Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 2, Chapitre 7 Tome 2, Chapitre 7

Tout le monde a été un enfant un jour, même ce colosse impitoyable portant le nom de Bane. Gamin il chassait avec son père, et y avait acquit certains principes régissants encore son existence aujourd’hui.

Par exemple une proie était particulièrement vulnérable une fois repue. C’est pour cette raison qu’il laissa Double Face « s’amuser » en ville. Avec de la chance il y gaspillerait peut-être son arsenal militaire. Ce qui ferait toujours une difficulté de moins.

Les sons de l’explosion et du mitraillage confirma ses prévisions sur ce point. L’autre élément important était la direction que prendrait son gibier lors de sa fuite.

Double Face conservant toujours une bonne vitesse de déplacement, éviterait les chemins peu praticables. Ce qui dans ce bled limitait au niveau des sorties le choix à la piste des diligences. Et comme Double Face ne retournait pas non plus sur ses pas, la solution coulait de source : la sortie sud par la piste.

Bane ne spéculait-t-il pas un peu trop ? Visiblement non. Son objectif apparut dans sa longue-vue. Il galopait comme s’il avait la mort à ses trousses. Alors qu’elle se trouvait juste devant.

La topographie n’offrant pas de cachette possible, l’affaire se règlerait en un face à face. Au fond ce n’était pas pour déplaire à Bane. Jamais il n’avait jamais été confronté à un tel adversaire auparavant. Même si son sens de l’organisation l’emportait, un certain plaisir montait en lui du fait de cette confrontation.

Il sortit sa winchester modèle 1873. Tout comme son arme de poing, il s’agissait d’une référence en la matière. Bane en bon perfectionniste s’exerçait régulièrement au tir. Pourrait-il pour autant rivaliser avec une personne bénéficiant d’une formation militaire ? Pas sûr. Surtout que Double Face bénéficiait apparemment d’équipement de l’armée.

Cette incertitude déplaisait au chasseur de prime. Si bien qu’il ne se contenta pas d’attendre sagement la portée requise. Il fit le feu bien avant, et corrigea ce défaut en s’offrant une cible plus grande : la monture. Pour plus de sûreté Bane enchaina cinq salves. Avec un magasin de quinze balles il pouvait bien se le permettre.

Le cheval chuta. Le cavalier emporté par l’élan fit un vol plané, et atterrit inerte sur le sol. Mort ? Ce serait dommage. La prime en pâtirait.

Ses grandes enjambées permirent à Bane de venir rapidement vérifier. Il ne se méfia pas. Personne ne pouvait encaisser une telle chute tout en demeurant conscient. C’est alors que le coup double surgit.

La rage bouillonnante de l’ancien marshall lui avait permit de faire fi de la douleur. Il usa de ses forces restantes pour laisser exploser sa colère. Trois balles de colt dans le ventre, même la carcasse de Bane ne pouvait encaisser de tels dégâts sans broncher. Il tomba lui aussi à terre.

Deux hommes gravement blessés et allongés sur le sol.

Le premier à se redresser l’emporterait. Double Face le savait. Sa fameuse colère lui permit de lever une nouvelle fois son bras, quand brusquement une sorte de boule métallique atterrit entre lui et sa cible. Il en émargea de la fumée.

Batman venait d’intervenir juste à temps. Il lui avait fallu voler un cheval, et n’était pas très bon cavalier. Ce qui expliquait les raisons de son retard, bien qu’il suive l’ancien Marshall.

En guise de consolation il avait au moins pu tester son autre création consacrée à Double Face.

« Rappelle-toi Harvey. Tu es libre maintenant. »

Batman dépassait-il le stade de l’humanisme pour atteindre celui de la naïveté ?

Double Face pointa son arme sur lui, puis hésita.

Libre ? Personne ne l’était vraiment. Nous étions tous les pantins du chaos. Un simple hasard et notre vie était bouleversée. Pourtant cet homme à l’étrange tenue niait cette évidence. S’en était troublant.

Soudain cette réflexion silencieuse fut brisé par un cri de bête. Batman regarda alors dans la direction de ce bruit, et vit une sorte de fauve surgir de l’écran de fumée.

Il eut à peine le temps de se jeter sur le coté pour esquiver sa charge. La créature stoppa sa course quelques mètres plus loin, et se retourna. Ce n’était pas un animal. Bane qui agonisait quelques instants plutôt, était debout. Au lieu de foncer de nouveau ou de sortir son revolver, il regarda ses mains comme émerveillé.

Le simple fait que Bane se tienne sur ses jambes était inexplicable. Le scientifique en quête de solution c’était Bruce et non Batman. Lui ne voyait là qu’un nouvel adversaire à vaincre.

Il ne fallait louper une telle opportunité que représentait cette absence. Batman lança son boomerang. Le projectile percuta violemment la tête du chasseur de prime, qui pourtant ne manifesta aucune réaction. Face à ce nouveau phénomène inexplicable Batman improvisa comme il put. Craignant le corps à corps contre un tel colosse il sortit son lance-grapin, et en pressa la gâchette.

Le rivet vint se planter dans le ventre de Bane. Ça ne lui fit qu’un léger picotement. Ensuite une légère pression de sa part sur la corde suffit à faire littéralement voler son adversaire jusqu’à lui.

Malgré ces deux échecs successifs Batman ne perdit en rien sa concentration. Sous la pression il était devenu une véritable machine. En relevant la tête il vit les blessures par balles sur le ventre du colosse. Il ne songeait même pas aux conséquences d’aggraver de tels dégâts. Il luttait pour sa survie. Les enchainements gauche-droite partirent presque au même rythme de la gatling auparavant.

Bane ne ressentait toujours rien. C’était fantastique. Et dire qu’il réservait cette dose spéciale pour une situation désespérée. Quel idiot ! Sous la panique Bane s’était involontairement injecté toute la seringue. Cette erreur l’avait mené là où toutes ses années d’entrainement et de privation n’étaient parvenues que partiellement.

Il abattit sa main sur le dos courbé de Batman. Ce dernier eut l’impression qu’un torrent l’emportait. Il était comme cloué au sol. Quelques soubresauts rebelles suivirent. Puis vint un coup de pied à la tempe. S’en était finit. Il n’était plus Batman juste un homme ayant atteint ses limites et à présent inconscient.

Bane n’avait plus qu’à lui écraser le crâne du pied. Sauf que la chute de son adversaire venait de lui en révéler un autre.

Double Face avait profité de l’affrontement pour récupérer du moins partiellement. S’il titubait le révolver à la main, en revanche de la détermination habitait toujours son regard.

Le contraste entre son attitude et son état provoqua d'abord un ricanement dédaigneux de Bane.

« Qu’est-ce que tu crois pouvoir faire ? J’y suis enfin parvenu. Je n’ai même plus besoin d’armes. Mon corps est la perfection même. »

Cet être froid se refusant le moindre écart déclamait d’une voix pleine d’orgueil. Son grand moment, l’aboutissement de son existence était enfin arrivé.

Au beau milieu de sa gloire une balle se figea au milieu de son front. Insensible ne voulait pas dire invulnérable. Bane venait de perdre la partie définitivement. Après toute cette violence, ces tirs, cette explosion, suivit enfin le silence.

Bien que victorieux Double Face ne se relâcha. Il n’avait pas encore finit.

Il continua de marcher péniblement, puis sortit de sa poche sa fameuse pièce. Il l’observa avec une sorte de tristesse, puis la lança en direction de Batman.

« Merci. » Dit-il ensuite.

Le précédent tir précis et posé n’était pas celui d’un malfrat enragé, mais d’un ancien officier nordiste devenu marshall.

Harvey Dent reporta son attention sur ce champ de bataille. En tant que vétéran, il savait ce qu’il avait à faire dans ce genre de situation. Il inspecta le cheval du mort et ses possessions, le monta, puis enfin disparu.

Quant à Batman son réveil fut des plus insolites. A ses cotés était allongé le cadavre d’un homme en lequel il avait vu sa propre mort. Il y avait aussi ce cadeau de la part de ce criminel, de cet assassin en lequel plus personne ne croyait en la rédemption.

Que fallait-il en penser ?


Texte publié par Jules Famas, 22 avril 2021 à 18h02
© tous droits réservés.
«
»
Tome 2, Chapitre 7 Tome 2, Chapitre 7
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2089 histoires publiées
924 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Oria S. Desreaux
LeConteur.fr 2013-2022 © Tous droits réservés