Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 3 « Episode 03 » Tome 1, Chapitre 3
Le corps de Gadriel était désormais en très piteux état. Son visage était à moitié recouvert d'équimoses et d'hématomes. Il avait également le nez cassé et des difficultés respiratoires suites aux coups incessants que lui infligeait Reigns au niveau de son abdomen. C'était vraiment un miracle que le jeune n'ait aucun organe interne endommagé au ce niveau. On ne pouvait pas en dire autant de ses membres inférieurs. Le jeune homme ne pouvait plus faire usage de sa jambe gauche depuis quelques séances. Celle-ci avait été si violemment brisée que des éclats d'os s'étaient logés dans sa chaire et sesmuscles, sans parler du fait qu'elle était devenue presqu'entièrement noire, ce qui n'annonçait rien de très bon. La bouger d'un simple millimètre provoquait une douleur insupportable. Voilà pourquoi Gadriel restait constamment couché sur son dos tout près du mur vitré. La seule chose qui l'aidait à supporter tout ceci se trouvait de l'autre côté.
    
    Alors qu'il s'apprêtait à discuter de nouveau avec Jessabiel, la porte de sa cellule s'ouvrit à nouveau pour laisser rentrer son bourreau. Ce dernier revenait toujours vers lui à intervalle régulier.
    "- Alors comment va mon prisonnier préféré ? La forme j'espère ?" questionna Reigns dès qu'il entra dans la pièce avec une chaise.
    "- Reigns..., je t'en....supplie...fais de moi...tout ce...que tu veux...mais...laisses Jess...abiel...s'en...aller..."
    Le frère de sa bien-aimée se mit à rire d'une manière si diabolique qu'on aurait juré qu'un être démoniaque s'était emparé de son corps. Lorsque dernier finit de rigoler, il plaça en face de Gadriel la chaise qu'il traînait toujours en permanence, puis s'y assit.
    "- Je pense que tu n'as pas bien saisi la situation dans laquelle tu te trouves depuis tout ce temps. Tu ne nous as pas encore dit ce que nous voulons savoir donc n'espérez pas quitter cet endroit de si tôt. La personne pour qui je travaille ne le permettra pas.
    - La...per..sonne...
    - Trêve de bavardages, nous ne sommes pas là pour ça. Bon, et si nous reprenions là où nous nous sommes arrêtés la dernière fois."
    
    Alors qu'il était toujours assis sur sa chaise, Reigns posa son doigt sur la jambe meurtrie de Gadriel. Cette simple petite pression créa une douleur si forte que l'adolescent ne put s'empêcher d'hurler. Lorsqu'elle entendit ses cris de douleur, Jessabiel intervint auprès de son frère.
    "- Arrêtes ! S'il te plaît, arrêtes ! Ne vois tu pas l'état dans lequel tu l'as mis. Pourquoi fais tu ça ? Il t'a déjà dit tout ce qu'il savait."
    
    La jeune femme prononça ses mots les yeux pleins de larmes. Cela ne suffit cependant pas à attendrir Reigns qui rétorqua violemment.
    "- La fermes ! Tu la fermes ! Tu n'es rien ici et tu n'as aucun droit de parole."
    À ce moment, il sortit un petit appareil de la poche de son pantalon et le lui montra. Celui-ci possédait une écran tactile et était aussi petit qu'une commande de voiture.
    "- Ouvres la encore une fois et c'est le vide qui t'attends," lui dit froidement Reigns pendant qu'il piétinait cette fois-ci la jambe de Gadriel.
    Il retira finalement son pied après que sa grande sœur se soit calmée, ce qui réduisit la pression mais ne calma pas instantanément la douleur.
    "- Bien ! Maintenant que la tension est redescendue, revenons à nos moutons. Aujourd'hui, sera une journée spéciale. Nous allons accueillir une personne très spéciale."
    
    Reigns claqua alors des doigts et la porte de la cellule de Jessabiel s'ouvrit pour laisser entre quatre soldats dont deux transportaient une énorme chaise. Les deux autres quant à eux détenaient toujours leur matraque électrique. Ils restèrent devant la porte pour éviter que la demoiselle ne puisse s'échapper. Dès que l'objet fut placé en plein centre de la pièce, les deux hommes qui la transportaient saisirent brusquement Jessabiel.
    "- Qu'est-ce que vous faites ? Lachez moi !" cria t-elle tout en se débattant.
    Ses efforts furent malheureusement vains. Les soldats parvinrent à la faire asseoir, puis la menottèrent à la chaise.
    
    De l'autre côté de la vitre, Reigns observait la scène avec grand intérêt et joie. Afin de partager ce moment, il saisit les cheveux de Gadriel puis, d'une seule traite, le souleva et le plaça à son tour sur la chaise qu'il avait apportée. Ce brutal mouvement causa encore une atroce douleur au jeune homme, mais rien ne l'avait préparé à ce qui était sur le point de se produire devant ses yeux.
    "- Bien, bien, bien ! Tout le monde étant installé, nous pouvons désormais commencer. Comme je l'ai mentionné tout à l'heure, nous allons recevoir un invité très particulier aujourd'hui. C'est donc pour ça que j'ai organisé ce petit jeu qui s'intitule 'Arrivera t-il à sauver celle qu'il aime ?' Le principe est simple. Je vais te poser une série de questions et si ta réponse est fausse ou insatisfaisante, mes chers subordonnés se chargeront d'administrer un châtiment adéquat à Jessabiel. Sa survie ne dépend plus que de toi.
    - Reigns ! Tu n'oserais tout de même pas ?" questionna Jessabiel après avoir entendu le discours morbide de son frère.
    Celui-ci ne lui répondit pas avec des mots, mais se contenta plutôt d'afficher un affreux sourire.
    
    Après une ou deux minutes de calme, un autre homme transportant divers outils de torture entra dans la cellule de la jeune femme. Il s'installa auprès d'elle puis attendit que Reigns lui fasse signe.
    "- Maintenant que tout est prêt, nous pouvons commencer."
    Le jeune homme débuta alors son interrogatoire. Il commença par demander à Gadriel s'il avait ne serait-ce qu'une fois entendu sa mère parler du livre de la Damnation. Celui-ci lui répondit positivement pour éviter que l'on ne fasse du mal à celle qui était en face de lui. Reigns lui demanda alors de fournir plus de détails, mais voyant que ceux-ci n'étaient pas cohérents, il comprit immédiatement que son interlocuteur mentait.
    "- Ce n'est pas bien de raconter des salades."
    Il fit alors un geste de la main et son subordonné commença son horrible travail.
    
    L'homme saisit sur la table une sorte de couteau ayant une lame verdâtre, mesurant plus d'une dizaine de centimètres, et sur lequel étaient gravées plusieurs inscriptions runiques semblables à celle se trouvant au-dessus de la porte de la cellule de Gadriel.
    "- Cela risque de faire une peu mal. Veuillez donc vous détendre. Je tiens aussi à vous préciser que je ne retire aucun plaisir à faire cela," déclara t-il avant d'approcher lentement la pointe de la contre la peau de Jessabiel.
    Malgré ses paroles qui se voulaient réconfortantes, il afficha un sourire qui trahissait sa véritable nature. Le bourreau commença alors à découper la chair de la jeune femme, ce qui provoqua une douleureuse réaction. En effet, dès qu'il débuta son l'entailler, sa peau pourrit, ce qui provoqua un saignement beaucoup plus important qu'avec une simple coupure au couteau. La jeune femme se mit alors à hurler tandis que son sang se déversait sur le sol. Gadriel supplia Reigns pour qu'il arrête son subordonné, mais ce dernier ne prêta pas attention à ses mots et laissa le boucher s'amuser un peu plus.
    
    Le jeune garçon ne le supportait pas, il ne supportait pas de la voir souffrir. Il avait vraiment du mal à regarder le traitement que l'on affligeait à celle qu'il allait. Voir son sang et ses larmes couler, entendre ses cris d'agonie, et l'entièreté de son avant-bras pourrir infligeaient une douleureuse pression au niveau de son cœur. Il supplia à nouveau Reigns et celui-ci finit par un autre geste de la main. Le subordonné s'arrêta alors, puis déposa son instrument sur la tablette métallique.
    "- Tu sais désormais ce qui arrivera si tu venais à me mentir à nouveau," déclara le jeune homme sur un ton joyeux.
    
    Après cette partie forte en émotions et en sensations, l'interrogatoire se poursuivit. Reigns posa la même question que précédemment. Gadriel prit cette fois-ci son temps pour répondre. Il savait très pertinemment ce qui allait se produire en cas de mensonge, et pouvait aussi deviner ce qui arriverait en l'absence de réponse. Ce fut donc pour cela qu'il tentait de faire appel à tous ses souvenirs, de se remémorer le moindre mot de toutes les fois où il avait discuté avec ou entendu sa mère parler.
    
    Voyant que son interlocuteur mettait trop de temps à répondre, il refit un autre geste de la main. Son subordonné obéit mais changea cette fois-ci d'outil de torture. Il attrapa deux outils distincts; l'un ressemblant à un marteau sur lequel se trouvaient également plusieurs symboles runiques, et l'autre à un clou aussi long que le couteau qu'il avait utilisé précédemment. Il plaça alors la pointe au niveau du genou droit de Jessabiel puis la regarda droit dans les yeux.
    "- Cela sera très désagréable," lui dit-il cette fois-ci. Peut-être essayait-il de la rassurer avant de procéder ? Une chose était certaine, ses paroles n'avaient pas l'effet voulu. Au lieu d'aider à la réconforter, cela ne faisait qu'attiser sa peur. L'anticipation d'être transpercée par un objet aussi dure à cet endroit précis faisait battre le cœur de la demoiselle à vive allure.
    
    La jeune femme imaginait déjà l'atroce douleur qu'elle était sur le point de ressentir à mesure que la distance entre la tête du clou et le marteau grandissait. Bien avant que le premier ne retentisse, Gadriel détourna le regard pour ne pas voir ce qui allait se produire. Cependant, Reigns le força à tout observer en posant sa main sur sa tête et en usant de toute sa force pour qu'elle ne puisse plus bouger. L'adolescent ferma les yeux mais le frère de sa bien-aimée le menaça de la tuer s'il ne regardait pas.
    "- Ce serait dommage de rater un tel spectacle," rétorqua Reigns.
    Gadriel n'eut d'autre choix que d'obéir et de voir la première frappe du tortionnaire. De là où il se trouvait, il aurait juré entendre l'os du genou de Jessabiel se fracturer sous l'impact. La jeune femme quant à elle ne poussa aucun cris. Ce n'était pas parce qu'elle ne ressentait rien, mais plutôt parce que la douleur était si forte et intense qu'il lui était impossible de l'exprimer avec de simples hurlements.
    
    Le clou s'enfonça encore un plus dans le genou de Jessabiel après le second coup. Toutes les veines de son corps étaient désormais visibles. On avait également l'impression que ses yeux allaient sortir de leurs orbites. Un dernier coup de marteau vint complètement enfouir l'objet métallique dans son ossature. Ce n'est qu'à cet instant, l'horrible artefact commença à agir. Le clou se mit progressivement à prendre une teinte rouge à mesure que sa température augmentait. Alors qu'elle pleurait et haletait violemment, une nouvelle grimace de douleur s'imprègna sur son visage. L'object était littéralement en train de faire bouillir son sang et cuir sa chair et sa moelle osseuse. À cause de la douleur progressive, la jeune femme ne put s'empêcher d'hurler jusqu'à en perdre sa voix. De son côté Gadriel se mit à supplier Reigns de toutes ses forces pour qu'il arrête cette atrocité. Il ne l'écouta cependant pas. Bien au contraire, il incita son homme de main d'amplifier la souffrance de sa sœur. Ce dernier saisit donc à nouveau son couteau et commença à entailler l'autre bras de Jessabiel. Sa souffrance était si vive qu'elle finit par s'évanouir.
    
    "- Tiens, on dirait qu'elle a finir par perdre connaissance. C'est bon, tu peux arrêter un moment. Nous ne voudrions pas écourter le spectacle," s'exclama Reigns après avoir constaté les faits.
    Le subordonné arrêta donc de découper la chair de la jeune femme puis déposa son instrument sur la tablette métallique.
    "- Pourquoi ? Pourquoi lui fais tu tout ça ?" questionna Gadriel.
    Son interlocuteur resta silencieux une ou deux secondes puis lui assèna un nouveau coup de poing dans le visage.
    "- Ne t'ai-je pas dit tout à l'heure que celui qui posait les questions ici n'était nulle autre que moi ? Tu me déçois beaucoup microbe. Je te croyais beaucoup plus malin que ça. Tu ne peux t'en prendre qu'à toi même si elle souffre autant."
    Reigns sortit de la pièce en arborant un large sourire, laissant ainsi derrière lui le prisonnier réfléchir aux conséquences de ses actes.
    
    
-----*-----

    
    Gadriel était désormais seul dans sa cellule. Comme l'avait prédit son bourreau, le jeune homme culpabilisait par rapport à ce qui s'était passé précédemment, du fait qu'il soit directement et indirectement responsable de la souffrance de celle qui se trouvait en face de lui. Si seulement ils ne s'étaient jamais rencontrés, alors sûrement n'aurait-elle jamais eu à connaître ce genre d'expérience. Tel était ce qu'il se disait en cet instant en voyant l'état dans lequel se trouvait Jessabiel.
    "- Je suis sincèrement désolé !"
    Des larmes de tristesse et de culpabilité commencèrent à sortir de ses yeux. Elles se mélangèrent avec son sang avant de finalement atteindre soit le sol, soit ses vêtements.
    
    Cinq minutes plus tard, Reigns entra dans la cellule de sa sœur alors que celle-ci était encore inconsciente. Il demanda à son subordonné de le laisser seul, ce qu'il fit dans la seconde. Le jeune homme saisit par la suite le couteau verdâtre se trouvant sur la tablette puis se plaça derrière Jessabiel. Celui-ci approcha la lame de la gorge de la jeune femme, l'arreta à un ou deux millimètres de sa jugulaire, et regarda enfin Gadriel.
    "- Malheureusement pour vous deux, j'ai reçu de nouvelles directives."
    Le ton de sa voix ne trahissait aucune hésitation ou aucun regret. Bien au contraire, il continuait d'afficher son horrible sourire comme si la personne qui se trouvait juste à côté de lui était une complète étrangère.
    "- Non, ne fais pas ça ! Je t'en supplie," s'écria Gadriel en prenant conscience de ce qui allait se produire.
    Reigns ne tint pas compte de sa demande et enfonça d'une traite la lame dans la gorge de sa grande sœur avant d'étendre l'entaille. L'adolescent impuissant observa celle qu'il aimait essayer de se débattre pour empêcher son sang de se vider à un rythme effréné, pourrir à cause de l'effet magique du couteau, et enfin mourir dans un dernier soupir. Comme si ce n'était pas suffisant, Reigns planta violemment l'objet dans la poitrine de Jessabiel. Qu'est-ce qui pouvait justifier autant d'agressivité envers la personne ayant des liens aussi forts avec vous ? Toute cette violence gratuite ne pouvait uniquement pas être causée par la recherche d'un livre.
    
    Gadriel hurla à en perdre la voix, pleura à en faire couler du sang à la place des larmes, et maudit Reigns pour l'horrible acte qu'il venait de commettre. Son cœur était partagé entre tristesse et haine pure. Il tenta de se lever pour s'approcher de la vitre, mais retomba immédiatement sur le sol à cause de sa jambe meurtrie. L'adolescent rampa donc vers celle-ci, faisant abstraction de toute la douleur que lui infligeaient toutes ses blessures. Devant celle-ci, il effectua un dernier effort pour se relever. Lorsqu'il y parvint finalement, Reigns avait quitté la pièce. Méconnaissable, le corps de sa sœur gisait toujours sur cette chaise. Il n'avait même pas pris la peine de lui fermer les yeux, ni même de retirer le couteau après son décès. Son corps continuait donc de pourrir à grande vitesse. Il ne pouvait toujours pas en croire ses yeux. Il ne pouvait pas croire qu'il venait de perdre la dernière personne la plus importante de sa vie après sa mère.
    
    
-----*-----

    
    Tandis que cela faisait des jours que Gadriel se lamentait devant la vitre, plusieurs hommes dont Reigns pénétrèrent dans sa cellule. Certains d'entre eux transportaient une chaise identique à celle sur laquelle Jessabiel était morte alors que d'autres apportait une autre tablette métallique sur laquelle se trouvaient un grand nombre d'aiguilles en acier. Il remarqua même que l'un d'entre eux tenait dans ses mains une sorte de casque et une boule de cristal.
    
    Dès qu'il aperçut le meurtrier de sa bien-aimée, Gadriel entra dans une colère noire. Ses yeux passèrent de leur couleur naturelle à un rouge sang et inversement. Cela fit naturellement réagir l'inscription se trouvant au-dessus de la porte. Alors qu'il rampait à même le sol vers la personne vers qui toute sa colère était centrée, le jeune homme se fit interpeller par les hommes de main de Reigns.
    "- Pas besoin d'intervenir les gas, laissez le faire. Nous verrons de quoi il est capable," déclara t-il en prenant Gadriel de haut.
    Quand le jeune homme tendit sa main pour attraper sa cheville, celui qui se tenait debout devant souleva sa jambe droite avant de venir brusquement écraser sa main. Naturellement, l'adolescent se mit à hurler de douleur tandis que ses doigts se faisaient brouiller.
    "- Pathétique ! La seule chose que tu saches faire est ramper. Cela définit ton statut de microbe. Un être aussi faible et lamentable que toi ne mérite pas de vivre," lui dit froidement Reigns tout en mettant tout son poids sur sa jambe droite.
    
    Quelques instants plus tard, mélangés aux cris de douleur de Gadriel, des bruits de pas se firent entendre. Ceux-ci provenaient du couloir menant à la cellule. Lorsque Reigns reconnut leur rythme, il cessa immédiatement ce qu'il faisait et vint se placer devant la porte. Le bruit devenait de plus en plus fort, signe que la personne les émettant se rapprochait. De plus, le fait que Reigns aille l'attendre ne pouvait que signifier que celle-ci était très importante. Quand celle-ci finit par rentrer dans la pièce, elle regarda le jeune homme étendu par terre avec un charmant sourire. Celui-ci, cependant, ne put bien distinguer le nouvel individu qui venait de pénétrer dans la pièce. Il avait subi beaucoup trop de coups de pied dans le visage et sa vue était désormais trouble. Ce ne fut donc pas étonnant qu'il s'évanouit au moment même où cette nouvelle personne entra.
    
    Gadriel resta inconscient pendant plusieurs heures. Lorsqu'il reprit connaissance, il était, tout comme Jessabiel, menotté à une énorme chaise. À côté de lui se trouvaient les aiguilles en acier qu'il avait vues précédemment. Toutefois, le plus étonnant pour lui en ce moment n'était pas le fait qu'il était désormais restreint dans une chaise, mais plutôt la personne habillée en noir et qui était dos à lui. Bien que celle-ci ne lui faisait pas face et que sa vue était toujours trouble, Gadriel avait l'impression d'avoir déjà rencontré cette personne quelque part. Il mit tous ses doutes sur le compte du stresse et tous les coups qu'il avait encaissés jusqu'à présent.
    "- Je vois que tu es réveillé," dit cette personne lorsqu'elle remarqua que le jeune homme avait repris connaissance.
    Lorsqu'il entendit cette voix, l'adolescent ne put cacher sa surprise.
    "- Jes...sa...biel! C...comment? Reigns...il t'a...
    - Tuée ?! C'est bien ce que tu allais dire ? Ah mon très cher Gadriel, tout n'est qu'une question de perspective."
    À ce moment, deux soldats retournèrent son siège en direction de la vitre. La jeune femme sortit alors d'une de ses poches une télécommande similaire à celle qu'avait utilisée son petit frère et appuya sur un bouton. Tous les événements qui s'étaient produits dans l'autre pièce au cours de ces derniers jours défilèrent en sens inverse devant les yeux de Gadriel.
    
