il répéta la même opération deux fois pour les tektites restantes.

Une fois débarrassé d'elles, le jeune blond se tourna vers l'eau. Mais soudain, quelque chose en sortit brusquement et atterrit à quelques mètres de lui. À son plus grand soulagement, c'était Epon tenant une Iria haletante dans ses bras. La demi-zora s'était probablement servie de ses pouvoirs pour les propulser hors de l'eau. Link accourut vers elles :

« Bon sang, j'ai cru que vous alliez y passer ! Ça va aller ?

— Ça... va... » répondit Iria entre deux toux, pendant qu'Epon la déposait doucement au sol pour lui permettre de reprendre son souffle.

« Il y avait deux agents du Crépuscule sous l'eau, expliqua l'hybride à Link.

— Des agents du Crépuscule ? Sous l'eau ? J'ignorais que ces créatures savaient nager...

— Je suis aussi surprise que toi, avoua l'élue de Nayru. Mais bon, plus de peur que de mal ! On a réussi à s'en tirer. Et je constate que tu as réussi à te débarrasser de ces choses-là, de ton côté. »

Ses yeux marron se posèrent sur les cadavres des tektites au sol. Une aura pourpre entoura tout à coup ces monstres, avant de quitter leurs corps et de s'envoler vers le plafond de la salle à travers lequel elles passèrent.

« Leviah est donc bel et bien passé par là... » murmura Epon en croisant les bras face à ce phénomène qui lui était à présent familier. Link se remémora leur face-à-face avec Gilgamesh et ses complices aux ruines des Pics-Blancs. Ces auras étaient les mêmes que celles ayant entouré les corps du yéti et de Matornia, avant de les transformer en monstres. À cette pensée, le jeune homme serra ses poings et ses dents. Il craignait que Morock ne subisse le même sort.

« Link ? » l'interpella l'hybride devant son silence. Le concerné la regarda pendant quelques secondes, avant de se tourner vers Iria afin de l'aider à se relever. Son regard se posa ensuite sur une porte non loin d'eux. Ils pouvaient continuer leur inspection de la mine en passant par-là.

« Ne perdons pas plus de temps, proposa-t-il. Allons-y ! »

Suivi par Iria et Epon, Link ouvrit la porte. La traversée de la mine Goron était longue et éprouvante. Encore plus que l'ascension de la montagne de la mort. La température était si élevée qu'Epon avait failli s'évanouir à plusieurs reprises. Mais le trio tenait bon. S'entraidant lorsqu'il le fallait, les trois parvenaient à vaincre les monstres qu'ils croisaient, que ce soit des agents du Crépuscule, des chauves-souris enflammées, des bulblins, des bokoblins et d'autres du même genre.

Après maintes épreuves et batailles, Link, Iria et Epon parvinrent jusqu'à une immense porte de pierre. Le seul homme du groupe, qui se souvenait que trop bien de cette partie de la mine, actionna un mécanisme permettant de l'ouvrir. Un long couloir sombre et sinistre se dévoila devant eux. C'était la seule section qu'ils n'avaient pas encore visitée. Ceux qu'ils recherchaient se trouvaient forcément là. D'ailleurs, ils entendirent des bruits de lames s'entrechoquant à l'autre bout de ce corridor.

« C'est quoi ce bruit ? demanda Iria. Vous entendez ?

— Des personnes sont en train de se battre. » en déduisit Epon. Link, qui avait tiré la même conclusion, se mit à courir en faisant signe aux filles de le suivre. Ce couloir débouchait sur une très grande salle ronde, où plusieurs grands piliers en pierre étaient disposés en un grand cercle. Certaines de ces colonnes étaient brisées. Mais Link, Epon et Iria ne s'attardèrent pas sur ce détail. Ils fixaient deux personnes en train de livrer une lutte acharnée. L'un des deux était un imposant goron, tandis que l'autre se révélait être Gilgamesh.

« Morock ! » s'écria Link en s'armant de son arc pour tirer une flèche sur le faucheur qui esquiva en sautant en arrière, l'éloignant ainsi du goron. Celui-ci, qui se tenait l'épaule, observa les trois amis accourir jusqu'à lui avant de faire face à l'élu de Lato.

« C'est toi, p'tit gars ? s'étonna le chef des Gorons. Content de te rrevoirr !

— La joie est partagée, mon ami. » lui retourna Link en lui adressant un léger sourire. Il était soulagé d'être parvenu à le retrouver à temps. Mais il fêterait ses retrouvailles avec Morock plus tard. Pour l'instant, il devait se concentrer sur Gilgamesh. Était-ce le vrai Gilgamesh qui leur faisait face, cette fois ? Ou est-ce qu'il s'agissait d'une autre de ses illusions ? L'encapuchonné leur adressa un léger sourire.

« Ma foi, je ne pensais pas que vous seriez parvenus jusqu'ici.

