Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 14 Tome 1, Chapitre 14
— Non non, à droite ! Ta mère, le boss est à droite ! Cria l’enseignant.
    
    — Samy, recule, tu perds trop de vie pour rien là ! Mes soins ne vont pas suffire !
    
    — Où est Nono quand on a besoin d’elle ?!
    
    Un claquement de langue lui répondit. Les yeux vrillés sur son écran, Chun-Hei fit valser ses doigts sur son clavier. Elle voyait les barres de vie de ses alliés clignoter dangereusement. Elle n’eut pas le temps de soigner le samouraï renard, dont le corps s’écroula devant son propre personnage avant de disparaître dans une myriade d’étoiles.
    
    — Qu’est-ce que tu attends pour le ranimer ? Beugla l’européen.
    
    — Mon sort est en cooldown, claqua la concernée. Tu parles d’une idée de pourrave ! Je t’avais dis que le Mont Ydron n’était pas prenable à trois !
    
    — Maman Hyungh a toujours raison, hein ?
    
    — Oui, là je m’excuse mais j’avais raison !
    
    — Dites, est-ce qu’on peut dire qu’on s’en fout ? Coupa Myung-Dae, dont l’avatar venait d’être ressuscité par la druidesse.
    
    Le jeune homme, qui autrefois dissimulait sa voix, communiquait désormais avec ses amis via un tout nouveau micro. Cela leur facilitait beaucoup le jeu, surtout lorsqu’il se mettait entre les deux fondateurs en cas de dispute.
    
    Depuis son départ de Busan, Myung-Dae avait repris les cours et s’était montré patient avec Chun-Hei. Tous les deux rejouaient ensemble régulièrement, sans précipiter les choses. Le jeune homme prenait ses études au sérieux et faisait tout pour devenir un adulte mature et impliqué dans de beaux projets d’avenir. Il souhaitait prouver à la demoiselle qu’il pouvait assumer une relation entre eux et prendre soin d’elle. Elle en fut touchée. Plus les mois s’écoulaient, plus elle baissait sa garde pour se laisser aller à une affection croissante.
    
    Les vacances d’été approchèrent. Le temps se réchauffa, Chun-Hei sortit ses jupes et Kimchi perdit son manteau d’hiver. Le chaton devint un félin court sur pattes mais élancé, à la tête triangulaire élégante. Plus gaga que jamais, Samy venait régulièrement chez son amie pour passer du temps avec elle et câliner le chat.
    
    Durant ses deux mois de vacances, Myung-Dae avait prévu de loger chez Chun-Hei. Ils partiraient deux semaines, ce qui leur permettrait d’appréhender une potentielle vie commune. Une mise en situation qui angoissait beaucoup la jeune femme. Elle avait accepté sa venue, entre l’impatience de le revoir et la crainte de se lancer dans une relation compliquée. Son expérience avec Park l’avait refroidie et malgré ses sentiments naissants pour Myung-Dae, la vie à deux la rebutait toujours.
    
    Afin de dédramatiser cette venue, la jeune femme se plongeait tous les soirs dans Fantasy World Line. Elle avait retrouvé son activité habituelle et cela l’aidait à se changer les idées. Plus l’arrivée de l’étudiant approchait, plus elle se sentait angoissée. À certains moment, elle ne voulait même plus le voir débarquer. Mais elle se taisait. Dans le pire des cas, il écourterait son séjour, mais elle ne pouvait pas lui couper l’herbe sous le pied.
    
    Les jours qui les séparaient s’écoulèrent différemment pour chacun d’eux. Si Myung-Dae trouva ses cours longs et ennuyeux, Chun-Hei n’eut pas le temps de compter les heures. Elle reconnut l’utilité, et même l’efficacité, de Bae lorsque ce dernier la remplaça brillamment lors d’une réunion du service, le jour de l’arrivée de l’étudiant. Un des partenaires du studio était venu à l’improviste, lui imposant sa présence toute la journée. Une fois débarrassée de ce visiteur gênant, elle tomba dans les griffes du PDG et d’une de ses idées folles. Exit la pause café… En la voyant lever les yeux au ciel ostensiblement, il croisa les bras, l’air mécontent. Il ressemblait à un enfant vexé, dans son costume vert pomme.
    
    — Un souci ? Grinça-t-il.
    
    — Vous en avez parlé à Shin ?
    
    — Oui, il est ravi !
    
    Elle haussa un sourcil perplexe, que son supérieur prit très mal. Mais il retint sa remarque. Il savait la jeune femme pleine de ressources mais aussi de réserves, légitimes, face à de tels projets. Il avait appris à écouter ses employés afin de mener au mieux son paquebot. Dans un mouvement sec du poignet, il l’intima à donner son avis. Elle soupira et s’adossa contre le mur du corridor.
    
    — Votre idée n’est pas mauvaise, mais longue et complexe à organiser. Pourquoi ne pas profiter d’un événement déjà existant pour débuter ? Proposa-t-elle.
    
    — Vous êtes frileux, toi et Shin, claqua-t-il. Qu’importe le temps, nous monterons un festival dédié au studio ! Cela nous permettra également de commencer à présenter Star Steam.
    
    — Monsieur, Star Steam ne sortira pas avant deux ans au moins.
    
    — Cela nous laisse donc deux ans pour tout mettre au point. Aller, au boulot !
    
    Elle préféra se taire et retourner dans son bureau. Elle leva une main en croisant Shin dans un autre couloir.
    
    — Deux ans pour le monter, indiqua-t-elle.
    
    — Chaud…
    
    Mais faisable, avec beaucoup d’huile de coude et d’heures supplémentaires. L’idée de faire embaucher Bae à la suite de ses études s’implanta profondément dans l’esprit de Chun-Hei. Elle allait avoir besoin de toute l’aide possible, entre le festival et Star Steam, le prochain jeu en ligne, en plein développement depuis quelques mois.
    
    Cette deadline leur interdisait de trop gros retards. Tous les deux savaient leur patron flexible face aux imprévus, mais ils espéraient réussir cette mission dans les temps imposés. L’équipe allait encore s’agrandir.
    
    Ils retrouvèrent leurs bureaux une fois la nouvelle annoncée à tout le service communication. Alors que Chun-Hei vérifiait que le train de Myung-Dae n’avait pas de retard, elle sentit le regard de Bae lui brûler la joue. Elle se tourna vers lui, un sourcil interrogateur levé. Il se racla maladroitement la gorge.
    
    — Vous semblez démunie, remarqua-t-il avec calme. Je peux faire quelque chose ?
    
    — Fatiguée est le mot juste. Vivement la fin de cette journée, je ne rêve que de mes vacances. Et non, je te remercie. Remettons-nous au travail.
    
    Elle se frotta frénétiquement le front dans l’espoir de stopper l’avancée de sa migraine. Elle n’avait qu’une hâte : rentrer chez elle et oublier un peu le studio. Elle avait posé deux mois de congés, bien qu’elle travaillerait sans doute depuis chez elle afin de ne pas laisser tomber ses collègues.
    
    Elle se remit à la tache pour le reste de l’après-midi, sans grande motivation. Lorsque la libération arriva enfin, elle rangea correctement son bureau et assomma Bae de nombreuses recommandations à suivre pendant son absence. Amusé, le jeune homme parvint à la mettre dehors alors que lui-même restait pour boucler quelques rapports. Lâchant le morceau, Chun-Hei salua quelques proches collègues puis prit directement le chemin de la gare. Elle arriva une heure en avance, le temps de boire un bon thé et de se détendre dans sa voiture, avec la musique à fond.
    
    Lorsque, une fois l’heure venue, elle mit le pied sur le quai encore vierge de la présence du train, elle sentit ses entrailles remuer et son cœur se serrer. Jamais elle n’avait eu si peu envie de voir Myung-Dae. Elle se retint de lui envoyer un message. Elle ne voulait pas passer du temps avec lui, elle voulait se rouler en boule au fond de son lit et rester seule. Une crise d’angoisse menaça de la dévorer alors qu’elle se tordait douloureusement les mains.
    
    Le train finit fatalement par arriver. Un retint un dernier mouvement de fuite, se forçant à rester sur place alors que les wagons vomissaient leurs passagers. Sans réellement conviction, elle chercha une tignasse blanche parmi les voyageurs. Rapidement, elle repéra la mine rayonnante de Myung-Dae, en marinière et jean ajusté, qui traînait une grosse valise derrière lui. Elle déglutit difficilement et se força à sourire. Il semblait si heureux qu’elle ne voulut pas tout gâcher.
    
    — Salut, chantonna-t-il.
    
    — Salut. Bon voyage ? Demanda-t-elle, distante.
    
    — Oui. Et toi, bonne journée ?
    
    Elle acquiesça et tous les deux prirent la direction du parking. L’attitude de la jeune femme ne passa pas inaperçue mais son compagnon eut la bonté d’âme de ne rien relever. La culpabilité serrait la gorge de la trentenaire. Elle l’avait prévenu de ses réserves mais elle était consciente de le faire souffrir encore plus en réagissant de cette manière. Elle avait besoin de calme et de silence, ce que Myung-Dae sembla comprendre. Ils ne prononcèrent pas un mot durant tout le trajet.
    
    Ils arrivèrent chez la jeune femme et, à peine la porte fermée, cette dernière se détendit immédiatement. Elle regarda l’étudiant, qui déposait sa valise dans un coin du salon avant de retirer ses chaussures et de se laisser tomber sur le canapé. Captant son regard, il lui sourit en penchant la tête sur le côté. Elle en frémit légèrement en sentant les derniers restes son mal-être s’envoler d’un coup. Presque comme un robot aux articulations rouillées, elle le rejoignit. Puis, sans trop se contrôler, elle se glissa dans ses bras, entre lesquels elle se sentit étrangement bien.
    
    Elle se rendit alors compte que l’adolescent s’était muée lentement en un homme. Ses bras puissants la serrèrent, comme pour la soutenir. Il émanait de lui une sérénité qui toucha la jeune femme et l’aida à reprendre contenance. Comme pour achever de briser ses doutes, Kimchi les rejoignit en poussant un miaulement aigu.
    
    — Tu as grossi, sourit Myung-Dae en lui flattant le dos.
    
    — Toi aussi, asséna Chun-Hei en lui attrapant une petite poignée d’amour. Doucement sur les pizzas.
    
    — Je manque de sport, ronronna l’étudiant.
    
    Elle lui lança un coussin en plein visage, tout en se redressant, avant de lui ébouriffer les cheveux.
    
    — Ce soir, Samy nous invite à manger. C’est bon pour toi ? Proposa-t-elle en se levant.
    
    — Tu sais qu’on va manger des pizzas chez lui, n’est-ce pas ?
    
    — Une dernière alors !
    
    — Pourquoi pas. En route ?
    
    — Allez, il doit déjà nous attendre.
    
    En effet, un étage plus bas, Samy mettait les bières au frais et réceptionnait les quatre pizzas. Il accueillit le couple et le chat avec un grand sourire, accompagné d’une blague salace dont il avait le secret. De quoi détendre l’atmosphère.
    
    — La prochaine fois, je ne te ramènerai pas les oreilles innocentes de Kimchi, rit Chun-Hei.
    
    — Ne me prive pas de mon fils, pleura l’européen.
    
    — Tu sais que c’est très inquiétant là, soupira la demoiselle en s’écroulant dans un fauteuil.
    
    — Flippant même, acquiesça Myung-Dae.
    
    — Être ensemble ne vous donne pas le droit de vous liguer contre moi !
    
    Les deux hommes se chamaillèrent gentiment pendant quelques minutes. Puis la discussion dériva sur les vacances, la guilde et une joueuse qui plaisait beaucoup au fondateur. Ce dernier finit par s’agacer de l’insistance de ses invités et la demoiselle leva les yeux au ciel.
    
    — Après tout ce que tu m’as emmerdée, tu crois réellement que je vais laisser tomber ? Sourit-elle. Tu ne veux pas essayer de suivre tes propres conseils ?
    
    Tous deux la fixèrent avec des grands yeux ronds pendant quelques secondes. Elle haussa un sourcil en mâchant un bout de pizza.
    
    — Quoi ? J’ai dit une connerie ?
    
    — Tu retournes mes paroles contre moi, c’est fourbe, accusa l’enseignant. C’est digne de toi, j’approuve.
    
    — Je ne sais pas si je dois te remercier ou t’envoyer chier, marmonna-t-elle. Enfin, au moins, tu as saisi le fond de ma pensée.
    
    Elle lui sourit avant de prendre une autre part. Samy affala contre le dossier du canapé en les regardant tous les deux. Le reste de la soirée fut ponctuée de leurs conversations de geeks et du plaisir de se retrouver entre amis. Lorsqu’ils rentrèrent, au milieu de la nuit, Myung-Dae se colla contre sa compagne. Chun-Hei plongea son visage dans son cou. Il sentait l’amande et la noix de coco, un agréable mélange qui lui apporta un sentiment de sécurité.
    
    Elle remonta ses lèvres jusqu’à celle de son compagnon et les captura dans leur premier baiser. Pas d’explosion intense, pas de flammes qui envahissaient son corps et son cœur, juste quelques minutes de bien-être. Elle noua ses bras autour de ses épaules, glissa ses mains dans ses cheveux. Elle oublia tout ce qui n’était pas eux jusqu’à que des images ne traversèrent son esprit sans qu’elle ne les contrôlât.
    
    Elle revoyait ses sourires à la supérette, sa déclaration maladroite, ses intentions, son cadeau, son insistance. Tout ce qui faisait de lui quelqu’un de fatigant mais d’attachant. La personne avec qui elle souhaitait être pour le moment. Dans la pénombre de l’appartement, elle se détacha de lui. Elle cessa de se tuer à coup de questions épuisantes, saisit sa main et l’entraîna dans sa chambre. Puis elle ne sentit plus que sa peau sur la sienne, ses lèvres contre sa gorge et ses mains qui la saisissaient pour ne plus la lâcher.
    
    On n’en fera jamais beaucoup si on n’est pas assez courageux pour essayer. Dolly Parton.
    
    ----------------
    
    Et voici donc la fin du tome 1 du Goût du citron yuzu.
    Un énorme merci à Natsu et Ifreann qui ont chassé les coquilles et les incohérences sur ce roman.
    Et un énorme merci à tous les lecteurs. Qu'ils aiment ou non, merci du temps passé à lire les aventures sentimentales de Chun-Hei.
    Le tome 2 est en cours d'écriture, je n'ai pas de date à vous offrir malheureusement, mais je n'oublie pas les amoureux de cette histoire.
    Chun-Hei, Myung-Dae et tous leurs amis vous remercient également et vous souhaitent de belles fêtes de fin d'année !

Texte publié par Loune, 17 décembre 2020 à 14h48
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 14 Tome 1, Chapitre 14
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1688 histoires publiées
762 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Lolie
LeConteur.fr 2013-2021 © Tous droits réservés