Pourquoi vous inscrire ?
«
»
Tome 1, Prologue « Entrée n°1 : Nexus n'est plus » Tome 1, Prologue
« J’ai toujours adoré tenir un journal. Cela peut paraître un peu étrange, mais ça a quelque chose de réconfortant pour moi. D’une certaine manière, cela me permet de ne pas laisser mon esprit divaguer sur des choses qu’il ne peut résoudre seul. Le fait de les écrire me permet de les poser, d’y réfléchir, d’essayer d’y trouver une réponse adéquate. C’est comme si j’évacuais tout ce que j’avais dans la tête pour m’y opposer, ou simplement pour qu’elles cessent de me hanter.
    
    Je suis désolée que cette première entrée de journal soit celle-ci mais, comme je viens de l’écrire, j’ai besoin d’exprimer ce qui me passe par la tête. Et les récents événements sont trop pesants pour que je continue de les ressasser en silence.
    
    Il y a de cela un peu plus d’une semaine – neuf jours, pour être précise –, je me suis réveillée dans un vaisseau cassien. Ma tête me faisait un mal de chien et la nausée était telle que j’ai craint devoir dégobiller sur la passerelle. Je sentais que l’une de mes cornes était fragilisée ; à chaque mouvement, un poids se déplaçait légèrement sur le sommet de mon crâne. En voyant mon état, quelqu’un s’est précipité dans ma direction : sur le moment, je n’ai pas immédiatement relevé l’anomalie mais ce n’est qu’une fois en possession de mes esprits que j’ai réalisé que ce quelqu’un était un aurin, l’une de ces petites créatures humanoïdes aux attributs animaux… Une race censée être opposée au Dominion, alors que nous nous trouvions justement dans un vaisseau de cette faction.
    
    En réalité, l’aurin n’était pas le seul. Un tas d’autres exilés - ceux qui avaient refusé de plier le genou face au Dominion – naviguait librement dans le vaisseau. Ils n’avaient ni chaînes, ni gardes pour les surveiller. Certains dominards travaillaient même avec eux et transportaient caisses et effets divers d’une cellule à une autre. Mais ce n’était pas la seule bizarrerie : tous ceux qui avaient embarqué sur ce vaisseau – ou du moins, tous ceux que j’avais croisés – étaient blessés. Quelques-uns s’en sortaient honorablement avec quelques égratignures ou hématomes, mais la plupart arboraient des bandages et des pansements. Certains étaient même obligés de se déplacer à l’aide de béquilles.
    
    Cette vision m’a poussée à me désintéresser du problème de surface pour me focaliser sur la source de tout ce mystère : que s’était-il passé ? J’ai interrogé ma mémoire en vain ; de toute évidence, mon corps était encore sous le choc d’un événement dont il refusait de me livrer les tenants et les aboutissants.
    À mon tour, je me suis donc mise à errer dans le vaisseau. Si d’apparence il y régnait une activité bourdonnante, l’air était pesant, presque morbide. Les individus allaient et venaient mais les discussions se faisaient rares, comme si prendre la parole relevait du crime. J’ai pourtant bravé cet « interdit » pour me renseigner auprès d’un soldat mechari, un robot dominard aussi haut que moi mais autrement plus majestueux que je l’étais – surtout en cet instant, avec mon bandage autour d’une corne.
    
    Ce qu’il m’a dit… Je n’ai pas de mots pour exprimer ce que j’ai éprouvé, à ce moment-là. Même au bout de neuf jours, je suis encore partagée entre une multitude de sentiments. La tristesse. La colère. Le vide. La peur. Entre autres nombreux états d’âme.
    
    Nexus n’est plus. La planète que nous avons appréhendée, colonisée et sur laquelle nous vivions maintenant depuis une poignée d’années a été réduite en cendres par on ne sait encore quel mécanisme, ni pour quelles raisons. Pour le Dominion, elle représentait l’héritage d’un peuple ancestral puissant disparu. Pour les Exilés, un refuge vierge, où tout restait encore à construire. En dépit de la guerre qui demeurait entre les deux factions, nous avons tous appris à aimer cette planète pour sa singularité, moi y compris.
    
    Nexus abritait ma nouvelle vie. Après avoir fui mon père et ma planète d’origine Mikros ; après avoir atterri sur Bezgalor et servi d’assistant à un chua fou ; après avoir emprunté une nouvelle identité pour intégrer le Dominion ; j’étais enfin parvenue à faire ce que je voulais de ma vie. Je me levais le matin aux aurores pour partir explorer des terres comme nulles autres dans la galaxie. Équipée d’un sac et de quelques rations, je marchais des kilomètres durant, gravissais les montagnes les plus hautes et ce pour unique raison de laisser mes yeux se perdre dans la beauté du paysage.
    Oh, il y a aussi eu de mauvaises passes. La découverte de la Corruption qui gangrenait les terres, notamment au Nord-Ouest du continent ; les mauvaises rencontres ; les maladies… Malgré cela, j’ai aimé Nexus d’un amour singulier. Je me sentais liée à cette planète, à qui je donnais et qui me le rendait admirablement bien.
    Et aujourd’hui, elle n’est plus que morceaux errants dans le vaste univers ?... Il m’est très difficile de le concevoir. Toute cette étendue de verdure… Ces plaines enneigées… Ces lacs turquoise… Envolés. Pour de bon. Tout comme le foyer que j’ai construit de mes propres mains, sur cette colline paisible à l’extrême Est d’Auroria.
    
    Mais au-delà de Nexus, les quelques bribes de lucidité qui me reviennent me poussent à m’inquiéter pour ceux que j’aime. Elvawen. Raenri. Ori. Même mon père. Que sont-ils devenus ? Ont-ils réussi à fuir ? Étrangement, j’ai la sensation que Raenri s’en est sortie. Elle s’en sort toujours, même lorsque ses jambes sont profondément empêtrées dans les ennuis. J’espère seulement qu’elle a protégé Elvawen. Et Ori… Cette vieille chua a toujours plus d’un tour dans son sac. Elle s’est forcément échappée avant que le drame n’arrive.
    
    Je dois me reposer… Tous ces questionnements, toutes ces sensations ne font pas bon ménage avec les médicaments que l’on me donne. Ceux censés renforcer ma corne cassée… Demain, je me mettrai à la recherche de mes proches. Le vaisseau est grand et il n’est pas le seul à avoir décollé de Nexus peu avant son extermination ; ils ne sont peut-être pas loin… »

Texte publié par Ifreann, 22 mai 2019 à 14h50
© tous droits réservés.
«
»
Tome 1, Prologue « Entrée n°1 : Nexus n'est plus » Tome 1, Prologue
LeConteur.fr Qui sommes-nous ? Nous contacter Statistiques
Découvrir
Romans & nouvelles
Fanfictions & oneshot
Poèmes
Foire aux questions
Présentation & Mentions légales
Conditions Générales d'Utilisation
Partenaires
Nous contacter
Espace professionnels
Un bug à signaler ?
1429 histoires publiées
656 membres inscrits
Notre membre le plus récent est Kelynn007
LeConteur.fr 2013-2020 © Tous droits réservés