Pourquoi vous inscrire ?
Rune - Opération cookies infernaux !
icone Fiche icone Fils de discussion icone Lecture icone 0 commentaire 0
«
»
Tome 1, Chapitre 10 Tome 1, Chapitre 10

Au petit matin, Rune était déjà prête, non sans une appréhension des évènements qui approchaient. Une fois ses affaires préparées, elle quitta sa maison pour rejoindre son vaisseau. En sortant, elle croisa Ornella qui lui donna le communicateur officiel des pirates d’Avracham, une petite tablette transportable. Grâce à ça, elle pouvait aller et venir sur la planète sans risquer de se faire tirer dessus, et elle lui proposa une nouvelle maison. Mais Rune préférait garder celle-ci, à l’écart, elle qui s’y trouvait déjà chez elle. Ornella s’en doutait et avait installé un petit panneau au bout de l’allée, avec son nom et prénom pour officialiser son domaine. Elle quitta les lieux après ça, laissant Rune, larme aux yeux, devant ce symbole grandiose. Elle avait un « chez elle » !

Une fois dans le vaisseau, elle raconta tout à Rody. Le robot pencha la tête sur le côté, comme toujours lorsque l’inquiétude le gagnait.

– Vous allez me laisser seul ?

Rune secoua la tête.

– Tu es le bienvenu sur le Viper, le vaisseau de Bardy. Mais j’aurais une requête à te demander.

– Que voulez-vous ?

– Après le briefing, j’aimerais que tu reviennes ici et que tu nous suives avec le vaisseau.

Rody bascula sa tête de l’autre côté.

– Pourquoi ?

Rune avait honte de lui avouer la raison.

– Si jamais ça ne se passe pas bien avec l’équipage, j’aimerais avoir une porte de sortie…

Le robot acquiesça sans un mot, puis ils partirent rejoindre le bâtiment de Bardy. Bien plus grande que le sien, la coque brillait d’un beau rouge écarlate. Quatre moteurs poussaient cet engin, alors que des canons sortaient des deux ailes.

L’intérieur était spacieux, au point d’avoir une salle de sport, de bain avec un jacuzzi, un petit salon jouxté d’une cuisine, plusieurs chambres, un hangar pour divers véhicules, et d’une salle de réunion dans laquelle elle s’assit autour de la grande table ronde. Tout le monde n’attendait qu’elle.

– Bien, nous voici au complet ! s’exclama Bardy.

Rody resta debout dans un coin de la pièce, tandis que Yuki, Zaz et Chloé saluèrent amicalement Rune. Gênée, elle leur répondit d’un geste maladroit, alors que son cœur battait la chamade. Jamais elle ne s’était sentie aussi mal.

– Pour commencer, sache Rune que cette mission t’était normalement destinée, mais j’ai jugé que pour toi seule, ce serait du suicide.

Rune écarquilla les yeux.

– Ah bon ? Pourquoi ?

– Il s’agit de braquer un casino ! dit-il en montrant une photo. Il se trouve dans la fédération des froussards.

– On va vraiment dévaliser de la thune ? s’étonna Zaz. C’est rare.

– Eh non, mon p’tit ! s’exclama Bardy. Notre contact, Kalveo, nous demande de voler une cargaison de cookies !

Abasourdi par cette révélation, l’équipe s’observa. Cette mission ressemblait à une grosse blague, mais après tout, pourquoi pas ? Cela devait être facile de s’emparer de ces biscuits aux pépites de chocolat.

– Génial, s’extasia Yuki. On va bien manger !

Rune arqua un sourcil.

– On va commencer par se rendre sur la planète Bael, dans la ville d’Utopia, expliqua Bardy. Puis nous retrouverons notre contact dans un motel. Des questions ?

Rune leva la main, alors que les autres restèrent muet.

– Mais euh… On a des informations sur ce casino ?

Alors que Bardy ouvrit la bouche pour répondre, ce fut Rody qui brisa le silence pour répondre.

– Le casino Stafara Oldichi est un bâtiment récent construit sur une planète de la fédération blanche. Aussi appelé « les froussards ». Il accueille 30 millions de personnes par an avec un taux de critiques positives de 95,9999995%. Vous y trouverez des arènes de combats pour les personnes voulant se défouler, des spectacles allant de simple concert à des danses exotiques, ainsi qu’un immense bar. Construit pour permettre à la population de se lâcher une fois dans l’année.

Tout le monde resta muet face à ces informations. Rune le dévisagea, perplexe.

– Comment tu sais ça toi ? Ce n’est pas dans ton programme !

– J’ai vu ça dans une pub lorsque je regardais des films pornographiques.

L’équipage entier resta coi face à cet aveu. Rune soupira.

– T’es sérieux ? Mais, ça existe les pornos pour robot ? s’étonna-t-elle.

– Bien sûr, la catégorie se trouve sur le site où vous allez chaque s…

– LA FERME ! hurla Rune.

Ses collègues pouffèrent.

– Va au vaisseau ! ordonna Rune, rouge de honte.

Rody opina du chef et quitta les lieux, tandis que Rune restait le centre de l’attention. Elle priait pour que quelqu’un lance un autre sujet, ce robot allait vraiment la rendre folle…

– Bon, tout le monde à son poste ! On se tire ! s’exclama Bardy.

Rune souffla de soulagement. En se levant, Zaz posa la main sur son épaule.

– Y’a le réseau sur le vaisseau, tu pourras toujours te connecter, chuchota-t-il.

– J’t’emmerde !

Comme Rune ne connaissait pas bien les lieux, Chloé lui proposa d’en faire la visite. Elle accepta et la suivit à travers le dédale de couloir et de sale, repérant ainsi chaque pièce. Elle finit par lui montrer sa propre chambre, qui n’avait rien à voir avec celle de sa propre navette.

Beaucoup plus spacieuse, elle offrait un grand lit double dans un coin avec des étagères vides dans un autre. Une télé lui permettait de regarder ses séries, mais elle possédait aussi une salle de bain privée ! Le bonheur ! Un bureau lui proposait de travailler si elle le souhaitait, avec beaucoup de rangement.

– Tu peux décorer et faire ce que tu veux de la pièce. C’est ta deuxième maison, ici.

– Vraiment ?

– Oui. Tu veux voir la mienne ?

Rune ne savait pas si elle devait. Chloé avait des vues sur elle, et elle avait l’air d’aimer la proximité avec les femmes. Elle se demandait ce qu’elle pourrait y trouver.

– T’as peur ou quoi ? se moqua Chloé. Amène-toi !

Rune fut emportée de force à la porte d’à côté. Les chambres se trouvaient les unes à côté des autres. Elle l’invita à entrer à l'intérieur, et Rune découvrit un décor complètement différent. Les lumières étaient plus chaleureuses, passant d’un blanc immaculé à un jaune pâle. Son lit était blanc, comme les murs repeints, et des photos de missions trainaient un peu partout.

Du côté du bureau, Rune découvrit de nombreux plans mécanique et électronique. Des objets démontés de toute part, des composants jonchaient le sol tandis que des rouleaux de fils trainaient sur une étagère.

– Ouais désolé, c’est un peu le bordel… Je suis en train de réparer un transmetteur pour un client.

Rune devait reconnaître les talents de Chloé. Elle savait y faire avec les machines, la preuve avec Rody qui pouvait maintenant jouer de la guitare. De ce fait, elle comprit qu’elle pouvait faire ce qu’elle voulait de sa chambre et, mine de rien, cela lui faisait plaisir de se sentir chez soi.

– Merci pour la visite, lui dit Rune. Je vais réfléchir à ma déco.

Chloé se mit devant elle, les mains derrière le dos.

– Tu ne veux pas rester un peu avec moi ?

– Non, merci. À plus tard.

Rune quitta la pièce sous la déception de la jeune femme. Elle l’entendit soupirer, mais qu’importe. Elle n’avait pas envie d’être le jouet sexuel de Chloé. Elle préféra se rendre au salon, pour farfouiller les placards à la recherche d’une bonne bouteille. Elle y trouva Yuki, au fourneau, en train de mitonner un plat dont les odeurs d’épices se ressentaient jusqu’au couloir.

– Tiens, Rune. Tu te balades ? demanda-t-elle.

– Yep. Je cherche quelque chose à boire. Mais… Tu prends le temps de faire à manger en mission ?

Yuki fit volte-face et tendit sa louche vers elle.

– Bien manger, c’est important ! Et il faut que je prépare le sandwich poulet crudité de Bardy !

– Attends… Quoi ?

– Oui, Bardy adore ce sandwich. Du coup, il en emmène toujours pendant une mission ! C’est super important.

Rune pensait avoir tout entendu, mais cette troupe restait énigmatique. Même si elle ne comprenait rien, elle haussa les épaules et dénicha une bouteille de whisky terrienne. Elle s’installa sur le divan et se servit un verre.

– Ça sent super bon ici !

Alors que Rune allait boire, elle recracha son verre en voyant Zaz débarquer en caleçon bien moulant. Trop même… Les muscles saillants dégoulinants de sueur, il chercha un jus de fruits dans le frigo, puis but à la bouteille. Rune fixait ses tablettes de chocolat bien visible, puis détourna le regard quand elle tomba en dessous de la ceinture. Elle se racla la gorge et nettoya le whisky sur la table.

Zaz reprit son souffle après avoir bu la moitié du contenant puis le reposa. Il sourit en voyant Rune à table.

– Alors la nouvelle, comment ça va ? Contente d’être parmi nous ?

– Oui, oui, répondit-elle en rougissant.

Zaz s’installa à côté d’elle et mit les pieds sur la table. Il fit exprès de montrer ces imposants biceps.

– Qu’est-ce que tu fais de beau ?

Rune le dévisagea.

– Bah… Je bois un whisky, ça ne se voit pas ?

– Très bonne bouteille ! souligna-t-il.

Rune regarda l’étiquette. Vingt ans d’âge.

– Mouais, ça ne vaut pas un quarante ans…

– Effectivement ! Plus c’est vieux, mieux c’est !

Rune ricana. Elle le dévisagea d’un air hautain.

– En fait, t’y connais rien, pas vrai ? Tu essayes juste de faire le malin pour me draguer ?

Zaz ouvrit la bouche pour répondre, mais se renfrogna.

– Je crois qu’elle t’a démasqué, se moqua Yuki. Dès son premier jour en plus !

Zaz soupira et se leva.

– Tant pis, j’aurais essayé !

Il sortit de la pièce, non sans remuer son fessier musclé à destination de Rune. Pour réponse, elle ramassa un coussin et lui jeta dans le dos. Elle secoua la tête, puis termina son verre. Au final, deux pervers arpentaient ce vaisseau, avec une cuisinière d’exception.

– Où est le chef ? demanda Rune.

– Dans le cockpit, je pense, répondit Yuki.

Rune s’y rendit sans attendre, sachant qu’il s’agissait de la seule pièce qu’elle n’avait pas encore visitée. Et que ce fut magnifique ! Une grande baie vitrée donnait sur l’espace, dont les projections lumineuses en forme de trait prouvaient qu’ils se déplaçaient en hyperespace. Bardy trônait sur le siège du commandant, le plus surélevé, tandis qu’au niveau inférieur, séparé de deux marches, se trouvaient plusieurs consoles avec des fauteuils rouges.

– Tu fais un tour ?

Rune fixa Bardy qui regardait un film, avachi dans son siège noir.

– Oui, je voulais voir à quoi ressemblait votre cockpit.

– Alors ?

– Il est bien plus grand que le mien, c’est sûr !

Il ricana. Rune détailla chaque objet, essayant de deviner à quoi servait chacune des places. Les communications, l’armement, etc… Bardy finit par mettre en pause son film pour lui expliquer tout en détail. C’était beaucoup d’information à gérer, mais il lui proposa, pour le moment, de s’occuper des scanners internes et externes. Rune se fichait pas mal de son poste, elle savait tout faire. Comme elle voyageait presque seule, elle touchait à tout.

– Qu’est-ce que tu penses du Viper ?

– C’est un beau vaisseau, avoua Rune. On voit que vous en prenez bien soin. La coque est impeccable, et tout est bien rangé. Chacun à sa place, son poste, tout est carré.

Un large sourire éclaircit le visage de Bardy.

– Content de te l’entendre dire.

Il y eut un court silence entre eux.

– Bon, comment tu te sens ?

– Pas trop mal.

– Tu n’as pas trop peur de faire équipe avec nous ?

Rune leva les yeux au plafond, puis fixa l’espace. Cette question pertinente la piqua au vif.

– Un peu, avoua-t-elle. Tout ça, c’est nouveau pour moi. J’espère que je ne serais pas un fardeau pour vous.

Il ricana en balayant sa phrase d’un geste de la main.

– Mais non ! Quand je dis que tu es compétente, je ne le dis pas à la légère. Je suis comme ça. Franc et direct. Alors, arrête de te prendre la tête et va te reposer. On arrive dans deux jours.

– Deux jours ? s’étonna Rune.

Il haussa les épaules.

– Désolé, je n’ai pas de moteur hyperspaciale dernier cri. Et en plus, la planète se trouve à l’autre bout de la galaxie…

– Génial… soupira Rune. Bon bah je vais décorer ma piaule.

– Fais donc ça !

Rune retourna dans sa chambre et déballa toutes ses affaires. Si cela devait être sa deuxième maison, autant en faire son petit palace privé ! Elle rangea quelques vêtements dans sa penderie, des produits dans la salle de bain, puis s’allongea sur son lit.

– Deux jours… pensa-t-elle.

De toute façon, pas le choix, il lui faudrait toujours de quoi s’occuper !


Texte publié par Seiki, 29 avril 2021 à 18h19
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 10 Tome 1, Chapitre 10
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1833 histoires publiées
837 membres inscrits
Notre membre le plus récent est panda54170
LeConteur.fr 2013-2021 © Tous droits réservés