Pourquoi vous inscrire ?
... Avec les 10 mots de Ploum : Pas le moral !
icone Fiche icone Fils de discussion icone Lecture icone 2 commentaires 2
«
»
Lecture
x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!
    
    Merci à Ploum pour cette seconde fournée de mots en "bric à brac !" cette fois, qui m'ont donné un peu "de fil à retordre ", mais cela me plait bien : zébu, épée, jardin, arc-en-ciel, souvenir, bleu marine, trampoline, licorne, ivoire, épeautre.
    
    
***

    
    
    
     Par désoeuvrement, il entra dans la grande librairie, feuilleta quelques bouquins, s'amusa à ouvrir des livres-jeunesse et laissa les pages d'un abécédaire se tourner toutes seules : H comme hirondelle, S comme Serpent, Z comme zébu.
    Il reposa les ouvrages, incapable de s'intéresser à autre chose qu'à cette idée qui prenait toute la place dans son esprit. Il se savait malade, il venait de l'apprendre, c'était à présent comme une épée de Damoclès au-dessus de sa tête : une menace qu'il ressentait comme permanente, une constante dans ce nouveau pan de sa vie, à trente-quatre ans, rien ne serait plus comme avant. Pas le moral !
    
     Il remonta le boulevard, traversa le jardin du Luxembourg, dans ses pensées toujours noires, sans espoir, il ne voyait qu'un avenir sombre comme le ciel de cette journée de janvier, sans une éclaircie en vue, sans aucun arc-en-ciel possible pour redonner à sa vie, les couleurs de la joie et du bonheur. Il ne pouvait pas s'empêcher de refaire mentalement la liste de tous ses bons souvenirs, comme si à partir de maintenant elle était close et que rien de bien ne pourrait s'y ajouter.
     Arrivé place Edmond Rostand, il entra dans un café, il avait beaucoup marché. Il choisit la table près de la grande vitre derrière laquelle des hommes et des femmes passaient, en bonne santé, inconscients de leur chance, la maladie ne les avait pas touché. Il savait que cette façon de voir les choses ne ferait qu'accroître son mal-être. Il n'arrivait pas à être positif. Pas le moral !
    
     Il essaya de se trouver des raisons de réagir, pour qui ? pour quoi ? Il fallait qu'il rebondisse et à ce moment précis de sa réflexion, ses yeux se posèrent sur une petite fille en pull bleu marine, à la table juste à côté, qui faisait sauter une poupée sur la table, comme si elle faisait du trampoline. C'était une de ces poupées mannequins très fines, aux bras raides éternellement pliés, à l'expression du visage figée et il observa comme hypnotisé le mouvement de ce jouet qui rebondissait dès qu'il touchait la table.
    Se sentant observée, la demoiselle lui dit :
    - Plus tard, quand je serai grande, je serai mannequin et aussi championne de basket-ball.
    - Léa, laisse le monsieur tranquille, tu veux bien ? C'est sans doute son père assis près d'elle, qui lui faisait cette remarque, tout en lisant ses messages.
    Alors Léa lui adressa une petite mimique amusante qu'on pourrait traduire par un : " Oups ! " ou par une phrase du genre : " c'est mon père, il est gentil mais il ne comprend rien ! "
    
     Léa avait réussi à le faire sourire. Il aurait voulu avoir dix ans, des projets et voir la vie comme un enfant. Avoir assez de ressort, sans trop d'efforts pour reprendre le cours de sa vie, sans s'inquiéter.
    
     Léa s'en allait maintenant tenant la main de son papa, elle trainait son petit sac à dos rose orné d'une licorne ivoire et en se retournant, elle lui adressa un petit sourire d'au revoir qui lui alla droit au coeur.
    Il décida de se remuer, sortit du café pour entrer dans le petit commerce d'à côté où il acheta de quoi se faire un bon diner. Il choisit aussi une bonne bouteille de Bordeaux et sur le chemin du retour, prit un pain à la farine d'épeautre, ceux qu'il aimait bien et une pâtisserie. Le ciel lui semblait moins gris, la boulangère était jolie. Il marcha d'un pas plus assuré, veilla à respirer profondément pour s'oxygéner et se dynamiser. Il repensait à Léa, à leur complicité d'un instant. Tout est possible aujourd'hui et il en était sûr à présent, tout serait possible demain...
    
    
    x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x!x
    
    
    ....10 petits mots, à votre bon coeur, M'sieurs , dames ! 10 petits mots pour un prochain texte, merci d'avance ...

Texte publié par Lisa D., 12 janvier 2020 à 10h41
© tous droits réservés.
«
»
Lecture
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1542 histoires publiées
711 membres inscrits
Notre membre le plus récent est SaraAfonso
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés