Pourquoi vous inscrire ?
Rune - Opération cookies infernaux !
icone Fiche icone Fils de discussion icone Lecture icone 0 commentaire 0
«
»
Tome 1, Chapitre 20 Tome 1, Chapitre 20

Depuis leur retour, Chloé broyait du noir, seule dans son grand hangar. Avachie sur son bureau, elle jouait avec un tournevis au lieu de réparer tous les drones qu’elle avait utilisés pendant leur dernière mission. Elle s’en voulait encore de ne pas avoir réussi à sauver Rune alors qu’elle se trouvait en danger.

Même pas capable de protéger la personne dont elle était amoureuse ! La honte s’emparait de Chloé, la laissant trainer dans la pénombre de son hangar. Les volets fermés, elle ne voulait voir personne pour le moment. La solitude lui permettait de faire le point sur tout ce qui venait de se passer.

Les missions ratées dans ce genre n’arrivaient pas souvent. C’était même très rare. De ce fait, quand l’échec lui tombait en pleine figure, Chloé n’avait qu’une envie : retrouver cette ordure pour en faire une passoire avec ses drones.

Elle fulmina intérieurement, sans rien à porter de main pour se défouler. Elle jeta son outil dans une carcasse métallique pour briser ce silence de mort. Elle se leva et fit les cent pas, scrutant ses pieds plutôt que toutes les inventions posées sur les établis.

Elle voyait encore le visage de Rune dans ce caisson de soin, entre les griffes de cette médecin complètement dingue. Le mot d’excuse était sorti tout seul de sa bouche, consciente que sa nouvelle coéquipière ne pourrait pas l’entendre à travers l’eau. Elle attendait, impatiente qu’elle revienne parmi eux pour se faire pardonner.

Pourquoi Kalveo voulait-il à ce point ces cookies ? Et pourquoi viser Rune ? Si seulement Chloé pouvait l’interroger à sa manière, il craquerait en l’espace de quelques minutes !

Quelqu’un toqua à la porte, mais elle l’ignora. Elle continua ses vas et vient sans lever la tête du sol, perdue dans ses pensées. Alors qu’elle continuait de plonger dans les ténèbres, la porte s’ouvrit, répandant un flot de lumière qui lui agressa la rétine.

– Bordel ! Cassez-vous ! se plaignit-elle.

Des pas lourds et mécaniques se rapprochèrent d’elle, puis elle vit la carcasse de Rody face à elle.

– Bonjour, dame Chloé. Il fait noir chez vous… dit-il en scrutant les environs.

Chloé lui montra la sortie de l’index.

– Dehors ! Je ne suis pas d’humeur.

Rody joignit les mains et joua avec ses doigts. Il observa les alentours, puis son attention se concentra de nouveau sur la mécanicienne.

– Désolé, mais… Dame Rune va bien ?

Chloé leva les sourcils. C’était rare de voir un robot aussi inquiet pour sa maîtresse. Elle avait presque l’impression qu’il éprouvait des sentiments, pourtant les robots n’en possédaient aucun. Perplexe, elle le scruta dans ses petits yeux ronds tout noirs, puis haussa les épaules.

– Elle va bien, ne t’en fais pas. Elle est dans une cuve de soin… murmura-t-elle.

Rody tapa dans ses mains.

– Super ! Elle va vite revenir alors. J’y vais dame Chloé, je vous laisse dans votre antre ténébreux.

Chloé hoqueta de surprise.

– Attends, le héla-t-elle.

Rody se retourna pour lui faire face.

– Oui ?

– Tu n’es pas plus inquiet ? demanda la jeune femme. Je veux dire, tu avais vraiment l’air anxieux de voir son état…

– Non, pas le moins du monde.

– Ah…

Chloé baissa les yeux, puis rejoignit un petit salon dans un renfoncement. Elle y avait installé un canapé et une table basse, idéal pour prendre une pause après une dure journée de labeur. Elle s’avachit dans les coussins, puis prit une canette parmi toutes les vides qui jonchaient le sol. Elle but ce qu’il restait de cette délicieuse bière et la jeta par terre. Rody les ramassa pour les jeter dans une poubelle pas loin.

– Que vous arrive-t-il ? questionna-t-il en plein boulot.

