Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 7 « Écritures » Tome 1, Chapitre 7
Ensemble du roman remanié et mis à jour selon les dernières remarques :).
    

    

    
    Professeur claque la langue pour signifier son agacement. Le son se répercute dans la pièce sous forme d’échos sourds. Avec fermeté, il s’empare du crayon des mains d’Evana, puis lui répète d’un ton condescendant :
    — Ce n’est pas parce que tu es gauchère que tu dois le tenir comme un balai.
    Elle se raidit. Son guide est très sévère depuis trois jours. Il est implacable au point d’oublier qu’elle est en initiation. Il ne cautionne aucune erreur et s’évertue à le lui démontrer de toutes les manières possibles.
    — Evana, je ne t’ai pas créée pour que tu dévies.
    Elle aimerait bien l’interroger pour saisir son attitude, mais elle pressent que ce n’est pas une bonne idée. Peut-être plus tard, quand elle l’aura satisfait. Elle peut y parvenir, il lui suffit de se canaliser.
    — Oblique ton poignet vers l’intérieur, penche ton crayon. Viens vers moi.
    La pantine plisse le front ; elle s’applique en serrant fort son pouce et son index sur son instrument d’écriture – ou plutôt un instrument de torture. Elle bannit aussitôt une pareille pensée. La tentative lui inflige des crampes, tord ses pauvres doigts, mais elle veut réussir. Elle le doit, et pas seulement pour répondre aux exigences de Professeur comme elle l’a présumé plus tôt.
    Sa petite voix lui murmure gentiment qu’avec l’enseignement qu’il lui prodigue aujourd’hui, elle débusquera une clé à une serrure qu’elle cherche à déverrouiller en son être. Son maître est trop focalisé sur sa main pour prêter attention à ses expressions. Il vaut mieux. Investie par ce nouveau but dont elle découvre les nuances à chaque mouvement de son crayon, elle multiplie ses efforts.
    — Eh bien… Si je t’avais laissé rêver, si je t’avais laissé t’égarer dans tes songeries lyriques et menteuses, qu’est-ce que ce serait ? Applique-toi.
    Avec peine, une boucle noire similaire à l’obscurité siégeant sous ses paupières naît sur le papier blanc de craie que Professeur utilise pour ses leçons. Ses courbes ne sont pas tout à fait lisses. Elles tremblotent comme si elles allaient se répandre en pleurs. Evana n’en est pas loin, même si tremper sa copie de larmes risque de fâcher son guide. Elle a si mal ! Elle éprouve une frustration si colossale de ne pas y arriver du premier coup ! Elle s’escrime à se calmer. Elle doit apprivoiser son impatience. Sinon, elle échouera encore et encore.
    Il place une paume sur ses doigts crispés et douloureux ; il la contraint à incurver le poignet vers elle. Pour un motif qui lui échappe, il ne veut pas qu’elle tourne sa feuille afin de se faciliter la tâche – lorsqu’il l’a vue le faire, il a aussitôt réagi en la remettant dans sa position initiale.
    — Peux-tu me chercher l’axe ? Concentre-toi, Evana.
    Déjà qu’hier et avant-hier, il a tenté de la forcer à écrire de la main droite… Il n’a renoncé que parce qu’il s’est aperçu qu’elle gâche tout ce qu’elle entreprend. Son cerveau désigne sa senestre – un autre terme pour « gauche », d’après son Guide, dont le mot sinistre est aussi issu – en tant que maîtresse de ses mouvements. Montre-t-il tant de dureté envers elle à cause de ça ? Il ne s’est pas justifié pour autant. Est-il mécontent au point de penser qu’il s’agit d’une erreur ? Après tout, il l’a créée. Peut-être s’est-il trompé dans certains paramètres… La question de Professeur interrompt ses réflexions suintant de dépit :
    — N’est-ce pas mieux ainsi ? Tu vois, quand tu obéis, tout se déroule à merveille.
    La pantine ne souffle mot. Il a raison. Elle redouble de concentration. Une habitude à laquelle elle doit se plier. Il lui faut s’arrêter de divaguer autant ! Le moment est mal choisi. Son sourcil droit et incolore se fronce, ses lèvres se serrent. Sa main tressaute, sa peau laiteuse sauf à l’endroit où elle tient son fichu crayon se couvre de moiteur ; pourtant, avec opiniâtreté, elle s’échine à le discipliner. Elle a cru être capable de manipuler comme bon lui semble cette chose dure et inerte. Pour l’instant, il n’en est rien, hélas.
    De justesse, sa bouche retient un soupir fatigué et empli de souffrance. Des traits, puis d’autres boucles rejoignent la première. Le tracé se concrétise davantage ; il s’imprègne de précision. Evana ravale à temps un cri de victoire. Oui, elle y est presque. Elle en oublie son affliction physique, ses affres mentales et ses tremblements. Ses doigts se contractent. Ils ne glissent plus sur son outil d’écriture.
    Elle gonfle ses joues. L’exercice porte ses fruits. Par contre, elle ne comprend pas ce que les signes qu’elle s’évertue à aligner signifient. Professeur lui enseigne aussi la lecture, mais la pantine ne se sent pas prête encore à percer le sens de ce qu’il appelle les mots. Elle déchiffre, rien de plus et rien de moins. La frustration s’agrippe à elle chaque fois qu’elle est confrontée à de pareilles activités. Elle s’en est ouverte à son maître. Cependant, il s’est contenté de lui assurer que le processus est normal. Elle doit le subir pour avancer sur son chemin.
