Pourquoi vous inscrire ?
«
»
saison 2, Chapitre 1 « Interlude » saison 2, Chapitre 1

Dans l'épisode précédent :

Heikô a confié une mission à Tokias et Eikichi : vérifier les abords de la forêt de jubokko afin de s’assurer que les arbres suceurs de sang ne deviennent pas un danger pour l’île.

Sur place, Eikichi est confronté à son yôkai, un baku, et s’il y a un échange de sang, cela ne suffit pas à compléter son don. Il se met en tête de le poursuivre, seul, afin de le tuer dans l’espoir de stabiliser son état.

Après s’être aventuré dans la forêt, Eikichi arrive à ses fins et active son kage. Il s’égare alors entre sa nature humaine et celle yôkai.

En chemin pour le secourir, attaquée par les juboko, Sekka tombe dans le gouffre au fond duquel coule une puissante rivière.

Malgré le choc, Tokais retrouve Eikichi quelques mètres plus loin. Alors qu’il essaye de réveiller son ami, la kitsune les agresse. Sachant qu’il n’aurait aucune chance face à elle, Tokias choisit de sauter dans le gouffre avec Eikichi.

Avec l’aide de Sekka, ils parviennent à en sortir, malheureusement, ils sont désormais de l’autre côté du fleuve, dans le territoire du Clan Ryûka.

**************

Bon retour sur les terres d'Heikô !

... ou presque !

Comme pour la partie 1, il ne s'agit pas de la forme définitive du texte (même si chaque chapitre a déjà subi plusieurs passes de corrections). J'ai prévu de publier un chapitre par semaine, le vendredi. Heikô se découpera en quatre parties, sauf grosse surprise.

Bonne lecture !

******

Le pas léger de Yumi résonnait à peine sur l’épais tatami. Suspendues aux poutres, des plantes en pot ou mises à sécher l’obligeaient à slalomer.

Le fantôme de sa mère la suivait où qu’elle aille.

Quand il était devenu évident que Yumi était liée au dragon kôjô, sa mère avait été chassée du pavillon. Le ménage avait été fait, ses objets personnels jetés avant même la cérémonie de passation. Hormis les plantes, il ne restait rien d’elle.

En tant que guérisseuse du Clan, sa mère avait sélectionné les végétaux, les avait entretenues et, pour certaines, cueillies. Jusqu’à présent, Yumi se sentait incapable de les toucher, encore moins de les utiliser et elle appréhendait l’instant où on la mettrait au pied du mur.

Avant qu’elle n’ait la fièvre noire, son avenir lui avait été mille fois expliqué par ses préceptrices : elle deviendrait l’épouse d’un kageka. Ou plus cyniquement : elle serait la récompense luxueuse pour un guerrier qui aurait mérité la reconnaissance du Clan. De cette union aurait pu naître un héritier de dragon ce qui aurait constitué le plus grand des honneurs. Jamais, Yumi avait envisagé d’être elle-même une Ryûka et ce changement de statut la laissait démunie et perdue.

Une femme lourdement armée s’inclina sur son passage. Officiellement, son rôle était de la protéger, mais Yumi était convaincue qu’elle était avant tout là afin de la surveiller. Ce manque d’intimité l’étouffait.

Pour quelques secondes au moins, Yumi avait besoin d’échapper à la présence oppressante des guerrières du Clan.

Comme si cela avait toujours été sa destination, Yumi se pressa au cœur du pavillon. Un magnifique jardin, dont la plupart des fleurs ne devraient pas pousser sous ces latitudes, l’accueillit. Des chemins pavés de grosses pierres lui permirent de s’enfoncer dans ce dédale végétal afin de fuir les regards inquisiteurs. Un soupir lui échappa. La tension dans ses épaules se relâcha un peu.

Une feuille jaunie attira son attention. Ses doigts caressèrent la nervure et remontèrent le long de la tige qui se desséchait peu à peu.

Son instinct lui soufflait de la soigner, mais la peur des conséquences que cela engendrerait la retenait.

Yumi poursuivit sa route jusqu’à un bassin au côté duquel, elle s’assit. Son reflet qui la toisait l’intimidait. Elle détailla son visage et, surtout, ses cheveux.

Rien n’avait changé. Pas encore tout du moins.

Ses mains s’ouvrirent et se fermèrent sans qu’elle perçoive la moindre anomalie.

Cela ne durerait pas et cette perspective la terrifiait.

****

Bonne journée et à la semaine prochaine !

Glossaire :

(n'hésitez pas à me signaler les termes qui vous ont posé problème !)

Akuma : un akuma (dans mon univers !) est un kageka qui se laisse dévorer par son yôkai. Il perd son humanité et se transforme parfois physiquement. Guidé par l'instinct animal , il ne fait alors plus la différence entre le bien et le mal.

Atsuko : concubine de Chiaki

Chiaki : Daimyo de Tamura

Daimyo : Chef territorial, il a un pouvoir de justice, de politique et de représentation.

Haneki-dono : Grand Maître du Sanctuaire Nord d'Heikô

Hanko : (terme non inventé) ce sont des tampeau, des sceaux qui permettent d'identifier la personne qui a écrit un document. Cela remplace notre signature. Ils sont encore utilisés de façon courante aujourd'hui et nombreuses sont les familles qui en possèdent deux : un pour les documents très officiels (achats de maison, mariage) et un deuxième pour le quotidien ( signer un reçu pour le facteur...)

Hiragana : (terme non inventé) c'est un syllabaire japonais

Jubokko : (terme non inventé, mais légende réinterprétée) yôkai, arbre vampire, il a l'apparence végétale, mais se nourrit du sang de ses proies.

Kage : c'est le don que possède Eikichi et Tokias. Il leur permet d'insuffler un esprit yôkai dans leur ombre pour en faire usage comme d'une marionnette. Le terme est tiré du mot ombre en japonais.

Kageka : c'est un utilisateur du kage

Kasha : Yôkai qui a l'apparence d'un chat géant et dont plusieurs parties de son corps sont enflammées

kitsune : (terme non inventé, mais légende réinterprétée) yôkai, renard à la forme et la taille mouvante

kôjô : c'est le nom du ryû possédé par Yumi

Konazawa : ville où se trouve le Sanctuaire où ont été formé Eikichi et Tokias

Kotone : concubine de Chiaki

Nikô : ville portuaire à l'ouest de l'île où sont envoyés Riani et Ôdan

Ôdan : camarade de promotion de Tokias et Eikichi

Onibi : (terme non inventé, mais légende réinterprétée) yôkai ressemblant à un feu follet géant et kage de Tokias

Onigiri : boule de riz fourrée !

ryû : dragon (asiatique bien sûr !). Les individus sont très différents les uns des autres et ils possèdent des capacités différentes. Ils sont considérés comme éteints en Saneyama

ryûka : individus capables d'insuffler l'essence d'un dragon dans son ombre. Ce sont des kageka très rares et ils appartiennent tous au Clan Ryûka dont ils sont les membres les plus puissants.

Saneyama : île sur laquelle se déroule l'histoire.

Sekka : petite soeur de Tokias

Tamura : ville où se déroule la mission d'Eikichi et Tokias

Tomoe : (prénom japonais) nouvel aspirant kageka

Yukata : (terme non inventé) kimono en coton très léger qui, à l'origine, ne se portait que dans les bains publiques


Texte publié par Sizel, 20 janvier 2023 à 07h20
© tous droits réservés.
«
»
saison 2, Chapitre 1 « Interlude » saison 2, Chapitre 1
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2646 histoires publiées
1193 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Notharam
LeConteur.fr 2013-2024 © Tous droits réservés