Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 4 « Le conseil » Tome 1, Chapitre 4
Ils traversèrent encore une fois les innombrables couloirs du château de Rênir. Gabrielle n’osait pas regarder Jared : depuis qu’elle avait appris qu’il était Prince, elle se sentait un petit peu mal-à-l’aise de l’avoir ouvertement insulté. À cela s’ajoutait l’appréhension de rencontrer le Roi. Elle se contenta donc de suivre Jared en silence. Ils passèrent rapidement dans la salle des trônes, empruntèrent encore quelques couloirs, puis s’arrêtèrent devant une autre porte en bois sculpté. Décidément, ce château était un véritable labyrinthe, elle se demandait comment faisait Jared pour s’y retrouver.
    
    - « Écoute-moi bien », dit-il en posant sa main sur la porte, elle aussi gardée par un homme en armure d’argent, « derrière ces murs, il y a le Roi et la Reine. S’il te plaît, tiens ta langue. »
    
    Toute cette officialité commençait sérieusement à angoisser Gabrielle.
    
    - « Je sais qu’Hortense a longuement discuté de ton cas avec le Roi, il sera donc sûrement prêt à t’écouter, mais si tu continues à être impertinente, tu ne risques pas d’obtenir quoi que ce soit, encore moins de lui. »
    
    Gabrielle hocha la tête, puis Jared frappa et ils entrèrent ensemble. La salle, plus petite et moins lumineuse que les quartiers d’Aelis, était éclairée par un lustre un métal forgé. Des bougies scintillaient sur ce chandelier géant, juste au-dessus d’une table ronde, à laquelle quatre personnes étaient attablées. Gabrielle reconnut tout de suite le Roi, à sa droite siégeait une femme froide et sévère, probablement la Reine, à sa gauche, un homme brun, dont les cheveux courts et désordonnés lui donnaient un petit aspect négligé. Enfin, un vieil homme aux rares cheveux blancs se tenait assis à côté de la Reine, le dos raide et son regard d’un bleu délavé aussi dur que la pierre. Il portait, par-dessus son long vêtement gris foncé, une écharpe dorée sur laquelle de nombreuses broderies argentées s’entremêlaient avec délicatesse.
    
    Jared, qui ne prit pas la peine de s’incliner, désigna une chaise vacante à Gabrielle. Elle alla s’y asseoir d’une démarche peu assurée ; Jared prit place à ses côtés.
    
    Gabrielle avait coincé ses deux mains entre ses genoux. Elle déglutit, au sommet de sa gêne. Elle avait le sentiment de passer en conseil de discipline. La Reine la dévisageait sans retenue, d’un regard perçant qui lui rappela celui d’une mégère, mais aussi un peu celui de Jared. Elle était coiffée d’un chignon haut bordé d’une parure de perles blanches, ce qui intensifiait encore plus son aspect rigide et un peu coincé. Malgré cela, elle avait un port de tête gracieux, tel celui de son fils aîné : ils se ressemblaient beaucoup, si ce n’était que la Reine avait le nez parfaitement droit.
    
    - « Très bien Gabrielle », dit le Roi, « nous t’avons convoquée pour discuter ensemble de ton cas. »
    
    En effet, cela ressemblait bel et bien à une instance de discipline pour élève perturbateur.
    
    - « Si nous résumons la situation », poursuivit le Roi, « tu es apparue sur la place de Gorgaut, au milieu d’une foule d’habitants curieux. Tu soutiens depuis que tu ne comprends pas ce qu’il se passe, que tu ne sais pas où tu es et que tu viens d’un lieu nommé … »
    
    - « Brest », osa Gabrielle.
    
    Elle sentit Jared frémir à côté d’elle, mais le Roi hocha la tête pour la remercier.
    
    - « Après un examen approfondi de la carte des Cinq Îles, j’en suis arrivé à la conclusion que Brest n’existe pas. Deux possibilités s’offrent donc à nous : ou tu nous mens allègrement, ou un phénomène inexplicable s’est produit. »
    
    Gabrielle ne parvint pas à contenir un rire nerveux, qu’elle essaya tant bien que mal de refouler. La Reine avait levé un de ses sourcils trop épilés, et Jared continuait de se trémousser sur sa chaise. Les deux autres hommes n’avaient pas cillé.
    
    - « Qu’y a-t-il de drôle ? » s’enquit le Roi.
    
    - « Ça ne peut qu’être un phénomène inexplicable », dit Gabrielle, « je ne vois pas ce que ça pourrait être d’autre. Et je ne suis pas certaine que me jeter dans une prison résoudra la question. »
    
    - « Tu soutiens donc que ceci n’était pas volontaire ? » poursuivit le Roi.
    
    - « Ça ne l’était pas. »
    
    Il recula contre le dossier de sa chaise et croisa les mains sur sa petite bedaine.
    
    - « Tu n’as pas l’air d’une menteuse, je t’accorde le bénéfice du doute. »
    
    Le vieillard sortit alors de son mutisme et s’adressa au Roi d’une voix légèrement chevrotante :
    
    - « Votre Altesse, je ne peux que vous recommander la prudence. Nous sommes très certainement en présence de magie. Une telle prouesse ne peut être accomplie par de simples novices. Cette jeune fille, de toute évidence, dispose de pouvoirs qu’il ne faut pas sous-estimer. »
    
    - « Il faut l’enfermer, on ne sait pas qui elle est, ni d’où elle vient, c’est trop dangereux. »
    
    La Reine s’était exprimée avec empressement, c’était à croire qu’elle n’avait qu’une seule envie : enfermer Gabrielle.
    
