Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 3 « Un accident fâcheux » Tome 1, Chapitre 3
III – Westown, mercredi, 4e jour de l’hiver, 20 h 30

    
    
    Tara bondit sur ses pieds, le cœur battant. Un silence de mort régnait dans le restaurant. Carrie et Miranda se soutenaient mutuellement, horrifiées, tandis que Brad s’était immobilisé derrière son comptoir. Il se dirigea vers son épouse et passa un bras autour de sa taille :
    
    « Allons, dit-il d’une voix apaisante, ça ne veut rien dire. Cela fait des années que le pont menace de s’effondrer. Avec les chutes de neige, il a pu s’écrouler de lui-même ! »
    
    Malgré tout, Tara pouvait clairement voir qu’il n’était pas rassuré et que son inquiétude pour son ami avait encore augmenté.
    
    « Hector est allé regardé le long de la berge, au cas où il trouverait quelque chose… Mais il s’en fait aussi pour Megan et Colin. Ils doivent être à la maison à c’t’heure-ci, mais sa ferme est la seule de la ville à être de l’autre côté du pont. Est-ce qu’il y a des lanternes quelque part ?
    
    — J’en ai quelques-unes qui traînent répondit Marco. Elles datent de l’époque où il y avait encore des mineurs dans coin. En fouillant un peu, j’devrais bien mettre la main dessus ! »
    
    En dépit de son âge avancé, l’ancien restaurateur fila à l’étage en avalant les marches quatre à quatre ; les autres l’entendirent fourrager un instant. Enfin, il redescendit en brandissant quatre lampes rouillées, pas très différentes de celle qu’elle utilisait pour éclairer la ferme. Il en tendit trois à Frank et Brad ;
    
    « Prenez-en une aussi pour Hector ! »
    
    Tara s’avança avec détermination :
    
    « Je viens aussi ! »
    
    Son oncle lui lança un regard incertain :
    
    « Tu es sûre ? La nuit est tombée et il fait un froid de canard dehors ! »
    
    La jeune fille serra les mâchoires avec détermination. Ce n’était pas ça qui allait lui faire peur ! Elle se dirigea vers Marco et lui prit la dernière lampe des mains.
    
    « Merci ! On y va ? »
    
    Face à l’hésitation des deux hommes, elle se campa devant eux et ajouta :
    
    « Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de chances de retrouver Wayne ! »
    
    Une petite part d’elle-même espérait toujours que ce n’était qu’une fausse alerte. Frank croisa les bras en soupirant :
    
    « J’ai pas envie d’annoncer des mauvaises nouvelles à mon frère et à sa femme, Tara ! Tu es sûre que tu n’veux pas plutôt aller vérifier s’il n’est pas resté à Tsuyukusa ou Lulukoko ? »
    
    Elle sentit une main se poser sur son épaule ; en se retournant, elle vit Carrie qui portait sur elle un regard compréhensif :
    
    « Je suis sûre que tout ira bien si elle vous accompagne. Il n’est pas encore si tard et Miranda et moi pouvons vérifier dans les autres villes ! »
    
    Brad ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais le regard de sa femme stoppa toute protestation.
    
    « Tout à fait, renchérit la chanteuse rondelette, je vais juste laisser un mot à Noelle pour qu’elle ne s’inquiète pas !
    
    — Et moi, je garde la maison ! déclara Marco. Il y aura des plats et des boissons chaudes pour tout le monde quand vous rentrerez ! Allez, dépêchez-vous, il n’y a pas de temps à perdre ! »
    
    Le petit groupe quitta le restaurant pour se diriger vers l’escalier le plus proche, celui qui descendait sur la terrasse où s’élevait le bureau de poste. En la voyant fermée et silencieuse, Tara éprouva un serrement de cœur. Tandis qu’ils s’engageaient sur une nouvelle volée de marches de bois, elle songea que la ville semblait encore plus sinistre qu’à son arrivée. En temps normal, Westown présentait une sorte de beauté aride et sauvage, entre ses murailles de roche colorée et son sol de poussière rouge. La nuit, la neige et la glace avaient dérobé à Westown ces teintes vibrantes, pour les remplacer par un camaïeu de blanc, de noir et de gris. Le son plaintif de l’éolienne ajoutait à cette impression de désolation profonde. Tara écarta de son esprit ces sensations désagréables et accéléra le pas.
    
    Le trio rejoignit Hector près de la berge. Le bruit des flots, grossis par l’hiver, devint presque assourdissant dans la quiétude nocturne. Elle ne remarqua pas tout de suite les dégâts, mais tandis qu’elle rapprochait, elle distingua la trouée à l’endroit où les planches avaient cédé. Elle songea aux craquements inquiétants qu’elle entendait parfois, quand elle passait dessus.
    
    « Ça aurait pu être moi », se dit-elle en frissonnant.
    
    La petite expédition gagna la rivière pour éclairer sa surface. Tara avait beau scruter les berges et comme les eaux, elle n’apercevait pas d’uniforme bleu ni de cheveux blonds… La lueur de la lanterne faisait naître des éclats dorés dans les profondeurs, comme des étoiles noyées qui brouillaient sa vision, tout comme les flocons qui tombaient en voile épais. Malgré tout, elle remarqua une forme sombre coincée au pied d’un des piliers. Elle se dirigea vers l’objet, la lampe tendue devant elle.
    
    « Eh, où tu vas comme ça ? cria son oncle derrière elle.
    
    — J’ai trouvé quelque chose… »
    
    C’était bien trop petit pour être un corps humain, mais un étrange pressentiment lui étreignit le cœur. Elle posa sa lampe et, en s’accrochant au montant du pont, se pencha pour l’attraper. Il ne lui manquait pas grand-chose pour y parvenir…
    
    « Tara, fais attention ! cria Brad. On n’a pas envie d’avoir à te repêcher !
    
    — Ça ira, je l’ai presque… »
    
    Elle regarda autour d’elle et aperçut une branche échouée non loin d’elle. Elle la saisit et s’en servit pour ramener l'objet. Enfin, put se pencher pour le ramasser.
    
    La jeune fille demeura immobile, en serrant entre ses mains tremblantes quelque chose qu’elle aurait reconnu entre mille, tandis que son cœur explosait en éclats. Un chapeau de cowboy en feutre brun, orné d’un ruban noir avec des appliques argentées. Au centre de celle du milieu, plus large et décorée que les autres, luisait une belle turquoise.
    
    « Non… souffla-t-elle.
    
    - Tara ? Que se passe-t-il, Tara ? »
    
    Ses trois compagnons s’approchèrent d’elle, mais elle ne trouva pas l’énergie de leur répondre.
    
    « Tara… ? Viens vite ! »
    
    Rêvait-elle ? Une autre voix s'était élevée, ténue et cristalline. Celle d’une toute jeune fille… Sans plus réfléchir, Tara tendit le chapeau à son oncle, ramassa sa lanterne et bondit en direction de l'appel. Elle escalada le talus qui délimitait cette partie de la ville et poursuit sa route sur le relief escarpé, en aval de la rivière, en s’accrochant aux branches pour ne pas tomber.
    
    « Tara ? Attends-nous, Tara ! »
    
    Elle entendait à peine la voix inquiète de ses compagnons, tandis qu’elle avançait avec détermination, guidée par celle en qui elle plaçait à présent tous ses espoirs.
    
    

Texte publié par Beatrix, 2 février 2020 à 19h16
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 3 « Un accident fâcheux » Tome 1, Chapitre 3
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1543 histoires publiées
711 membres inscrits
Notre membre le plus récent est SaraAfonso
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés