Pourquoi vous inscrire ?
Rune - Opération cookies infernaux !
icone Fiche icone Fils de discussion icone Lecture icone 0 commentaire 0
«
»
Tome 1, Chapitre 18 Tome 1, Chapitre 18

À leur retour sur Avracham, Rune fut transportée directement vers l’infirmerie, endroit qu’elle ne connaissait pas encore. Située non loin du spatioport, il fallait la rejoindre via un passage souterrain très bien gardé, dont les tunnels aux parois métalliques émettaient une vive lumière blanche. Complètement droguée, la tête de Rune vacillait de droite à gauche, remarquant quelques personnes en uniforme blanc l’escorter.

– On est où là ? articula-t-elle avec difficulté.

Elle battit des paupières, chassant ce voile brumeux qui l’empêchait de découvrir cette facette de l’île.

– À l’infirmerie, sous la planète, expliqua Bardy. Cet endroit est bien dissimulé pour que personne ne l’attaque en premier. Tu vas faire connaissance avec notre médecin en chef ! bonne chance… lâcha-t-il avant de la laisser partir avec des infirmiers.

Elle fronça les sourcils, se demandant pourquoi il lui disait cela. Elle arriva dans la pièce principale. Une femme demanda à tout le monde de préparer le bac de soin. Elle se posta près de Rune et la scruta de la tête au pied, rapprochant son œil au plus près de son corps. Mal à l’aise, Rune se redressa en usant de toutes ses forces à cause des drogues.

La personne qui la détaillait du regard était une femme d’une forte corpulence, vêtue d’une longue blouse blanche aux motifs roses. Elle remit en place sa natte, puis en arrivant devant la jambe de Rune, elle tendit le doigt pour appuyer sur la blessure, arrachant un cri de douleur à la blessée.

– Bordel, mais vous êtes malade ! se plaignit Rune.

– C’est fantastique ! Cassure du fémur, avec l’os proche de percer la peau. Dommage…

– Comment ça, dommage ? s’énerva la patiente.

La médecin se redressa et plaqua Rune sur la civière.

– On n’interrompt pas son docteur ! Talinda Abygaëlle, pour vous servir ! Vous inquiétez pas, vous êtes entre de bonnes mains.

Elle lui tapota le ventre, mais manque de chance, sa paume frappa la côte cassée. Rune hurla encore, repoussant cette dingue qui jouait avec ses blessures. Talinda écarquilla les yeux, les mains devant la bouche. Elle revint à la charge et souleva le tee-shirt de Rune sans précaution. Rune essaya de se débattre, mais Talinda la repoussait avec force, prête à lui mettre une claque si besoin.

La respiration haletante, Rune n’avait pas la force de s’opposer à elle. Elle sentit ses doigts agripper chacune de ses côtes, jusqu’à ce qu’elle touche la briser. Rune serra les dents, alors que Talinda passait lentement l’index dessus pour comprendre la raison de cette cassure.

– Je vois…

– Putain, mais vous êtes malade ! s’emporta Rune. Lâchez-moi la grappe !

– On obéit au médecin, jeune femme !

Talinda se redressa, puis fit des gestes amples à l’intention de ses collaborateurs. Rune fut déplacée à côté d’une grande plaque de métal. On la posa délicatement dessus, puis on lui installa un masque à oxygène, tandis que deux femmes s’occupaient de la déshabiller.

Rune fronça les sourcils. Même si elle savait ce qu’était une cuve de soin, pour y être allée souvent, elle ne comprenait pas pourquoi Talinda dansait au milieu de la pièce rempli d’ordinateurs et de matériels médicaux. Les mains jointes au-dessus d’elle, elle tournait sur elle-même, comme si elle faisait de la danse classique, en fredonnant un air rythmé.

Lorsque Rune fut prête pour la séance de sooin, tout le monde s’éloigna. Talinda arriva dans de petits bons. La peur la faisant trembler, Rune se demandait si elle allait encore lui faire mal alors qu’elle était là pour la soigner.

– Attennnnnnnnnnnnntionnnnnnnnnnnnnnnn !! cria-t-elle slalomant.