    - « Je suis navrée », répondit l’intéressée, « mais ne serait-ce pas plus judicieux de trouver un moyen de me reconduire chez moi, plutôt que de m’enfermer à nouveau ? »
    
    La Reine eut une moue pincée à laquelle Gabrielle répondit par un haussement d’épaules.
    
    - « Pour ensuite vous éclipser dès qu’une occasion se présentera ? »
    
    - « Écoutez », enchaîna Gabrielle, qui commençait à perdre patience, « je vous ai déjà suffisamment répété que je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait. J’ai besoin d’aide et de réponses, pas d’un procès. J’aimerais bien savoir ce qui vous rend tous aussi méfiants, vous qui semblez considérer la magie comme d’une banalité sans nom ! »
    
    La Reine allait répliquer, mais le Roi ne lui en laissa pas l’occasion et se tourna vers la seule personne de l’assemblée qui ne s’était pas encore exprimée.
    
    - « Ethan, connais-tu cette jeune fille ? »
    
    Le dénommé Ethan, qui n’avait pas bougé depuis que Gabrielle était arrivée, sembla se réveiller de sa torpeur. Il l’observa un court moment, avant de secouer la tête.
    
    - « Non », dit-il simplement, « je ne la connais pas. »
    
    - « Tu en es certain ? » dit à son tour la Reine d’une voix aussi sèche que le reste de son corps.
    
    - « Absolument, je ne l’ai jamais vue, je ne peux rien vous dire de plus. »
    
    Ses yeux d’un noir d’ébène étaient restés plantés dans ceux de Gabrielle durant ce court laps de temps. Ethan était un homme brun d’une trentaine d’années peut-être, et arborait un air renfrogné, renforcé par des sourcils fournis accentuant encore davantage son air boudeur. Un nez droit et de fines lèvres amincissaient son visage anguleux, dont les joues et le menton étaient recouverts d’une légère barbe noire. À cela s’ajoutait une grande cicatrice allant de son sourcil gauche au coin droit de sa mâchoire. Il avait un physique intriguant, assez peu commun, qui intimidait Gabrielle. Elle détourna les yeux.
    
    - « Vous faites pourtant parti de ceux qui maîtrisent cet art », dit le vieillard d’un ton réprobateur.
    
    - « Nous n’avons pas tous cette faculté », répondit simplement Ethan sans un regard vers son interlocuteur, « et si ce qu’elle dit est vrai, seule la Reine Muette peut la reconduire chez elle. »
    
    Gabrielle sentit une tension entre les deux hommes. Elle osa jeter un autre coup d’œil à Ethan, qui s’était tourné vers le Roi.
    
    - « Votre Majesté, je vous demande la permission de l’accompagner sur l’Île de la Neshare, je me chargerai personnellement de se sa surveillance ».
    
    - « Vous manigancez quelque-chose », susurra le vieil homme.
    
    - « Je ne manigance rien, je pense tout simplement être le plus à même de remplir cette mission. À l’instar de Sa Majesté, je suis également convaincu que Gabrielle ne ment pas et qu’elle ne comprend pas ce qui lui arrive. »
    
    Gabrielle fut gagnée par un sentiment de soulagement qui détendit instantanément tous les muscles de son corps. Elle osa un petit sourire crispé.
    
    - « C’est trop dangereux, compte-tenu du contexte », intervint la Reine.
    
    - « Valéine, », dit le Roi, « nous ne sommes pas en guerre, et la seule menace qui pesait sur nous jusqu’à présent a été neutralisée depuis des années. Je pense que cette solution est la meilleure. »
    
    Il se leva de sa chaise et fit lentement le tour de la table.
    
    - « Gabrielle », dit-il, « je ne compte pas t’enfermer une journée de plus dans les cachots. »
    
    Il s’arrêta à côté d’elle et, les mains croisées derrière le dos, s’inclina légèrement :
    
    - « J’aimerais néanmoins comprendre par quel enchantement tu es parvenue jusqu’à nous. Comme le dit très justement le Vice-Roi, il y a de la magie autour de toi. »
    
    Il se redressa ensuite et, s’adressant à Ethan :
    
    - « J’aimerais dans un premier temps que tu la conduises au Temple des Oracles, je prendrai ensuite ma décision définitive. »
    
    - « Père », intervint alors Jared, « je suis de l’avis du Vice-Roi et de ma mère la Reine, le contexte auquel il a été fait référence est encore trop récent. Les gens vont parler, c’est déjà le cas, la rumeur se répandra beaucoup trop vite pour que nous ayons le temps de la maîtriser. Elle atteindra les autres Îles … »
    
    - « Pour le moment », le coupa le Roi, « Ethan mènera Gabrielle au Temple de la ville, puis me rapportera les présages des Oracles. Cette discussion est terminée, le conseil est levé. »
    
    Il regarda ensuite Gabrielle tout en reprenant place sur sa chaise.
    
    - « Tu as de la chance d’avoir atterri sur cette Île, je connais d’autres souverains qui auraient été beaucoup plus intransigeants que moi. »
    
    Il hocha ensuite la tête en regardant Ethan, qui se leva en indiquant à Gabrielle d’en faire de même.
    
    - « Bon courage », lui dit ironiquement Jared.
    
    Ignorant sa remarque, Ethan sortit, flanqué d’une Gabrielle muette.

Texte publié par Velanebleue, 17 janvier 2020 à 10h56
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 4 « Le conseil » Tome 1, Chapitre 4
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1405 histoires publiées
645 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Mimic90
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés