Pourquoi vous inscrire ?
«
»
tome 1, Chapitre 1 tome 1, Chapitre 1

Dernier coup de folie

Emy-Lee et Johanna, sont amies depuis 14 ans.

Depuis pour tous, elles sont "Émy" et "Joha". Ces

deux jeunes femmes n'ont jamais rien fait

comme les autres, ni même l'une sans l'autre. Aussi ne faut-il pas s’étonner

du fait qu'elles aient décidée de se marier le

même jour. En revanche le style de fête choisis

pour enterrer leur vie de célibataire est des plus

étonnant, surtout quand l’on sait que c’est d'un

commun accord avec leur futur mari, qu’elles

l’organisent. Un rêve pour certains, pour

d'autres une ineptie. Mais après tout l'insolite et

le rêve ne sont-ils pas l'apanage des îles ?

Nous voici donc 3 jours auparavant. Émy et Joha

sont à l’îlot saphir, une petite résidence

hôtelière pleine de charme, aux abords d'un

petit coin de plage, sur la côte ouest de l'île

Bourbon. Avec l'accord des propriétaires, elles ont installé à l'extérieur un stand de confiseries

et de pâtisseries local, ainsi qu’un bar à

smoothies. De cette façon elles espéraient

gagner de quoi peaufiné quelques menus

détails, concernant leurs soirées à venir, mais

pas que... aujourd'hui elles vont remettre les

invitations pour leur petite fête privée.

Plusieurs jours auparavant, elles avaient

préparé un quiz en ligne, avaient sélectionné un

certain nombre de personne, fêtards mais bien

élevés, sans pour autant paraître trop

romantique. En somme des personnes ayant le

profil suivant :

« Je viens je m'amuse dans la joie et la bonne

humeur, avant de repartir comme je suis venu,

sans rien rechercher d'autre, et surtout sans

poser de question ». En tout, les filles avaient

sélectionné cinquante hommes, mais seuls les

treize premiers, auraient une chance de repartir

avec leurs invitations. Tout leur avait été

expliqué en ligne, même le fait qu'ils devaient

laisser une pièce d'identité qui servirait de

contrôle le soir venu, et qui leur serait rendu au

moment de leurs départs de soirée...

Pourquoi tant d'histoire pour une soirée de 30

personne ? Tout simplement car plus qu’inhabituelle et

inattendue la soirée se trouve être de l'ordre de l'insolite totale.

Aussi original que ces demoiselles et les couples qu'elles forment. Ils voulaient quelque chose

d'unique, qui leurs permettraient à tous la

possibilité de se lâcher jusqu'où bon leurs

semblerait, dans l'anonymat le plus complet.

C’est pourquoi ils avaient organisé une soirée

masquée. Ils devaient l'être du début à la fin,

sans qu'ils puissent jamais être reconnus. Aucun signe

distinctif ne devait être à découvert. Tatouages,

piercings, tâches de naissance... les bijoux y

étaient également proscrits, on aurait pu les

reconnaitre, et rien ni personne ne devait être

reconnu. Ce devait être une véritable soirée

camouflage. Ce matin-là, les filles étaient

excitées, enfin elles allaient se faire une idée du

genre d'attraction dont elles allaient pouvoir

bénéficier. Enfin, elles allaient toucher du bout

des doigts la réalisation de ce qu'elles avaient

inventé de plus délirant. Sur le moment l'instant

leurs avaient même paru jouissif. Seule

l'impatience leurs étaient terriblement

insupportable.

Ce jour-là les deux jeunes femmes auraient pu

faire hurler un loup mort. Joha du haut de son

mètre soixante-treize, était blonde châtain aux

yeux verts, mais avait pour l'occasion mis une

perruque noir carré plongeant, et des lentilles

bleues. Elle portait un maquillage léger qui lui

donnait l'air d'une esquisse intemporelle, une

petite jupette à volant couleur aquarelles et un haut de maillot "coquille saint Jacques à l'aspect

sablé ou de droite à gauche on pouvait lire 69.

Quant à Émy, elle était plus petite que son amie.