– Rien…

– Vous mentez. Vous êtes inquiètes pour Rune, n’est-ce pas ?

Chloé le fixa d’un air courroucé. Elle soupira. Elle ne pouvait pas le contredire, il avait tapé dans le mille. Elle se renfrogna, honteuse d’être découverte aussi facilement.

– Vous savez, Rune ira bien, avoua Rody. Je lui ai déjà retiré trente-six balles à divers endroits du corps. Je l’ai recousu dix-sept fois en mission. Elle s’est cassée, en tout et pour tout, vingt-trois os… Dont certains plusieurs fois, énuméra-t-il en comptant sur ses doigts.

Chloé resta éberluée. Elle ne pensait pas que Rune avait autant subi de dommage lors de ses missions. Grâce à la technologie des cuves de soins, les êtres humains ne gardaient aucune trace des blessures subies sur le corps. Une invention révolutionnaire que tout le monde s’arrachait, et qui continuait d’évoluer.

– Vous êtes vraiment une bonne équipe, avoua Chloé.

Elle enviait presque leur complicité. Elle aimerait être aussi proche de Rune comme l’était son fidèle robot, mais après ce fiasco, elle ne savait même pas si sa nouvelle coéquipière lui ferait à nouveau confiance.

– Ne vous en faites pas, Rune continuera de travailler avec vous.

Chloé le dévisagea. Comment faisait-il pour être si malin ? La mécanicienne fut soudainement envahie par un désir de trifouiller les circuits de cette machine, aussi complexe qu’intrigante. Elle se leva d’un bond, un sourire machiavélique sur le visage. Rody recula de quelques pas, sentant la menace approcher.

– Que voulez-vous, dame Chloé ?

Elle tendit les mains, pliant les doigts pour ressembler à une sorcière.

– J’ai quelques petits trucs à regarder ! Laisse-toi faire, tout va bien se passer.

Le robot voulut s’enfuir, mais Chloé n’avait pas dit son dernier mot. Alors qu’il courait vers l’entrée, suppliant Chloé de ne pas lui faire de mal, elle dénicha un pistolet dont les tirs pouvaient mettre en veille une machine. Une décharge, et tous les circuits tombaient brutalement dans un sommeil de quelques heures.

Chloé récupéra le robot et mit ses circuits à l’air pour tenter d’en comprendre son fonctionnement. Elle regarda surtout son programme interne. Elle en fit une copie sur son ordinateur pour l’analyser plus tard. Elle n’avait pas le temps de le trafiquer pendant le temps de veille de Rody. Néanmoins, elle se permit de le bidouiller un peu afin de faire une blague à Rune. Un petit programme qu’elle n’avait pas encore testé : l’amour pour la danse classique et les tutus roses. Pratique si ses coéquipiers se faisaient attaquer par un robot !

Lorsque Rody redémarra, il bondit de la chaise sur laquelle il se trouvait. Il fixa Chloé alors qu’elle souriait de façon plutôt malsaine.

– Qu’avez-vous fait ? demanda Rody d’un ton froid.

Chloé appuya sur un bouton, et sans qu’il comprenne pourquoi, Rody récupéra le tutu rose qui se trouvait sur la table, puis l’enfila.

– Mais… Qu’avez-vous fait ?

Chloé pouffa alors que Rody fit quelques pas de danse dans une grâce qu’il ne se connaissait pas. Sous les rires amusés de Chloé, le robot la supplia d’arrêter, mais elle alluma un style de musique qu’il n’aimait absolument pas. La maudissant de tous les noms, Rody tournoyait sur lui-même les mains en l’air, tandis qu’il essayait de tendre la jambe malgré son gros ventre arrondi.

Rien de tel pour redonner le moral à la mécanicienne. Son petit virus de la danse classique était fin prêt ! Apparemment, malgré les antivirus que possédait Rody, rien ne semblait pouvoir arrêter son ver informatique.

Rune allait adorer !


Texte publié par Seiki, 10 mai 2021 à 17h29
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 20 Tome 1, Chapitre 20
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1833 histoires publiées
837 membres inscrits
Notre membre le plus récent est panda54170
LeConteur.fr 2013-2021 © Tous droits réservés