Pourquoi vous inscrire ?
Aurors : La Disparition de l'escouade Chimère
icone Fiche icone Fils de discussion icone Lecture icone 1 commentaire 1
«
»
Tome 1, Chapitre 4 « Chapitre IV : La Grotte » Tome 1, Chapitre 4

Chapitre 4 : La grotte

Ils arrivèrent devant la fameuse grotte et Drew se rua vers la pierre qui en marquait l’entrée, elle put enfin lire les vers avec précision :

« Quiconque pénètre en cette caverne

Devra assumer son affront

Il sera maudit hormis si il discerne

Et déjoue les secrets de ce mont

Ainsi puisse la maîtresse de ses lieux

Pardonner votre témérité »

Drew n’avait pas saisi la nature « féminine » de la créature en observant la photographie, elle s’empressa d’en faire part à Rick. Cela réduisait à nouveau considérablement les recherches. Simone quant à elle, récupéra quelques-unes des plantes qui tapissaient l’entrée de la caverne.

Ils montèrent un camp à l’entrée de la grotte, assez profondément pour se protéger des affres du vent.

A partir d’ici vous pouvez utiliser la magie, le ministère m’a informé que cette grotte laissait naturellement une trace magique. Il est impossible de dissocier notre magie de celle contenue au fond de cette caverne.

En effet, tous ressentait la magie dans ce lieu, ce qui les poussaient bien évidement à redoubler de prudence.

Le goutte a goutte de l’eau glissant des stalactites rythmaient leurs pas, tous les sons étaient amplifiés par les gigantesques et épais murs de roche. L’air était humide et ils avaient de la difficulté à respirer correctement, ils leurs fallu plusieurs minutes avant de pouvoir inspirer normalement. L’eau ruisselait lentement sur les parois rugueuses de la crypte. Ils suivaient un seul et unique chemin qui serpentait dans la caverne.

Bientôt il débouchèrent sur une immense fosse, qui aurait pu leur faire croire qu’ils étaient sortis de la cave. Une cascade gelée plongeais au fond de l’énorme puits, c’était magnifique à voir. La glace luisait sous le faisceau des lanternes, elle fondait un peu par endroits, à la chaleur que le groupe dégageait. L’éclat de l’eau qui ruisselait sur la structure de glace décorait les murs de la grotte de motifs d’un blanc pur.

De l’autre côté de la fosse, une paroi de la grotte avait été sculptée de manière à faire apparaître des symboles. Drew si dirigea, observant avec attention tout autour d’elle à la recherche d’éventuels pièges à éviter :

- Tu pense tenir quelque-chose ? Lui dit Jack

- C’est un peu trop tôt pour le dire, mais je me pose des questions, dit elle en effleurant la paroi de pierre. En fait, il semblerait que l’on puisse dater ces écrits à peu près à la même période que ceux de la pierre à l’entrée, c’est cohérent, et c’est plutôt bon signe. Par contre, je ne comprend pas vraiment ce que veulent dire ces vers. Drew sortit un parchemin et commença à recopier rigoureusement les phrases gravées dans la roche.

- Tu n’arrives pas à les déchiffrer ? Lui demanda t-il.

- Si, mais je ne trouve pas de sens au texte, ce que cela décrit me semble un peu loufoque. Concrètement, ça parle, d’une maison ou une « cabane » peut-être, portant des serres d’oiseaux, une espèce de maison nomade. Je n’avais jamais entendu parler de ça avant.

- Ah, c’est pas commun ça… dit-il.

- Je vais voir avec Rick, dit-elle laissant Jack à ses réflexions.

Rick était assis sur le sol de la caverne et compulsait ses ouvrages à la lueur de sa lanterne :

- Je te dérange ?

- Non vas-y, dis moi de quoi tu as besoin ?

- J’ai jeté un coup d’oeil à la paroi du fond, je voulais te demander si tu n’avais pas quelque-chose au sujet d’une maison à pattes d’oiseau ?

- Une maison à pattes d’oiseau… Il remua sa pile de bouquin jusque’à tomber sur un livre de contes sibériens. Je crois avoir vu ça là dedans, dit-il.

Il consulta l’ouvrage et montra à Drew une illustration. Une maisonnette de bois au toit de chaume soutenue par deux immenses serres. L’une des serres était repliée, comme celle d'un oiseau en mouvement, ils trouvèrent l’illustration un peu sinistre et Rick lui tendit le bouquin :

- Tu peux le prendre si tu veux, tu me le rendras quand tu auras terminé tes recherches. Lui proposa Rick en souriant.

- Merci beaucoup ! Dit-elle en s’asseyant et en récupérant l’ouvrage sur ses propres genoux.

Elle lu la légende : La maison de Baba Yaga. Baba Yaga, ce nom lui disait quelque-chose, elle avait l’impression de l’avoir déjà entendu quelque part, dans une chanson, ou quelque-chose du genre. Elle reprit le conte du début, elle fut surprise de constater que le conte ne portait pas le nom de la principale intéressée mais était nommé : Conte de Vassilissa.

Ce conte racontait l’histoire de Vassilissa, une petite fille à la vie pas très facile : sa mère était décédée et une belle-mère et ses deux filles exécrables avaient fait irruption dans sa vie.

Un soir, son père étant absent, elles l’envoyèrent dans la forêt, plus précisément chez la Baba Yaga, chercher du bois pour nourrir le feu.

La jeune fille avait traversé la sylve et s’était retrouvée devant une maison de bois portée par deux énormes pattes de poule.

La maison était entourée d’une clôture faite d’ossements humains. La Baba Yaga, surgit alors dans un gros mortier en dirigeant celui-ci avec un pilon, tout en effaçant ses traces avec un balai.

La jeune fille lui fit part de sa demande et la vieille femme lui imposa alors quelques travaux fastidieux à réaliser.

Vassilissa qui avait une poupée magique, lui demanda de l’aider et la poupée l’aida. Malgré ça, Baba Yaga continuait de lui trouver de nouveaux travaux tout aussi difficiles à réaliser.

Ayant compris que Baba Yaga ne la laisserait jamais partir la petite fille attendit la nuit avant de s’enfuir, récupérant, au passage un crâne aux yeux luisant sur la clôture afin de s’éclairer dans la nuit noire.

Quand Vassilissa rentra, les trois femmes lui arrachèrent le crâne des mains mais furent aussitôt réduites en cendre par les yeux perçants de celui-ci.

Vassilissa enterra le crâne profondément dans son jardin et un rosier y poussa.

Elle vécu en paix avec son père et conserva toujours sa petite poupée dans sa poche, au cas ou elle aurait encore besoin d’elle.

Ce conte était bien mignon mais cela ne la renseignait pas beaucoup plus sur la Baba Yaga, mis à part le fait qu’ils avaient sans aucun doute à faire à une sorcière :

- Rick, si jamais dans tes recherches tu trouves quelque-chose concernant une certaine Baba Yaga, est-ce tu pourrais me mettre tout ça de côté ?

- Oui, sans problème.

La voix de Grant se fit soudain entendre :

- Nous allons établir un petit camp ici, si vous avez tout ce qu’il vous faut nous allons pouvoir continuer à nous enfoncer dans la caverne. Déclara le chef de l'escouade.

Ils laissèrent sur place tout ce dont ils n’avaient pas besoin et Grant mis en place un sortilège d’invisibilité afin de rendre leur présence la moins détectable possible.


Texte publié par Valkyria_Myklebust, 27 février 2022 à 13h03
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 4 « Chapitre IV : La Grotte » Tome 1, Chapitre 4
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2163 histoires publiées
954 membres inscrits
Notre membre le plus récent est lucienm
LeConteur.fr 2013-2022 © Tous droits réservés