Pourquoi vous inscrire ?
De dentelles et de frissons - Contes fantomatiques
icone Fiche icone Fils de discussion icone Lecture icone 1 commentaire 1
«
»
Tome 2, Chapitre 2 « Shimmering Manor, mercredi 19 septembre 1877 » Tome 2, Chapitre 2

Une fois encore, je suis fort touchée de l'inquiétude que vous manifestez à mon égard. Comme je vous l'ai promis, je vais vous parler plus en détail de cet emploi, afin que vous soyez assuré que je dois à la seule chance d'avoir été ainsi distinguée, et qu'il n'y a aucune manipulation à craindre derrière cette situation.

J'avoue n'avoir jamais vu quelque chose d'aussi superbe que le Shimmering Manor. Une très vénérable demeure, en granit argenté, hérissée de tourelles comme un château de contes de fées. À l'intérieur, tout témoigne de l'ancienneté de la famille Shimmering : le mobilier doit bien remonter au règne de Henry VIII. De lourdes tentures de brocard et des tapisseries de Flandre couvrent les murs, et je ne vous parlerai même pas de la bibliothèque, au risque d'épuiser mes maigres ressources en papier et en encre.

C'est lord Henry, le jeune frère de lady Shimmering, qui m'a fait l'honneur de venir me chercher à la gare. À vous, je puis le confier : c'est un fort beau gentleman, guère plus âgé que vous. Il est grand et d'une taille élancée, et fort léger de pas. Une disposition infortunée l'oblige à porter des verres fumés à tout moment du jour, mais au travers, ses yeux semblent bien fendus et lumineux. N'ayez aucune inquiétude, mon cher cousin, je ne vise à aucune union au-delà de ma condition - et moins encore à un commerce dégradant. Mais il me faut avouer que ses manières aimables, même envers moi qui ne suis qu'une modeste employée, m'ont profondément touchée.

Il m'a confiée à la gouvernante de la famille, madame Fooley, qui s'est montrée elle aussi fort agréable. Elle m'a attribué une chambre dans les parties nobles de la demeure ! Pouvez-vous seulement l'imaginer ? Je voudrais pouvoir vous la faire visiter... mais je vous entends déjà dire que cette idée ne serait pas convenable et vous avez raison ! Tout au moins, je peux vous la décrire : elle se trouve dans une tour qui donne sur le parc par deux larges fenêtres. Les murs sont couverts d'une tapisserie gris-argent ornée d'arabesques bleues, assorties aux rideaux et tentures, du même bleu profond. Il y a aussi une garde-robe attenante, avec un cabinet de toilette. Mais surtout, il y a dans la chambre une magnifique coiffeuse, agrémentée d'un miroir encadré de cristal. Je n'en ai jamais contemplé un d'une plus grande pureté : aucun défaut n'altère sa surface.

Vous savez combien mon apparence m'importe peu, du moment que je respecte les convenances ; et... oui, je garde en mémoire vos moqueries, monsieur mon cousin ! Mais à cet instant, je me suis sentie prise de l'irrépressible envie de m'asseoir dans le joli fauteuil capitonné et de demeurer un long moment à admirer mon reflet.

En fait, je dois vous avouer que j'ai cédé à cette tentation... mais madame Fooley s'est montrée d'une très grande indulgence à mon égard. Elle m'a dit en souriant que se regarder dans un miroir ne pouvait l'user. Quelle charmante expression, ne trouvez-vous pas ?

Il me faut vous laisser, cher cousin : je dois me préparer à rencontrer lady Rafaella Shimmering. Je dois lui apparaître sous mon jour le plus favorable !

Votre dévouée cousine,

Elisand Hartley


Texte publié par Beatrix, 30 novembre 2021 à 21h48
© tous droits réservés.
«
»
Tome 2, Chapitre 2 « Shimmering Manor, mercredi 19 septembre 1877 » Tome 2, Chapitre 2
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2162 histoires publiées
954 membres inscrits
Notre membre le plus récent est lucienm
LeConteur.fr 2013-2022 © Tous droits réservés