Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 2 « Petit tour aux Registres (Part 1) » Tome 1, Chapitre 2

— Euh… tu es sûr de ton plan ?

— Pourquoi ça ne marcherait pas ?

— Eh bien… Déjà, je ne suis pas sûr qu’il aime les fleurs…

Picarel, accompagné de son collègue Cockatiel, volait en direction des Portes du Paradis, un bouquet de jonquilles entre les mains. Fraiches et colorées, elles ne pourraient qu’égayer la loge des Registres. Avec cela, Saint Joseph serait plus enclin à accéder à sa requête, n’est-ce pas ? Après tout, ce n’était qu’un petit service de rien du tout. Il consistait juste à consulter les Registres d’Entrée des Ames pour savoir où son amie Nana avait bien pu atterrir.

Cockatiel, à côté de lui, ne partageait pas son optimisme. Il les voyait surtout pendus haut et court par Michael une fois qu’il aurait appris leur initiative.

Cependant, il n’avait toujours pas réussi à trouver des arguments valables aux yeux de son confrère pour le dissuader de s’y rendre, lorsque les grandes Portes dorées du Paradis se dressèrent devant eux. Ils aperçurent Saint Pierre devant les grilles et le saluèrent distraitement, geste qu’il leur rendit avec de grands signes enthousiastes. Un long bâtiment blanc en partie caché par des effiloches de nuages était situé sur leur droite. L’entrée était surmontée d’une large pancarte sur laquelle était inscrit en grosses lettres roses ‘BIENVENUE AU PARADIS – Service de réception des Ames Bienheureuses’, entourées de cœurs et de trompettes tenues par des chérubins. Ils se posèrent et entrèrent.

Une petite musique joyeuse les accueillit dans le hall mais ce dernier était vide. Malgré l’angoisse grandissante de Cockatiel qui imaginait déjà mille tortures qui leur seraient infligés si Michael faisait appel à Uriel – il ne l’avait encore jamais fait mais savait-on jamais –, ils empruntèrent l’unique couloir qui conduisait vers l’intérieur du bâtiment. L’extérieur ne reflétait pas l’immensité de l’intérieur, tant qu’ils crurent s’être finalement perdus lorsqu’ils parvinrent à la porte susnommée ‘Registres des Entrées des Ames et cie’. Picarel toqua et, mû par l’impatience, il entra sans attendre. Cockatiel gémit mais lui emboita le pas, la mort dans l’âme. Pourquoi suivait-il son ami dans tous ses plans farfelus, déjà ? Il en avait assez de récurer les latrines ou de retirer le crottin des box des poneys célestes !

Au début, ils ne firent face qu’à une longue table austère d’un gris terne, dans le style bar, qui s’étirait sur toute la longueur de la pièce. Seul un grand carnet fermé était posé dessus, lié au meuble avec une ficelle, ainsi que deux vases garnies de plantes desséchées. Derrière elle se dressait une immense bibliothèque occupée de nombreux ouvrages aux reliures en similicuir vieux et usé, pas par manque d’entretien mais par un effet volontaire car aux yeux du propriétaire des lieux, cela seyait mieux à leur usage. Ils s’approchèrent avant de regarder à leur droite puis à leur gauche. Personne.

— Je crois que nous pouvons y aller ! se réjouit Cockatiel. Il n’y a personne ici, quel dommage !

— On est pourtant dans les horaires d’ouverture…, marmonna Picarel, incrédule.

A cet instant, surgit un homme derrière le comptoir, comme un mauvais diable sortant de sa boite. Cockatiel bondit en arrière avec un cri. Picarel sursauta davantage à cause de son piaillement semblable à celui d’une perruche qu’à cette arrivée impromptue. Il adopta un large sourire enjôleur, malgré le regard sinistre que lui adressait Saint Joseph, et le salua.

— Bonjour !

— Raison de votre visite ?

Il ne passait pas par quatre chemins celui-là ! Picarel ne se départit pas de son enthousiasme malgré la voix monocorde. Il lui tendit le bouquet de fleurs dans l’espoir d’améliorer un peu son humeur, ce qui ne lui valut qu’un froncement de sourcils.

— Raison de votre visite ? répéta-t-il sur le même ton.

Le sourire de Picarel se tordit un instant, lui-même ébranlé par cette attitude froide et impartiale. Un soupçon d’anxiété commença à le tenailler. Il prit lui-même l’initiative de débarrasser un vase de ses plantes mortes pour y mettre les brins de jonquilles, histoire de se libérer les mains, avant de répondre. Les tiges sèches rejoignirent leurs compagnes dans l’autre vase.

— Consulter le Registre d’Entrée des –

— Autorisation ?

Là, il perdit son sourire.

— Autorisation ? Comment ça, autorisation ? Une autorisation de quoi ?

— Pour consulter les Registres d’Entrées, assena Saint Joseph d’une voix dure. Vous vous croyez où ici, dans une bibliothèque ?

— Euh… excusez-moi ?

Les deux anges se retournèrent pour apercevoir une silhouette translucide à l’entrée de la pièce, celle d’un quadragénaire au crâne chauve et à l’œil un peu hagard. Une âme humaine.

Toutefois, elle n’était pas censée être ici mais prise en charge par Saint Pierre.

— Je suis désolé de vous déranger, s’excusa aussitôt l’âme en se ramassant un peu sur elle-même, gênée. Je me suis retrouvé devant les grilles et euh… le monsieur qui s’y trouvait n’avait pas l’air d’aller très bien. Je lui ai demandé ce que je devais faire et où je devais aller mais tout ce qu’il a su me dire est ‘Au septième Ciel, mon ami !’ et… j’ai vu la pancarte, alors je me suis dit –

— Installez-vous ici, répondit Saint Joseph en lui désignant un coin de la salle, habitué à ce genre de discours. Il vous faudra attendre qu’il décuve.

— Qu’il quoi ?

L’âme observa les deux anges sans comprendre. Ces derniers haussèrent les épaules. Qu’y pouvaient-ils si Saint Pierre était encore bourré ? Picarel se tourna vers Saint Joseph, surpris.

— Maintenant qu’il est ici, vous ne pouvez pas le faire entrer vous-même ? Il suffit que vous l’inscriviez dans le Registre !

— C’est le rôle de Saint Pierre.

— Mais il n’est pas en état !

— C’est le rôle de Saint Pierre.

L’âme alla donc s’asseoir contre le mur indiqué, à même le sol puisqu’il n’y avait nul siège. Il ramena ses genoux contre lui et demeura ainsi, perplexe.

— Donc, pas d’autorisation je suppose ?

— Mais de qui voulez-vous que j’en obtienne une ?

— D’un Archange.

Autant dire que c’était fichu.

— On peut peut-être trouver un arrangement ?


Texte publié par Ploum, 30 janvier 2020 à 23h29
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 2 « Petit tour aux Registres (Part 1) » Tome 1, Chapitre 2
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1965 histoires publiées
867 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Lyssandre
LeConteur.fr 2013-2022 © Tous droits réservés