Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 23 « L'antre d'Asmodée (Part 4) » Tome 1, Chapitre 23

– Personne.

Tout cela commençait à l’ennuyer sérieusement. Comment évoquer son amie, qui constituait la seule raison pour laquelle il était venu, dans une conversation qui n’aboutissait à rien ? Parce que c’était bien beau tout cela, mais lui n’était pas là pour admirer Asmodée en train de se livrer à ses jeux ou pour répondre à ses questions ! Il aurait bien filé sans demander son reste – le niveau d’étrangeté du quartier était bien trop élevé à son goût – mais il devait obtenir une réponse d’abord ! Sans compter que les bizarreries de ces démons accroissaient l’inquiétude qu’il ressentait pour Nana si elle devait se trouver parmi eux… Cependant, rien ne démontrait qu’ils se livrassent ici à la consommation ou à la torture de limaces ; c’était déjà un bon point, n’est-ce pas ? Malgré cette tentative d’optimisme, il priait pour que cette impression fût la bonne. Les révélations de Sytry concernant des grillades à base de limaces et autres plats culinaires douteux ne le rassuraient pas du tout.

Asmodée adopta un air déçu qui laissa Picarel perplexe.

– Oh. C’est… surprenant, j’imagine. C’est quand même risqué de venir en Enfer tout seul.

– Je l’ai choppé alors qu’il allait se faire embarquer par un démon pour servir de repas, intervint Byleth, comme pour confirmer ses propos.

– Comme c’était prévisible, pouffa Asmodée.

Byleth jaugea quelques instants la moue désappointée qu’il continuait d’afficher malgré son amusement, intrigué et un sourcil haussé.

– Je n’aurais pas cru que ce détail en particulier t’intéresserait, finit-il par lâcher.

Asmodée se montra surpris.

— Et pourquoi ne pourrais-je pas m’y intéres – ?

Il s’interrompit pour couiner au coup brusque de Baphomet qui colla son bassin contre le sien. Ce dernier s’immobilisa quelques secondes avant de se retirer, les chairs pendantes. Asmodée gémit, dépité, et alors qu’il se retournait vers lui pour protester, le démon fut plus rapide que lui et répondit à sa place :

– Il espérait sans doute qu’Uriel fasse partie de ses accompagnateurs. Va savoir pourquoi il aurait fait une chose pareille mais passons.

Asmodée lui fit signe de se taire d’un geste empressé mais il était déjà trop tard. Trois paires d’yeux les considéraient avec intérêt, la curiosité stimulée.

– Uriel ? répéta Byleth. Mais que viendrait faire Uriel ici ? Et pourquoi lui en particulier ?

Picarel se posait les mêmes questions. Que faisait l’Archange dans l’histoire ? Et puis, étant donné les rumeurs qui circulaient à son sujet, il fallait être masochiste pour souhaiter sa venue ! A moins qu’il ne fût sur le point de découvrir quelques secrets de l’Archange qui concerneraient de potentielles visites officieuses en Enfer ? Cette simple idée l’émoustillait. Ce n’était pas tous les jours qu’un ange aussi mineur que lui était en mesure d’apprendre des choses sur les Archanges, en particulier du genre que ces derniers ne voulaient pas que les autres sussent ! Et il était aux premières loges, pour une fois !

Asmodée poussa un soupir à fendre l’âme.

– Baphi, tu n’avais vraiment pas besoin de leur dire ça…

– Ce n’est même pas un secret, As’.

Picarel nota que, bien que les deux se fussent redressés et que Baphomet se fût écarté de son compagnon, aucun d’eux ne faisait mine de se rhabiller ni même de se couvrir.

– Alors ? insista Byleth. Je vais finir par m’imaginer des choses.

Cette attention prononcée à son égard ragaillardit le démon de la luxure qui avoua, les joues roses de ravissement :

– Et il se pourrait bien que tu aies raison, enfin tu as tes chances. Eh bien, comment dire –

– As’ fantasme sur lui, lâcha Baphomet de but en blanc.

– BAPHI ! C’était à moi de le dire, enfin ! râla Asmodée, plus pour la forme.

Ce dernier haussa les épaules avant de se caler contre le mur. Picarel eut ainsi le loisir d’apercevoir son attirail complet dévoilé au grand jour. Hébété, il nota qu’il ressemblait à n’importe quel appareillage humain. Lui qui s’était attendu à un croisement entre celui-ci et celui du bouc ! Quoiqu’il ne fût pas sûr d’à quoi cela devrait ressembler, de toute façon.

Puis il se figea, stupéfait, lorsqu’il se rendit compte de ce que Baphomet venait de dire. Asmodée fantasmait sur Uriel ? Genre… il lui plaisait ? Il n’avait jamais totalement compris le terme mais il lui semblait que c’était à peu près son synonyme. Il fixa Asmodée comme si plusieurs têtes venaient de lui pousser. Était-il masochiste ? Ou alors, peut-être n’était-il pas conscient du risque qu’il encourrait s’il –

Si lui en était choqué, les deux autres en furent plutôt amusés et le firent savoir à renforts d’éclats de rire.

– Tu es vraiment sérieux ?

La voix d’Asmodée se fit rêveuse tandis qu’il répondait, les mains posées sur ses joues chaudes :

– Oui, c’est vrai, je fantasme sur lui –

– Eh bien, je lui souhaite bon courage, le pauvre, compatit Sytry en essuyant une larme. Tu es au courant qu’il n’a sans doute jamais eu de rapport avec qui que ce soit ?

La remarque fit glousser son comparse.

– Lui apprendre l’art de la luxure me convient tout à fait ! ronronna-t-il.

– Et pourquoi te plait-il lui, en particulier ?

— Surtout avec tous les gens que tu te tapes déjà, tu n’as que l’embarras du choix… sans compter que ce n’est pas le gars le plus folichon –

— Après, c’aurait pu être pire, il aurait pu dire Michael !

— Alors là, je n’aurais vraiment pas compris comment une telle chose –

– Mais c’est impossible, Uriel est un sadique ! s’écria Picarel.

Il regretta aussitôt son exclamation lorsque les regards convergèrent vers lui. S’il avait cru ainsi doucher l’enthousiasme d’Asmodée, il en fut pour ses frais ; au contraire, celui-ci se montra des plus excités.

– Alors tu confirmes ?

– Q-quoi ?

– Qu’Uriel est un sadique, explicita Sytry en se tournant vers lui. On en parle plus ou moins ici mais bon, comme on ne peut pas aller au Paradis comme ça pour vérifier –

– Je ne sais p – disons que je ne l’ai jamais vu faire mais c’est ce qui se dit chez nous aussi.

Surprenant que les démons fussent au courant ! Pour lui, il était évident que c’était vrai, même s’il n’avait été témoin de rien. L’air effrayant d’Uriel – d’après ses propres critères, partagés par de nombreux confrères – suffisait à le suspecter, sans compter le mystère qui entourait ses quartiers, possible abri de ses instruments de torture et autres joyeusetés du genre. Personne n’en était revenu pour révéler ses secrets au monde.

Pas sûr que quelqu’un s’y fût risqué un jour, cela dit. L’attrait du savoir ne suffisait pas à trouver le courage nécessaire pour entreprendre une telle visite.

– Alors c’est pour cela qu’il te plait ? T’as envie de te lancer dans du SM avec lui ?


Texte publié par Ploum, 6 juillet 2021 à 21h37
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 23 « L'antre d'Asmodée (Part 4) » Tome 1, Chapitre 23
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
2092 histoires publiées
927 membres inscrits
Notre membre le plus récent est lolaxx08
LeConteur.fr 2013-2022 © Tous droits réservés