    À minuit, ou du moins à l’heure où la nuit est la plus éveillée, Evana a pris l’habitude de se remémorer la journée passée avec Professeur, sa pédagogie, les travaux qu’il lui demande d’accomplir avec insistance. Parfois, elle trouve qu’il ne déploie pas assez de patience envers elle, ou alors qu’il ne va pas assez vite. Tout dépend de la leçon dont il veut l’instruire. Bien sûr, la pantine n’est pas en permanence pleinement attentive, même s’il la sermonne à ce sujet en lui expliquant que plus tard, toutes les connaissances qu’elle engrange lui resserviront. Elle en doute, mais elle le laisse palabrer. Peut-être que quand elle sera assez grande, elle concevra dans leur entièreté les propos de son guide.
    Depuis qu’il l’entraîne à écrire, toutefois, il est tant pétri d’intransigeance qu’elle ne sait plus sur quel pied danser – au sens figuré. Elle découvre un aspect de lui qui est fort déplaisant. S’il continue, elle risque de commettre une bêtise grave et de devenir un monstre. Une telle impression ne la quitte pas. L’effroi la saisit entre ses crochets venimeux dès qu’elle y songe. Son cœur indigo le lui assène sans prévenir le plus souvent. Plus tard, elle sera apte à mettre un nom sur ce sentiment si malsain : l’anxiété, issue du stress que semble nourrir Professeur en elle. En est-il conscient, d’ailleurs ?
    — Cela suffit pour aujourd’hui. Je ne tiens pas à ce que tu t’effondres, tu es encore trop fragile. Cependant, tu as progressé.
    Il lui autorise à poser le crayon après deux lignes supplémentaires esquissées sur la feuille. Elle ne peut s’empêcher de grimacer en tâtant son poignet avec précaution, puis en le massant pour en chasser la douleur, à la fois cuisante et lancinante. Evana espère que celle-ci se calmera bientôt. Elle se manifeste avec plus d’intensité que lorsque Professeur lui a appris à marcher.
    Elle le fixe d’un regard impassible et hoche la tête pour le remercier de sa leçon. Ensuite, elle contemple sa chambre tellement grise, sombre et triste. Les ténèbres aussi, même si la pantine s’imagine qu’elles renferment également du mystère. Que ce soit ici ou ailleurs, elle est persuadée que le moment qu’elle est en train de vivre lui paraît morose à cause de son épuisement – et de son poignet malmené par l’écriture, bien entendu.
    Le gris, une couleur proche de l’inexistence.
    Elle voit son maître se lever avec tranquillité et laisser la feuille sur la table en bois. D’une voix empreinte d’un écho solennel, il lui adresse ces quelques mots :
    — Je serai de retour tout à l’heure, juste avant le crépuscule. Profites-en afin de méditer sur ton exercice d’aujourd’hui, Evana.
    Elle ne l’entend pas partir – en réalité, elle ne s’en aperçoit qu’au bout de plusieurs minutes. Elle s’est trop plongée dans ses pérégrinations mentales pour ça ! Comme Professeur ne l’a pas gourmandée, il doit croire qu’elle s’est déjà mise à la tâche alors que ses pensées vagabondent vers son univers ravissant ; son univers tellement merveilleux, où elle est toujours prête à créer et à sourire.
    Dans le « vrai » monde, ces gestes lui arrivent de moins en moins fréquemment. La pantine est formée à devenir sérieuse, travailleuse, rigoureuse. Il n’y a plus de place ni de temps pour autre chose. Elle en est attristée, mais que peut-elle faire contre ça ? De quel droit se permet-elle de juger l’enseignement de Professeur ? Son chemin est pénible mais, d’après lui, c’est nécessaire afin qu’elle soit assez grande pour se lier au prince charmant.
    Il aborde le sujet volontiers depuis quatre jours. Il s’agite et semble nerveux. Elle se trompe sans doute et n’interprète pas correctement les émotions. Néanmoins, son être est convaincu du contraire. Elle en vient presque à supposer qu’il n’est pas ravi que sa rencontre avec le prince charmant soit imminente. Elle se morigène. Non, son guide songe peut-être qu’elle n’est pas encore assez parfaite. Il attend d’elle qu’elle le devienne en travaillant sur la maîtrise de ses sensations, de son cœur, de son esprit, et de son corps.
    Peut-être qu’à force, elle finira par ressembler à Professeur. Il se contrôle si bien.
    Evana frissonne. Non, elle n’en éprouve aucune envie ! Elle ne comprend pas pourquoi une telle pensée la glace tant. Elle devrait montrer plus de reconnaissance envers lui ! Après tout, il lui a insufflé la vie ! Il l’élève avec tant de dévouement… Ce n’est pas la première fois que des doutes éclosent au sein de son être, mais ils n’ont jamais été aussi forts, aussi vivants.
    Elle peut en parler à son guide pour les dissiper. Non. L’idée n’est pas raisonnable. Pire encore : il est possible qu’il soit soupçonneux ou déjà au courant. Il lui en touchera sans doute deux mots. Elle se taira et écoutera ses conseils pour que plus jamais elle ne se tourmente ainsi.
    La pantine attrape la feuille du bout des doigts et scrute ses ronds, ses boucles, ses déliés et ses droites. Des formes maladroites, mais de beaux morceaux d’écriture. Elle se surprend à oublier les reproches de Professeur. Son travail n’est pas si mauvais. Avec de l’entraînement, bientôt, elle ne réfléchira plus ni ne prêtera attention à la calligraphie. Peut-être qu’elle sera en mesure de « coucher sur papier » – une expression étrange que son guide a sortie une fois – ce qui se balade dans sa tête : ses méditations, ou les fruits de son imagination en cavale. Elle les intégrera dans ses songeries.
    Cependant, qu’en fera-t-elle ensuite ?
    

Texte publié par Aislune S., 21 novembre 2019 à 08h30
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 7 « Écritures » Tome 1, Chapitre 7
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1510 histoires publiées
701 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Nisa
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés