Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 9 Tome 1, Chapitre 9
Le froid de l’hiver fit lentement place à la douceur du printemps. Les mois s’écoulèrent, offrant leur lot d’opportunités professionnelles à Chun-Hei et Samy. Si ce dernier ne changea rien à sa vie, le mois d’avril imposa un déménagement pour la demoiselle, en direction de Busan.
    
    Suite à quelques essais comme modératrice, le studio Tenmaï lui avait proposé le financement d’une formation de community manager, avec un contrat à la clef. Durant ces dernières semaines à Séoul, elle avait soigneusement préparé son départ, sans revoir Myung-Dae.
    
    Le jour J, Samy fit le déplacement en camion pour l’aider. Elle avait trouvé un appartement deux étages au-dessus du sien. La même propriétaire louait tout l’immeuble et avait accepté son dossier grâce à l’appui de l’enseignant. Tôt le matin, les deux amis chargèrent le véhicule. Et après un dernier passage à la supérette pour saluer son ancien patron, Chun-Hei quitta Séoul presque sans regrets.
    
    L'enseignant ne cessa de clamer sa joie durant tout le voyage. Chun-Hei elle-même ne vit pas la route passer, transportée d’allégresse. Tous les deux discutèrent de l’avenir de la demoiselle dans le studio, jusqu’à ce que l’européen ne prononça les mots délicats sans s’en rendre compte :
    
    — T’auras plus à servir des lycéens !
    
    Le sourire de la demoiselle vacilla une seconde. Même sans la regarder, le conducteur comprit par son silence qu’il avait sauté les deux pieds dans le plat, jusqu’à l’exploser. Il chercha quoi dire pendant quelques secondes.
    
    — C’est mieux, non ? Hésita-t-il.
    
    — Oui, tout à fait, acquiesça-t-elle en tentant d’y mettre toute son assurance.
    
    Le silence s’étira de nouveau entre eux, avant que Samy n’achevât son amie avec un :
    
    — Tu reviendras dans un an !
    
    Suivi d’un grand éclat de rire. Quitte à avoir explosé le plat, autant en faire des miettes. Chun-Hei se retint de lui balancer un coup de coude, afin d’éviter un accident. Kimchi grogna à son tour et ne se calma pas durant tout le reste du trajet. Une demi-heure plus tard, ses pattes quittèrent la caisse molletonnée pour le carrelage grisâtre de la petite salle de bain de son nouvel habitat. Sa maîtresse l’y enferma avec ses gamelles remplies et sa litière pour qu’ils puissent vider le camion en toute sérénité.
    
    Cela leur prit le reste de la journée. Samy ramena le véhicule le temps que la jeune femme montât son bureau, son canapé, son ordinateur et son nouveau lit. C’était la première fois, depuis qu’elle avait pris son indépendance, qu’elle se débattait avec ce genre de meubles et surtout qu’elle retrouvait le confort d’une chambre isolée. Elle était petite mais, bien aménagée, elle deviendrait accueillante et chaleureuse. Chun-Hei s’était payée le luxe d’acheter un lit deux places. Une petite commode venait combler l’espace restant.
    
    Son ami revint au bout d’une heure. Ils s’étaient échangés les doubles des clefs en toute confiance et elle rit en le voyant poser deux gros sacs en kraft sur le bureau.
    
    — J’ai pris des burgers en passant, dit-il.
    
    — Bonne idée.
    
    Ils s’affalèrent sur le canapé pour dévorer leur déjeuner. La journée fut épuisante, d’autant plus que ce mois d’avril n’était pas particulièrement chaud. La jeune femme ne put résister à l’envie de prendre une photo, dans ce nouvel appartement, au milieu des boites de nourriture et des canettes de soda. Elle la posta sur le serveur privé de la guilde pour donner quelques nouvelles aux membres et elle éclata de rire en lisant leurs réactions.
    
    — Ils sont jaloux ! Ils disent qu’on forme un beau couple.
    
    — Oula, on finirait par se tuer, rit son camarade. Et puis tu les aimes plus jeunes.
    
    Elle lui lança une chaussure à la figure, à défaut d’avoir autre chose à portée de main. Il l’évita en lui tirant la langue.
    
    — T’es insupportable quand tu t’y mets ! S’exclama-t-elle.
    
    — Mais tu m’aimes comme je suis. Et puis qui te dit que je pense au lycéen ?
    
    Elle fit mine d’hésiter avant de se rasseoir en haussant les épaules. Dans une autre réalité, elle aurait pu sortir avec Samy. Ils s’entendaient bien, travaillaient beaucoup et partageaient les même passions. Mais, sans même parler de Myung-Dae ou de Choshû, Chun-Hei était devenue trop handicapée socialement parlant après Park pour se trouver quelqu’un. Son ancienne relation avec le banquier s'était mal terminée : chantage pour qu'elle quittât l'ordinateur, demandes répétées en mariage et refus tout aussi nombreux, de plus en plus de disputes... Pour au final les rendre aussi malheureux l'un que l'autre. L’histoire de toute une vie…
    
    Samy en était conscient et avoir une relation amicale sans ambiguïté avec lui apaisait la demoiselle. Ils pouvaient tout se dire, sans honte, sans gêne, sans retenue.
    
    La soirée venue, une fois le dîner terminé, les deux amis profitèrent de leur week-end pour enchaîner sur une nuit blanche. Entre discussions, analyses des prochains événements à modérer et quelques parties sur la consoles de salon que Chun-Hei pouvait enfin utiliser, les heures s’achevèrent avec un thé et des boulettes de poisson marinées. Lorsque la jeune femme testa pour la première fois son lit, la matinée était déjà bien entamée.
    
    Elle se réveilla vers midi. Ces quelques heures de sommeil ne lui suffisaient pas mais elle ne devait pas trop décaler ses horaires – deux jours plus tard, elle allait débuter sa formation. En se levant, elle se cogna l’orteil contre le pied de la commode, puis à son bureau en allumant son ordinateur. Pour se remettre de ces douleurs, elle se prépara un café bien fort. Cela n’éloigna pas son agacement.
    
    Elle prit le temps de déjeuner en relisant le manuel envoyé par le studio de production. Elle suivrait ses cours par correspondance mais sa présence était requise sur place tous les matins car elle y travaillerait à mi-temps, afin de se familiariser avec les équipes et les locaux.
    
    Elle dédia cette journée à une petite préparation physique et mentale. En milieu d’après-midi, elle enfila une veste confortable, attacha ses cheveux et sortit. Elle voulait prendre le temps de connaître son quartier, le chemin jusqu’à son futur emploi. Une brise fraîche souleva quelques mèches violacées, échappées de l’élastique noir. Guidée uniquement par le désir de marcher, elle se perdit dans Busan.
    
    Les rues de la ville lui offrirent le calme agréable du mois d’avril. Elle ne sortit pas son téléphone de sa poche. Son but était de découvrir ce nouvel environnement sans être dérangée ni polluée. Elle goûta dans un petit salon de thé, salua quelques jeunes près d’un parc verdoyant et rencontra les commerçants à proximité de chez elle. Elle ne put s’empêcher de s’arrêter quelques minutes devant une petite supérette, le cœur frémissant au creux de sa poitrine. Cette vie, à Séoul, lui semblait déjà lointaine.
    
    Le calme de cette balade perdura quelques heures après qu’elle soit rentrée chez elle, une salade composée à la main. Elle mangea son dîner frugal puis se posa sur son canapé, son téléphone en main, devant SBS, une chaîne télévisée spécialisée dans les dramas, ces séries romantiques connues dans le monde entier. Elle aimait se perdre dans la simplicité des scénarios et le surplus de sentimentalisme.
    
    Connectée au logiciel de discussion, elle reçut deux messages : une invitation de Samy à jouer et une salutation de Choshû. Elle déclina la première et répondit à la seconde :
    
    « Salut toi. »
    
    Cela lui sembla étrange. Depuis quelques semaines, elle jouait de plus en plus souvent avec lui. Ils tissaient une histoire commune entre leurs personnages, qui déviait lentement vers une relation amoureuse. Mais si leurs sentiments étaient virtuels, Chun-Hei ressentait tout de même un attachement profond pour le joueur. Elle se méfiait, elle ne voulait pas confondre les sentiments virtuels de Hyungh et les siens.
    
    Donc une étrange retenue lui nouait la gorge dès qu’ils discutaient hors du jeu. Comme si elle mettait un mur, de plusieurs mètres de hauteur et d’épaisseur, entre eux. Choshû, loin d’être stupide et insensible, ne faisait cependant aucun commentaire. Il restait patient et profitait d’elle à chaque fois qu’ils passaient du temps ensemble.
    
    Sentant son téléphone vibrer, elle baissa les yeux sur l’écran, accueillant la présence rassurante de Kimchi sur ses genoux :
    
    « Tranquille ? »
    
    « Posée avec Kimchi. Pas très envie de jouer ce soir. »
    
    « Je peux comprendre. Je pars en donjon avec le chef dans dix min. Pas trop stressée ? »
    
    « Un peu, d’où mon envie de calme. »
    
    Elle attrapa un plaid et s’allongea confortablement. Le chaton se glissa contre son ventre en ronronnant. À la télévision, les personnages principaux échangeaient leur premier baiser sur fond de musique romantique. La demoiselle leva les yeux au ciel. Elle avait raté toute l’histoire…
    Son téléphone vibra de nouveau.
    
    « Je pars en donjon. »
    
    « Ok, bon courage. »
    
    Elle déposa son mobile sur la table basse et se perdit dans la contemplation du drama. Elle s’endormit devant, épuisée.
    
    Quelques jours s’écoulèrent et la fin du mois d’avril lui permit d’adopter son nouveau rythme de vie. Elle eut du mal à s’y faire mais la bonne ambiance au studio et l’intérêt pour sa formation l’aidèrent.
    
    Le recruteur avec qui elle avait discuté s’avéra être un des fondateurs des Red Hawks. Il ne jouait plus depuis des années mais ne manquait pas de la conseiller. Il fut son référent durant les premières semaines, avait qu’elle ne devînt autonome. Sous la direction de la community manager en poste, elle prenait ses marques avec assurance.
    
    Sans être la meilleure des étudiantes, elle suivit ses cours avec suffisamment d’assiduité pour réussir ses examens du premier coup. Elle souhaitait travailler à temps plein le plus rapidement possible. Cette vie la nourrit de nouvelles rencontres passionnantes et une vocation pour son futur métier. Elle n’aurait jamais cru pouvoir travailler dans un studio de jeux vidéos, encore moins celui-ci, et encore moins entourée de joueurs aussi emblématiques. Elle se sentait comme une petite groupie dans les loges de son groupe de musique préféré. Cela lui donnait d'autant plus envie de s'épanouir dans ce travail et avec cette équipe.
    
    Sa formation s’acheva au bout de six mois et elle prit ses fonctions au 1er décembre. Lorsqu’elle entra pour la première fois dans ce qui serait désormais son bureau, une drôle de sensation lui chatouilla le ventre. Elle s’assit dans le fauteuil confortable et alluma son ordinateur à double écrans. Elle connaissait cette pièce et, pourtant, elle s’y sentait encore comme une intruse. Elle regarda les murs vierges. Toutes traces de l’ancienne community manager avaient disparu.
    
    Elle se racla la gorge et débuta la routine du matin apprise avec sa mentor. Elle eu la paix pendant près de deux heures avant que Shin, le recruteur désormais collègue, ne vînt frapper à la porte qu’elle avait laissé grande ouverte.
    
    — Un petit café ? Proposa-t-il, deux grands gobelets dans les mains. Lait et sucre.
    
    — Tu me connais bien, c’est effrayant, sourit la demoiselle.
    
    — Je l’avoue, c’est pour t’attirer à la réunion du service communication.
    
    Elle sourit et rejoignit le reste de l’équipe dans une salle non loin. Elle s’assit et la réunion débuta afin de mettre au point le travail à abattre pour la semaine. Ce fut également l’occasion de l’accueillir officiellement au sein de l’entreprise. Elle dura jusqu’à l’heure du déjeuner et tous décidèrent de manger sur place. Les pizzas furent donc commandées.
    
    — Pas trop tendue ? S’enquit Shin avant de mordre dans une part dégoulinante de fromage.
    
    — Non, c’est plutôt motivant comme boulot d’ailleurs. Plus que la supérette.
    
    — Shin !
    
    Tous sursautèrent alors que le PDG, un quinquagénaire exubérant aux cheveux gris et au costume coloré, venait d’entrer d’un coup.
    
    — Oui ? Demanda le concerné.
    
    — Bon appétit à tous, se rattrapa le dirigeant de l’entreprise avant de se tourner vers son employé. Tu as trouvé quelqu’un pour la semaine prochaine ?
    
    — Chun-Hei, je pars à Séoul pour présenter le studio dans plusieurs universités. Tu viens avec moi bien entendu.
    
    La jeune femme cligna des yeux, étonnée, le forçant à s’expliquer :
    
    — Tous les deux ans, nous allons présenter le studio dans quelques villes et cette année, c’est à Séoul. D’ordinaire nous partons seuls mais avec les projets en cours et l’agrandissement du studio, nous sommes passés à des duos. Tu viens avec moi donc !
    
    — Vous êtes sûrs ? Hésita-t-elle en regardant le PDG, qui hocha la tête en croisant les bras.
    
    — C’est une bonne occasion d’entrer dans le vif du sujet. Je vous laisse organiser tous les détails, voyez rapidement avec les comptables pour l’hôtel et les déplacements.
    
    Puis il sortit en claquant la porte derrière lui. Chun-Hei soupira lourdement avant de mordre dans une part de pizza aux anchois.
    
    — Détends-toi, ce genre de mission c’est toujours cool, sourit Saejin, la graphiste en chef.
    
    — Je n’en doute pas. Je te hais de ne pas m’avoir laissé le choix, grogna-t-elle en regardant Shin.
    
    — Tu verras, c’est très formateur de ne pas avoir le choix avec lui, ricana Saejin avant de s’étouffer avec une gorgée de son soda.
    
    — Les esprits t’ont punie, sourit le concerné.
    
    Chun-Hei leva les yeux au ciel, amusée. Une fois le déjeuner terminé, elle retourna dans son bureau et imprima le mail de Shin qui lui présentait le programme de leur déplacement. Puis elle reprit son travail abandonné avant la réunion. Elle ne quitta pas les locaux avant l’heure du dîner. Elle salua les web designers et le PDG, qu’elle croisa au détour d’un couloir.

Texte publié par Loune, 17 novembre 2020 à 14h29
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 9 Tome 1, Chapitre 9
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1687 histoires publiées
761 membres inscrits
Notre membre le plus récent est zultabix
LeConteur.fr 2013-2021 © Tous droits réservés