    Il n'en revenait toujours pas, tout n'avait été que mensonge.
    "- Pourquoi ?" questionna le jeune homme désorienté.
    "- Pour le plaisir voyons."
    Jessabiel s'approcha de Gadriel, posa sa main sur son visage défiguré, et commença à le caresser tendrement.
    "Sais-tu à quel point c'est excitant de voir la douleur et le désespoir sur le visage de quelqu'un."
    Le ton de sa voix et son comportement étaient complètement méconnaissables pour le jeune homme. C'était la première fois qu'il la voyait agir de la sorte.
    "- Tu n'es pas la vraie. Qu'avez-vous fait de Jessabiel ?" lui demanda t-il avec beaucoup de difficultés.
    Lorsque vous avez assisté à la torture physique de la femme que vous aimiez, qu'on la tuait juste après, et qu'elle réapparaissait devant vous quelques heures plus tard avec un étrange comportement, il était alors totalement normal de poser ce genre de question.
    
    Juste après avoir entendu son interrogation, Jessabiel s'assit sur Gadriel sans se soucier du fait que sa masse lui infligeait une atroce douleur. Voyant la grimace qu'il fit à cet instant, la jeune femme lécha une partie du visage du jeune homme.
    "- Détrompes toi mon mignon, je suis bel et bien celle que tu as connue pendant tout ce temps. J'ai juste enfin l'occasion de montrer sous mon vrai jour.
    - Tu mens ! La Jessabiel que je connais n'agirait jamais de la sorte."
    La demoiselle rigola un peu puis s'arrêta. Son regard était toujours le même depuis le début de cette conversation, celui d'une psychopathe sadomaso.
    "- Te souviens-tu lorsque tu m'as avoué tes sentiments dans ce parc ? La vérité est que je me retenais complètement de rire tellement tout ce que tu déblatérais à ce moment était ridicule. Crois-tu vraiment qu'une fille telle que moi pouvait aimer quelqu'un comme toi ? Je n'ai été proche de toi que parce qu'on me l'avait ordonné. Tu ne m'intéresses pas et tu ne m'intéresseras jamais.
    - Jess, t'as pas fini de jouer avec lui ? Nous avons un emploi du temps à respecter," s'exclama Reigns qui se tenait dans un coin de la pièce.
    "- Désolé ! Je me suis emportée. Bon, et si nous commencions ! "
    
    La jeune femme se leva finalement et ordonna par la suite à ses subordonnés de se mettre au travail. Plusieurs d'entre eux vinrent saisir les mains de Gadriel et maintinrent ses doigts complètement droits. Jessabiel attrapa alors une des aiguilles métalliques et l'enfonça dans son auriculaire. L'adolescent hurla à nouveau de douleur, mais cela ne faisait qu'exciter encore plus son bourreau qui prenait soin d'y aller en douceur pour profiter de chaque instant. Quand elle finit avec le petit doigt, elle passa à son annulaire.
    
    Toujours dans un coin de la pièce, Reigns observait la scène d'un tout autre regard. Bien qu'il n'éprouvait aucun remord pour ce qu'il avait fait à Gadriel, il avait tout de même de la peine pour, sachant de quoi sa grande sœur était capable. Contrairement à elle, ce dernier exécutait la majorité des ordres qu'on lui donnait sans y prendre le moindre plaisir. Elle était le genre de personne qu'il ne fallait vraiment pas contrarier, et c'était pour cela qu'il avait peur d'elle. Il ne voulait pas finir dans le même état que la dernière personne qui l'avait énervée.
    
    Tous les doigts de Gadriel etaient désormais équipés de tiges métalliques, ce qui l'empêchait également de les plier. Le jeune homme ne pouvait s'empêcher de pleurer tellement la douleur était insupportable. Jessabiel lécha à nouveau son visage alors qu'elle venait de lui demander s'il appréciait ce traitement. Comme il ne répondait pas, elle attrapa une des aiguilles et la poussa sur le côté. L'adolescent se remit à hurler fortement. Ses cris pouvaient se faire entendre dans les pièces alentours. Elle saisit à nouveau ses instruments de torture et s'occupa cette fois-ci des orteils, suivi juste après par les genoux, les coudes, et les épaules. Gadriel s'évanouit plusieurs fois à cause de la douleur, mais reprit connaissance juste après toujours à cause de celle-ci. C'était vraiment un miracle que son cœur ne lache pas durant le processus.
    
    Maintenant que le jeune homme ressemblait à un porc-épic, Jessabiel pouvait passer à la prochaine étape. Elle ordonna donc à un soldat de lui amener le dispositif ressemblant à un collier qu'il détenait. Lorsqu'il le lui remit, elle le plaça tout autour du cou d'un Gadriel à peine conscient.
    "- Mon chér et tendre Gadriel, sais-tu ce que ça fait d'être étranglé à mort ?"
    Elle approcha sa main de son visage, puis la fit glisser le long celui-ci. L'excitation pouvait se lire dans ses yeux alors qu'elle parlait.
    "D'abord, tu sens la pression sur ta gorge, tes yeux larmoient, tu as un goût qui remonte, un goût très acide dans la bouche. Ensuite, une petite flamme en toi, dans ta poitrine, et ensuite..., ensuite le feu intérieur grossit ; tes poumons sont envahis. Cela gagne la gorge, et le tout remonte aux yeux et le tout devient glace. C'est comme des aiguilles de glace dans tes orteils, puis dans tes doigts, sous tes ongles, dans tes bras. Tu vois des étoiles, toute ta vie défile devant tes yeux dans les moindres détails, et soudain c'est le noir."
    
    On détacha le jeune puis on plaça un drôle de casque sur sa tête. Jessabiel fit alors un premier essai en appuyant sur sa télécommande. Gadriel décolla du sol, tiré par l'objet qu'il avait autour du cou. Sa respiration déjà difficile le devint encore plus. Comme elle l'avait décrit précédemment, la pression provoquée par cet appareil fit en sorte que ses yeux larmoient. Et à cause de toutes les tiges en acier qui étaient dans son squelette, cette experience était encore plus douloureuse.
    
    Après une minute à flotter au-dessus du sol, Jessabiel désactiva le collier et Gadriel s'effondra violemment à même le sol.
    "- Dépêches toi d'en finir Jess, nous avons autre chose à faire.
    - Je sais mais c'est tellement marrant et excitant.
    - Jess!
    - OK! OK ! C'est bon tu as gagné."
    N'ayant même pas eu le temps de reprendre son souffle, l'adolescent s'envola à nouveau et les symptômes de la pendaison reprirent. Avant qu'il n'arrive au stade des étoiles, un des soldats reçut l'ordre d'activer le casque que Gadriel portait. Il produisit un jeu de lumières, et la boule de cristal tenue par un autre soldat passa d'un état transparent à un état lumineux. Tous les souvenirs du jeune homme furent alors copiés à l'intérieur. Lorsque le transfert fut terminé, le subordonné fit signe à Jessabiel. Elle demanda alors à son frère de lui passer son couteau verdâtre. Dès qu'elle l'eut entre les mains, elle poignarda Gadriel en plein cœur et désactiva le collier par la suite.
    Les dernières choses qu'il vit et entendit furent le sourire de celle qu'il avait aimé et un bruit très sourd semblable à celui d'une explosion. Le jeune homme s'étégnit une ou deux secondes plus tard, ne laissant derrière lui que des livres et des regrets.
    
    À suivre !!!
    

    

Texte publié par Hell Rider, 2 août 2019 à 20h14
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 3 « Episode 03 » Tome 1, Chapitre 3
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1540 histoires publiées
710 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Livia
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés