Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 4, Chapitre 11 « Och hon dansar ... - Et elle danse... » Tome 4, Chapitre 11

Moea, le cœur tambourinant, s’était reculée. Placée devant Magdala qui avait quitté son siège, terrorisée.

— Linnea.

Sa voix, au contraire de son esprit, était d’un calme déconcertant.

— Prenez les ptiotes avec vous et allez-vous en par derrière.

— Mais…Moea…Mais…

— Ne discutez pas ! Allez-vous-en !

Magdala avait étouffé un cri d’horreur.

— Mais…non…, gémissait-elle piteusement, oh non…non…

— Min Däm, venez !

Elle avait ouï dans son dos ses camarades se ruer vers la porte qui donnait sur l’arrière-cour. Dahlia s’était levée, toute prête à leur barrer la route.

— Aya, qu’elles partoient d’jà ?! hurlait-elle comme pour attirer la milice.

— Si, elles partoient !

Avec la vivacité d’une lionne, Moea contournait la table, se dressait de toute sa hauteur en travers du couloir, empoignait les épaules de la paysanne de toutes ses forces. Ses membres la brûlaient tandis qu’elle résistait à son opposante, lui barrait la route fougueusement.

— Moea !

Le cri d’Ana dans son dos lui crevait le cœur. Elle voulait se retourner. Lui sourire. La rassurer.

— Va, Ana.

Ses doigts s’étaient crispés sur la chemise rêche de Dahlia.

— Ça ira.

— Violet ! Appelle-les ! Vite, bagasse qu’t’es ! Elles partoient par l’derrière ! Par les bois !

Ça ira, s’assurait Moea en assénant à la femme un coup de poing dans la mâchoire, la faisant chanceler –et taire, par la même occasion !

Ça ira, se jurait-elle en lançant habilement l’un de ses couteaux dans le bois de la porte, juste au-dessus de la main de Violet afin de l’effrayer et de retarder l’échéance.

Ça ira, se promettait-elle tandis que la milice pénétrait dans la demeure, toute lame dehors, toute cuirasse luisante.

— Où sont-elles ?!

— Qui ?

— Tu le sais non ?! s’égosillait un soldat en la saisissant par le bras.

— Non.

— Arrête de mentir, bagasse ! J’te reconnais, t’étais à Umeå avec les autres que l’on cherche !

— Aya, qué combien qui donasse pour nos têtes ?!

— La ferme avec ton patois d’arriérés !

— Cent…cent pengüet…, avait avoué Violet en sanglotant bêtement.

— Céti beaucoup ! C’comme qu’ça qui poussent à la délation alors ? Enfants de putain !

— Ferme-la !

Un premier crochet en plein dans la joue. Son oreille gauche sifflait. Sa tête cogna contre le buffet à sa droite.

Ça ira, n’est-ce pas ?! espérait Moea tandis que sonnée, elle essayait de retrouver ses esprits.

— Où elles-sont ?! braillait toujours l’officier en la secouant.

Ça ira, murmurait Moea pour elle-même tandis qu’une seconde gifle la frappait en plein nez.

Un coup d’œil vers la porte arrière. Plus personne, sinon les soldats qui se ruaient dans la cour.

— Arrêtez-vous ! Par ordre de la Sainte Église de Lathium !

Ça ira, elles sont parties, elles vont leur échapper, ça ira, ça ira parce qu’elles sont malignes et que Linnea les protègera.

Et moi ? Aya, ça ira. Tant qu’elles ne sont pas attrapées, ça ira !

Un troisième coup. Un quatrième. Toujours cette même question.

— Où sont-elles ?!

— Va au diable !

Son cri ressemblait davantage à un rugissement.

Ça ira !

— Sale putain !

Ça ira…

L’instant d’après, l’on la projetait contre le manteau de la cheminée.

Un cri dans le lointain.

Puis plus rien.


Texte publié par Yukino Yuri, 9 mai 2021 à 22h52
© tous droits réservés.
«
»
Tome 4, Chapitre 11 « Och hon dansar ... - Et elle danse... » Tome 4, Chapitre 11
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1811 histoires publiées
825 membres inscrits
Notre membre le plus récent est angel
LeConteur.fr 2013-2021 © Tous droits réservés