Elle mesurait un mètre soixante-quatre, avait

de longs cheveux roux, des yeux noisette qui

irradiaient la joie de vivre. Elle aussi portait une

perruque et des lentilles, une véritable

Cléopâtre aux yeux verts. Un paréo vert jade

partant du bas de ses cuisses venait se croiser

en haut de ses dernières, laissant presque

entrevoir le bas de son maillot. Tandis qu'en

haut elle portait un bandeau en plume blanche,

qui lui rajoutait ce petit air angélique, et presque

irréelle. Aussi ce jour-là, hommes et femmes qui

passaient par là ne pouvaient ni les rater, ni

manquer d'envies les concernant.

Elles étaient arrivées devant l'îlot saphir à 10h, à

11 sur les treize invitations il leur en restait 5. Et

justement à 11h05, trois bons amis arrivèrent

ensemble au stand de douceurs...

Comme c'est ensemble qu'ils étaient tombés sur

le quiz en ligne, ensemble ils avaient joué et

répondu les mêmes choses et ainsi avaient été

sélectionnés. Ce soir-là, ils n’en revenaient pas

d'avoir réussi. Au départ, il s'agissait plus de

s'amuser le temps de quelques questions.

Ensuite, deux d'entre eux voulurent aller

jusqu'au bout, tandis que le plus jeune, lui, avait

trouvé ridicule de continuer. L’argument principal des deux autres pour l'y entraîner était

simple... la gratuité totale de l'événement, au

lendemain de son anniversaire.

- Imagine, lui disait l'un, des punchs des petits

fours, des mignardises, du champagne gratuits.

- Et qui dit punchs et champagne gratuit, dit

demoiselles à qui, il n’est nul besoin de payer des

verres. disait le second.

- Allez quoi ! Ne te fais pas prier, si ce n'est pour

toi fait le pour nous, tu sais bien que pour nous

ce n’est jamais deux sans trois, lui dirent-ils tous

deux.

- Nous lâchent pas ! Lui dirent ils encore.

Il n'avait jamais su leurs résister quand ils s'y

mettaient à deux, pourtant s'il les avait suivis ce

jour-là c'était tout de même à contre cœur.

Lorsqu'ils arrivèrent au stand, Émy remontait

l'allée du jardin des propriétaires du côté privé

de la propriété.

- Votre amie s'en va ? demanda l'un des trois

jeunes.

- Elles part pour la mission glaçon, nous n'allons

pas tarder à en manquer, mais ça ne devrait pas

être long. vous désirez ?

- On se demandait si c'est à vous qu'il fallait

présenter la mention « gagné » sur notre

téléphone pour obtenir une invitation pour

samedi ?

- Effectivement, c'est toi l'heureux gagnant ?

- En fait nous le sommes tous les trois.

- Voyez-vous çà, une petite bande de

chanceux... montrez-moi vos textos gagnants... Bien il n’en manque plus qu'un, ensuite je vous

explique la marche à suivre... enfin si votre ami

veut bien sortir de sa léthargie...

L’un des jeunes de la bande, était planté là, figé

regardant dans la direction où avait disparu

Emy.

- Eh gros, t'as craqué ou quoi, la demoiselle te

parle et toi tu joues les crétins... c'est bien

mademoiselle demanda-t-il tout sourire à

l'attention de Joha ?

- Heu oui, pour l'instant on peut le dire...

- Pardon, oui voilà...

- Bien, pour commencer je dois m'assurer que

vous êtes tous majeurs, c'est le cas ?

- On le sera tous dans deux jours est-ce que c'est

Bon ?

- Et bien je vois qu'il y en a qui sont pressé de

jouer dans la cour des grands... enfin bon si vous

l'êtes pour samedi 20h00 c'est bon pour nous.

Maintenant vous allez passer à l'accueil, et

remettre vos pièces d'identité contre votre

carton d'invitation. Samedi vous entrerez par le

côté droit de la résidence, vous y trouverez un

escalier qui vous mènera au dernier étage. Un

Sas sera mis en place, lorsque vous vous y

présenterez, on vérifiera votre identité, après quoi à vous la nuit de folie. Cela dit, bien qu’il y

ait peu de règles, quelques-unes seront

primordiales. Si vous vous démasquez durant la

soirée vous serez raccompagné à l'extérieur... si

vous êtes insolent ou violent se sera la même

punition... Ah j'oubliais vous avez la possibilité

de réservez une chambre pour la soirée... ou plus

d'ailleurs...

- Elle est comprise dans le package la chambre ?

Demanda le plus téméraire de la bande.

- Ben à ton avis... t'as pas gagné à la roue de la

fortune que je sache, juste à un petit quiz en

ligne, à boire et à manger c'est déjà pas mal... à

côté de ça tu as une piste de danse, des

demoiselles qui ne demandent qu'à être

charmée, c'est à toi qu'il convient d'aller à bon

port, mais après, si tu es sûr de rester à quai,

c'est sûr qu'une chambre serait inutile.

- C'était pour savoir... mais si toi tu veux savoir

je ne reste jamais à quai. Vous serez là ta copine

et toi samedi ?

- Peut être bien, se sera la surprise.

- Dans ce cas il se pourrait que je t’emmène faire

un tour de hors-bord.

- Rien que ça ?! Hou mes pensées en frissonnent.

Alors peut-être à samedi mon capitaine.

Deux des trois garçons eurent soudain très

chaud... ils eurent soudain hâte d'être au

samedi. Mais pas pour les mêmes raisons. Ils se rendirent à l'accueil s'enregistrèrent et

repartirent la tête pleine de rêves... l'un à 21ans

rêvait de sa première fois avec une femme

fatale, l'autre du même âge s'imaginait vivre

tous ses fantasmes inavoués et inavouables

avec une femme sans tabou, et le plus jeune ne

rêvait plus que d'Émy. Il n’avait vu que son dos,

mais était déjà persuadé qu’elle était la fille de

ses rêves. D’ailleurs, une sorte de courant lui

avait traverser le corps, dès lors qu'il avait posé

les yeux sur elle, et ça, ça ne pouvait pas être un

hasard. Samedi sans faute il serait là, il ne

viendrait que pour elle...

Lorsqu'Émy revint les trois jeunes gens

s'éloignait. Joha lui exprima ses regrets quant à

son absence, lui expliquant que ce fût un

moment non pas chaud, mais brûlant que ce

petit groupe venait de vivre. Émy voulu en

savoir plus, évidemment, ce à quoi Joha

répondit joyeusement...

- Je crois que j'en ai vexé un… du coup il a fait le

fier, et m'a promis un tour de bateau samedi. Et

sur le ton de la leçon s'il te plaît ! Du coup je lui ai

répondu que j'avais hâte ! Et devines quoi ? J'ai

réellement hâte de le revoir après son petit

numéro, je dirais même pressée de lui donner

une petite leçon.

- Et s’il était réellement bon navigateur ? - Alors je laisserais au capitaine la barre du

navire, et il le conduira ou bon lui semble. En

revanche s'il joue encore aux petits bateaux

dans la baignoire de chez maman, ce qui me

paraît plus plausible. Il aura un sacré mal de mer

lorsqu’il se retrouvera sur la proue, toute voile

dehors, fendant les eaux. Ça risque de lui faire

drôle.

Emy se mise à rire avant que toutes deux ne

rient à tue-tête.

- Et puis quoi d’autre ?

- A part ça je dirais que le deuxième aurait bien

eu besoin d’un bavoir. Pour sûr il ne laissera pas

maman laver le petit linge qu'il porte

aujourd'hui, d'ailleurs la seule chose qu’il n’ait

jamais mouillé, ce doit être son linge de lit...

L'autre en revanche je ne saurais te dire s'il est

vierge, gay, ou s’il a été appelé par l'esprit saint

devant notre stand... il était là, mais c'est

comme si rien ne lui faisait ni chaud ni froid... pas

même moi.

- Houlà si même toi tu n'as pas capté son

attention, alors on peut se poser des questions.

Mais dis-moi, comme tu me la décrit, ta

brochette exotique m'avais l'air bien… tendre...

rassure moi ils ont bien l'âge qu'il faut.

- Pour l'un se sera tout juste pour la soirée et pas

beaucoup plus pour les autres.

- Mon dieu ça promet...Émy n'avait jamais eu d'histoire avec des hommes plus jeunes qu'elle, et lorsque qu'elle

s'imagina qu'à cette soirée il n'y aurait peut-être

que de jeunes hommes, elle s'excita beaucoup

moins. Car contrairement à Joha ce n'était pas

du tout son truc. L’homme le plus jeune avec

qui elle ait été était Christophe, son actuel

compagnon, qui était son aîné de deux ans.