Elle fit une révérence gracieuse et appuya sur un bouton. Dans un bruissement mécanique, du verre vint encercler Rune dans un caisson, puis une fois que tout fut verrouillé, il se remplit d’eau.

En fait, il s’agissait d’une solution dont les molécules permettaient au corps de se régénérer plus rapidement. Suivant la qualité de ce dernier, et la vétusté de la machine, le nombre d’heures passer à l’intérieur pouvait radicalement changer. Mais au vu de ce que possédait Avracham, et aux blessures de Rune, elle pensait pouvoir en sortir d’ici demain.

L’eau envahit totalement la cabine. Grâce à ça, Rune ne sentait plus aucune douleur. Elle n’avait plus qu’à attendre que son corps se soigne. Le seul problème de cette machine, c’était le temps d’attente. Rune flottait dans ce liquide magique, sans aucune distraction possible pendant ces longues heures.

Talinda scruta si tout allait bien de son œil expert, puis passa à d’autres patients en la laissant seule dans la pièce.

Elle reçut la visite de Chloé. La jeune femme la fixait d’un air triste. Rune s’attendait à la voir se rincer l’œil, mais non, elle resta penchée vers elle, la regardant droit dans les yeux. Elle prononça des mots qui ne traversèrent pas la paroi vitrée, obligeant Rune à lire sur ses lèvres, chose qu’elle ne maitrisait pas du tout. Mais cette fois-ci, elle avait l’impression que Chloé s’excusait.

Mais de quoi ? Elle n’avait rien fait de mal. Si elle se retrouvait dans cet état, c’était uniquement à cause de cet enfoiré de Kalveo. D’ailleurs, Rune se sentait mal à l’aise. Première mission après avoir accepté de rejoindre les rangs des pirates d’Avracham, et voilà qu’elle se retrouvait à l’hôpital.

Sur le coup, elle sentit la honte l’envahir, l’impression de n’être qu’un fardeau pour les autres. Elle ricana. Elle qui ne voulait pas intégrer une équipe pour éviter d’avoir des poids sur les épaules, la voilà dans une cuve de soin à scruter ses coéquipiers passer la voir, l’air inquiet. Elle n’aurait pas pu commencer sa mission plus mal que ça. Tout ce qu’elle espérait, c’était que Bardy ne la vire pas de son groupe après cet échec cuisant.

Elle prit une inspiration et soupira, laissant échapper de jolie bulle dans cet eau trouble. Si elle passait des heures à ruminer dans le fond de sa cuve, elle allait devenir folle. Dommage qu’il n’était pas possible de regarder la télé, ou n’importe quoi, car elle s’ennuyait à mourir. Elle ne voyait que Talinda de temps en temps, en train de danser comme si elle appartenait à un ballet, puis à venir scruter les blessures de Rune se refermer. Elle utilisait le scanner inclus dans la cuve pour vérifier que tout se remettait en ordre.

Rune se posa quand même la question. Pourquoi cette femme touchait aux blessures comme ça ? Après tout, c’était une médecin ! Mais ce n’était pas qu’elle. Lorsqu’elle vit d’autres blessés arriver dans la pièce, ils subissaient les mêmes tourments que Rune. Sauf qu’ils ne s’en plaignaient pas. Elle faisait ça avec tout le monde et personne ne disait rien ? Peut-être qu’elle était gentille au fond, mais pour l’instant, Rune avait juste envie de lui faire subir mille tortures pour lui avoir fait aussi mal. Surtout quand la technologie permettait de découvrir les lésions du corps grâce à un simple scanner !

Pour ouvrir chaque tiroir, allumé chaque ordinateur, Talinda ne pouvait s’empêcher de faire quelques pas de danse et de tourner sur elle-même. Une façon des plus singulières pour la médecin en chef. Rune soupira. Voilà sa seule occupation pour les prochaines heures : regarder une folle furieuse faire souffrir de pauvres innocents, et danser dans son cabinet…

Ça promettait d’être très long…


Texte publié par Seiki, 9 mai 2021 à 18h44
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 18 Tome 1, Chapitre 18
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1833 histoires publiées
837 membres inscrits
Notre membre le plus récent est panda54170
LeConteur.fr 2013-2021 © Tous droits réservés