Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 6 « Chapitre 6 » Tome 1, Chapitre 6

De façon étrange, je croyais que les choses ne pouvaient pas être pire. Dans mon esprit de jeune fille, je m’imaginais que ma mère finirait par aller mieux avec du temps. Aussi dur que cela soit, le souvenir de Marck s’effacerait de sa mémoire pour la laisser apaiser. C’était bien sûr faux.

En vérité, le problème ce n’était pas l’absence de mon frère, mais plutôt le bénéfice qu’elle pouvait en retirer. L’ayant vu à l’enterrement, les femmes du village se relayèrent pour venir la visiter en préparant des plats afin qu’elle n’ait pas à cuisiner dans ce moment difficile.

Lors de ces visites, ma mère parvenait à sortir de son lit et s’apprêtait pour recevoir ses amies. À toute, elle racontait combien la peine la consumait et la force qui était la sienne pour lutter contre.

De loin, j’observais ce manège qui me serrait le cœur. Marck n’était pas vu comme un fils aimé, mais plutôt comme une raison de se faire plaindre. On louait le courage de mon frère et la bonne éducation de mes parents. Celle de ma mère, en particulier puisqu’elle était présente. J’étouffais un rire sans joie devant ce tableau si peu réaliste.

Du côté de mon père, il rentrait de plus en plus tard le soir. Sa démarche n’était pas assurée et son haleine sentait l’alcool. Pas besoin d’être devin pour savoir où il avait traîné dans la ville. Je ne disais rien. Après tout, ce n’était pas à moi de le faire. Tant qu’il me laissait assez pour faire les courses alimentaires, je n’avais pas lieu de lui faire des reproches.

Un soir pourtant, je me décidais à réagir pour le bien de tous. Cette situation n’avait que trop duré. Après avoir fait chauffer de l’eau, je préparais une tisane brûlante pour mon père. Il s’était réfugié dans son bureau comme c’était le cas tous les soirs. En un sens, cela m’affligeait de le voir s’enfermer ainsi. À croire que personne n’était capable de gérer la disparition de Marck de la même manière. Il aurait mieux valu s’entraider plutôt que s’isoler.

Devant la porte de son bureau, je toquais. Une voix grave m’invita à entrer, ce que je fis. Les yeux rougis de Samuel Alans se relevèrent vers moi. L’espace d’un instant, il ne dit rien. J’en profitais pour déposer la tasse devant lui.

– Qu’est-ce donc ?

– Quelque chose qui ne vous fera pas de mal !

Ses sourcils se froncèrent. Devant cette vision, je crus qu’il allait se mettre en colère.

– C’est moi le médecin, baragouina-t-il.

– J’en suis consciente. Mais cela ne veut pas dire que je ne peux pas prendre soin de vous.

Mes mains se saisirent d’une couverture que je jetais sur ses épaules. La nuit était froide, et la pièce n’était pas réchauffée par le poêle ou le fourneau. Ses doigts se posèrent sur les miens.

– Vous êtes dans un mauvais état d’esprit. Marck vous manque plus que vous ne souhaitez l’avouer… Seulement, le réconfort, vous ne le trouverez pas dans l’alcool. Tout ce que cela risque de faire, c’est de vous rentre brutal et maladroit. Rappelez-vous de certaines personnes que vous avez tenté de soigner. Ce n’est pas ainsi que vous désirez être vu. De ce fait, je vous conseille de vous tourner vers les tisanes pour vous réchauffer.

Sur le coup, il ne dit rien. Cela ne me soulagea pas, car je craignais ses réactions. Peut-être allait-il se mettre en colère contre moi.

– Je préfère le café, murmura-t-il.

J’eus envie de rire face à cette déclaration inattendue, mais n’en fit rien.

– Alors je vous ferais un café pour fêter chacun de vos retours à la maison.

Il hocha la tête alors que son regard était toujours pointé vers la tasse pleine. Sans rien ajouter de plus, il la souleva pour en prendre une gorgée.

– C’est meilleur que ce que j’aurais cru, avoua-t-il.

Sa main se referma sur la mienne.

– Albina…

Malgré mon attente, aucun autre mot ne sortit de sa bouche.

– Vous êtes un homme fort et avisé. Tout le monde a besoin de vos conseils. Par pitié, redevenez celui que vous étiez avant. Je veux revoir le père que j’aimais tant, celui qui me rassurait par sa seule présence.


Texte publié par Nascana, 9 novembre 2021 à 18h40
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 6 « Chapitre 6 » Tome 1, Chapitre 6
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2089 histoires publiées
924 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Oria S. Desreaux
LeConteur.fr 2013-2022 © Tous droits réservés