D'autant plus qu'au départ elle l'avait trouvé

trop jeune et avait même failli passer son

chemin. Mais entre son charisme et cette

espèce de magnétisme qu'il dégageait, il avait

fini par faire peser la balance en sa faveur.

Il ne restait plus que deux places et Émy était

bien décidée à les remettre à des hommes qui en

auraient le statut et l'expérience... en tout cas depuis un peu plus longtemps que les précédents. Assez vite, elles

placèrent les deux billets restants, et peu après

16h00 elles rangèrent leur stand, rentrèrent

chez Émy où les attendaient leurs futurs époux.

Lorsqu’elles se garèrent dans la cour, elles

virent leurs compagnons qui prenaient un verre

sur la terrasse. Christophe continua de boire son

verre, tandis que Raphaël posa le sien, se leva et

vint à la rencontre de Joha.

- Bonjour ma prune d'or, lui lança-t-il, avant de

la soulever de ses longs bras. Comment s'est

passé votre quête ? demanda-t-il avant de

l'embrasser. - Hum, excitante, mais pas autant que ce divin moment...

- Hum hum, fit Émy dans un sourire complice, il

y a des chambres pour ça, et devinez quoi ? J'en

ai justement une à disposition.

- Ne nous tentent pas lui répondit son amie,

nous pourrions accepter.

Raphaël regardait Joha avec les yeux de

l'amour. Il en était toujours ainsi, quel que soit

l'heure où l'endroit où il se trouvaient… et ce

depuis neuf longues et belles années

maintenant. D'aussi loin qu'elle se souvienne

ses deux-là respirait à l'unisson et il fallait bien

l'avoué elle les enviait un peu... Christophe lui, il

faut bien le dire était plus pragmatique, l'amour

se faisait il n'était nul besoin d’en montrer les

marques. De ce fait la passion n'était pas la

caractéristique de leur couple, mais ce n'était

pas plus mal car par expérience Émy savait que

la passion engendrait d'énormes surtensions.

Elle avait d’ailleurs coutume de dire que la

passion était constituée de volt. Plus le voltage

était haut, plus le risque de surchauffe était

élevé. Souvent on s’y brûlait, parfois même on

s’électrocutait. Joha et Raphaël se brûlait

souvent, mais ils aimaient ça. Ses deux-là

auraient sans aucun doute, pu vivre dans un

four en y étant tout à fait à l'aise... Les trois jeunes gens allèrent retrouver Christophe qui les attendaient toujours un verre à la main. Émy embrassa sobrement son

compagnon, tous prirent un verre et

trinquèrent à leur futur statut d'époux. Les

femmes racontèrent leurs journées, puis ce fut

au tour des deux messieurs de mettre en place

leurs stratégies pour la nuit. À leur tour, il

partait en quête de jeunes fêtardes pour leur

soirée masquée. Eux avaient organisé un

karaoké spécial Lady’s à l'îlot saphir, celles qui

avaient été retenues lors du quiz allaient

pouvoir y récupérer leurs invitations...

Cette nuit-là les filles la passèrent ensemble,

ressortant les vieux albums, évoquant les

souvenirs du pire, de ce qu'elles avaient vécu

ensemble. Elles allaient tourner une page de

leur vie, mais surtout commencer le chapitre

d’un nouveau bouquin... Le mariage et ses

devoirs. Etaient-elles fin prêtes à se lancer dans

cette grande institution ?

Pour Joha cela ne changerai rien à leurs vies,

Émy elle en était moins sûr... mais il était un peu

tard pour y penser se dit-elle. Le lendemain

entre shopping et préparatifs pour la soirée les

filles eurent une longue journée et une nuit bien

courte... puis vint le grand jour..


Texte publié par Miss tikanne Onnyme, 12 août 2022 à 16h28
© tous droits réservés.
«
»
tome 1, Chapitre 1 tome 1, Chapitre 1
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2628 histoires publiées
1176 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Defghard
LeConteur.fr 2013-2024 © Tous droits réservés