Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 4, Chapitre 25 « Vad som hände Magdala - Selon Magdala » Tome 4, Chapitre 25

— Le seizième jour de Quintiliera de l’an soixante-quatorze de l’ère de Paix, il a été signalé au centre administratif de Lunthveit par le père Erik, votre tuteur, votre disparition. Confirmez-vous cela ?

— Comment le pourrai-je ? Je n’ai point vérifié la date.

— Que s’est-il passé ce jour-là ? avait interrogé le premier cardinal.

— Je me suis enfuie.

— « Enlevée », ne serait-ce point le mot juste ? insistait l’un des conseillers royaux, le nez dans un document officiel.

— Non herre. Personne ne m’a enlevée. Je suis partie de moi-même.

— Ce n’est point ce qui nous a été rapporté !

— J’en suis bien navrée, monseigneur, l’on vous aura mal informé.

— Et pourquoi êtes-vous partie ?

— Parce que je ne voulais plus de mon existence.

— Quelle impertinence ! Vous avez fui vos responsabilités ?!

— Si fait ! Je voulais voir plus loin, découvrir d’autres horizons. Je me suis enfuie…Parce que je voulais découvrir ce monde qui m’était interdit.

— Il n’y a donc point eu rapt ?

— Point herre, point !

— Alors que jugeons-nous ?! s’étonnait le conseiller royal tandis qu’il se tournait vers Erling. Je pensais que nous jugions une affaire de rapt sur personne consacrée, et voici que ladite personne admet sans aucune contrainte qu’elle s’est simplement enfuie ?

Il avait ravalé le rire qui lui montait aux lèvres.

— Allons, Votre Sainteté, nous devons donc porter jugement sur une simple fugue ? Cette jeune fille voulait simplement voir du pays, nous n’allons quand-même pas lui en tenir rancune ?

— Qu’est-ce donc alors que cette affaire ?

— C’est cela qui met tant de pagaille ? s’indignait une femme élégante en s’éventant. Une simple fugue ?!

Le clergé s’était rembruni. La noblesse semblait preste de se gausser de la situation. Comme l’avait prédit Marika.

Fleur de Pivoine, lasse, se tapotait la main du bout de son éventail. D’un coup d’œil, elle avait calmé la morgue moqueuse de ses sujets.

— Une simple fugue ? avait ri Erling pour faire taire l’esclandre. Sieur Oscar, n’avez-vous point dit tantôt que nous traitions d’un rapt sur personne consacrée ?

— Eh bien c’est ce que je croyais ! Mais il n’y a point enlèvement.

— Comment en être bien sûrs ? Cette enfant semble en proie à de violentes crises identitaires, elle rejette qui elle est. Pouvons-nous porter foi à son témoignage ?

— Que dites-vous ?! s'était étranglée Magdala.

— Allons mon enfant, l’avait coupée Erling d’une voix faussement douce, vous n’avez point tous vos esprits. Ces femmes qui vous accompagnaient vous ont perverti le sens.

— Non !

— Comment pouvez-vous en être sûr, très chère ? Vous l’avez dit vous-même : vous ignoriez tout de notre société avant de quitter votre sanctuaire. Nous vous gardions volontairement éloignée des vices de celle-ci, car nous savions que votre âme était d’une pureté qui plaisait à notre Créateur. Vous êtes encore si jeune, il a dû être bien facile de vous influencer.

— Votre Sainteté…

— Combien de fois vous a-t-on répété que vous étiez partie de votre plein gré ?

— Jamais !

— En êtes-vous bien sûre ?

— Peut-être vous l’a-t-on fait imaginer d’une manière ou d’une autre ?

— L’une de ces femmes n’est-elle pas une fille de mauvaise vie ?

— C’est dans leur nature de retourner l’esprit des bonnes gens !

— Attendez…

Magdala, le cœur battant d’effroi, fixait en tremblant Erling tandis que le clergé lui jetait à la figure mille suppositions discréditant son témoignage.

Il lui avait souri. Un sourire glaçant. Un sourire qui lui disait ce que la pleureuse chuchotait à son oreille : « Tu es à nous. »

Elle sentait ses jambes faiblir, prête à se dérober. Elle avait lancé un regard affolé à Marika. Mais celle-ci ne la regardait point. Une fumée aux reflets bleutés s’échappait de sa bouche mi-close tandis que, la main sur sa pipe, elle réfléchissait. De temps à autres, elle relevait le front vers Fleur de Pivoine, comme si la regarder seulement lui permettait de comprendre ses moindres pensées.

Elle voulait hurler son nom, lui demander quoi faire. Autour d’elle, les conciliabules enflaient. Bourdonnaient. L’étourdissaient.

— Considérons que votre témoignage tel que vous le présentez ne peut être recevable. Vous n’êtes point en état, très chère.

— Sauf votre respect, Däm Magdala semble tout à fait à même de présenter sa version des faits.

Magdala avait poussé un soupir de soulagement. Tourné vers Marika un visage rayonnant de reconnaissance.

— Que vous croyez, Mère Marika, que vous croyez…

— Je me permets d’insister. J’ai eu le loisir de m’entretenir avec elle et je puis vous assurer qu’elle a tous ses esprits.

— Quand cela ?

— Voici six jours. Elle n’a eu guère d’autre contact qu’avec nous autres, membres du clergé. Ainsi, elle a eu tout le loisir de se remettre de ses émotions et de retrouver ses sens. Et pourtant…

— Taisez-vous, je vous prie.

— J’ouïes tout à fait que vous souhaitez entendre les autres témoignages avant de vous prononcer sur la nature même de cette disparition. Cependant, nous ne devons point négliger les dires de Däm Magdala. Ils doivent demeurer paroles, comme n’importe quel autre témoignage.

— Assez ! Frappant de sa crosse le bois de l’estrade, Erling avait braqué sur sa cardinale des yeux brûlants ; Mère Marika, faut-il croire que vous-même êtes enfiévrée, ce jourd’hui ? Rasseyez-vous, je vous prie.

— Pourtant, les propos de votre cardinale sont fort justes. Pourquoi ne point faire entrer l’une des accusées afin de tirer tout cela au clair ?

Fleur de Pivoine avait dissimulé le sourire satisfait qui naissait sur ses lèvres derrière son éventail. Lançait à Erling un regard dont elle avait le secret, savant mélange de malice majestueuse et de froideur pour dissiper toute familiarité entre eux.

Grave. Intense. Elle le sentait en position de faiblesse.

Il ne pouvait guère refuser sa proposition. Elle n’était ni irrévérencieuse, ni fantaisiste ; et rejeter une suggestion de la reine du pays aurait été comme rire ouvertement d’elle ou la souffleter : scandaleux.

Du coin de l’œil, Fleur de Pivoine avait remarqué Marika s’incliner subtilement en se rasseyant, portant la main à son cœur : « Merci. »

Du plat de la main, Fleur de Pivoine avait lissé le velours de sa manche ajustée, baissant délicatement le front, comme cherchant à chasser une poussière sur sa toilette : « Je t’en prie. »

— Si tel est votre désir, Majesté.

La voix d’Erling avait des accents agacés tandis qu’il exhortait les gardes d’aller chercher l’une des captives. À Magdala, il avait offert un siège en retrait derrière la stalle pontificale –tout un symbole, celui qui la désignait comme pupille de l’Église- que deux miliciens encadraient.

Elle avait serré les poings, froissant son voile.

Son cœur tambourinait. Une terreur animale lui dévorait le ventre.

Elle avait chaud – à cause du soleil qui battait sur la coupole- et froid, terriblement froid. Une sueur glacée parcourait son dos, sa nuque, son front. Elle avait serré l’amulette des voyageuses, l’avait porté à ses lèvres.

L’odeur fraiche de la consoude ne l’avait pas détendue comme d’ordinaire. Pas plus que les prières qu’elle récitait silencieusement.


Texte publié par Yukino Yuri, 4 juillet 2021 à 14h20
© tous droits réservés.
«
»
Tome 4, Chapitre 25 « Vad som hände Magdala - Selon Magdala » Tome 4, Chapitre 25
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1812 histoires publiées
825 membres inscrits
Notre membre le plus récent est angel
LeConteur.fr 2013-2021 © Tous droits réservés