Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Chapitre 1 « Episode 01 » Tome 1, Chapitre 1
Exoduus était la troisième planète habitable du système solaire Oméga. Contrairement aux autres astres telles que la Terre ou Mars qui tournaient autour de leur étoile, elle disposait d'un statut assez particulier car elle était en même temps un satellite naturelle de ses sœurs Géoshia et Prominence. De ce fait, elle passait de l'une à l'autre à chaque que ces dernières se rapprochaient suffisamment.
    En outre cela, la petite planète disposait également d'un environnement des plus paradisiaque, avec une faune et une flore que vous ne retrouveriez presque nulle part ailleurs. Des plantes exotiques si belles et si variées que leur vue et leur senteur créaient une déluge de sensations de bien-être pour quiconque posait ses pieds pour la première sur Exoduus. À cela s'ajoutaient des paysages si sublimes que bons nombres d'artistes graphiques s'y rendaient pour capturer et immortaliser ces beautés. Cette particularité était dûe à son atmosphère qui, lorsque les rayons du soleil la traversaient, donnait une teinture bleue ou vert cyan selon l'endroit où vous vous trouviez. Cette colorimétrie unique était ce qui rendait cette planète aussi belle et attrayante.
    
    Afin de préserver la beauté de leur écosystèmes, les habitants d'Exoduus, composés à plus de 90 pour cent d'êtres humanoïdes munis d'ailes dans leur dos, prirent plusieurs précautions. Ces Célestes, comme ils se faisaient appeler, bâtissaient leurs édifices de telle sorte que cela ne perturbe ni ne dégrade l'habitat naturel des animaux. Ainsi, on pouvait un peu partout des bâtiments conçus sur où dans des arbres, ou encore à l'intérieur de la roche.
    Toutefois, même si cela semblait primitif au premier abord, les Célestes étaient très avancés en terme de magie et de technologie. Les vaisseaux voulant pénétrer l'atmosphère de la planète devaient au préalable s'identifier et être scanner de peur d'être abattus par les énormes canons se situant très haut de ciel. Si par hasard un vaisseau arrivait à éviter les tirs, il s'écraserait sur l'énorme bouclier de défense magique se trouvant à plusieurs kilomètres au dessus de leur tête juste avant les canons.
    
    
-----*-----

    
    Notre histoire débuta donc dans une bourgade située à plusieurs dizaines de kilomètres de Fjore, une des principales villes d'Exoduus. Par un bel après-midi, un jeune adolescent sortait de chez lui pour se rendre au marché se trouvant à un kilomètre et demi de chez lui. Celui-ci affichait une chevelure complètement blanche et des yeux si bleus qu'on les aurait crus venus d'un autre monde. Son corps était si chétif que ses vêtements étaient toujours trop larges pour lui.
    
    Le jeune homme nommé Gadriel ferma la porte de son domicile, puis se retourna avant de mettre le cap vers sa direction. Les rues étaient bondées d'individus majoritairement ailés qui se rendaient soit sur leur lieu de travail après une courte pause, soit vaquaient à diverses occupations. En regardant d'un côté où d'un autre, on pouvait voir des artistes de rue exprimant leur talent en dansant ou chantant, le tout devant les applaudissements des spectateurs émerveillés. C'était vraiment un après-midi très animé.
    
    En passant devant un parc, Gadriel remarqua des enfants qui jouaient à la balle entre eux. Bien qu'ils aient été d'espèces différentes, aucun signe de mépris n'était affiché sur leur visage. Seul la joie et la bonne humeur régnaient. C'était ça Exoduus, un monde dans lequel tout le monde était égaux et où le respect d'autrui était primordiale. Devant cette charmante vue, le jeune homme ne put s'empêcher de lâcher un sourire involontaire. Cependant, ce sourire allait bientôt laisser place à une expression beaucoup plus triste et sérieuse quand il repensa à sa destination.
    
    Après de longues minutes de marche marquées par les bruits d'une population active et joyeuse, Gadriel arriva dans un marché. Celui-ci était bondé de monde et de bruit. D'un côté nous avions les marchants criant à tue-tête pour appâter des clients avec des annonces vantant les prix les plus bas pour les articles de meilleur qualité, de l'autre les acheteurs débattant des pourcentages de rabais. L'ambiance d'un marché comme tout autre, supposait-il.
    
    Gadriel se fraya un chemin à travers la foule avant de s'arrêter devant un magasin fermé. Devant cet édifice clos, l'expression du jeune homme devint encore plus triste, et une larme involontaire s'échappa de son oeil. Il ne resta pas longtemps devant le bâtiment puis se dirigea à nouveau vers l'un des principaux locaux des forces de sécurité.
    
    Le bâtiment se trouvait beaucoup trop loin pour s'y rendre directement à pied. Il devait donc emprunter un transporteur, d'énormes appareils en forme d'anneaux et permettant de se rendre à un point predeterminé en un clin d'œil. Une dizaine de minutes plus tard, Gadriel arriva devant plusieurs transporteurs de trois mètres de diamètre et disposés les uns aux côtés des autres. Quelques mètres devant ceux-ci se trouvaient quatre ou cinq piliers contenant des écrans et permettant à quiconque d'acheter des tickets. Gadriel en acheta un grâce au bracelet électronique qu'il portait en permanence.
    
    Le jeune homme avança en direction du transporteur puis le franchit. Son corps disparut instantanément dans un petit flash de lumière. De son point de vue par contre, tout devint d'abord complètement lumineux avant de brusquement virer au noir le plus total. De nombreux faisceaux de lumière de couleurs différentes apparurent juste après, avant qu'un autre flash ne se produise. Gadriel entendit alors les bruits caractéristiques de conversations plus ou moins inaudibles et le brouillard obstruant sa vision se dissipa très vite. Il se trouvait désormais dans le centre-ville de Fjore.
    
    Bien que ce n'était point la première fois qu'il se rendait dans l'une des capitales d'Exoduus. C'était très différent d'où il provenait. Tout avait l'air beaucoup plus grand et luxueux. En regardant au-dessus des bâtiments, il pouvait même apercevoir des Célestes et des Gamals; des animaux mesurant entre deux et vingt mètres de long pour les spécimens adultes, ressemblant à des raies mantas et parcourant gracieusement le ciel verdâtre. Trop occupé à regarder le spectacle se déroulant au-dessus de lui, Gadriel ne remarqua pas la personne qui venait d'apparaître derrière lui.
    "- Tu vas te pousser oui! Tu ne vois pas que tu gènes le passage," lui dit l'adulte qui semblait pressé.
    "- Veuillez m'excuser," lui répondit-il après avoir cédé le passage.
    L'homme s'avança et continua son chemin, juste après lui avoir lancé un regard accusateur.
    
    Gadriel avait fini d'admirer la vue, il était désormais temps pour lui de se rendre à nouveau dans les locaux des forces de sécurité. Ceux-ci, comme leur nom l'indiquait, étaient en charge de la protection de toutes les personnes présentes sur Exoduus et ses deux sœurs. Pour ce faire, des gardes patrouillaient un peu partout.
    
    Il ne fallut que quelques minutes au jeune homme pour arriver devant l'imposant bâtiment. Il y a entra et se dirigea vers l'accueil. Les agents de sécurité qui y travaillent etaient, comme la population, majoritairement constitués se Célestes. Il y avait cependant aussi d'autres races telles que des Loxiens; des humanoïdes plus ou moins semblables aux Terriens et originaires de la galaxie d'Andromède; ou encore des Braks, des sortes de rochers vivants à forme humaine. Tous étaient vêtus du même modèle d'armure de couleur bleue sur lequel était gravé un motif indiquant à quelle brigade chacun appartenait.
    "- Bonjour, en quoi puis-je vous aider ?" lui demanda le réceptionniste.
    "- Bonjour, je..."
    Alors qu'il s'apprêtait à faire sa demande, il fut interrompu par un agent qui le reconnut.
    "- Encore toi gamin," s'exclama t-il, "laissez le moi, je vais m'en occuper."
    "- OK monsieur," répondit le réceptionniste après avoir écouté son supérieur.
    
    L'agent conduisit Gadriel à son bureau où ils pourraient discuter en toute tranquillité. Les deux s'assirent avant de poursuite leur conversation.
    "- Écoutes Gadriel, tu devrais arrêter de venir ici tous les jours. Nous faisons tout notre possible pour retrouver ta maman.
    - Cela fait déjà près de deux mois qu'elle n'est pas rentrée. Vous m'aviez dit que vous feriez tout pour la retrouver.
    - Nous faisons tout notre possible. Nous avons lancé des avis de recherche partout sur Exoduus, et même sur Géoshia et Prominence. Mais nous n'avons aucun résultat pour l'instant. Je vais être honnête avec toi. Je pense que...
    - Non."
    Des larmes incontrôlables coulèrent des yeux de Gadriel à cet instant.
    " - Je sais qu'elle reviendra, j'en suis même certain."
    Le jeune homme fit tout ce qu'il pouvait pour arrêter l'écoulement mais c'était dure. Le vieil homme sortit son mouchoir et le lui donna. Il accepta volontier ce qu'on lui tendit et commença à essuyer le flot qui sortait de ses yeux.
    "- Écoutes Gadriel, je sais que cela peut sembler dure à entendre, mais il se pourrait que ta mère soit très loin d'ici."
    
    L'agent de sécurité pensait qu'en utilisant des mots plus adoucis, l'adolescent encaisserait mieux la nouvelle. Malheureusement, ce ne fut pas le cas. Avant même qu'il ne puisse prendre à nouveau la parole, Gadriel se leva brusquement et sortit de la pièce en courant. Il passa devant un autre agent de sécurité qui fut très étonné par sa réaction. Il s'adressa donc à son condisciple de travail pour comprendre ce qui se passait.
    "- Il a quoi le gamin ?
    - Il a du mal à digérer le fait qu'on ne retrouvera peut-être jamais sa mère disparue.
    - Pauvre gamin ! J'aurais sans doute réagi de la sorte si j'avais été à sa place.
    - Sûrement !"
    
    Gadriel venait de sortir du bâtiment des forces de sécurité. Des larmes coulaient toujours de ses yeux, ce qui attira l'attention de certains passants. Le jeune homme n'en tint pas compte. Il ressentait beaucoup trop de colère en lui, une rage majoritairement dirigée contre les agents chargés de protéger tout le monde. Comment pouvaient-ils se permettre faire une chose pareille ? N'avaient-ils pas pour obligation de veiller à la sécurité de tous les habitants de cette planète ? Trop de mauvaises pensées et de questions du même genre commencèrent à germer dans son esprit. Afin de se changer les idées, il décida de se rendre dans le seul endroit qui lui permettait de s'évader: l'unique bibliothèque de sa bourgade.
    
    Une trentaine de minutes plus tard, Gadriel se trouvait devant le temple du savoir. Le bâtiment circulaire disposait de nombreux étages, bien qu'il en ait moins que le précédent. De son sommet à son niveau le plus bas, on pouvait y voir des vitres en forme de losange. L'adolescence y pénétra et, une fois à l'intérieur, les réceptionnistes le reconnurent. C'étaient deux jumelles d'une vingtaine de cycle nommées Estelle et Iraine et qui étaient d'une grande beauté. Il se demandait toujours pourquoi elles avaient choisi de devenir bibliothécaires alors qu'elles auraient pu suivre une voie complètement différente.
    
    Gadriel avait toujours du mal à les reconnaître du fait qu'elles s'habillaient toujours de la même manière. Heureusement pour lui, les badges que les jumelles portaient en permanence au travail l'aidaient grandement.
    "- Bonjour Gadriel," dit l'une d'entre elles.
    "- Bonjour !
    - Qu'est-ce qui ne va pas ?" questionna Iraine quand elle remarqua les yeux un peu rouge du jeune homme.
    "- Non, non, ne vous inquiétez pas. J'ai juste reçu un peu de poussière dans les yeux en prenant un ballon en plein visage, rien de bien grave.
    - Aie ! Et il venait d'où ce ballon ?
    - Oh, des enfants jouaient dans un Park et je n'ai pas vraiment vu la balle arriver vers moi.
    - Tu devrais faire plus attention quand tu marches.
    - Ne vous s'inquiétez pas cela mademoiselle Estelle. Je le serai désormais. Bon j'y vais.
    - Bonne lecture à toi !
    - Merci mademoiselle Estelle !"
    
    L'intérieur de la bibliothèque était un lieu très particulier voir magique. C'était la parfaite illustration d'un monde dans lequel la magie et la technologie régnaient en toute harmonie. Des livres aussi vieux que des grimoires peuplant les différentes étagères des différents étages se déplaçaient sans cesse dans les airs à mesure que les gens les consultaient. Et pour ceux trop vieux pour être touchés, il y avait la possibilité de consulter les versions holographiques. Pour ces dernières, c'étaient les intelligences artificielles qui aidaient à la gestion du bâtiment qui s'en occupaient également. Gadriel s'assit donc dans un coin tranquille et commença à lire divers ouvrages racontant l'histoire d'hommes affrontant des créatures légendaires ressemblant à des lézards volants et qui crachaient des flammes. C'étaient les histoires préférées du jeune homme. Avec elles, il avait l'impression de vivre l'action à l'instant présent.
    
    Des heures passèrent. Il étaient désormais temps pour l'adolescent de rentrer chez lui. Celui-ci dit au revoir aux jumelles puis se mit en route. Ces dernières ne manquèrent pas de lui rappeler de faire attention.
    
    À l'extérieur, l'activité avait grandement augmenté. Les rues étaient pleines de personnes rentrant chez eux retrouver leur famille. Rien que cette vue replongea le jeune homme dans sa tristesse et le ramener à la réalité. Il remonta vite lui-même le moral, se disant que tant qu'il n'y avait pas de corps, il y avait toujours une chance d'entendre la voix de sa mère une fois qu'il franchirait le seuil de la porte.
    Sur la route qui le ramenait chez lui, Gadriel s'arrêta encore au niveau du parc. Cette fois-ci, au lieu d'observer des enfants jouer, il regarda tout simplement le magnifique paysage qui s'affichait devant ses yeux. Le couché de soleil donnait une teint impossible à décrire au ciel. À cela s'ajoutaient les Gamals qui y volaient gracieusement en groupe et les étoiles qui s'y dessinaient par milliers. Toutefois, le plus impressionnant restait l'apparition progressivement de Prominence et ses immenses anneaux. Rien ne pouvait être comparé à cela.
    
    Tandis que Gadriel était trop occupé à observer le paysage, il n'entendit pas la jeune femme qui s'approchait derrière lui. Celle-ci toucha son épaule tout en criant "Ah". Quand il sentit et entendit cela, son cœur s'emballa et il sursauta de peur. En se retournant, il vit une personne très familière.
    "- Jessabiel ! Tu m'as fait une de ces peurs."
    Cette jeune fille qui se trouvait en face de lui n'était nulle autre que Jessabiel, la seule et unique amie de Gadriel, mais également celle qu'il aimait secrètement. Celle-ci avait les yeux de la même couleur qu'une émeraude, possédait une chevelure brune très soyeuse atteignant ses épaules, et était de la même taille que le jeune homme.
    "- T'étais tellement concentré à regarder que je me suis dite que j'allais te faire une petite surprise. Et il semblerait que ça ait fonctionné.
    - Pour une surprise, c'est une surprise. Je ne m'attendais vraiment pas à te voir ici.
    - Je passais dans les parages quand je t'ai aperçu.
    - Je vois ! Sinon, ça te dit rester un peu avec moi ?
    - Pourquoi pas, j'ai encore du temps à tuer avant de rentrer.
    - Chouette !"
    