— Gilgamesh... grogna Epon en pointant l'une de ses lames en sa direction.

— Oh ? Mais c'est que ce cher petit phénix à l'air en colère ! se moqua son opposant. Pourquoi ce geste ? Tu veux m'affronter ? Tu penses pouvoir m'arrêter ?

— C'est exactement ce que je pense, lui répondit la demi-zora. Je ne sais pas ce que tu cherches à faire et j'ignore ce que tu me veux. Mais ne compte pas sur moi pour te laisser arriver à tes fins sans agir. »

C'est alors qu'un ricanement plutôt aigu résonna dans toute la salle. Il ne provenait pas de Gilgamesh. Les yeux de tous se tournèrent vers le haut d'une des colonnes de pierre encore intactes. Envy se trouvait assis à son sommet et observait chaque membre du groupe de Link avec un sourire sournois.

« Toi ? fit Iria à sa vue.

— C'est incroyable comme vous êtes coriaces, vous trois ! Pas comme un certain homme vêtu tout en noir que j'ai réussi à vaincre en un coup ! D'ailleurs, est-ce qu'il est encore en vie, lui ? »

Il avait posé cette question sur un ton moqueur dans le but de provoquer et d'énerver Link, Epon et Iria. Ces trois derniers froncèrent les sourcils mais ne prononcèrent aucun mot.

« Je suis prêt à parier cinq cents rubis qu'il est déjà mort, personnellement ! continua l'homme-démon. D'un côté, c'est un peu dommage ! Il était si séduisant et fort ! Mais ça fait quand même un ennemi en moins. Si vous voulez, je peux vous envoyer le rejoindre. Qu'en penses-tu, Gilgamesh ? Dois-je les tuer ? Les décapiter ? Leur arracher leur cœur de leur poitrine ? »

Sous l'air grave de Morock, Link, Epon et Iria demeuraient silencieux. Toutefois, leur colère était visible, presque palpable. Ils se retenaient tous trois de foncer vers Gilgamesh et Envy pour croiser le fer avec eux. Mais une telle précipitation les mettrait sans doute, eux et le chef des Gorons, en danger. L'être en pierre passa devant les plus jeunes et observa le duo malfaisant.

« Qui que vous soyez et quelles que soient vos rraisons pourr agirr ainsi, je ne vous laisserrai pas leur fairre du mal ! Et je ne vous laisserrai plus terrrorriser mes frrèrres gorrons. Je vais vous fairre dégager de cette montagne en vitesse !

— De belles paroles pour un être aussi faible, rétorqua Gilgamesh avec mépris. Ta fierté gorone n'a d'égale que ta stupidité, Morock.

— Entre quelqu'un qui cherche à sauver les siens et celui qui veut tout détruire pour une raison complètement idiote, on pourrait se demander qui est le plus stupide dans cette salle ! » répliqua Link en sortant son épée et son bouclier. Mais cette phrase de sa part n'avait fait que provoquer un rire chez le faucheur et son acolyte.

« Vous ne savez même pas de quoi vous parlez, rétorqua l'élu de Lato sur un ton assez amusé. Vous ignorez tout de mes motivations et de mes plans.

— Éclaire-nous donc sur le sujet ! lui proposa Iria.

— Si vous voulez un indice, intervint Envy en prenant son envol pour atterrir près du faucheur, Gilgamesh et moi-même ne sommes pas la plus grande menace pour Hyrule ! »

Son regard et celui de son maître se tournèrent de concert vers Epon, qui affichait un air surpris. Elle avait compris qu'Envy faisait allusion à elle-même. Mais pourquoi ? Est-ce que cela avait un rapport avec le fameux phénix bleu en elle ?

« Je m'en tape que vous ne soyez pas la plus grande menace du royaume, confia Link. Vous avez tué un couple de yétis et tout un tas de citoyens innocents pour les transformer en monstres. Et par-dessus tout, vous avez gravement blessé Gray. Tout ça, je ne vous le pardonnerai jamais ! »

Il se mit en position de combat aux côtés de Morock, prêt à en découdre avec eux. Sans hésiter, Epon en fit de même sans rien dire, les yeux ne quittant plus leurs deux adversaires. Iria, elle, n'avait pas d'autres choix que de rester en retrait pour le moment. Toutefois, elle se tenait prête à aider ses compagnons si besoin. En voyant cela, Gilgamesh fit tournoyer sa faux avant de se mettre en garde en même temps qu'Envy.

« Qu'il en soit donc ainsi. » répliqua-t-il tandis que la bataille les opposant était sur le point de débuter.


Texte publié par Kamryn Allister, 25 avril 2023 à 15h08
© tous droits réservés.
«
»
tome 1, Chapitre 21 « Visite d'une mine infernale » tome 1, Chapitre 21
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2599 histoires publiées
1160 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Amnésia
LeConteur.fr 2013-2024 © Tous droits réservés