Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 3 Tome 1, Chapitre 3
— Tu as fait le tour des nouveaux ? Questionna Hyungh en parcourant rapidement la liste des membres de la guilde.
    
    — Oui, j’attends ton avis d’ailleurs, répondit Samy. Les modérateurs ont fait un premier tri.
    
    — Je vais aller voir ça.
    
    La jeune femme fronça les sourcils et se gratta la nuque. Elle profitait de son jour de repos pour administrer la guilde avec son ami, dans un salon vocal réservé à eux seuls. Dès onze heures du matin, elle avait déjà bu quatre cafés et discuté des trois prochains donjons à explorer en équipe. Et dire que sa journée ne faisait que débuter…
    
    Sa sœur était partie la semaine précédente. Chun-Hei avait donc retrouvé ses habitudes de célibataire et ses longues heures passées devant ses deux écrans. Le rythme lent et régulier de son existence lui avait presque manqué malgré tout l’amour qu’elle portait à sa cadette. Elle avait toujours été casanière et cela ne s’arrangeait pas avec les années.
    
    Alors qu’elle finissait sa boisson devenue froide, un détail dans la liste des pseudos la perturba. Elle ne connaissait pas tous les membres de la Maison de l’Archer mais Malésia avait souvent joué avec elle. Son absence l’étonna.
    
    — Malésia nous a quitté ? Demanda-t-elle.
    
    — Mardi dernier, j’ai oublié de te prévenir, acquiesça son ami. Elle a pas mal de soucis personnels, elle n’a plus le temps de jouer. Mais elle reviendra dès qu’elle en aura l’occasion.
    
    — Ah oui, j’ai reçu un message d’elle il y a quelques jours.
    
    Elle ouvrit le message, le lut et y répondit en quelques secondes. Malésia avait toujours été une bonne compagne de jeu, gentille et disponible. Elle aurait toujours sa place parmi eux dès que son quotidien le lui permettrait de nouveau. Enfin, Chun-Hei afficha la liste des potentiels nouveaux membres. Via le jeu, elle put accéder aux profils des personnages et à leurs informations de connexion.
    
    — Ils sont peu nombreux, constata-t-elle. Tu as déjà des préférences j’imagine ?
    
    — Fais-toi une idée avant que je te fasse part des miennes.
    
    Même si, en règle générale, ils étaient tous les deux d’accord, elle préférait en effet se faire son propre avis. Elle lut avec attention les cinq candidatures : une prêtresse, un samouraï, deux assassins et une templière. Les niveaux lui importaient peu, elle regardait surtout leur activité : temps de jeu, régularité des connexions… La guilde demandait aux joueurs d’être réellement actifs au moins trois fois par semaine. Une exigence aisément accessible aux joueurs investis et qui leur permettait de garder la guilde presque au niveau des plus importantes.
    
    Elle passa de profil en profil pendant que Samy s’occupait quelques fabrications d’objets dans la forge commune.
    
    — J’ai terminé ton Bâton d’Ancien, informa-t-il au bout de longues minutes.
    
    — Super, merci, marmonna-t-elle.
    
    — Alors, les nouvelles recrues ?
    
    — Ils sont tous bien, non ?
    
    — Je suis d’accord, acquiesça le trentenaire. Du coup, je lance les invitations dès maintenant ?
    — Vas-y. Je te rejoins à la forge.
    
    Pendant que Samy s’occupait des nouveaux, Hyungh fit apparaître le grand dragon qui lui servait de monture. Ainsi, l’hybride biche aux courbes voluptueuses voyagea en quelques minutes jusqu’à la grande ville qui abritait le hall de leur guilde. Elle récupéra sa nouvelle arme et en analysa les statistiques.
    
    — Je vais le tester, tu veux venir ? Proposa-t-elle.
    
    — Avec plaisir. Une quête dans les Champs du Poisson ?
    
    — Je regarde si j’ai ça.
    
    Les Champs du Poisson étaient une immense zone de niveau intermédiaire dans laquelle Hyungh et Samy essayaient leurs compétences. La plaine était entièrement recouverte de roses rouges, dont les effluves réduisaient les caractéristiques de tout avatar s’y aventurant. Avec leurs niveaux, les deux leaders ne risquaient cependant pas grand-chose et ils avaient la paix dans cet endroit. Personne ne venait jamais les ennuyer.
    
    Une fois sur place, la druidesse regarda la carte de la zone pendant que son ami guerrier équipait une épée à deux mains et une armure noire. Ils étaient seuls. Enfin, elle se saisit de son bâton et activa le mode duel. Les points de vie et les divers protections des deux personnages s’affichèrent sur la droite de son écran.
    
    — Prêt ? Demanda-t-elle.
    
    — Vas-y.
    
    Ils se lancèrent dans un combat amical. Les invocations de Hyungh se trouvèrent renforcées par son arme. Son loup et son ours donnèrent du fil à retordre à Samy, qui encaissa avec ses nouvelles compétences. Alors qu’ils se concentraient sur leurs analyses respectives, un petit signal sonore leur indiqua qu’un allié venait de rejoindre la zone. Ils s’arrêtèrent pour voir s’approcher Choshû, le samouraï recruté le jour-même.
    
    Il s’agissait d’un hybride renard aux longs cheveux blancs, avec des oreilles et une queue touffue. Vêtu d’un kimono aérien, il possédait trois katanas à la ceinture et un odachi dans le dos. Son haori bleu n’était pas sans rappeler celui porté par les éminents combattants du Shinsen Gumi. Chun-Hei approuva la référence. Il les salua sur le chat de la guilde.
    
    — On va sur le vocal du jeu ? Proposa Samy. C’est l’occasion de le tester lui aussi !
    
    — Si tu veux.
    
    Ils quittèrent le serveur de Fantasy Com pour rejoindre celui implémenté au jeu. Choshû fut invité à faire de même. Ils les prévint à l’écrit que son micro ne fonctionnait pas, mais les entendre eux faciliterait leur communication.
    
    — Bienvenue chez nous ! S’exclama le guerrier. Un petit duel contre moi, ça te tente ?
    
    Le nouveau s’inclina et Hyungh eut tout le loisir d’admirer ses techniques. Même avec un niveau bien inférieur à celui de Samy, il lui tint honorablement tête. Lorsque le milieu de l’après-midi pointa le bout de son nez, tous les trois revinrent au hall de guilde, satisfaits. L’hybride renard se déconnecta et les deux amis débutèrent un petit bilan.
    
    — Il est fort, concéda le fondateur, un sourire dans la voix.
    
    — Prometteur. Le micro pourrait être un souci en donjon par contre. À voir si c’est temporaire ou s’il arrive quand même à bien suivre et communiquer, comme Mana.
    
    Mana était une joueuse muette qui n’avait pourtant aucun mal à suivre le rythme cadencé de leurs longues séances de jeu. Elle faisait partie des meilleurs membres de la guilde. Pour l’heure, il était un peu tôt pour avoir un avis construit sur Choshû, mais ses réflexes étaient bons et son personnage bien équipé.
    
    — Mignon son petit renard, toi qui aimes bien les hybrides, ajouta Samy, un poil moqueur.
    — Tu es intenable, soupira Hyungh. Ne commence pas à faire comme ma sœur. Et puis un jeu cache beaucoup de choses.Il est peut-être moche et méchant.
    
    — Ou alors c’est une belle jeune fille.
    
    — Ou alors c’est une femme au foyer mariée. Ou un retraité. On peut continuer longtemps sur ce sujet tu sais.
    
    Tous les deux se lancèrent dans une longue discussion qui dura le reste de la journée. Chun-Hei se déconnecta tard dans la nuit, après une longue session de quêtes en compagnie de Mana, Samy et quelques autres membres de la guilde.
    
    Un mois s’écoula au rythme de son travail et de ses heures passées sur Fantasy World Line. Décembre imposa son froid et ses lumières de Noël. La supérette prit des allures de magasin de jouets, avec ses guirlandes et ses décorations qui montaient jusqu’au plafond. Chun-Hei n’était pas foncièrement attachée à cette fête, qu’elle passerait encore une fois seule, mais l’ambiance générale de Séoul n’était pas pour lui déplaire. Hee-Young était en déplacement en Australie jusqu’à février pour une importante campagne publicitaire.
    
    Sur Fantasy World Line, plusieurs événements avaient été proposé pour les fêtes. Les créateurs du jeu avaient rajouté un donjon, que la guilde s’était empressée de visiter en long, en large et en travers.
    
    Malgré son micro toujours cassé, Choshû s’imposa comme un joueur régulier des sessions en équipe. Il suivait parfaitement les instructions des meneurs et parvenait à protéger efficacement les soigneurs. Il montait rapidement ses niveaux et devint en quelques semaines un membre actif et reconnu de la guilde.
    
    Suite à ses sessions, Samy, Hyungh et Choshû passaient souvent quelques heures à discuter par écrit. Chun-Hei se couchait donc tard et profitait de son jour de repos pour essayer de rattraper son sommeil. Cela fonctionna jusqu’à une nuit de travail, au milieu du moins de décembre. À cause du calme de la supérette, la demoiselle avait fini par piquer du nez et n’entendit pas la porte coulisser. Elle sursauta violemment lorsque le client déposa un paquet de chips au chou et une limonade sur le comptoir.
    
    — Bonsoir, sourit le lycéen aux cheveux décolorés, dont la silhouette fine se noyait sous un épais manteau.
    
    — Bonsoir, répondit-elle, un peu sonnée.
    
    — Pas de sermon sur l’heure ? Plaisanta-t-il dans un petit rire.
    
    — Non, tu fais ce que tu veux.
    
    Elle regarda son téléphone le temps que sa caisse enregistreuse ne réagît : Choshû et Samy discutaient à l’écrit. Du moins Samy postait des images stupides depuis une dizaine de minutes. Lorsque les articles furent réglés, Chun-Hei les rangea dans un sac en kraft. Le lycéen le serra contre lui puis il resta immobile, à regarder la caissière qui haussa un sourcil sceptique.
    
    — J’ai oublié de te donner quelque chose ? Questionna-t-elle.
    
    — Il vous reste des pains à la confiture de yuzu ?
    
    Surprise, elle en sortit un du rayon dans son dos et le rangea dans le sac , refusant l’argent que le jeune homme lui tendait.
    
    — Cadeau. File bonhomme, il est tard.
    
    Il hocha la tête. Mais avant de sortir, il sourit, amusé.
    
    — Myung-Dae Yun.
    
    Chun-Hei put donc mettre une identité précise sur le visage angélique de l’adolescent. Ce petit rythme de vie continua le reste du mois. Il s’accéléra avec l’arrivé des fêtes et la jeune femme fut plus qu’heureuse de n’avoir rien à organiser dans sa vie personnelle. Elle passerait sans doute les réveillons de Noël et du nouvel an à la supérette, pour les nuits les plus longues de l’année. Personne ne montrerait le bout de son nez et elle resterait sur son téléphone avec les joueurs qui partageaient sa situation.

Texte publié par Loune, 24 octobre 2020 à 14h36
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 3 Tome 1, Chapitre 3
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1619 histoires publiées
741 membres inscrits
Notre membre le plus récent est K-Ao
LeConteur.fr 2013-2021 © Tous droits réservés