    Les deux jeunes allèrent s'asseoir sur la pelouse pour se mettre à leur aise et observer le ciel. Le fait que Jessabiel soit très proche lui à cet instant précis augmenta son rythme cardiaque. Son cœur battait si vite et si fort qu'il eut l'impression qu'il allait sortir de sa poitrine. Cela s'accéléra encore plus quand elle se rapprocha au point que leurs deux mains se touchaient presque. Elle lui fit alors un très jolie sourire, ce qui le fit rougir. Afin de cacher sa réaction, il détourna vite le regard. Voyant cela, la jeune femme lâcha un charmant petit rire. Il se sentait si bête. Afin de l'aider à se détendre, Jessabiel lui posa une question.
    "- Alors, comment était ta journée ?
    - Je suis allé voir les forces de sécurité pour savoir s'ils avaient des nouvelles concernant ma mère. Ils ont l'intention d'arrêter les recherches," lui répondit-il alors que son expression redevenait triste.
    "- Je suis sincèrement désolé. Si tu n'as pas envie d'en parler, je comprendrai.
    - Tu n'as pas à t'en faire. Je suis sûr qu'elle va bien, qu'elle est juste partie en voyage d'affaires, et qu'il dure beaucoup plus longtemps que prévu.
    - J'espère que tu as raison.
    - Oui, elle finira par rentrer, c'est certain. Sinon, et de ton côté ?
    - Pour ma part, je travaillais sur un petit projet avec mon frère. J'ai fini ma part plus tôt que prévu et je l'ai laissé terminer les derniers finitions. Ce sera un truc sensationnel.
    - Hmph, ton frère !
    - Quand allez-vous décider de vous entendre ? C'est vraiment quelqu'un de très sympathique quand tu prends le temps de le connaître.
    - Désolé, mais je ne pense pas que cela arrivera un jour. Ne le prends surtout pas mal, mais je trouve qu'il est trop orgueilleux et très débile.
    - Comme je te l'ai dit, c'est parce que tu ne connais pas. Il est très différent de ce que tu crois.
    - Bref, nous ne sommes pas là pour parler de lui, mais plutôt pour observer ce magnifique paysage.
    - Tu as raison. C'est tellement beau !
    - Oui, j'suis tout à fait d'accord. Il n'y a rien de merveilleux sur cette planète. "
    
    Les minutes passèrent et notre duo observait lentement Prominence qui apportait la nuit. Tout d'un coup, une voix au loin se fit entendre, une voix qui prononçait le nom de Jessabiel. Quand Gadriel entendit ce timbre de voix, il sut exactement à qui elle appartenait. Il fallut que la personne qui était apparue dans leur précédente conversation pointe le bout de son nez à ce moment. En effet, cette personne n'était autre que Reigns, le frère jumeau de Jessabiel. Le visage de Gadriel adoptait une expression de plus en plus sévère à mesure que le frère se rapprochait d'eux. Finalement, quand il se trouva à leurs côtés, l'adolescent ne montrait que du mépris. Ce sentiment était bien évidemment partagé. Reigns ne prit même pas la peine de le saluer et s'adressa directement à sa sœur.
    "- Jess, tu ne devrais pas traîner avec un type pareil à des heures aussi tardives."
    
    Contrairement à Gadriel, Reigns avait un physique assez descent, on pouvait même dire qu'il était très bien proportionné. Ses yeux noirs et ses cheveux de même couleur ne pouvaient être comparés qu'à l'énorme égo de l'individu, du moins c'est que pense le jeune homme.
    "- Je te signale que j'ai un nom," rétorqua Gadriel avant la demoiselle.
    "- Tiens, le microbe a parlé.
    - Qui traites tu de microbe l'illettré ?!
    - On dirait bien que tu veux que je t'en colle une."
    Devant leur stupide querelle, Jessabiel n'eut d'autre choix que d'intervenir, de peur que son frère ne s'en prenne à son ami.
    "- Arrêtes !" s'exclama t-elle en se mettant entre les deux.
    "- Mais Jess...
    - J'ai dit ça suffit. D'ailleurs pourquoi t'es là ?
    - Père et mère m'ont envoyé te chercher comme tu tardais à rentrer.
    - Je vois. Bon, tu peux avancer. Je te rejoins tout de suite."
    
    Ecoutant les paroles de sa sœur, Reigns commença à s'éloigner, mais elle ne manqua pas l'occasion de jeter un regard très sombre à Gadriel avant son départ.
    "- Je suis vraiment désolé pour le comportement de mon frère.
    - Tu n'as pas à t'en faire pour ça. Et aussi, c'était complètement stupide de ma part de répondre à ses provocations. Je m'en excuse."
    Dès l'instant où il finit de parler, Jessabiel lui donna un doux bisou sur la joue, ce qui le surprit, le fit rougir, et accéléra encore les battements de son cœur. Son doux parfum se fraya un chemin jusqu'à son nez tandis que sa main arrivait sur la joue sur laquelle les douces lèvres s'étaient posées.
    "- Pourquoi ?" questionna t-il avec un soupçon de confusion.
    "- Juste un peu cadeau pour avoir reconnu ton erreur. Et voici un autre en guise d'autre et de bonne soirée."
    Elle lui donna un autre délicieux bisous, mais cette fois sur l'autre joue. Gadriel resta scotché sur place, observant sa bien-aimée s'éloigner progressivement, puis disparaître.
    
    Il était désormais temps de rentrer après une aussi longue journée. Les enfants avaient complètement déserté les rues. Il ne restait plus que les couples se baladant main dans la main à la belle étoile. Gadriel commença à s'imaginer en train de faire la même chose avec Jessabiel. Quelle agréable sensation ce serait!
    
    Une dizaine de minutes plus tard, il arriva devant chez lui. C'était la seule maison dont les lumières étaient éteintes. Lorsqu'il franchit le pas de la porte, ces dernières s'allumèrent automatiquement et il fut accueilli par une voix féminine qui lui dit, "bienvenue." Malheureusement, il ne s'agissait pas de celle qu'il espérait. C'était Eve, l'intelligence artificielle aidant à la gestion du domicile. Chaque maison et bâtiment d'Exoduus, Géoshia, et Prominence en disposait. Cela permettait d'alléger certaines tâches d'entretien. On permit également aux IA de communiquer entre elles afin qu'elles ne puissent pas s'ennuyer. Ainsi, quand les propriétaires des domiciles n'étaient pas présents, il n'était pas rare qu'elle aille rendre visite aux autres. Il arrivait même que des IA tombent amoureuses entre elles et se marient. Quand cela se produisait, elles quittaient le domicile dont elles avaient la charge et se voyaient attribuer un bâtiment beaucoup plus grand comme une bibliothèque ou on les envoyait dans le Cyberworld, un monde virtuel dans lesquel elles pouvaient vivre à leur guise.
    
    La maison de Gadriel était très charmante. À l'exception d'une partie, l'intérieur des murs était tapissé de canaux de sève, ce qui permettait à l'arbre dans lequel il habitait de vivre. Un immense pilier le maintenait pour ne pas qu'il s'effondre. Il y avait également des photos de l'adolescent un peu partout et sur lesquelles il était plus jeune, mais étrangement il était dans l'incapacité de se souvenir de cette période. À ses côtés se trouvait une jeune femme rousse avec les mêmes yeux que lui. Il s'agissait clairement de sa mère.
    "- As tu passé une bonne journée ?" questionna Eve.
    "- Je n'ai pas envie d'en parler.
    - Veux-tu que je te prépare quelque chose à manger ?
    - Non merci, je n'ai pas très faim. Peut-être tout à l'heure. Là, je vais d'abord prendre une douche et me reposer un peu.
    - OK !
    - Eh au fait, encore merci d'avoir été là pour moi.
    - Tu n'as pas besoin de me remercier. C'est mon devoir de te servir."
    
    Eve avait déjà l'opportunité de se rendre dans le Cyberworld, mais à cause de cet enfant qui souffrait de la subite disparition de sa mère, elle dut se résigner à le faire. Elle ne pouvait pas le laisser ainsi, l'abandonner à son tour. Elle était là seule personne qui lui restait, la seule à pouvoir s'occuper de lui. Son mariage allait donc attendre.
    
    Gadriel se trouvait désormais dans sa chambre se situant à l'étage. Celle-ci disposait d'un lit une place, d'une armoire, une bureau, et d'une mini bibliothèque remplie de livres en tout genre. Il retira ses vêtements qu'il plia soigneusement avant de le mettre dans un panier destiné aux linges sales. Il en prit des plus propres dans son armoire et se dirigea vers sa salle de bain. Une trentaine de minutes plus tard, il en ressortit et se coucha directement sur son lit. Il regarda le plafond deux ou trois minutes de plus avant de fermer les yeux et de s'en dormir. Une larme coula de son oeil droit alors qu'il s'enfonçait de plus en plus dans le monde des rêves.
    
    À suivre !!!
    
    

Texte publié par Hell Rider, 25 juillet 2019 à 01h00
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Chapitre 1 « Episode 01 » Tome 1, Chapitre 1
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1540 histoires publiées
710 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Livia
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés