Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 4 Tome 1, Chapitre 4

Le calme s'était répandu, le trio accaparait l'attention de la salle, tous observaient avec prudence ces étranges personnages. Seule une famille ne prêtait pas attention au groupe, les parents étaient reconnaissants à la brune d'avoir sauvé leur cadet. Damna se passa une main dans les cheveux, lasse. Clara observait avec attention cette dernière. Avec ses longs cheveux noirs légèrement ondulés, de grands yeux mauves et une silhouette à faire pâlir les mannequins, son amie était vraiment une belle femme. Elle ne comptait plus le nombre d'hommes qui avaient, vainement, tenté de mettre la jeune femme dans leurs lits. Le plus souvent, Damna refroidissait les ardeurs de ces mâles en ruts d'un regard glacial. Les plus intelligents baissaient la tête et partaient chasser ailleurs. Pourtant, certains fous s'entêtaient. Ces derniers ne restaient pas souvent debout très longtemps. Elle se souvenait particulièrement bien d'une fois.

Durant une mission d'espionnage, la brune devait s'occuper de charmer sa cible, devenir sa maîtresse pour un temps avant de détruire les informations compromettantes sur la guilde et de tuer le gêneur un peu trop fouineur. Elle avait alors décidé de s'approcher de l'importun grâce à l'une des réceptions fastueuses d'un prince lumineux. Pour l'occasion, elle avait revêtu une superbe robe rouge, qui contrastait parfaitement avec la peau blanche de la jeune femme. Elle avait relevé sa lourde chevelure en une haute queue-de-cheval et lui avait demandé de poser un charme pour cacher les nombreuses cicatrices présentes sur tout le corps de la tueuse.

La blonde avait, quant à elle, laissé ses cheveux pendre dans son dos et portait une longue robe noire, fendue sur la cuisse droite. Plutôt ronde, Clara avait choisi un tissu fluide qui enveloppait ses formes voluptueuses, jouant avec les non vus et laissait peu de place à l'imagination. Gabriel jouait l'organisateur de la réception et avait failli recracher la gorgée de champagne qu'il venait d'avaler lorsque les deux jeunes femmes étaient apparues. Il n'avait que peu apprécié les regards lourds de certains hommes, Clara avait d'ailleurs eu l'impression qu'il allait les étriper sur place.

La brune sur les talons, l'ainée des Alecta les avait dirigés vers une table au fond de la salle, dans un coin, leur permettant d'avoir une vue sur toute la salle. D'un regard, elles s'étaient mises d'accord. Comme une vieille machine bien huilée, elles avaient commencé à discuter et Damna lançait à intervalles réguliers des regards lascifs, langoureux ou ardents à la cible. Celui-ci, qui discutait au départ avec un groupe d'hommes, ayant une vision des plus plongeantes sur le décolleté de la jeune femme avait peu à peu oublié la conversation qui se déroulait pour être happé par les grands yeux améthyste, soulignés de noir, de Damna. Au moment où la cible avançait vers elle, un autre homme avait décidé d'accoster la brune, pitoyablement dragueur. Il lui avait fait un tour minable et avait tenté de l'inviter grossièrement dans son lit. Au départ plutôt calme, la tueuse lui avait servi son regard le plus réfrigérant, ce qui avait eu pour effet de rendre encore plus fou l'homme.

Clara avait regardé l'idiot, incrédule devant tant de stupidité. Gabriel ne semblait, lui aussi, ne pas revenir de la bêtise du Pirhen. Ils n'étaient, certes, pas connus pour leur grande intelligence, mais elle ne pensait pas qu'un représentant de leur espèce serait assez idiot pour ne pas remarquer des menaces quand il en voyait. Les Pirhens étaient, le plus souvent, utilisés comme hommes à tout faire par les vieilles familles. Il semblait alors que ladite famille n'était pas capable de tenir ses chiens, elle était sûre que la brune s'en chargerait. La cible de Damna se détournait déjà, déçu semblait-il, pour retourner à sa conversation. Les yeux violets de celle-ci brillèrent légèrement, l'homme sembla se rendre enfin compte du danger que représentait la brune. Le regard plus noir encore, elle tendit une main et attrapa par le collet l'impudent. Elle lui murmura :

« Écoute-moi bien petit con, je te conseille de déguerpir très vite, avant que je ne m'...

—Sinon quoi ? coupa le fou, dans une tentative pour maîtriser la conversation. Hein ? Tu n'es qu'une femme, si tu l'avais oublié et les femmes sont faites pour ser... »

Les deux femmes l'observèrent stupéfaites et avant qu'il n'ait pu finir sa phrase, Damna l'attrapa par le cou et rugit, menaçante :

« Suffit ! Si tu ne disparais pas dans la minute, je te jure que lorsque j'en aurais fini avec toi, même ta mère, ta famille ou tes maîtres ne te reconnaîtront pas, ce n'est pas une promesse, c'est un fait. Maintenant, disparais. »

Pour appuyer ses dires, elle avait attrapé un couteau qui traînait sur la table et l'avait délicatement placée à un endroit stratégique pour l'homme. Poussant doucement dessus, Damna avait esquissé un sourire froid. Le serviteur avait bien compris et avait fui délibérément. Clara secoua les boucles dorées de sa chevelure. Il ne croyait tout de même pas qu'il allait s'en sortir ainsi ? Il avait failli faire échouer leur mission, il en paierait le prix. Pas tout de suite. Mais il paierait. La blonde observa Damna entrer en action, clairement amusée.

La tueuse se dirigeait lentement vers la cible qui lui avait été allouée, la démarche sûre et séductrice, sans quitter des yeux l'homme. Après quelques mots, ils avaient disparu. Gabriel et sa sœur avaient ensuite quitté la fête, confiants dans la suite des événements. A l'aube, leur coéquipière était revenue, un sourire aux lèvres. La mission était réussie, le danger écarté. Lorsque Gabriel avait demandé ce qui était advenu de l'impudent, une étincelle amusée s'était allumé dans les yeux mauves. D'un ton détaché, elle leur avait appris que l'homme n'oserait plus embêter les jeunes et honnêtes femmes. Une certaine chose était en mauvais état. Définitivement d'ailleurs.

La fratrie s'était observée longuement avant de fixer la brune d'un lourd regard. Le sérieux de leur visage avait fait hausser un sourcil à la tueuse. Elle leur avait rendu l'attention, tout aussi calme. Ce fut Gabriel qui craqua le premier, les commissures de ses lèvres se haussèrent tandis que ses épaules tremblèrent. Il croisa les prunelles de sa sœur et ne put se retenir. Il se mit à pouffer, Clara le suivit rapidement. Leurs torses tressautèrent avant de laisser leur hilarité sortir à grands efforts de rire et de plaisanteries plus ou moins... salaces. Damna les observait en retrait, blasée du comportement des deux mages, mais satisfaite.

Chapitre 03

Un claquement de langue désapprobateur sortit Clara de ses souvenirs. Damna l'observait, ses grands yeux violets intrigués par la soudaine absence de la blonde. La salle avait peu à peu tourné son attention sur leurs discussions, la curiosité était retombée peu à peu. Le petit groupe s'assit à une table et Gabriel fit un geste de la main à Bontrand. Celui-ci dépêcha alors un serveur qui s'avança timidement. Il avait bien vu la démonstration de puissance de la brune et se tint devant eux, la tête baissée, craintif, attendant sans mot dire leur commande. A cette vue, Damna soupira et d'une voix qui se voulait douce, lui ordonna de relever la tête.

Le jeune garçon s'empressa d'obéir et elle put l'observer à loisir. Jeune, il ne devait pas avoir plus de quatorze ans, les yeux noirs étaient encore innocents et doux. Les mèches charbon qui s'échappaient du catogan et couraient sur son cou rendaient l'impression de fragilité de l'adolescent plus palpable. Il avait grandi très vite, elle pouvait le voir et il semblait quelque peu maladroit dans ce nouveau corps. Il se tortillait les mains, visiblement mal à l'aise. Il possédait une carrure frêle, trop fine pour pouvoir se défendre. Les traits fins et réguliers du visage le rendaient mignon, d'ailleurs un groupe regardait l'adolescent avec des regards peu amènes. Elle n'aimait pas ça. Elle parla doucement, comme pour apprivoiser un animal sauvage :

« Comment t'appelles-tu jeune homme ?

—Tilän madame, murmura-t-il.

—Alors Tilän, nous n'allons pas te manger, tu ne risques rien. Ne courbe pas l'échine, peu de choses en valent la peine, compris ? l'adolescent hocha vivement la tête. Bien, nous allons donc prendre trois bières, un gigot de brame avec des patates rissolées et deux entrecôtes et leurs marrons s'il te plaît. »

Tilän observa un instant Damna, subjugué, avant de filer vers la cuisine et de donner la commande au chef cuisiner. Il continuait son service, zigzaguant entre les tables et répondait aux différentes injections des clients. Le petit groupe discutait de la prochaine mission, des tours de garde et des quelques... visites à aller faire pour la bonne marche de la rencontre. Rien ne devait la contrarier, Lugos avait été clair sur ce point. Absorbés par leur conversation, ils faisaient pourtant attention au jeune homme. Même s'ils ne l'avaient rencontré il n'y a que peu de minutes, Tilän les intriguait. Au-delà de cette impression de fragilité, quelque chose d'étrange semblait émaner de lui. Peut-être était-ce la fluidité naturelle avec laquelle il se mouvait, ou la candeur de sa personne. La seule chose qui était sûre, c'est qu'il attirait les gens. Ils pouvaient le voir aux attentions que tout le monde lui portait. Elles étaient d'ailleurs plus ou moins bien attentionnées.

Gabriel fronça les sourcils, certains le trouvaient un peu trop à leur goût. Il dessina un sigle rapide sur la table et fixa Tilän quelques secondes tout en marmonnant quelques mots. L'air sembla se troubler un instant autour de lui avant de revenir à la normal. Le roux retourna alors son attention vers les deux jeunes femmes, rassuré. Celles-ci froncèrent les sourcils, étonnées de voir le roux s'occuper de quelqu'un d'inconnu. Sans pour autant être un sadique, Gabriel n'était pas de ceux à s'épancher sur le sort des gens. Il avait plutôt tendance à s'occuper des personnes intrusives de façon définitive. Comment Tilän était-il arrivé à s'accorder la protection du sorcier ? Car c'était bien de cela qu'il était question, de protection. L'utilisation de l'éther en était la preuve la plus formelle. Clara était la plus perplexe. Qu'est-ce que ce gamin avait bien pu déclencher chez son jumeau ? Elle allait devoir se pencher sur le cas de cette jeune personne. Il n'allait pas mettre en danger son frère ! Les utilisateurs humains de l'éther étaient rares, souvent pourchassés et rarement aimés. La fratrie en avait particulièrement souffert durant leur jeunesse. Que Gabriel s'amuse à jeter un sort de protection sur Tilän au vu de tous la laissait particulièrement surprise et suspicieuse. Cela n'était pas normal !

Clara était protectrice, tout le monde le savait. Tout d'abord envers son jumeau. Toute personne s'en prenant à lui recevait toujours une leçon et c'était d'autant plus vrai lors des missions qu'ils effectuaient ensemble. Rares étaient les survivants au flux ténébreux et destructeur que relâchait la blonde quand elle sentait Gabriel en danger. C'était l'une des raisons pour lesquelles le chef de leur guilde ne leur assignait que rarement une mission à deux. Le cadet des Alecta lui avait dit une fois qu'elle ressemblait un peu à une de ces furies, tant représentée dans les mythes, qui protégeait son nid de tout et quel qu'en soit le prix. Clara avait grogné avant d'ébouriffer les cheveux auburn et de reprendre l'entrainement. Damna avait ensuite pénétré ce cercle très fermé, rapidement adoptée après son arrivée dans la guilde. La force et la fragilité de l'enfant avait touché les jumeaux qui l'avaient rapidement prise sous leur aile, présence rassurante quand Damna en avait besoin. Un sentiment de fraternité et de protection liait les trois enfants, tous l'avaient bien remarqué. Prenez-vous en à un des leurs et vous étiez sur que les deux autres allaient répliquer. Le tapotement agacé des doigts du mage sur la table agaça rapidement Damna, qui lui fit cesser son mouvement d'une pichenette agacée. Clara cilla, elle reprendrait la recherche après, pour le moment elle devait se concentrer sur la marche à suivre durant l'entrevue.

L'adolescent retourna précipitamment dans les cuisines et revint avec un grand sourire, les bras portant un large plateau avec toutes les victuailles de leur repas. L'attention du petit groupe s'était reportée sur le jeune serveur. Une fois arrivé devant leur table, il posa avec délicatesse chaque plat devant la personne concernée, heureux. Il posa ensuite les yeux sur Damna et une étrange lueur apparut dans les prunelles ébène, un sentiment qu'elle n'arrivait pas à décrire. L'échange se poursuivit pendant plusieurs secondes avant d'être rompu par le gémissement de bonheur de Clara, qui goûtait avec plaisir à la nourriture de l'auberge.

