Pourquoi vous inscrire ?
Les Fragments Apocryphes du Livre du Voyageur
icone Fiche icone Fils de discussion icone 2 commentaires 2
icone Fiche Roman
icone 12 ans et +
icone Fantastique/Mystère
icone 30 031 mots | ~2 heures
icone Vendredi 13 janvier 2023
icone Liste de lecture
Envie de suivre la publication de cette histoire ? Inscrivez-vous pour l'ajouter à votre liste de lecture !
icone Étiquettes
Droits de l'image
Markus Luotero (ArtStation)
www.artstation.com/markusl
Si vous êtes l'ayant-droit de l'image utilisée ci-dessus et que vous souhaitez la retirer de la banque d'image LeConteur.fr, contactez-nous.
icone Commentaires
Yukino Yuri
9 mai 2021 à 22h43
Coucou Dio'!

Une nouvelle toute en lenteur, comme pour préparer le lecteur à cette fin triste. Je dirai même tout en contemplation avant de se retirer la vie. On sent l'harassement de ton personnage, la fatigue, la lassitude qu'une vie qui va trop vite, une vie convenue, une vie qui ne satisfait plus. Je trouve cependant que le suicide de cet homme manque de cérémonie, de quelque chose de fort, de solennel. Je pense que je l'ai trouvé trop occidental, sans que cela ne joue sur la qualité et le plaisir de lire ce texte. Elle m'a rappelée "Patriote", une nouvelle de Mishima Yukio qui traite du suicide d'un officier japonais et de sa femme. Pas le même contexte, mais le même sujet. Ce rejet de la vie qui ne nous va plus.

Petites coquilles:

"comme une main décollera une image" = décollerait non?

v— Oui… ce sera un bon jour, soupire-t-il. = "v"? ^^
Diogene
18 mai 2021 à 20h45
Coucou Yuri

Je rattrape mon retard.
Oui, une écriture tout en langueur. J'en avais déjà vu la fin et je n'avais qu'une envie, la retarder, étirer l'instant jusqu'à l'inéluctable. Mais aussi pour faire le parallèle avec la lassitude qui saisit le personnage, son apathie presque, son caractère répétitif et vain.
Oui, il n'y a aucun cérémoniel, mais pourquoi quand plus rien n'a de saveur, quand même la culture est abrasée, salie, blanchie.
Oh ! Je vais aller dénicher cette nouvelle, ma foi. Et tu me fais penser à un autre texte. Je n'ai plus du tout le nom en tête, je crois que cétait un roman de Julien Gracq (ou alors Marguerite Yourcenar, mais j'ai un doute) Je me rappelle très ben de la scène, un officier est agnouillé au sommet d'une falaise, le soleil se lève et il enfonce le tentôt dans son estomac.
Vous ne pouvez participer à ce fil de discussion réservé pour le lecteur et l'auteur.
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2349 histoires publiées
1028 membres inscrits
Notre membre le plus récent est shad
LeConteur.fr 2013-2023 © Tous droits réservés