Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 4 « Un envol » Tome 1, Chapitre 4
— Comme beaucoup d’entre vous, je me suis tourné vers ce pays qui pouvait tout sauver. Les premiers sacrifices ont réveillé nos esprits. Mais Novalia ne pouvait pas accueillir tous les survivants. Vous vous souvenez tous de ce moment que nous commémorons en souvenir des quatre milliards d’individus qui ont péri lors de cette épreuve. Ce fut le début d’une nouvelle vie.
    
    À chaque date anniversaire, j’ai la sensation que des milliers d’âmes se réveillent en moi, comme pour vivre au travers de ma personne, pendant cette journée. C’est difficile à décrire, pénible à ressentir.
    
    J’ai actuellement cette sensation, mais pas pour les mêmes raisons. Je sens le poids des vies de chaque Novalien.
    Cela semble être au-dessus de mes forces.
    
    J’ouvre un tiroir réfrigéré, cela fait bien longtemps que je n’en avais pas vu.
    Des sachets sous vide contenant des pommes de terre remplissent l’ensemble des étagères.
    J’y lis qu’une cuisson de quinze minutes au micro-ondes suffit. Je ne comprends plus cette façon de vivre, mais aujourd’hui je suis enfermé dans ce lieu et je dois me nourrir pour combler ce néant, cette faim immense.
    

    
    Je me souviens de cet étrange avion qui est venu me prendre, moi et ceux qui ont eu la chance d’être sélectionnés.
    
    La machine apparaissait de petite taille, une vingtaine de personnes pouvait y prendre place. L’ensemble de son fuselage était recouvert de panneaux photovoltaïques permettant d’alimenter des réacteurs complètement différents des appareils que j’ai pu approcher.
    
    À l’intérieur, le confort se montre au rendez-vous.
    Un plancher entièrement transparent, qui autorise d’admirer le paysage, d’avoir la sensation de voler librement.
    Chaque siège possède sa propre bibliothèque, de la paperasse, plus personne n’en utilise. Pas d’écran, pas de numérique superflu et polluant, et pourtant le papier n’éprouve rien d’écologique.
    
    C’est en y regardant de plus près que l’on constate qu’une plaque de plastique opaque et souple remplace la feuille de bois, et que les lettres apparaissent au fur et à mesure de la lecture.
    
    Bien des conforts différents sont présents, mais je n’arrive pas à m’y concentrer. Comme les autres, je suis obnubilé par ce qui se trouve à l’avant de l’avion.
    Une vue sans limites sur la ligne de vol. Le cockpit est absent, et le pilote tout autant.
    
    Une voix grave vient nous inviter à nous asseoir, le départ s’annonce.
    
    — Mettez-vous à vos aises, le voyage ne sera pas long, mais cela suffit à l’inconfort. Je me présente, je m’appelle Novo et je suis votre commandant de bord. Je suis heureux de vous compter parmi les protecteurs de la nature. Je tiens à vous prévenir, vous allez découvrir un monde bien différent de ce que vous connaissez. À Novalia, aucun brevet n’existe, et donc pas de limite, c’est pourquoi nos technologies peuvent paraître plus avancées que celle de l’ancienne ère. Je suis une intelligence artificielle, créée par les premiers bienfaiteurs. Ne vous inquiétez pas, tout se passera bien, ma précision reste bien supérieure à celle d’un homme, et j’ai été conçu pour protéger la vie sous toutes ses formes. Mais vous en saurez plus au travers des livres que vous trouverez dans vos bibliothèques personnelles, avec vos ouvrages préférés. Je vous souhaite un excellent voyage, les réponses arriveront.
    
    Pas de ceinture, juste l’impression de ne pas pouvoir se lever pendant le décollage, comme si nous étions plaqués au siège en cuir.
    Puis l’envolée à la verticale, je découvre avec surprise que les réacteurs contiennent des tornades miniatures.
    Le mouvement de l’air est conditionné pour le rendre utilisable et permettre la mobilité de l’engin. Des explications que je trouve dans ses fameux livres.
    

    
    La sonnerie du micro-ondes me rappelle à la réalité.
    J’observe mon repas et ne rencontre pas l’enthousiasme de m’y plonger.
    Je passe un temps qui semble infini, à observer l’assiette éclairée par la lampe du four.
    
    Je me demande encore comment l’être humain arrive toujours à s’adapter et à évoluer, peu importe la situation.
    C’est peut-être pour cette raison qu’il ne réagit pas face à la mort qui se dessine. Je ne vois pas d’autres motifs en réalité, hormis l’idiotie.
    ∞
    
    Le dôme est visible à une distance considérable.
    Les livres nous apprennent que c’est finalement une sphère qui s’enfonce davantage sous le sol.
    Le but demeurant de rendre totalement autonome ce nouvel environnement.
    
    Des travaux gigantesques, avec une technologie innovante, limitant les effets des tremblements de terre et des risques souterrains ont été pensés.
    Mais cela a également permis de concevoir sa propre magnétosphère, en créant un noyau ferreux, ce qui a servi de protection supplémentaire lors de la grande catastrophe.
    
    L’approche me glace le sang autant qu’elle me fascine.
    La structure figure immense et totalement transparente. Les parois apparaissent d’un alliage très résistant et constitué en deux couches.
    Cela permet de limiter l’effet de serre, les deux cloisons piègent la chaleur et la récupère pour les différents besoins. Plus que cela, une condensation émerge, l’humidité est recyclée pour devenir la pluie novalienne.
    La météo, les climats, tout est régi dans cette bulle, pour le bien de tous. Un contraste édifiant avec la périphérie.
    
    D’immenses bidonvilles se sont installés tout autour. Des malheureux qui se sont vu refuser l’entrée.
    Une situation inacceptable qui ne peut correspondre aux valeurs de Novalia. Je ne m’attendais pas à rencontrer ce phénomène ici, dans ce lieu plein d’espoir. Je me promets de tout tenter pour les sauver.
    
    L’avion vient délicatement se poser sur une couronne à mi-hauteur. Elle est entièrement constituée d’appareils identiques au nôtre.
    
    — Voici le moment tant attendu qui s’ouvre à vous. Je tiens à vous remercier au nom de notre planète, mais également de toutes les espèces qui la composent. Je vous félicite pour le dévouement dont vous allez faire preuve pour leur bien. Comme vous l’avez compris, en entrant à Novalia, vous quittez un monde pour un autre, c’est une renaissance. Aucun retour possible, vous devez être certain de votre choix, et pour cela vous devez connaître les règles qui régissent notre terre, les accepter et devenir une nouvelle personne avec votre nom Novalien.
    
    Chacun se regarde avec le doute qui traverse les orbites.

Texte publié par Calamus, 19 novembre 2020 à 19h23
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 4 « Un envol » Tome 1, Chapitre 4
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1618 histoires publiées
740 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Les Contes de Papy
LeConteur.fr 2013-2021 © Tous droits réservés