Tilän retourna à son travail et Damna attaqua, elle aussi son plat, pensive. Ses papilles ne pouvaient qu'aimer la chair dans son assiette. Les marrons avec la sauce de la viande, forte et épicée, ne faisaient que relever le goût de la viande, tendre et savoureuse. Le vin, au bouquet délicat et poivré, roulait délicatement sur sa langue et elle reconnut encore une fois la qualité de l'auberge. Elle comprenait tout à fait la satisfaction de la blonde. Elle appréciait chaque bouchée à sa juste valeur et les Alecta faisaient de même. L'auberge se vidait peu à peu, les uns rentraient chez eux, d'autres montaient dans leurs chambres, les derniers continuaient de profiter du service. D'un commun accord, Gabriel, Clara et Damna choisirent de prendre une chambre ensemble. Bontrand leur donna la chambre habituelle de Damna, auquel il ajouta rapidement deux lits supplémentaires. Ils se dirigèrent tous les trois vers l'escalier de bois menant aux étages supérieurs.

Le roux, qui était en fin de queue, salua le tavernier et sourit au jeune serveur. Au moment où il posa le pied sur la première marche, il sentit l'éther palpiter en lui un bref instant avant de se libérer. Un glapissement de douleur répondit au sort, qui châtia l'attaquant, et un mauvais sourire apparut sur les lèvres de Gabriel. Le message était passé, enfin, il l'espérait pour les fous qui tenteraient de s'en prendre à l'adolescent. Il renforça tout de même les boucliers et l'éther vengeur autour de Tilän avant de grimper le vieil escalier.

Les planches grinçaient au rythme de ses pas, excellent pour prévenir à toute attaque pensa-t-il machinalement. Avant de pénétrer dans la chambre, il plaça des alarmes et des sorts protecteurs. La pénombre du couloir recouvrait tout, seuls deux yeux bleus brillaient, l'éther semblait flamber en eux comme une flamme vivace et imprévisible. C'était tellement facile. Sa sœur et lui avaient toujours eu des facilités, l'entraînement rigoureux que leur avait offert Lugos n'avait fait que renforcer les aptitudes naturelles des deux enfants. Ils voyaient les autres s'effondrer à un moment ou à un autre, mais pas eux, jamais ils n'avaient faillis. Les jumeaux comptaient l'un sur l'autre, aucun des deux membres de cette gémellité ne laissait l'autre dans une fâcheuse position. Ils étaient ensemble, fiers et intouchables. Le duo infernal, comme les avaient surnommés les autres apprentis magiciens. Le visage de nouveau souriant et doux, Gabriel continua son chemin, il osa même siffloter avec innocence. Galamment, il toqua à la porte pour prévenir de son entrée avant de pénétrer dans la chambre. Il était temps de dormir.

Les ronflements peu charmeurs de Clara couvrirent le bruit des bottes de Damna, au moment où elle se dirigeait vers la fenêtre, prête à enclencher la première phase du plan de protection. Elle entrouvrit la fenêtre et glissa une jambe dans l'ouverture. Le grognement de Gabriel la fit sursauter, sa tête se tourna vers le lit du roux. Elle le vit en train de serrer son édredon et murmurer des choses incompréhensibles à propos d'une certaine épée d'amour, un léger filet de bave quittant la bouche du mage. Elle secoua la tête et glissa dans la nuit, elle rejoignait son royaume.

Chapitre 03

La pièce était plongé dans la pénombre, seuls les quelques sorts de lévitation et de scellement de certains ouvrages scintillaient. La porte s'ouvrit violemment, Lugos pénétra dans son bureau et s'effondra sur le vieux fauteuil ancestral. Il embrassa la pièce du regard. Les grandes bibliothèques qui l'habillaient ployaient sous le poids des multiples livres qu'elles contenaient. Quelques pans de murs étaient cependant encore visibles et la pierre noire des monts de Shanr'ila pulsait sous le pouvoir qu'elle abritait. Il se passa une main lasse dans sa chevelure. Que de complications. D'un geste, un verre vint sagement devant lui avant de se remplir d'un liquide ambré. La désinvolture dont il faisait preuve aurait fait grincer des dents, bon nombre de puissants de ce monde. L'homme avait bien d'autres choses en tête que d'approuver tout ce que disaient les présumés seigneurs des sphères.

S'ils savaient. Lugos n'aurait qu'un mot, un geste à faire et ils n'étaient plus. Il supportait de moins en moins l'arrogance et les manières hautaines de bon nombre des dirigeants. Les dernières informations qu'il avait reçues n'étaient pas des plus sympathiques. Apparemment, une personne avait mis un contrat juteux sur sa meilleure tueuse. Très juteux. Trop juteux. Il savait qu'elle était en état de se défendre, qu'elle était bien l'une des dernières à arriver à se faire tuer. Cela ne l'empêchait tout de même pas de s'inquiéter. Il se souvenait de la gamine qu'elle avait été, sauvage et imprévisible, l'adolescente, plus impressionnante et charmeuse. Il ne comptait d'ailleurs plus le nombre d'hommes qui avaient subi sa sensualité tandis qu'elle découvrait les joies du sexe. Il secoua la tête, cette gamine avait vraiment été intenable.

Malgré toutes ces frasques, Lugos la regardait toujours de ce regard bienveillant et empli de fierté. Il savait que même si elle grandissait, même si elle s'éloignait peu à peu de lui, il arriverait toujours à lui parler, il était l'une des rares personnes dont elle acceptait les conseils et les jugements. Quand elle était blessée, c'est lui qui veillait sur elle pendant les longues heures et journées que duraient parfois les soins. C'est ensuite lui prodiguait un sermon où se côtoyaient réprobation et inquiétude. Parce qu'il savait. Il savait qu'elle était bien meilleure que bons nombres des autres jeunes, les Alecta mis à part. Il savait qu'elle irait loin. Il ne pouvait plus rien lui apprendre, le reste, elle le découvrirait au fil du temps et des batailles qu'elle mènerait. Il savait qu'elle était sa plus belle création et qu'au moment où elle se libérerait de ses chaînes, il ne ferait rien. Il l'observerait juste ouvrir ses ailes et s'envoler. Il savait qu'il encaisserait tout, quitte à mourir. Il secoua brutalement la tête et revint au présent.

On avait mis un contrat sur la tête de sa protégée, c'était le principal. Mais pourquoi maintenant ? Cela faisait bien longtemps qu'elle était dans le circuit, le nom de La Faucheuse était connu, mais tout autant que L'Éventreur, Le loup noir ou d'autres. La mission de protection ne devait pas être innocente dans cette soudaine demande. Les yeux charbon de l'homme s'allumèrent d'une dangereuse lueur. Il laisserait Damna s'occuper du fou qui tenterait de prendre sa vie. Lui, il allait s'intéresser au commanditaire.

L'étrange sourire qui accueillit le dignitaire du pouvoir ténébreux était plus menaçant qu'avenant. Le carrelage damné scannait chaque centimètre du visiteur. Rien d'anormal au vu de la nuance bleutée qu'affichait la sphère au centre de son bureau. Le Shanren se releva et rangea les papiers qui jonchaient le secrétaire rouge. Il prit tout son temps et il pouvait observer à loisir l'agitation grandissante qu'éprouvait le notable. Lugos continuait son petit manège, augmentant ainsi l'inquiétude de l'homme en face de lui. Si le Shanren avait bien appris une chose au cours de sa carrière, c'est que pour obtenir des informations plus facilement, le mieux était de faire grimper l'anxiété de la cible. Ce en quoi il excellait et, accessoirement, lui détendait les nerfs. Au détriment de certains. Après avoir fini cette petite torture mentale, il invita l'homme à s'asseoir et se cala confortablement contre le dossier. Que la partie... commence, pensa-t-il.

> Nous voici donc avec le chapitre 03. Hum hum, qu'est ce que vous en pensez ?

Que pensez-vous qu'il va se passer ? Et du contrat ? Et qui est-ce mystérieux Tilän ? Lugos est un peu... flippant non ? J'attends vos avis *^* Ton passage préféré et/ou détesté ? Les sentiments passent-ils bien ? Quels sont les défauts, les qualités ? Trouvez-vous que tout est cohérent ? Dites moi tout ...

Oui oui, je sais, la suite ...

Psychée


Texte publié par Psychée, 15 juillet 2014 à 11h41
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 4 Tome 1, Chapitre 4
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2182 histoires publiées
961 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Matthew_O'well
LeConteur.fr 2013-2022 © Tous droits réservés