Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 3, Chapitre 11 Tome 3, Chapitre 11

De l’eau. Il baignait dans de l’eau. Sa mère une baptiste assidue ne lui avait jamais mentionné ce détail, que se soit au paradis ou en enfer.

Batman ouvrit les yeux afin d’en savoir plus, et vit apparaitre des stalactites. Ainsi il se trouvait toujours dans les souterrains du comté, et était par conséquent en vie.

Avec tous ce qu’il venait de vivre, il ne savait pas trop quoi ressentir. Alors il s’accrocha à sa logique et son sens de l’organisation.

De quoi son corps était-il encore capable ? Se redresser ? Oui. Se tenir debout ? Oui. Bouger les bras ? Oui.

Maintenant il fallait passer à l’environnement. Sa ceinture en plus des divers gadgets contenait une sorte de nécessaire de survie comprenant entre autre un briquet, et des bougies.

Batman éclaira l’endroit. Il s’agissait d’une sorte de petit lac souterrain.

« Enfin réveillé ! »

Batman se retourna et vit le corps du Joker disloqué sur des rochers. Etait-ce une ruse ? Non un os ressortait de sa jambe gauche. L’un de ses bras formait en angle droit vers l’arrière. Sa tête était presque retournée.

Même paralysé, totalement impuissant, le Joker ne perdait rien de son éclat. On avait même l’impression, qu’il menait encore le jeu.

Il continua à parler avec familiarité, comme s’il s’adressait à un vieil ami.

« J’ai même cru que t’étais mort l’espace d’un instant. Partir sans moi quelle impolitesse. Maintenant je sais que nous mourrons ensemble. »

Paradoxalement le discourt de ce fou était rationnel. Après tout ils étaient tous les deux perdu et blessés. Sauf que Batman ne voulait pas renoncer surtout face à lui.

« Personne ne mourra. »

« Tu sais très bien que la grande faucheuse n’est pas loin. Arrêtes de te mentir à toi-même. »

« Tu ne me connais pas ! » Répliqua avec rage Batman.

Comment ce monstre sanguinaire osait prétendre deviner ses pensées personnelles !

« Oh que si et avant même qu’on se rencontre. Comment crois-tu que je t’ai senti venir, lorsque tu étais derrière moi ? Après tout ce chemin pour remonter jusqu’à ma petite personne, tu n’allais pas quitter la scène avant le dernier acte. Je savais que tu étais quelque part dans l'ombre prêt à intervenir. Alors je suis resté sur mes gardes à t’attendre. Tu vois bien que je te connais. »

Être ainsi contredit donna à Batman des envies de violence. Il réalisa alors qu’il était déjà en plein combat. Le Joker l’assaillait avec ses mots, et le déstabilisait.

Le problème est que vue son état la moindre contrainte physique dans le but de le faire taire, pouvait être mortelle pour le Joker. Or Batman n’avait jamais causé la mort de qui que se soit, et ne comptait pas commencer. Il était là pour aider non tuer.

Alors il lui tourna le dos, et s’approcha d’un rocher surélevé et au sommet plat. S’il désirait survivre, il était temps de s’atteler à la tâche.

« Tu boudes dans ton coin mon petit Batty ! Ça n’empêche pas les évidences d’exister. »

Batman étala sur la roche une copie de la carte des souterrains. Son compartiment hermétique l’avait protégée de l’eau. Ensuite il plaça à coté sa bougie et sa boussole.

« Regardes nous. Moi j’aborde un grand sourire, et toi tu dissimules ton visage. Je porte une tenue chatoyante. Tu es vêtus de noir. »

Dans un premier temps Batman tenta de localiser le point de départ de sa chute.

« C’est pareil dans nos façons de nous battre. Tu uses de tes poings avec élégance. Moi j’improvise avec tout ce qui me tombe sous la main. »

Batman butait sur un problème de taille. Il ignorait tout de la durée de la chute, puisqu’il avait sombré dans l’inconscience pendant le trajet.

« Je voulais transformer le comté Gotham et toi le préserver. Que faut-il en conclure ? Nous sommes complémentaires. Nous sommes les deux faces d’une même médaille. »

Entre ses blessures, l’épuisement, ses recherches infructueuses, et les paroles de ce fou, Batman finit par craquer.

« La ferme ! » Cria-t-il en se retournant.

Puis Batman réalisa que dans sa hâte, il avait fait tomber la carte dans l’eau. Il la ramassa immédiatement mais le mal était déjà fait. L’encre dégoulinait du papier.

Le Joker émit un petit soupir de satisfaction avant de reprendre la parole.

« Allons sois bon joueur. Tu m’as empêché de mettre mon plan à exécution. En contrepartie le comté aura tout de même droit à un petit bain de sang, quand l’armée viendra régler son compte aux indiens. Un match nul ce n’est pas si mal. »

Se concentrer sur une possibilité de survie, avait fait oublier un temps son état à Batman. A présent il sentait ses forces diminuer à vu d’œil.

Le Joker avait raison. C’était finit. Ils allaient mourir ensemble, et demeureraient côte à côte pour l’éternité.

Puis le miracle se reproduisit. Une nouvelle lumière s’ajouta à celle de la bougie.

« Deathstroke ! » S’exclama le Joker. « C’est gentil de te joindre à nous. Malheureusement tu as trop de retard. Batman tient à peine debout. Quant à moi je ne suis plus en état de tenir tout court. »

Batman regarda Deathstroke presque incrédule face à cet espoir. Soudain ses genoux commencèrent à flancher.

« Tu vois. » Ajouta le Joker alors que le guerrier indien soutenait Batman. « Le rideau est déjà tombé. »

Deathstroke examina de haut en bas Batman avant de lui parler.

« Ne t’inquiète pas. Je sais extraire une balle. »

Suite ses mots Deathstroke allongea délicatement le blessé, dégaina son sabre, et s’adressa enfin au Joker.

« Quant à toi tu parles trop. D’ailleurs c’est ta voix, qui m’a guidé jusqu’à vous deux. Et maintenant tu vas enfin te taire. »

Le vieux guerrier apportait froidement la conclusion naturelle à cette aventure.

« Non. »

Cet unique mot suffit à stopper son geste. Car il provenait de Batman lui-même.

« Tu veux l’épargner ! Tu es devenu fou. »

Deathstroke ne comprenait plus rien.

« C’est ce qu’il veut. »

Malgré lui Batman avait écouté les paroles de son ennemi. Aussi dingue que cela paraisse il désirait mourir à présent. Peut-être s’était-il suffisamment amusé ? A moins qu’à cause de ses blessures il se sache incapable de perpétuer ses machinations.

Quoiqu’il en soit Batman s’y opposait seulement guidé par son intuition, parce que suivre les directives de cette personne serait forcément néfaste.

Le plus étrange était encore à venir.

« Il faudrait peut-être vous décider. » Ajouta le Joker ennuyé. « On n’a plus beaucoup de temps Batou et moi. »

Il était décidément le plus fou de tous.


Texte publié par Jules Famas, 28 mai 2021 à 09h01
© tous droits réservés.
«
»
Tome 3, Chapitre 11 Tome 3, Chapitre 11
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2085 histoires publiées
921 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Lone Wolf
LeConteur.fr 2013-2022 © Tous droits réservés